Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

vendredi 17 mars 2017

Quelques bons souvenirs de retour…

Les revenues du moment.
 
Un jeune homme fait de l’autostop pour partir en vacances.
À peine installé, une première voiture, une limousine, s’arrête.
Une porte s’ouvre et le conducteur demande à l’autostoppeur s’il a voté à gauche ou à droite à la dernière élection présidentielle.
« J’ai voté à droite », répond le jeune homme.
La porte se ferme et la superbe limousine s'éloigne en trombe ...
Cinq minutes après, une deuxième voiture, une Ferrai, s’arrête.
Là encore, la porte passager s’ouvre et le conducteur demande à l'autostoppeur s’il a voté à gauche ou à droite à la dernière élection présidentielle.
« J’ai voté à droite », répond encore le jeune homme.
De nouveau, la porte se referme immédiatement et la superbe F40 poursuit sa route sans lui …
Tout ça est très surprenant et laisse notre jeune perplexe …
Quelques minutes plus tard, un superbe Z4 décapotable de la célèbre marque bavaroise s’arrête et rebelote …
La porte passager s’ouvre et le conducteur demande à l'autostoppeur s’il a voté à gauche ou à droite à la dernière élection présidentielle.
« J’ai voté à gauche », répond alors le jeune homme.
La conductrice, une superbe blonde l’invite alors à monter à ses côtés.
Courtement vêtue, très jolie, elle provoque l’émoi de notre autostoppeur qui se dit en lui-même : Bon sang, cela fait à peine 5 minutes que je suis socialiste et j’ai déjà envie de baiser quelqu’un !
Vous aurez noté que celle-là, elle date d’au moins 5 à 7 ans.
Mais dans l’originale, sous l’époque de « Bling-bling », le jeune autostoppeur était « soce » et finit par dire qu’il vote à droâte…
 
Un homme entre dans un bar super high-tech, de 4ème génération, avec écrans plasma et claviers digitalisés de partout. En plus c'est un robot qui sert à boire. L’homme s'installe confortablement et, dans la nano seconde qui suit ,le barman-robot s’approche et lui demande :
« Quel est votre QI ? »
L’homme répond : 150.
Alors, le robot lui sert un Whisky de 18 ans d'âge, et entame la conversation sur le réchauffement climatique, l’interdépendance environnementale, la physique quantique, les nanotechnologies etc. …
Au bout d’un moment, le client règle sa consommation (naturellement on-line avec sa carte de crédit), et sort.
Il est vachement impressionné par ce qui vient de se passer, et décide de revenir tester le robot à nouveau.
C’est d'ailleurs ce qu'il fait le lendemain même.
Il revient donc dans ce même bar, et le même scénario se reproduit.
Il est à peine assis que le même barman-robot s’approche et lui demande : Quel est votre QI ?
Cette fois-ci, l’homme répond : 80.
Immédiatement, le robot lui sert une bière et lui parle de foot, de tiercé, de ses plats favoris, de femmes etc. …
Au bout d’un moment, l’homme repart. Il est de plus en plus intrigué et décide de revenir à nouveau le jour suivant.
Le lendemain donc, même topo !
Le barman-robot s'approche et demande : Quel est votre QI ?
Ce coup-là, l’homme répond : « 20 je crois ! »
Alors, le robot lui sert un verre de gros rouge et, en lui posant la main sur l’épaule, lui demande avec condescendance :
« Alors, comme ça, on a voté Hollande en 2012 ? »
L’originale qui est sortie il y a moins longtemps que la première blague ci-dessus, qui se passait au paradis, avait pour chute : « Alors, tu as voté Le-Peine, toi aussi ? »
 
Poutine, Merkel et Sarkozy sont en enfer …
Poutine, Merkel et Sarkozy sont morts et en enfer, ils veulent prendre des nouvelles de leurs pays respectifs et demandent au diable l’autorisation de téléphoner :
« Bien entendu » dit Satan à Poutine qui prend le téléphone, téléphone pendant 1 h 30 et demande ensuite au Diable combien il doit.
« 3 millions de roubles » lui dit Satan et Poutine s’exécute.
Vient le tour de Merkel qui téléphone également pendant 2 heures et règle au Diable ensuite la communication pour 1 million d’euro.
Vient ensuite Sarkozy qui prend l’appareil, reste 3 heures au tél et demande ensuite à Satan combien il lui doit : « 30 euros » répond Satan.
Du coup les 2 autres s’exclament pourquoi ce favoritisme vis à vis de Sarkozy ?
« Eh bien » répond le Diable, « vous êtes en enfer, mais la France aussi depuis les dernières élections… donc Sarkozy bénéficie du tarif d’un appel local … »
Dans l’originale, c’était Bush, Poutine et Netanyahou qui téléphonaient à Dieu, à chaque fois qu’ils se rencontraient. Hors de prix depuis les capitales américaine et russe, en revanche, 3 shekels depuis Jérusalem…
Appel local aussi ! 
 
Une petite dernière ?
 
Le premier est Allemand :
« Nous, on est tellement fort en chirurgie qu’on a pris un homme qui était sans testicules à la suite d’un accident et on a réussi à lui en greffer une paire. Eh bien, six semaines après, il cherchait du boulot ! »
L’américain tout fier dit :
« Nous, on a fait mieux : on a pris un grand malade du cœur, on lui a fait une greffe et quatre semaines après, il cherchait du travail ! »
Le Russe ne veut pas être en reste :
« Nous, nous avons pris un homme qui avait un cerveau malade, nous lui avons greffé un nouveau cerveau et deux semaines après, il cherchait du boulot ! »
Alors le Français intervient :
« Messieurs, vous êtes vraiment très en retard !
Nous avons pris un mec sans cœur, sans cerveau et sans couilles, on en a fait un Président de la République et, dans six mois, c’est tous les Français qui chercheront du travail. »
Dans l’originale, c’était des chirurgiens lors d’un congrès et il n’y avait pas de français. On se contentait de raconter que le patient avait été greffé d’un cerveau et avait été élu Président de la plus grande puissance du monde…
 
Et puis quelques nouvelles :
 
Lakshmi Narayan Mittal (Arcelormittal) vient de décéder et arrive au paradis.
Dieu lui dit : Avec tout ce que tu as fait en France et surtout en Lorraine il n’est pas question que je t’accueille au paradis, va directement en enfer.
Trois jours après Satan frappe à la porte du paradis et dit à Dieu :
« Reprends-le, il m’a déjà éteint 3 fours ! »
 
Le soir, quand les pharmacies sont fermées, les boîtes se parlent entre elles sur les tablettes.
C’est alors que la vaniteuse boîte de Tampax dit à la boîte de condoms :
« Moi, à tous les mois, on se sert de moi. »
La boîte de condoms, orgueilleuse, lui répond :
« Et moi, si j’pète… Ben, c’est toi qui vas rester sur la tablette ! »
 
Un client consulte un psychanalyste pour une première fois.
Le médecin l’interroge :
« – Depuis quand avez-vous envie de faire l’amour avec votre mère ?
– Hé, oh ! Qu’est-ce que c’est que ça ? Je n’ai jamais dit ça !
– Woah ! », rugit le psy, « Si vous ne vous montrez pas plus coopératif, comment voulez-vous que je vous soigne ? »
 
Un client entre dans une pharmacie :
« – Faites-vous des analyses d’urine ?
– Mais oui, monsieur, toujours.
– OK, lavez-vous les mains et remplissez mon ordonnance. »
 
Un couple se prépare à être converti par un rabbin orthodoxe. Ils se retrouvent pour la dernière réunion préparatoire.
Le rabbin leur demande s’ils ont des questions à poser.
Le mari en a une :
« – Est-il vrai que les hommes et les femmes ne peuvent pas danser ensemble ?
– Oui, c’est tout à fait vrai, pour des raisons de décence, les hommes et les femmes doivent danser séparément !
– Ça veut dire que je ne pourrai plus danser avec ma femme ?
– C’est cela.
– Hmmm. Et qu’en est-il des relations sexuelles ?
– Pas de problème, du moment que ça reste dans le cadre du mariage.
– On ne dit rien sur les différentes habitudes sexuelles ? Sur les positions par exemple ?
– Non, rien de spécial…
– Pas de problème pour la position du missionnaire ?
– Non.
– Ni pour la levrette ?
– Non plus…
– Et en position debout ?
– Ah ça, NON… Ça pourrait conduire à la danse ! »
 
« Celui qui, tout au long de la journée, est actif comme une abeille, est fort comme un taureau, bosse comme un cheval, et qui le soir venu est crevé comme un chien, devrait consulter un vétérinaire car il est fort probable que ce soit un âne. »
 
Le cannibale consulte un médecin :
« – J’ai des crampes épouvantables.
– Où ?
– J’ai des crampes et des brûlements d’estomac.
– Ah bon, tu devrais faire cuire un pompier. »
 
« Et quand tu seras vieux, qu’est-ce que tu feras » demande le grand-père au petit Jean-Marc ?
« Je vais rajeunir. »
 
Une jeune fille entre dans un commissariat de police.
« – Je viens déposer plainte pour viol !
– Quand est-ce arrivé mademoiselle ? » demande le policier.
« – Il y a quinze jours.
– Il y a quinze jours ? Mais pourquoi avoir attendu si longtemps avant de le signaler ?
– Ben… heu…, je ne savais pas que j’avais été violée… jusqu’à ce que le chèque soit refusé à la banque. »
 
Deux copines d’une cinquantaine d’années prennent le thé à la terrasse d’un café.
« – Mon mari a perdu l’esprit… » se plaint la première. « La semaine dernière, il a acheté un lit d’eau. Sans m’en parler !
– Tu devrais être contente. À mon avis, il a voulu te faire une surprise… Et puis, c’est plutôt excitant un lit d’eau… Non ?
– Excitant ? Tu parles. Si on se fie à la notre vie sexuelle depuis les dix dernières années, c’est pas un lit à eau qu’il aurait dû acheter, mais une croisière sur la Mer Morte. »
 
« Jean-Marc ! Tu ne casses pas tes noix avant de les manger ?
– Pas nécessaire, je sais ce qu’il y a dedans. »
 
Il est important de savoir quoi dire en cas de contrôle de police routière pour, en ces temps difficiles, passer une nuit à l’abri et être nourri gratuitement.
« Mon permis ? OK, tenez-moi ma bière que je l’attrape… »
« Désolé monsieur l’agent, je n’ai pas fait attention : mon détecteur de radar était débranché… »
« Eh, vous êtes le mec de Village People ? »
« Je voulais être flic, mais j’ai finalement décidé de terminer mes études. »
« Je suivais juste le trafic ! Oui, je sais, il n’y a pas de trafic, mais justement, il fallait bien que je le rattrape. »
« Écoutez, en fait, quand j’ai voulu attraper ma dose d’héroïne, mon flingue est tombé de ma poche et il s’est coincé sous le frein alors forcément j’allais vite. »
« Non, je ne sais pas à quelle vitesse je roulais. Le compteur est bloqué à 200. »
« Ça va durer longtemps ? Votre femme m’attend. »
« Faites pas chier hein, je m’énerve facilement quand j’ai picolé. »
« Je vais juste prendre mon portefeuille. Essayez de ne pas me tirer dessus, ok ? »
 
Un courrier des plus réalistes pour finir :
 
« Monsieur l’agent du Trésor Public,
 
Mon colis a pu vous étonner au départ. Alors voilà quelques explications. Je vous joins à cette lettre une photocopie de l’article du Nouvel Observateur intitulé « Les vraies dépenses de l’État » vous noterez que dans le quatrième paragraphe, il est précisé que l’Élysée a l’habitude de payer des brouettes 5.200 euros, des escabeaux 2.300 euros et des marteaux 550 euros pièce.
 
Par ailleurs, un très intéressant article du Canard Enchaîné dont la bonne foi est bien connue (copie également jointe) rapporte que le prix des sièges WC du nouveau Ministère des Finances est de 3.750 euros pièces. Vous devant la somme exacte de 13.816 euros pour l’année fiscale qui s’achève, je vous adresse donc dans ce colis quatre sièges WC neufs et cinq marteaux, le tout représentant une valeur de 14.000 euros.
 
Je vous engage par ailleurs à conserver le trop perçu pour vos bonnes œuvres ou bien à utiliser les 184 euros restants pour que notre Président de la République puisse compléter sa boite à outils.
 
Ce fut un plaisir de payer mes impôts cette année, n’hésitez pas, à l’avenir à me communiquer la liste des tarifs usuels pratiqués par les principaux fournisseurs de l’État. »
 
L’âge du capitaine…
 
Le capitaine Haddock – notre « Ami-râle » connu sous ce surnom dans tout le monde aéronautique de la planète (et même m’a-t-on dit « par ailleurs ») pilotait non pas un drone, mais un planeur.
Féru de vol-à-voile, donc sans moteur aucun sinon celui du « tracteur » au décollage, pas étonnant qu’il ait pu se crasher à un moment où à un autre.
C’est même une manœuvre totalement indépendante des conditions climatiques, sauf que là, il s’est probablement fait piégé par une « rabattante »…
Bravo !
 
Ceci dit, cette semaine nous sommes dans un café littéraire qui invite quelques férus de poésie écouter les vers contés par leur auteur…
Celui-ci lit son dernier ouvrage devant l’assistance silencieuse et subjuguée :
« D’eux deux il en fut ainsi
Comme il en est du chèvrefeuille
Qui au coudrier se prend :
Quand il s’est enlacé et pris
Et tout autour du fût s’est mis,
Ensemble ils peuvent bien durer ;
Qui les veut ensuite désunir
Fait tôt le coudrier mourir
Et le chèvrefeuille avec lui.
- Belle amie, ainsi est de nous :
Ni vous sans moi, ni moi sans vous. »
Et ainsi de suite.
Sauf que tout d’un coup… panne de courant, plus de lumière et l’auteur continue pourtant comme si de rien n’était en tournant les pages de son livre dans le noir absolu.
 
Auriez-vous une explication rationnelle, sauf à dire que l’auteur connaît par cœur sa création (ce qui serait très présomptueux) ?

Bon week-end à toutes et à tous !
 
I3

6 commentaires:

  1. Alors là c’est facile: l’auteur lit son texte sur sa liseuse électronique autonome et rétro-éclairée.
    Il est à noter une certaine tension dramatique dans la salle obscure car le visage de l’auteur flotte dans l’air, auréolé d’une lumière bleutée
    et fantomatique. C’est à ce moment là qu’un homme se lève brusquement et crie “Plagiaire !”
    Mais qui est-il donc ?

    Bon week end
    ComtesseÔPiedNu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas l'auteur desdits vers, puisqu'il est mort il y a fort longtemps.
      C'est donc l'académicien du moment, à l'immense culture... académique qui aura reconnu les vers de Marie de France (1160 - 1210)...

      Il n'empêche notre homme n'a pas de liseuse électronique personnelle, ni même une lampe de poche ou un téléphone portable "éclairant", parce qu'il est...
      (cf. réponse suivante)

      Supprimer
  2. L'auteur est aveugle et lit en braille

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parce qu'il est aveugle !
      Exact !

      Et il lit son ouvrage en version braille !

      Bravo, "anonyme" !

      Ceci dit, à la fac, j'avais un pote aveugle qui nous cassait les pieds à prendre ses cours en braille...
      En écrivant à l'envers... qu'il en faisait un potin d'enfer.
      Et que nous, quand il levait son poinçon, on lui tournait les pages en douce, sales gamins que nous étions.
      C'était assez extraordinaire : A table on lui déplaçait ses aliments dans l'assiette, en forêt on le menait sur des trous ou des bûches.
      Mais dans le civil, il a fini administrateur civil, malgré son handicap, d'une administration centrale et il se promenait dans le sahel pour vérifier que les subventions servaient bien à creuser des puits pour les autochtones-locaux.
      Et le jour où il y a eu une panne de courant dans le grand-Amphi, c'est lui qui nous a guidé dans les dédales d'escalier pour évacuer : Il y "voyait" comme en plein soleil...

      Clin d'œil à "domino" !

      I-Cube

      Et merci à la Comtesse qui a bien essayé...

      Supprimer
  3. « Son appareil a subi de gros dégâts, pourtant, la compagnie ne le suspend même pas, ni ne prend aucune mesure de rétorsion à son encontre ».

    C’est marrant, j’avais trouvé une autre explication.
    Après un crash pareil, le capitaine Haddock, un vrai « monomaniaque », était immédiatement médiatisé et il ne fallait pas le fâcher !...
    En effet, ce n’était pas la peine de prendre le risque de le voir raconter des choses horribles sur les dirigeants…

    Mais c’était pas mal, le crash en planeur…

    Haddock

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, en effet, une autre explication.

      Mais notez que "l'équilibre de la terreur" entre le "Capitaine Haddock" et ses employeurs (surtout qu'à l'époque c'était mon "cousin Spin-êta", un Corsu bien né), ce n'était pas gagné pour vous.
      Après tout, eux aussi savent broyer des hommes : Vous pouvez en témoigner.

      Et puis souvenez-vous du pilote qui a amerri dans l'Hudson, moteurs en rideau et a ainsi sauver tous ses passagers : Il lui en a fallu des efforts pour ne pas avoir obéit au contrôle aérien qui voulait le faire planer jusque de l'autre côté du fleuve...
      Un cador, le mek !

      Le planeur n'est donc plus que la seule explication, mais on aurait pu aussi en dire autant avec une aile volante (dit "deltaplane" alors qu'il s'agit d'une aile "Rogalo" l'ingénieur qui l'a inventée pour le compte de la NASA) ou carrément un autogire (Le fils Cousteau s'est tué avec ce type d'appareil et une panne-moteur : pas aussi doué).

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube