Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

mercredi 28 juin 2017

Réformes sociales


La feuille de route 

Le ministère du Travail, dans une synthèse publiée le 14 juin 2017, présente l'échéancier des six grandes réformes pour rénover le modèle social. La première concerne la rénovation du droit du travail.

Le premier chantier de rénovation du droit du travail réuni les partenaires sociaux autour des thèmes suivants :
- L’articulation entre les accords de branche et d'entreprise du 9 au 23 juin 2017 ;
- Le dialogue économique et social du 26 juin au 7 juillet 2017 ;
- La sécurisation des relations de travail du 10 au 21 juillet 2017.
Le projet de loi d'habilitation qui doit autoriser le Gouvernement à recourir aux ordonnances sera présenté le 28 juin 2017 au Conseil des ministres.
La loi d’habilitation devrait être débattue selon la procédure ordinaire dès juillet.
Le Gouvernement présentera au Conseil des ministres les ordonnances. Elles seront publiées au JO vers la fin de l’été.

Parmi les autres futures réformes, citons la rénovation du système de retraite et l’ouverture de l’assurance chômage aux démissionnaires et aux indépendants.
Ces chantiers s'échelonneront sur 2018 et 2019.
En remarquant que désormais, pour ce qui est des régimes de retraites, tout le monde est au pied du mur : Ils ne seront pas à l’équilibre tels quels avant 2040 (les effets naturels de la démographie) et auront un pic de déficit de 9 milliards en 2021.
Après-demain…

Rappelons aussi que le 6 juin dernier, le Premier ministre, « Éd.Phil-lippe », et la ministre du travail, « Mumu-Pénis-chaud », l’avaient déjà présentée, cette fameuse « feuille de route ».
Promesse de campagne présidentielle, la réforme du Code du travail par ordonnances a la priorité.
Mais d’autres chantiers sont ouverts.

« Manu-Mak-Rond » aura organisé une série d’entretiens et noué le dialogue avec les leaders syndicaux un peu plus de deux semaines après le début de son mandat.
Au menu des échanges : Les instances représentatives du personnel, la répartition des rôles entre branche et entreprise et enfin le marché du travail intégrant la sempiternelle (et combien complexe…) question du plafonnement des indemnités prud’homales.
Sur chacun de ces thèmes, les partenaires sociaux ont été invités à faire des propositions et c’est un Président « déterminé et à l’écoute » qui est ressorti de ces rencontres selon le président de la CFDT, « Laure-rang-Burger ».

Ces « bilatérales » se sont poursuivis jusqu’au 2 juin avec, le Premier sinistre et la Ministre du travail. L’un s’est, à cet égard, réjoui de constater que « l’ouverture et la volonté de discuter étaient présentes ».
Un pseudo avant-projet de loi censé permettre au Gouvernement de prendre des mesures pour l’emploi par ordonnances, a été publié, le lundi 5 juin 2017, « fuité » par le magasine « Le Parisien ».
Ce document classé « confidentiel », qui préconise une évolution radicale du système (un peu abrupte de fait…), a fait l’objet d’un démenti immédiat du gouvernement. Et la sinistre de l’esclavagisme-salarial a d’ailleurs porté plainte contre X.
Hein, c’est à qui que profite le crime au juste, puisqu’il s’agissait en réalité d’un avant-projet émanant vraisemblablement du Medef-soi-même ?

Après l’avoir transmis aux partenaires sociaux, le gouvernement a donc présenté, le 6 juin 2017, depuis Matignon, le programme de travail visant notamment à réformer le Code du travail.
Le premier chantier concernera la réforme du Code du travail.
Au travers de 48 réunions bilatérales, dont l’échéance est programmée au 21 juillet 2017, différents thèmes seront abordés.
Les premières réunions porteront sur l’articulation de l’accord d’entreprise et de l’accord de branche et sur l’élargissement sécurisé du champ de la négociation collective aux partenaires sociaux. La loi resterait le socle des droits fondamentaux. La branche conserverait son rôle dans la régulation économique et sectorielle.
L’entreprise, quant à elle, serait le lieu le plus adapté pour le compromis dans le dialogue. 
Il s’agit, selon le gouvernement, « d’assurer une meilleure protection des salariés par des normes négociées entre représentants des salariés et des employeurs ». Ça n’est pas un projet « anti-branche », a assuré la Ministre du travail.
Ah oui ?

Seront ensuite à l’ordre du jour la simplification et le renforcement du dialogue social, qui se traduiraient par l’introduction du référendum d’entreprise à l’initiative de l’employeur et par la fusion d’au moins trois des quatre instances de représentation, ainsi que la reconnaissance des compétences acquises au cours du mandat.
Le dernier thème abordé est celui de la sécurisation des relations de travail, dans le cadre duquel serait défini le futur barème des dommages et intérêts en cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse.
Cette sécurisation passerait aussi par la réduction des délais de jugement, favorisant la conciliation prud’homale et par l’assouplissement des règles de formalisme entourant le licenciement.
Les règles encadrant le télétravail, jugées en décalage avec la pratique, seront également discutées.

Les ordonnances à suivre, fruit de prometteuses discussions, seront présentées au  Conseil des ministres avant la fin de l’été, soit avant le 21 septembre 2017.
Madame « Pénis-chaud » a également dévoilé les chantiers du gouvernement pour les 18 prochains mois.
Ainsi, le deuxième chantier porterait sur la suppression des cotisations salariales sur l’assurance maladie et l’assurance chômage. Cette mesure serait financée par un transfert sur la cotisation sociale généralisée (CSG) et serait effective dès le 1er janvier 2018.
Je te pique un peu  plus là, à tout le monde, y compris à au moins 60 % des inactifs, les « ceux-ce » qui ont cotisé toute une vie de labeur pour se « faire des rentes » déjà maigrichonnes mais ainsi encore un peu plus rabotées, pour redistribuer « aux forces-vives », en pleine activité qui se construisent un avenir sur le dos de leurs aînés.
Je vous avais prévenu d’un « retour de bâton » intergénérationnel : C’est en cours !

Le troisième chantier réformerait la formation professionnelle, l’assurance chômage et l’apprentissage, afin « de favoriser les mobilités professionnelles, d’assurer une garantie de ressources, et de fluidifier le marché du travail ».
Demain tu seras prié de déménager à volonté. C’est bon pour le moral des familles ainsi désunies et la reproduction de l’espèce.
De toute façon, elle est trop nombreuse, la télé ne suffit plus à limiter les naissances malgré toutes les konneries déversées à longueur de temps d’antenne et en plus, ça coûte cher à entretenir et à formater.
Alors autant accélérer le processus de décomposition avancée…

Un plan d’investissement massif serait discuté dès la rentrée 2017, pour la formation des demandeurs d’emploi, des jeunes et des salariés dont le métier est appelé à évoluer.
Je ne sais pas ce qu’ils vont apprendre que l’ékole n’apprend plus depuis si longtemps, sinon à appuyer sur le bouton « on » du robot à surveiller le matin et le « off » le soir ou en fin de série à produire, mais passons : Ça les occupera et viendra dégonfler les chômeurs catégorie A.
Une ouverture progressive de l’assurance chômage serait ensuite mis en œuvre, à compter de l’été 2018, en faveur des salariés démissionnaires et des indépendants.
Eh, eux aussi ont un droit à « ne rien foutre », que je te demande un peu !
Notez qu’on n’est dès lors plus dans le cadre de l’assurance (qui prend en compte uniquement un risque calculé par des actuaires-robots pour évaluer une cotisation), mais dans la prise en charge généralisée des « bras-cassés » (à force de porter des « moufles en plomb ») qu’on remplacera toujours plus par des robots : On vous l’a déjà dit que même « Deux-noix-Âme-mont » voulait les taxer d’emblée alors que je préconise toujours la « CSPM ».
Enfin, une refonte de l’apprentissage entrerait progressivement en vigueur pendant les deux prochaines années. 

Le quatrième et dernier chantier impacterait donc les régimes de retraites.
Encore cette armée d’inactifs à supporter…
Une rénovation visant à mettre en place un système unique et universel de retraite par points serait envisagée.
Il était temps…
Dans le cadre de cette réforme, l’existence du compte pénibilité ne serait pas remise en cause. Mais si sa philosophie serait maintenue, réaffirmée, renforcée elle sera « simplifiée ». Dans l’attente, le premier-sinistre aura indiqué que le délai des entreprises pour procéder aux déclarations obligatoires du début 2017 serait « reporté au 31 décembre ».
Personnellement, je ne sais pas trop pourquoi.
Il me semble que c’est comme pour la retenue à la source : Un chantier « prioritaire », au moins depuis « le Chi » puisque j’en causais déjà il y a 15 ans de ça à mes étudiants « fiscalistes +++ », mais qui a été tellement mal conçue par les équipes de « Tagada-à-la-fraise-des-bois », encore « un truc » qui devait simplifier la vie de tout le monde (kon-tribuable, entreprises et administrations) et accélérer les encaissements de recettes « pue-bliques », se retrouve une nouvelle fois reportée et on ne sait même pas dans quelles conditions.
Notez que comme disait le « Duce », faire et défaire, c’est toujours travailler.
Mais que de pertes de temps et d’énergie…

En synthèse, 18 mois pour lancer quatre chantiers majeurs, 18 mois pour « rénover notre modèle social ». La majorité envoyée absolue à l’Assemblée Nationale, avec engagement solennel et par écrit de voter sans broncher toutes les mesures présentées, devrait appuyer la volonté de réformer.
Comme vous êtes des lecteurs devenus intelligents à force d’assiduité à venir consulter ce « piti-blog-insignifiant », vous aurez remarqué que dans ce foutu pays qui est le mien (et que j’aime tant même s’il me le rend si mal…), nous sommes également habitués à la contestation sociale de rue, ce que sait parfaitement « Manu-le-Jupitérien-olympien » pour l’avoir expérimentée  in vivo !
Un savant équilibre à rechercher pour nos dirigeants !

Car finalement bien des choses décidées pour durer une éternité n’existent déjà plus dès après leur mise en place, alors que ce qui devait rester « provisoire » est encore là à vous pourrir la vie.
Gageons que « nos experts », dans leur volonté de faire des essais de laboratoire, tenterons tout de même de ne pas tout gâcher avec leur pleins-pouvoirs et leur immense savoir-faire.
Enfin, c’est bien ce que j’espère pour le pays.
Mais une fois de plus…

mardi 27 juin 2017

La veste « Mak-Rond-nienne »


Assez extraordinaire…

Je passe mes fins de semaine à Monaco dit « le Rocher » depuis quelques mois. C’est l’occasion pour moi de cumuler des « points de présence » pour un jour peut-être, après avoir été naturalisé « Ritalien », devenir « exonéré » d’impôt sur le revenu sur mes quelques vieux jours hypothétiques.
Pour l’heure, ma situation fiscale reste confortable : Toujours « Gauloisien » mais fiscalement domicilié en « Ritalie », l’essentiel de mes revenus sont de source monégasque et subissent un « forfait-ritalien » au titre de mon « détachement ».

Le détachement, justement, et la directive « Bolkestein », celle qui est venue polluer les élections européennes d’il y a quelques années, a provoqué une poussée d’urticaire-politique chez les « Mes-Luches » et autre « F.Haine », qui collectent à eux deux près de 40 % des suffrages de mes « kons-patriotes » europhobes encore dernièrement, bé c’était le thème abordé par « Manu » à l’occasion du dernier sommet européen de la semaine dépassée.

En semaine, ne me faisant pas encore totalement aux chaînes télévisuelles « ritales » (la « musique », ça va, mais « les paroles », j’ai du mal…), je m’imprègne de « Télé 24 » ou de rewind de TF2 sur internet. En revanche, j’arrive à comprendre les grandes lignes des manchettes des quotidiens « ritaux » qui et vous causaient aussi dudit sommet.
Et curieusement, ça ne causait pas vraiment de la même chose.
Confirmation de la presse francophone de mon week-end.
Tout le monde te causait du « Jupitérien-olympique » tout auréolé de sa gloire d’avoir terrassé le dragon des europhobes, le premier depuis le Brexit et quelques autres depuis qui ont failli faire basculer l’UE dans le néant – en prétend-on – et qui arrive couvert de lauriers tel César au lendemain de la guerre des Gaules, voire du Christ descendant de son âne sur une marée de palmes.
Y’en a un qui marchait vers son calvaire, l’autre marche sur l’eau…
Trop drôle !

En bref, chez les « journaleux-gauloisiens », après avoir remis une claque aux « polaks », « Manu-l’olympien » faisait enfin bouger les lignes en Europe : Les détachés, certes, mais tout autant les migrants, les politiques monétaires, économiques et je ne sais plus quoi encore : On allait voir ce qu’on allait voir avec un tel « chef » à qui tout réussi !

Or, à ma grande surprise – et j’ai vraiment cherché, mais pas dans la « presse-aux-ordres » –, le Conseil des 22 et 23 juin n’a repris aucune des demandes gauloisiennes annoncées de longue date par le président de la République.
En particulier, il n’a ouvert aucun débat sur les travailleurs détachés, sujet sur lequel la Gauloisie avait bandé ses minuscules muscles affligés de ses déficits et endettements publics, en demandant un durcissement de la réglementation.
D’où ça sort donc, cette affaire-là, me questionnai-je à moi-même (avec grand respect, faut-il rajouter, respect dû à mon « grand-âge ») ?
Rien !
Pas de réponse…

Et d’en conclure que par ce seul silence, mon pays (à moi-même, que j’aime tant et qui me le rend si mal…) s’est pris « une veste » mémorable.
Une défaite en rase campagne, sans combat, qui montre le peu de cas que l’Europe fait finalement d’un président « jupitérien » engluée dans un huis clos avec l’Allemagne, alors même que « l’Olympien » pense déjà pouvoir défier « Mc-Donald-Trompe » jusque chez-lui.
Un « Trompe » génial, reconverti tout récemment à l’énergie-verte : Il va couvrir son mur de la honte sur la frontière mexicaine avec des panneaux-solaires !
Musk va encore s’en mettre plein les poches, de quoi financer des autoroutes solaires le long de ladite frontière…
Laissez-moi rire : Quand les utopies roulent pour vous, c’est vraiment très comique !

Ainsi, j’ai néanmoins relevé que s’agissant de l’emploi, le sommet a conclu que « s’appuyant sur les conclusions du Conseil de mai 2017, qui préconisent une stratégie pour l’avenir de la politique industrielle, (il) insiste sur le rôle essentiel de l’industrie, qui constitue un moteur important pour la croissance, l’emploi et l’innovation en Europe. »
Par conséquent, rien de nouveau, sauf que c’était « Tagada-à-la-fraise-des-bois » qui avait fait le déplacement et il a dû oublier de prendre des notes entre la poire et le fromage…
« Dans le prolongement de ses propres conclusions antérieures, il demande que des mesures concrètes soient prises pour que le marché unique dispose d’une base industrielle solide et compétitive. »
Bien…
Autrement dit, avec ou sans « Mak-Rond », rien de nouveau…
Tiens, tiens.

Les conclusions du Conseil sont donc que la prospérité viendra de la défense de l’industrie. Cette vision au demeurant très allemande met des mots sur un vide Gauloisien : Quelle est la politique industrielle « Manu-Mac-Rond » au fait ?
Pour l’heure, tout le monde l’ignore jusqu’ici et même ailleurs.
D’ailleurs et curieusement le Conseil européen s’est d’abord préoccupé de sujets qui n’ont aucun impact en Gauloisie.
Et pas un mot sur ni les « prolos » détachés ni même les transfrontaliers : Rien, nada, ensemble-vide…

Mais il y a mieux : « Mac-Rond » est venu avec l’idée qu’il fallait empêcher les Chinois de prendre le contrôle à vil prix de nos pépites technologiques : Ce n’est plus une veste, mais l’occasion d’un superbe bide !
Retranscription du Conseil de sa demande : « Le Conseil européen est convaincu que le commerce et les investissements ne peuvent être libres que s’ils sont également équitables et mutuellement bénéfiques. Il invite par conséquent les co-législateurs à parvenir rapidement à un accord sur des instruments de défense commerciale modernes et compatibles avec l’OMC, qui renforceront la capacité de l’UE à lutter efficacement contre les pratiques commerciales déloyales et discriminatoires et les distorsions de marché. »
Hein : Pas touche, pas d’initiative hasardeuse, tout est déjà dans les textes applicables…
Il suffit de savoir lire.

Et il persiste : « Le Conseil européen demande à la Commission de veiller à leur application rapide et effective par des mesures d’exécution non législatives visant à rendre les pratiques commerciales et les instruments de défense commerciale de l’UE plus réactifs et plus efficaces et de proposer, le cas échéant, des mesures complémentaires.
Il demande en outre à la Commission et au Conseil d’approfondir et de faire avancer le débat sur la manière d’améliorer la réciprocité dans le domaine des marchés publics et des investissements.
Dans ce contexte, il salue l’initiative de la Commission visant à maîtriser la mondialisation et, entre autres, à analyser les investissements réalisés par des pays tiers dans des secteurs stratégiques, dans le plein respect des compétences des États membres. »
Ce n’est même plus du langage diplomatique : C’est ferme ta gueule et revois ta copie, STP !

Bon, il y a une autre lecture : Pour faire plaisir au bizut, on aborde quand même le sujet.
Mais on n’annonce aucune directive, affirmant qu’aucune mesure réglementaire ne sera prise sur le sujet, et qu’en aucun cas, on ne tordra le cou aux règles de l’OMC !
J’adore.
On notera aussi au passage que le sujet sera repris en main par la Commission et sera discuté ultérieurement…
Circulez : Il n’y a rien à voir !

Et pour finir, « Angèle-la-Mère-Quelle » a pris son petit protégé par la main et lui a infligé l’une de ses fessées dont elle a le secret. Celle-ci prend d’ordinaire la forme d’une conférence de presse conjointe, où le Président Gauloisien annonce qu’il ne fera plus rien à l’avenir sans l’autorisation et le consentement de la chancelière : « Je veux dire ici combien à la fois le fait que nous ayons très étroitement préparé ensemble nos remarques à ce Conseil, que nos interventions aient été constamment en ligne et que nous puissions en rendre compte en commun est à mes yeux important. »
Magnifique !
Et de rajouter : « C’est en tout cas ce que je m’attacherai à faire, dans les années à venir, parce que je pense que quand l’Allemagne et la France parlent de la même voix, l’Europe peut avancer ; ce n’est parfois pas la condition suffisante mais c’est en tout cas la condition nécessaire. »
Fermez le ban…

Et conséquence de ce petit-exercice de recadrage, on apprend comme ça que, contrairement à ce qu’on voulait nous faire croire, les positions « Mak-rond-nienne » au Conseil sont préparées avec l’Allemagne et en amont, le Président « tout-nouveau-tout-beau » aura donc respecté les passages obligés de la déculottée.
Rien, pas de bouleversement annoncé, hormis « le vent » habillé d’une « veste » !

Même sur les migrants, il s’est quand même senti obligé de nous déclarer : « Nous devons accueillir des réfugiés car c’est notre tradition et notre honneur. Et je le redis ici, les réfugiés ne sont pas n’importe quels migrants. Ce ne sont pas les migrants économiques, ce sont des femmes et des hommes qui fuient leur pays pour leur liberté ou parce qu’ils sont en guerre ou pour leurs choix politiques.
Nous devons ainsi faire preuve de solidarité quand un de nos voisins fait face à des arrivées massives de réfugiés ou de migrants. »
« La veste » est désormais retournée !

Tous les ingrédients sont donc réunis pour que, dans les cinq ans à venir, « Mak-Rond » conserve intacte la doctrine européenne développée sous « Tagada-à-la-fraise-des-bois », celle d’un alignement systématique sur les positions allemandes sans contrepartie en faveur de mon pays.
En bref, rien de nouveau avec le « jupitérien-olympien » : Il peut marcher sur l’eau autant qu’il veut, ça ne changera pas d’un iota.

Surtout que justement, il s’agit de négocier les « Brexit » en sauce pimentée, histoire de bien faire comprendre que l’Europe, ça n’est pas rien, que si ça a des avantages, ça coûte et que celui qui se tire pour des âneries, faudra qu’il rembourse tout ce que ça a coûté et sans en avoir les avantages.
Eh, des fois que cette maladie-là soit contagieuse, il faut passer le karcher après avoir tout cramé au lance-flamme !
Normal : On appelle ça la « décontamination ».
(J’en sais quelque chose depuis mon « attentat » vénitien : C’est la procédure imposée par les assurances et les normes & bons usages de la construction et des bâtiments !)

Alors comprenez que quand je lis les gros titres de la presse gauloisienne « aux ordres » qui veulent dissimuler les gros ratages du « patron », j’en reste étonné par tant de flagorneries.
Ainsi, « Les Échos-du-matin », qui ne cachent plus son soutien complet et acquis au Président, font croire à une victoire Gauloisienne.
Plus complaisant encore, « Le Monde-du-lendemain » (ce torchon) se fend d’un titre ahurissant : « Conseil européen : avec Macron, l’Europe met en scène son sursaut ».
Non mais !
Ils doivent avoir drôlement besoin d’un gros coup de pouce de subvention, dans ce canard-là, pour sortir de pareilles âneries…
La tonalité est un peu moins obséquieuse au « Figaro-ci-cigarillo-là », qui fait le choix de la neutralité en reprenant une dépêche de l’AFP et centrer son papier sur les questions de défense.
Sur ce sujet, le quotidien du marchand-de-canon « Sergio-Daβ-Haut » en fait beaucoup avec un titre excessif : « Macron salue une avancée historique pour l’Europe de la défense » (ah oui ? Laquelle ?), mais il évite quand même de sombrer dans l’asservissement de ses grands concurrents.
En fait, il faut aller chercher plus loin, dans l’hebdo « the-Point.fr » pour lire « Macron au sommet de l’UE : premiers échanges, premier revers ».
Le reste, je vous laisse faire : Je n’ai pas eu le temps…

Non, non, ce ne sont hélas pas les premiers revers : On l’a encore vu toute la semaine dernière et cette invraisemblable ivresse de décomposition du système « Mak-Rond-nien » en politique interne (cf. post précédent, d'hier).
Pas un mois qu’ils sont là que déjà ça part en quenouille.
Moi qui pensais qu’on avait affaire avec « l’ère des experts », signant l’arrivée du « monde d’après », bé j’ai comme des doutes sur le bienfondé de leurs légèretés… pour le moins de plus en plus compactes, me semble-t-il.

Encore un « tournant de l’Histoire » qui aura été loupé ?
Et combien de temps ils vont nous le cacher à force de compromission, soutenant de façon aussi grossière le « gamin-olympien » ?
En fait, le « monde d’après » n’est pas « Mak-Rond-nien », peut-être celui « des experts », mais alors d’experts en monde « Orwellien ».
On est en plein dedans, à quelques petites-exceptions près, finalement…
Ou l’art de faire prendre des vessies pour des lanternes.
Combien de temps cela va durer, au juste ?

lundi 26 juin 2017

Une semaine extraordinaire…


« Aide Phi-lippe » deuze !

D’abord ce phénomène climatique étonnant : La « Gauloisie-climatique » qui n’a jamais été aussi chaude depuis 1872 et même « Paris-sur-la-plage » depuis 1945.
J’adore !
Cela veut-il dire qu’en 1944 il faisait encore plus chaud ?
Je savais que l’hiver-40 avait été particulièrement rude, mais de là à imaginer une seule seconde que depuis qu’on relève les températures (1810 ?), on n’avait pas pu atteindre de tels records...
Serait-ce l’ère du « Global cooling » ?

Et puis attendez, pendant que « le chef-olympien » se promenait au sommet européen, pendant que le « Brexit » commençait à être enfin discutaillé, pendant qu’en Syrie Al Bagadi se faisait descendre, ainsi que d’autres objets « de guerre » tout autour de Mossoul et même ailleurs vers la méditerranée, par les Russes et/ou les américains, figurez-vous que si on a eu quelques précisions sur la future politique étrangère de mon pays (celui que j’aime tant et qui me le rend si mal…) à rebours de ce qui avait toujours été fait jusque-là, « Phi-lippe », le premier sinistre, faisait le ménage chez lui.
Pas compliqué : Majorité absolue des « Rem-même-pas-en-Rêve » à l’AN, décomposition des « Républicains-Démocrates » en deux groupes, l’un « constructif » (traduisez : « J’en veux aussi » !) l’autre « historique » (traduisez : « Je reste sur mes gardes »), y’avait plus besoin des « Mac-MoDem » pour gouverner.

Et justement, empêtrés dans l’affaire des assistants parlementaires d’eurodéputés (chose avouée, chose à moitié pardonnée), le « Garde des Sots » (qui devait porter la réforme de la moralisation de la vie publique) et la secrétaire d’État aux Affaires européennes, « Mariole-Serre-naze », quittent le gouvernement.
Ce qui faisait suite au départ de la « Sinistre de la guerre » issue du même parti de « soce-démocratouille », là en pleine inauguration du salon du Bourget où il est en général question de vendre un maximum d’engins à tuer « les autres » avec du pognon « des autres ».
Qui lui-même faisait suite au départ de « Ricard-51-Fer-rang », également malmené pour des affaires d’enrichissement sans cause au profit de celle qui lui ripoline le dard à nocturne, recasé en chef de groupe, mais ne me demandez pas lequel, je n’ai pas compris qui il va désormais pouvoir plumer…
Je te vous jure !
Et dire qu’ils avaient retardé la nomination de ce gouvernement pour « vérifier » la « pureté » des impétrants…
Ça n’aura pas duré le temps d’une Lune !

Un remaniement annoncé, mais nettement plus conséquent que celui initialement prévu.
Pensez, ils étaient une grosse quinzaine, ils se retrouvent à presque plus d’une trentaine : Le double contre tous les engagements de campagne distribués sans même y réfléchir.
Retour aux « bonnes vieilles pratiques » d’antan ?
De quoi en rire !

L’ancienne eurodéputée MacMoDem, « Coco-La-page », salue à l’occasion une décision éthique. « François Bayrou donne une bonne image de ce que doit être un garde des Sceaux. Quelqu’un qui est capable de passer à titre personnel après l’intérêt de sa fonction », a t-elle réagi.
Salope, oui !
Lui ne dira pas autre chose : « Je ne peux pas rester à une fonction où ma parole serait liée »…
On savait déjà que chez lui, c’était pathologique : Habité par la fonction, il a une double personnalité en comptant celle « du citoyen » et même triple avec « sa vie intime ».
Un beau cas psychanalytique, finalement.

Néanmoins, ces démissions entachent les premiers jours de la présidence de la République pour certains politiques, dont le député de la « Trance insoumise » de Seine-Saint-Denis, « Riton-Coquetier-Réel » : « J’ai l’impression que l’enfumage autour d’Emmanuel Macron, d’une République exemplaire, de quelqu’un qui paraît marcher sur l’eau va se révéler celui d’une Vème République avec tous ses défauts, avec des affaires, tout ce qu’on a déjà vécu sous François Hollande ou Nicolas Sarkozy » explique-t-il.
Disons qu’à défaut d’être « impressionniste », le nuage d’enfumage « surréaliste » commence à se dissiper mollement…
Constat partagé par le député européen frontiste, « Floflo-Phil-Lip-pot », ce qui n’étonne pas, qui critiquait, mercredi matin sur « Transe-intox », le fait « qu’on nous avait promis de nouvelles pratiques, la moralisation, les enquêtes qui allaient nous permettre d’avoir des gouvernements merveilleux immédiatement. Monsieur Bayrou devait être sous enquête quand il a été nommé, et madame de Sarnez. Il nous avait fait ce numéro où on avait retardé l’annonce du gouvernement parce que soi-disant on enquêtait. Tout était dans le livre de Mme Lepage ».
La salope de faux-frère que personne n’a lu, te vous dis-je.

Le projet de loi sur la moralisation de la vie publique est également invoqué pour critiquer les intentions d’exemplarités du mouvement « En Marche ! ».
Pour le député « Les Républicains-démocrates » du Nord, « cela commence à faire beaucoup. Quatre ministres qui sont obligés de quitter le gouvernement après avoir donné tant de leçons pendant la campagne électorale sur la transparence, l’exemplarité ».
Oui, bon … Il se calme celui-là. Mais il paraît que ce ne sera pas le cas au moins en souvenir et en hommage de « Fifi-le-souteneur »…
« En matière d’exemplarité, il faut cesser de donner des leçons à tout le monde. Il faut rester humble, voire comment on peut faire pour renforcer la confiance des Français vis-à-vis de la politique avec un certain nombre de règles claires », a-t-il estimé.
Le problème, c’est que c’est trop tard : Quand 57 % des inscrits ne se déplacent même pas pour aller voter, on peut dire que le divorce est consommé à … la majorité consentante !

Grosse rigolade encore quand il a s’agit de savoir où assoir « Menuet-Valse » dans l’hémicycle. Chez les « soces » (ou ce qu’il en reste), chez les « Mak-kronistes » ou, en haut à gôche chez les « non-inscrits » ?
«Pas avec les non-inscrits», confiait-il. ,
Et lex-Premier-sinistre navait pas encore pris de décision sur son point de chute.
Son avenir politique nest pas clair pour autant. «Jai conscience que certains préféreraient le voir silencieux », persifle le maire d’Évry, sa circonscription.
« Mais Manuel Valls ne le sera pas.»
Étron de gourgandine : Il n’a pas fini de nous casser les esgourdes alors ?
Quand même kon pour un catalan de s’en prendre à nos portugaises avec rage, trouve-je…

Un retour au « P.Soce », dont il est toujours adhérent, n’est pas à exclure. Surtout si le groupe soce, débarrassé du gros de ses frondeurs à l’issue des législatives, vote la confiance à « Mak-Rond », ce qui ne sera pas le cas, paraît-il.
« Menuet » le dit lui-même: Il veut «être utile» au président et votera donc la confiance au gouvernement le 4 juillet.
Je te demande un peu s’il ne va pas rejoindre, lui aussi, les « constructifs » derrière « Sol-Air »…

Justement « Titi-Sol-Air », le mek qui aura viré le très « bling-bling-guesque » « Gué-an » de Boulogne – qui se retrouve ruiné pour avoir été saisi de ses biens à titre conservatoire, un peu comme « Nanar-Tapis » en paiement de ses turpitudes – qui aura été réintégré dans l’équipe des loosers, pour finalement arbitrer les primaires, puis soutenir contre vents et marées « Fifi-le-Souteneur », il a annoncé la création d’un groupe parlementaire regroupant des élus « constructifs », des UDI (qui décidément bouffent à tous les râteliers sans honte, comme de coutume), ainsi que des Indépendants, tous prêts à voter des lois proposées par le gouvernement.
Je sens comme un nid-douillet pour « Menuet-Valse », là…
Grosse rigolade…

Mais le mieux reste à suivre : « Nous avons la volonté de faire passer l’intérêt général avant tout ».
Waouh, le programme !
« S’opposer sur tout est une logique qui n’est pas bonne pour le pays », d’après le futur « chef de groupe-constructif ».
« Nous aurons un fonctionnement très ouvert, dans une logique de confiance », a-t-il ajouté.
Ce gars-là, quand il se met à évoquer « la confiance », là franchement, j’en tremble…

Mais le président de l’UDI, présent lors de la conférence de presse, a précisé que « 18 parlementaires » de son parti avaient l’intention de rejoindre ce groupe. Avec la « volonté de construire un groupe le plus large possible », ce groupe peut devenir « la troisième force politique de l’Assemblée ».
Ah oui c’est sûr, là.
Y’a déjà « Fer-rang », le ministre sorti qui va présider le premier groupe, celui du président « Olympien » ; un des « historiques », probablement « Veau-qui-est » (ou un autre) de chez les « Républicains-démocrates » qui va présider le sien ; « Serre-Naze » qui va piloter celui des « MacMoDem » ; un des rares « soces » ayant survécu qui va piloter le quatrième quand ils se seront réconciliés ; les Insoumis drivés par « Mes-Luches » et peut-être quelques transfuges-staliniens ; et lui à « 18 », il compte être la « troisième force »…
J’admire les effets des maths modernes sur les meilleurs esprits du pays : Que des patates !
Franchement, j’adore !

En bref, on n’est quand même pas si bien parti que ça.
Je ne sais pas encore ce que va donner « l’hégémonie » du parti présidentiel, avec ses élus si mal élus (comptez bien : Même pas un inscrit sur 6 !) ; je ne sais pas du tout comment la trentaine de ministres « resserrés » vont piloter le bidule, même si on va y revenir, parce que ça s’annonce « ultra-chaud », tout dégoulinant de crème au chocolat-fondu ; mais alors dès la première bourrasque, internationale ou terroriste (on attend toujours un attentat majeur pour le 11 juillet prochain, un mardi, pas encore dépisté), voire tout simplement de la planète financière sur le point de se ramasser (mais là ce sera plutôt pour les chaleurs caniculaires du mois d’août ou de l’été-indien de septembre), ça va devenir fabuleux.
Magnifique époque, finalement !
Une semaine vraiment extraordinaire.