Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

samedi 1 août 2015

Chapitre 0 : Mains invisibles II

Avant-propos.

Bonjour à toutes et tous !
Juste un petit billet pour vous prévenir que demain, je ne serai plus derrière mon écran à surveiller de loin en loin les turbulences des marchés, de l’actualité mondiale, économique et politique, et autres publications des posts du mois d’août qui vont suivre.
Pourtant on entre dans la période où les grecs vont savoir enfin comment ils vont finir par être digérés, après avoir été avalés tout-vifs, alors que les américains se réunissent avec les européens pour leur apprendre comment fermer une banque en une nuit : Eux, ils ont l’expérience pour en avoir déjà fermé près de 500 par le passé tout en évitant les « bank-run » dévastateurs…
Et puis planent toujours ces menaces d’embrasement locaux et mondiaux : Tout le monde est désormais prêt à en découdre.
 
En fait, je suis déjà parti vers Portoferraio depuis hier, en principe sous voile, pour vérifier que mon poste d’amarrage y est toujours disponible, et pour rapprocher mon voilier de la « Corsica-Bella-Tchi-tchi », où je compte passer un peu plus du mois qui va s’ouvrir, « caché » entre mon maquis, ses effluves incomparables et extraordinaires, ses paysages hors-normes, parmi « mes cousins » également hors-normes, loin des touristes qui pullulent sur le littoral ; et la côte occidentale, la plus « riche » et colorée de ses manteaux verts, kakis, ocres et rouge-sang des hautes « montagnes dans l’eau » offerts à celui qui passe les mirer, entre marine d’Elbo, Girolata, Porto et ses calanques de Piana.
Elles n’ont rien d’extraordinaires depuis la mer. Mais je vais « pousser » jusqu’à Turghio, le golfe de Topiti et Curio, ceux de Chiuni et de Peru avant d’arriver à Cargèse dans le golfe de Sagone, plus au sud.
De toute façon, il me faudra arriver à Ajaccio avant la fin du mois pour y poser « ma nichée » sur l’avion du retour et probablement, je retournerai à Portoferraio par le sud, le Golfe de Valinco et Roccapina, la baie de Figari, Bonifacio, une escale obligatoire à Palombaggia, sauf s’il y a trop de monde, pour un retour en Italie début septembre seulement.
Des grandes vacances, quoi !
 
Ce n’est pas que je n’irai pas moi-même faire « trempette » sur des plages inaccessibles autrement qu’à dos d’âne, par la mer ou en « tas-de-boue-à-roulette » tout-terrain, à la rencontre de « ma » méduse qui patiente depuis l’année dernière dans ses élans énamourés pour ma barbaque…
Mais j’ai du mal à supporter les plages italiennes, largement sous-dimensionnées, quelle que soit leur dimension, telles que les « ritaux » s’y entassent, s’emboîtent systématiquement, tête contre pieds, parfois à s’empaler les uns sur les autres, occupant chaque mètre carré disponible.
Parcourir les quelques mètres qui séparent sa serviette, qu’on retrouve de toute façon piétinée à son retour, pour aller se rafraîchir par une bonne baignade, relève du parcours du combattant pour éviter de faire jouer sa police d’assurance en responsabilité civile !
 
Au moins, sur « mes » plages, on peut encore circuler aisément et poser son double-quintal/double-mètre sans risquer d’être envahi inopportunément.
Quoique, il reste des endroits infréquentables…
Au programme, d’abord Bastia, visite de courtoisie à quelques « cousins » à l’aller.
Puis détour au village, où il faut viser les dégradations annuelles des tombeaux, murets et autres plantations, avec étapes diverses dans le maquis où je constate les mêmes usures du temps qui passe sur mes « cruttiu » épars.
Puis, accueil de « ma nichée » en Balagne, par contournement du Cap Corse – où j’espère que le chauffe-eau fonctionnera après un hiver difficile – et enfin la « petite-virée » nautique que je lui avais promise l’année dernière.
S’il fait beau et que la mer n’est pas trop formée, « ma nichée » va revenir avec des étoiles plein les yeux sur le continent : De quoi tenir une année pleine !
 
Pour en revenir à « Mains invisibles II », naturellement, c’est la suite de « Mains invisibles » où on avait laissé « Charlotte » à La Valette après des tribulations invraisemblables qui se sont déroulées sur une période de deux années pleines, de juillet 2012, où il venait de déjouer un attentat à l’arme nucléaire sur la soirée d’inauguration des JO de Londres (hasard ou nécessité, puisque l’attentat n’a finalement pas eu lieu), jusqu’au mois de juillet 2014 où un putsch a également été déjoué par ses soins le 14 juillet sur la place de la Concorde…
 
Partant de l’idée rapportée de Platon par mon « beauf’ », celui qui fait philosophe dans la vie et grec dans le civil, que « L'homme n'est qu'un jouet inventé par Dieu » et plus précisément que : « L'homme, comme je l'ai dit plus haut, n'est qu'une marionnette inventée par Dieu » (Lois, VII, 803c), voire que : « Chacun des êtres animés est un jouet ingénieux, sorti de la main des dieux, soit qu'ils l'aient composé pour s'amuser, soit qu'ils aient eu quelque dessein sérieux » (Lois, I, 644d), il n’est finalement vraisemblablement  rien de hasardeux.
Même l’aléa total !
Ce qui finalement ressort assez bien, et avec le recul nécessaire, de ces tribulations relatées pour vous sous la forme romanesque d’une « nouvelle ».
Il ne peut pas en aller autrement : Il s’agit vraiment de l’actualité du moment, mais qui ne peut pas, ne doit pas être révélée crûment telle qu’elle s’est déroulée et que vous pouvez d’ailleurs contrôler par vous-mêmes.
Sauf que son véritable éclairage que je vous en fais affolerait bien trop les institutions de mon pays (qui n’ont pas besoin de ça) et qu’il vaut mieux pour tous « romancer » ces aspects-là.
Au moins, le doute persiste pour tout le monde.
C’est comme ça : Moi, j’y tiens à nos institutions, même si elles sont servies par des « moins que rien » et qu’elles peuvent nettement être améliorées !
Parce ce qu’elles sont les meilleures depuis bien longtemps et que je suis né avec.

Seulement voilà, si « les dieux ont quelques desseins sérieux », l’explication ne me convient pas non plus.
D’abord parce que je suis né « papiste », c’est comme ça aussi, et donc monothéiste.
Il y a peut-être un Dieu, éventuellement créateur du tout, mais pas « des dieux ».
Ou alors, ils se font passer pour tels pour imposer quelques destinées et autres « règles du vivre ensemble », comme on dit actuellement, depuis un olympe quelconque.
 
Par ailleurs, vous le savez, je suis en contact depuis de nombreuses années avec « l’Ami-Râle ». Il a une double qualité assez exceptionnelle, en plus que de plaider inlassablement pour son projet de « grands voiliers » à destination de la jeunesse, c’est d’avoir croisé un OVNI au-dessus de Paris, avec contact radar au sol pour confirmation, s’il vous plait, et d’être à l’origine du premier roman en ligne relatif au détournement des milliards de la Division Daguet par le président (et quelques-uns) de l’époque, « Opération Juliette Siéra ».
L’explication la plus cohérente possible de ce fameux détournement que les autorités de mon pays ne veulent toujours pas traiter, alors que tous les ministres concernés depuis ont écrit noir sur blanc qu’aucune somme n’a jamais été encaissée en dédommagement des opérations koweïtiennes.
Il se trouve qu’elles ont été versées, payées par les pays du golfe…
Et actuellement remboursées par le Irakiens sous l’égide de l’ONU qui les a validées.
C’est du sérieux en barre et compact.
Alors, si ce n’est pas un aveu d’arsouillerie, qu’est-ce donc ?
 
Sa double qualité de « témoin privilégié », OVNI et arsouilleries, le font avancer, « cogiter » sur la place de l’homme dans l’univers (vaste thème…) et il reste très au fait d’observations d’OVNI à travers le monde.
Notamment avec les survols ayant commencé à se densifier depuis octobre 2014 d’engins circulant librement au-dessus de sites « sensibles » qui mettent en émois divers les armées, la gendarmerie et les autorités d’une façon générale.
Pour lui, et pour beaucoup d’autres, notre civilisation est « sous surveillance » aliène en vue d’observer ou de neutraliser – ils ne savent pas vraiment – une ou des déflagrations nucléaires considérées comme fort probables.
Neutraliser, je doute : Il y a eu des tirs récents, notamment au Yémen, de munitions nucléaires tactiques contre des installations rebelles.
Les pixels blancs de saturation de la vidéo en témoignent comme autant de particules à haute énergie, ce qui est impossible à obtenir avec du TNT classique ou autre, bien sûr.
Et rien ne les a empêchés, même pas des aliènes !
 
Donc, la notion de « police galactique », ou de civilisations « bienveillantes » n’est qu’un leurre de l’esprit qui vise seulement à se rassurer, en pense-je.
De toute façon, pour vous en convaincre, ces « gendarmes-galactiques » auraient pu, ils auraient dû éviter au moins les deux dernières guerres mondiales et leurs avatars locaux qui persistent à gâcher ma bonne humeur naturelle jusqu’à nos jours, l’une entraînant l’autre, le massacre inutile de millions et de millions de personnes, et l’entrée dans l’âge du nucléaire de l’humanité toute entière et ses menaces de suicides collectifs auto-exterminateurs.
Ce qui n’a pas été le cas, jusque dans Tchernobyl ou Fukuchiyama.
Or, si ce n’est pas ça, c’est que c’est donc autre chose.
 
C’est justement exactement ce que je vous propose de vous expliquer dans cette « suite », au moins toute autant « rassurante », même si elle est iconoclaste et ahurissante.
Et qui a le mérite de rester cohérente, comme toujours avec l’actualité des 12 derniers mois, et d’être dans la droite ligne de mon précédent opus.
Parfois, j’ai la tête dure et des idées fixes.
Comprenne qui pourra, mais c’est comme ça et je ne vais pas en changer à mon âge avancé.
 
Pour le reste, c’est un récit « un peu » décousu. Je le reconnais volontiers : J’écris au fil des kilomètres, selon l’inspiration du moment (et de l’actualité qui vient conforter le récit, comme pour le confirmer : Un « effet » déjà identifié précédemment, un peu comme si « on » m’inspirait avant de confirmer).
Vous verrez sur la fin !
Car la question est simple : Comment aurai-je pu imaginer, de, disons entre décembre 2014 et janvier 2015, à la mi-juin dernier, l’encyclique papale « Laudato si » (« Loué sois-tu ») ?
Comment aurai-je pu également penser que Bill Gates (loué sois-tu, toi et tes équipes pour Windows, Excel et Word…) allait dégager un milliard de dollars de sa propre fortune pour préfinancer le développement de centrale à neutrons rapides, décision annoncée à la mi-juillet 2015 ?
Quoique dans son cas, l’idée lui est tombée sur le coin du neurone en 2010.
Justement une époque où je mettais en ligne le second vol du Nivelle 001 (un prototype qui n’existe pas, hors mon imagination pourtant si pauvre) appelant deux types de successeurs.
Qui naturellement se précisent cette année.
Des « prémonitions » impossibles, alors même que je n’y crois pas moi-même une seule seconde.
Et pourtant, tout cela a pu être écrit avant que l’information ne tombe et il m’a suffi de « corriger » et de préciser récemment.
Assez extraordinaire, une fois de plus…
 
Mais là, cette année j’ai aussi voulu « innover » : Une promesse faite à moi-même !
Un défi personnel.
Écrire au féminin…
 
Bé je vous jure que ce n’est pas si facile que ça !
J’ai ramé près de six mois pour écrire, réécrire, enrichir, modifier, les trois premiers chapitres.
Et encore, je n’en suis pas vraiment satisfait, tellement ça reste « passablement médiocre » à mon goût.
Mais bon, comme je reste avant tout un « plumitif », vous me pardonnerez donc de vous en apporter une preuve supplémentaire !
Parce que se glisser dans la peau d’une « poulie-fendu » quand on est un « couillu » (ah l’altérité sexuelle !), jusqu’à en décrire des sensations féminines intimes, avec des mots et sans pour autant verser dans le porno, mais tout juste « l'érotique-chaud » (on reste correct et bienséant sur ce blog…), et bien c’est à la limite de mes capacités.
Il a fallu que je me viole moi-même, figurez-vous, et pas une fois seulement.
 
À vous d’en juger dès demain et les jours suivants.
Pour l’heure, comme je vous le dis d’entrée, je suis en mer et pas forcément à portée de réseau internet (alors ne dékonnez pas avec vos commentaires), même si je me suis équipé, cette année.
On verra bien si « ça passe » ou non !
 
Bien à vous et bonne lecture quand même à toutes et tous !
 
I3

4 commentaires:

  1. Il y a quelque chose d’effrayant…
    Une simple évaluation, assez sommaire, des dernières découvertes du satellite Kepler, qui recherche les « exo-planètes », permet d’estimer qu’il y a une civilisation humaine par milliard d’étoiles !...
    C’est-à-dire que nous ne trouverons pas de planète semblable à la Terre, avec une espèce qui nous ressemble, à moins de 3.000 années-lumière.

    Le développement est ici :
    http://euroclippers.typepad.fr/exopolitique/2015/05/echos-du-cosmos-ii.html

    En voyageant 3.000 années à la vitesse de la lumière (juste au-dessous), et en choisissant la bonne étoile, nous pourrons vraisemblablement rencontrer une espèce nous ressemblant !...

    Avec la technologie actuelle, nous ne sommes pas prêts de découvrir les civilisations galactiques les plus proches, sauf celles qui nous semblerons d’authentiques "monstres" !...
    Et là, on peut compter sur une centaine d’espèces, et peut-être même nettement plus…

    Ce qui permet de réaliser que la « conquête spatiale » sera plutôt une « découverte spatiale » de longue haleine et on se demande, de plus, pour quelles raisons des civilisations viendraient faire la « police » chez nous…
    Après tout, on est si loin d’eux !...

    Aussi, j’attends avec curiosité votre roman « Mains invisibles II », et ses développements temporels, parce que là il y a peut-être une explication à l’inexplicable, à l’inconcevable !...

    Bien à vous !...

    « L’Ami-râle »

    P.S. Pour l’été 2015, je reprends sur le blog « Alerte-éthique » le roman « Mains invisibles » de l’été dernier, et sur le « Blog des sciences exopolitiques » le roman « Paradoxes temporels » de l’été 2008.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "L'explication" arrivera au dernier chapitre, le 2 septembre.
      D'ailleurs, il s'agit d'une énième rencontre de "Haddock" et "Charlotte"...
      Je vous mets en scène !
      Sans votre autorisation...

      Mais il y en aura deux autres tout au long du roman : Une première au-dessus de l'Algérie, où vous croisez avec Charlotte et Matilda, votre second Ovni et une autre où vous co-pilotez le nivelle 002 hors de l'atmosphère pour un vol balistique suborbital de 30.000 Km.
      Je vous signale que votre épouse sera à bord...

      Pour les reprises, j'ai vu ça, effectivement.
      Bonne continuation : y'a du taf !

      Supprimer
  2. Et puis, bonne route et bon vent !...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !
      Je viens d'arriver à Portoferraio :
      Le Wifi 4G+ nomade, ça fonctionne bien, mais à condition d'être en vue d'une terre.

      Croisière délicieuse, jusque là !
      Magnifique !

      Supprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube