Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

lundi 17 juillet 2017

C’est qui le chef ici ?


Le terrible aveu…


Péripatéticienne de gourgandine ! Quelle sortie !
Et ils ne sont pas nombreux à avoir compris qu’il s’agit là d’un révélateur rare : Tout le monde parle de « recadrage », de l’affirmation de l’autorité du chef de l’État, de la prééminence institutionnelle sur le nombre d’étoiles sur la manche et le képi, d’un exercice d’autoritarisme.
Les uns critiquent la forme, d’autres le contenu du message. Les autres applaudissent et sont fiers de « leur chef » élu par le peuple.
Oui, certes cette phrase, cette « petite phrase » est tout ça aussi.
Il y a pourtant pire : L’aveu d’impuissance, peut-être beaucoup plus, un aveu d’incompétence !


Dans ma courte vie – qui est déjà trop longue, c’est moins de vue, personnel, forcément – des « chefs » j’en ai croisé des dizaines. Et c’est une constante, à chaque fois que certains ont pu me rappeler mes devoirs à leur égard de la sorte, vous pouviez être sûr que c’était des « kons-dangereux »…
Impuissant, incompétent.
Des erreurs de casting.
Et à chaque fois, les événements à suivre m’ont donné raison.


Il y a deux sortes de « patron ». Le gars qui explique, qui fait adhérer, qui fait comprendre, qui est « pédagogue », non pas pour se « faire bien voir », devenir « complice », se faire aimer, mais parce qu’il vaut infiniment mieux un collaborateur, subalterne informé et bien informé des enjeux, de la tactique, de la stratégie qu’un ignorant à qui on confie, délègue des responsabilités.
Soit il en fait son miel et vous saurez que vous pouvez compter sur lui, qu’il assumera ses fonctions avec succès, soit il vous met des bâtons dans les roues, soit il démissionne, va voir ailleurs.
L’idéal, dans ces deux derniers cas, c’est qu’il vous explique pour quelles raisons.
Ce n’est pas toujours facile, mais parfois ça permet de détecter les raisons d’un malaise et d’une cause d’échec de vos décisions que vous n’aviez pas vue préalablement.
Au mieux, on corrige le tir, au pire on a raté une occasion de s’enrichir et de s’améliorer.
Parce que bon, vos erreurs, vous les verrez bien arriver assez tôt… de toute façon.


En revanche la seconde espèce de « boss », celle qui joue de son autorité, se rend autiste à l’intelligence d’autrui, il est mort.
Il va ou ira droit au mur et ne pourra jamais en prendre conscience.
Il ne pourra jamais s’améliorer, s’enrichir et la « boîte » qu’il conduit va mourir des mauvaises décisions qu’il aura à prendre à tort.
Un classique du management, que l’on rencontre souvent, d’autant mieux que dans un de mes métiers qui consiste à redresser des entreprises. Si je débarque parfois dans des « boutiques » en perdition, jouant les « Zorro » du management, c’est parce qu’elles sont jugées être dans un état pitoyable, souvent au bord de la faillite et de la disparition.
Moi, ça m’a toujours fendu le cœur que d’entrer dans une entreprise qui a eu son heure de gloire, pour laquelle les personnels se sont parfois arraché les tripes durant des années et ne pas comprendre comment ils en sont arrivés à être « bons pour l’équarrissage ».
Naturellement, ils réfléchissent, puisqu’ils connaissent leurs métiers bien mieux que vous et depuis bien plus longtemps que vous, et vous propose des diagnostics parfois intelligents et parfois accompagnés de solutions tout autant intelligentes.
Mais au démarrage des difficultés, forcément il y a les dérapages propres à un « chef » qui n’a pas su faire face.


J’ai appris tout ça au fil de mon parcours professionnel, mais dès « mes classes » d’appelé sous les drapeaux, j’avais sous le nez une vaste application de ce que la hiérarchologie est capable d’apporter au management.
C’est simple, il y a les hommes du rang encadrés par des sous-officiers. Eux, on ne leur demande pas de réfléchir, mais d’obéir et de rapporter.
Simple et accessible à peu près par n’importe qui d’un peu entraîné.
Il y a les sous-officiers eux-mêmes encadrés par des officiers.
Là, on voit tout de suite la différence entre un officier qui a appris à commander à l’ékole – celui qui est disponible, écoute et sait expliquer à ses sous-officiers – et les officiers sortis du rang des sous-officiers.
Ceux-là n’ont appris à commander qu’en gueulant : Une vraie caricature !
Ils ne savent rien faire d’autre et croient dur comme fer que l’autorité tient uniquement dans la vocalise la plus puissante possible.
Dément…
Et puis il y a des officiers supérieurs, futurs officiers généraux, qui ont eu quelques mérites à commander avec succès en opération – ou non d’ailleurs – et qui ont su aller au-delà : Non seulement ils savent se faire obéir sans plus d’autoritarisme que ça, sans « gueuler » uniquement, et ils savent motiver leurs officiers et sous-officiers.
Seuls ceux-là gagnent dans la bataille, dans les difficultés, sous la grenaille et dans le bourbier des emmerdements quotidiens.


Ceci dit, je ne me prends pas pour un général étoilé, tout juste un capitaine (trois barrettes) qui a seulement parfois, le rôle d’un colon (5 barrettes). Pas plus et je sais que c’est toujours provisoire.
De toute façon, ça ne m’intéresse pas de durer – j’en deviendrai trop vite un vieux kon, vieux j’y suis déjà, kon… probablement aussi – et ça pourrait nuire « à la mission », à l’entreprise à diriger et redresser.


Eh bien « Mak-Rond », il ne sait pas tout ça et que j’en rigole. Il pense d’abord au coup de gueule, au coup de menton.
Vous l’avez vu faire avec ses ministres, même le premier d’entre eux, qu’ils traitent comme de vulgaires collaborateurs incompétents, les remettant sur les rails de la « pensée-complexe & jupitérienne » à tour de bras.
Après en avoir poussé d’autres – et pas les moindres – à la démission.
D’ailleurs, ils ne savent pas, mais ils sont tous des démissionnaires en puissance. Seul « le chef » est là pour cinq ans, les autres, ils sont soumis par avance à la « clause de résultat » promise à l’électeur…


Et alors, que va donc faire le général « Deux-Villes-Liées » ?
Un, il obéit. L’un et l’autre de ces protagonistes sont chacun dans leur rôle institutionnel.
Je ne suis pas dans la tête de « Mak-Rond », mais je suis certain que le général « 5 étoiles » s’est fait une opinion très carré sur « son chef ».
L’option « normale » qui s’offre au Chef d’état-major des armées n’est pas sorcière : Il n’en qu’une.
Son devoir de militaire de carrière c’est de proposer des solutions au problème – resté non expliqué – des impératifs budgétaires imposées par les circonstances au Président élu.
Celui-là veut retrouver de la crédibilité européenne en mettant toutes ses forces au respect du critère des 3 % de déficit budgétaire à la fin de l’année.
Il l’a dit et répété et il a raison.


Pour quelle raison il a raison ? Mais tout simplement parce qu’avec le quinquennat précédent, où comme les grecs, « Tagada-à-la-fraise-des-bois » a affreusement triché pour avoir fait voté un budget « insincère », il faut tourner la page pour pouvoir « faire payer » l’Europe.
Après tout, seule la « Gauloisie-rayonnante » assume sur le vieux continent l’essentiel de la lutte antiterroriste internationale.
Sur son territoire avec l’opération « Sentinelle », mais également sur le continent africain et en Syrie avec ses nombreuses, coûteuses et longues OPEX.
Ça a un coût qu’elle assume sans soutien autre que logistique et seulement anglo-saxon. Teutons, Ritaliens, Polaks, Ibériques et autres sont absents, notamment au plan des financements indispensables.
Bon, il faut dire, qui prêterait de l’argent à une nation de « paniers-percés » ?
À part aux grecs, bien sûr…
D’où la sortie par le haut qui se dessine : Une défense commune, un ministre de la finance commun, qui va pouvoir se rendre compte qu’on ne peut pas mégoter sur la sécurité intérieure (ça, il sait déjà) et extérieure (là, il faut qu’il découvre combien ça coûte) s’il est teuton.

Tout général qu’il est « Deux-Villes-Liées » sait tout ça. Il a compris qu’on ampute aujourd’hui, là pendant 6 mois, ses budgets alors qu’il est déjà « à l’os », pour lui en redonner des fameux dès 2018… dans 6 mois.
Il n’est pas kon, il a entendu comme tout le monde et il aura compris.
Oui mais alors, deux, pourquoi « sa sortie » devant la commission de la défense ?
Mais attendez, il est très exactement dans sa mission, son rôle que d’avertir la représentation nationale qui l’interroge légitimement qu’on ne peut pas perpétuellement vouloir le beurre sans l’argent du beurre et que la crémière, toute mignonne qu’elle peut être, elle n’en peut plus de se faire baiser par tous les orifices par tous les ministres et présidents qui passent et repassent.
C’est simple, si l’armée est la variable d’ajustement budgétaire depuis des décennies, il faut réduire ses missions au lieu de les alourdir.
Aussi bête que ça.

Et au pouvoir politique (« le chef ») de faire les arbitrages.
On  va savoir vendredi s’il en est capable.
Soit « Deux-Villes-liées » parvient à lui expliquer clairement la situation et, dans les prochains jours, on aura l’annonce de la réduction des dispositifs d’OPEX – sachant que l’opération Sentinelle prendra fin avec la fin de l’état d’urgence le 1er novembre prochain – et le chef d’état-major reste encore pour l’année en cours à son commandement.
Soit, il considère avoir affaire à un « autiste » et il démissionne considérant qu’il n’a plus les moyens de remplir sa mission.
À ses successeurs de se démerder pour remettre la piqûre autant de temps qu’il faudra.
Aussi simple que cela.

En fait, tout le reste est bavardage inutile.
Et moi, je saurai pouvoir vous dire si « le chef » que vous vous êtes choisi, il est ou non définitivement « mauvais ».
Pour l’heure, j’en reste à ce qui apparaît le plus flagrant : Cet incroyable aveu de faiblesse du bonhomme.
Ce terrible aveu…
Accessoirement, je pourrai vous dire s’il va planter le pays ou non.
Nous y reviendrons demain, sous un autre angle d’analyse : Pour l’heure, « l’autoritarisme » de « Mak-Rond » supporte bien la structuration de son pouvoir personnel.
Ce qui reste intéressant, c’est de comprendre comment il fonctionne.
Sachant que l’organe crée la fonction et que la fonction peut dépendre d’un « organe-dédié ».
À demain !

12 commentaires:

  1. Capitaine, Ô mon Capitaine, merci...

    J'attendais justement un début d'explications sur le sujet et vous nous les apportez sur un plateau !

    A demain alors...
    ComtesseÔPiedNu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un début seulement.
      La suite, enfin "une" suite, demain.
      Toute aussi inquiétante.
      Quant à la synthèse, un peu plus tard... Car je ne sais qu'en penser.
      Quant au pronostic, je m'y plongerai cet été pour un petit-post pour la rentrée, imagine-je.
      Si je reviens sur mes jambes.

      Bien à vous Ô Comtesse-au-pied-dénudé !

      I-Cube

      Supprimer
  2. Le chef d'état-major des armées sur sa page fessebook : « Méfiez-vous de la confiance aveugle ; qu'on vous l'accorde ou que vous l'accordiez. Parce que tout le monde a ses insuffisances, personne ne mérite d'être aveuglément suivi ».

    Remarquable !...
    Il sait ce qu’est un « contre-pouvoir » et son utilité pour le fonctionnement d’une démocratie.

    D’autant plus remarquable que cela vient d’un militaire qui montre une ouverture d’esprit d’ailleurs tout à fait en phase avec le règlement des armées qui stipule qu’un militaire doit refuser un ordre qui est contre sa conscience.

    J’aurais aimé entendre le même type de réflexion de la part de « Micron »…
    Effectivement quel aveu d’impuissance et d’incompétence.
    Il va falloir lui donner des idées.

    Quant à créer un ministère de la défense européen, comment l’Allemagne et les autres pays européens pourraient-ils financer notre armement nucléaire qui va représenter « à l’horizon 2030 d’un effort absolument colossal au milieu de la décennie, de l’ordre du six milliards d’euros par an » soit une hausse de plus de 60 % d’après un colloque à l’X en septembre dernier ?...

    Pour que les autres missions de la défense ne soient pas en reste, le général Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées, a carrément plaidé pour que les 32,7 milliards du budget prévu pour 2017 passent à 41 milliards dès 2020. « Je vous vends un modèle d’armée à 2 % (du PIB) qui est bon et qui assurera la protection des Français. C’est le prix de la paix, l’effort de guerre. Moi, je ne discute pas du prix de la guerre », a-t-il exposé.

    Pour ma part, je vais écrire à « Micron » pour lui proposer de reprendre l’idée de Rogozyne, vice-ministre de la défense de la Russie, retenu par l’ONU, qui consiste à développer un projet planétaire de protection de la planète d’une collision avec un astéroïde ou une comète et à réduire sérieusement les programmes de « guerre atomique »

    Bien à vous !...

    Haddock

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais pas lu sont "twist" sur fesses-book quand j'ai écrit ce post.
      Et c'est clair que lui au moins s'y connaît et connaît tout autant les faiblesses humaines.
      Parfois, un "boss" doit en jouer, mais doit toujours en tenir compte.

      Pour la défense européenne, n'envisagez pas une seule seconde que les européens ne soient pas ravi de disposer de deux parapluies nucléaire de dissuasion plutôt qu'un seul, quand ils découvrent les foucades de "Trompe".
      Idem pour ce qui est d'un porte-avions de "projection" : C'est bien utile et ça le sera toujours plus dans l'avenir.
      Mais vous avez raison, ça peut être une "ligne à part".

      Non, la vraie avancée, ça reste un ministère européen de la finance : Ca c'est nouveau (parce que la défense européenne, c'est une vieille vessie percée...).

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
    2. Les Européens seraient intéressés par un double parapluie nucléaire ?...
      Pas sûr…

      Un traité a été signé à l’ONU, le 7 juillet 2017, par 122 pays, sauf les Pays-Bas et les neuf puissances nucléaires, pour interdire les armes atomiques. Il est vrai qu’avec 15.000 têtes nucléaires opérationnelles, il vaut mieux que personne ne commence un conflit nucléaire.

      Pour l’Europe, il faudrait trois porte-avions de façon à en avoir toujours deux à la mer comme me l’a expliqué un amiral quand je faisais président (des Clippers de Normandie). Mais ce que j’en dis…

      Effectivement, un ministère européen des Finances serait pas mal mais à la condition d’harmoniser pour les 27 pays de l’Union… Quel boulot !...

      Et puis qui va accepter de payer pour une défense nucléaire européenne ?...
      Alors, l’idée de Rogozyne d’une protection d’une menace spatiale de type astéroïde et comète est encore ce qui serait le mieux :
      « En avril 2013, il a été divulgué lors d’une conférence en Allemagne que Dimitri Rogozyne avait proposé à Vladimir Poutine que le prochain sommet du G-20 soit en priorité consacré à la prévention des menaces venant de l’espace !...
      « Ce projet humanitaire au bénéfice de la civilisation repousse la composante militaire au second plan et place sous un jour différent le rôle des Nations unies qui pourraient devenir leur « parrain politique ». Une Initiative de défense de la Terre pourrait devenir un facteur stimulant majeur pour la recherche internationale et la coopération militaro-industrielle entre les pays d’Occident et les BRICS. La Russie y jouerait un rôle de premier plan ».
      Grâce aux efforts soutenus de l’association des explorateurs de l’espace, et à l’engagement russe, l’Assemblée générale des Nations-Unies a approuvé, en octobre 2013, la création d’un « Groupe international d’urgence astéroïde » (International Asteroid Warning Group) pour détecter les objets stellaires qui pourraient menacer la Terre ».
      Source : http://www.sciences-exopolitiques.com/2014/08/d%C3%A9mocratie-directe-et-s%C3%A9curit%C3%A9-ext%C3%A9rieure-iv.html

      Bien à vous !...

      Haddock

      Supprimer
    3. Naturellement qu'un double ou un triple parapluie nucléaire reste toujours intéressant.
      Sans ça, ils ne resteraient pas dans l'Otan qui, en principe et depuis la disparition du Pacte de Varsovie, a perdu sa raison première.
      Logique.

      Et justement, c'est le coût de celui des "Gauloisiens" qui pose problème. Mais il peut être "sanctuarisé", isolé, pour participer au reste.

      Ceci dit, soyez logique à votre tour : Si la menace nucléaire s'estompe - ce qui reste à démontrer, même avec cette résolution de l'ONU en en interdisant la disposition - expliquez-moi comment "politiquement" on assume des dépenses auprès des citoyens qui payent, pour développer un système de défense contre les astéroïdes dont le risque est encore plus aléatoire, même étalé sur des siècles et des siècles ?

      D'autant qu'il n'y a rien de crédible : Un "géo-croiseur" tel qu'Apophis, au mieux il est dévié, mais reviendra.
      Au pire il est "dispersé" par une succession de tirs et en partie vaporisé. Mais alors quid des morceaux qui poursuivront leur course convergente vers la planète ?
      Er là, plus rien ne peut les arrêter !
      L'atmosphère ne fera que d'en réduire les conséquences des impacts : Pas grand-chose...
      Mais il y aura saturation et souvenez-vous du 11 septembre 2001 : Les avions percutant les Twins et le Pentagone, ce n'est pas ce qui a détruit les cibles. D'ailleurs le Pentagone est resté debout !
      Ce sont les incendies qui ont fragilisé les structure en acier...

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
    4. Notre planète est loin d’être pacifiée et les risques totalitaires, en particulier religieux, sont loin d’avoir disparus.
      Imaginez un pays technologiquement développé qui bascule dans un totalitarisme religieux et se mette à construire des armes de destruction massive et qui a l’intention de les utiliser contre les « mécréants »…

      Qu’aurait fait Daesh s’ils avaient eu des armes atomiques ?...

      Là, il faudra pouvoir faire la guerre d’une façon classique, mais aussi, dans le pire des cas, avec des mininukes capables de frapper précisément, avec beaucoup de puissance, si l’ennemi est prêt à frapper à l’arme atomique.
      Epouvantable hypothèse.

      Et que l’on ne me dise pas que ne cela peut arriver compte-tenu que notre pays – celui des Lumières – après avoir sombré dans un totalitarisme mafieux se dirige droit vers une « dictature douce ».

      Aussi, la dénucléarisation de la planète ne peut être que progressive et pourrait être compensée par un programme nucléaire spatial qui sera surtout destiné aux comètes.

      Car, si on connaîtra à l’avenir les orbites des principaux astéroïdes qui croisent l’orbite de la Terre mais restent malgré tout proches de l’écliptique et ainsi relativement facile à dévier (voile solaire, moteur de fusée), ce sera quasiment impossible pour les comètes, des « grosses boules de neige sales » qui peuvent venir de n’importe point du ciel, en provenance du nuage de Ort, avec des vitesses et des masses bien supérieures aux astéroïdes géo-croiseurs.

      Concernant les « catastrophes cosmiques », il faut compter en milliers d’années.
      L’événement récent le plus effroyable est une comète qui a percuté la Baie d’Hudson au Canada il y a 13.000 ans et a laissé un impact de 300 miles.
      Le grand nord canadien était couvert d’une calotte glaciaire et des icebergs de plus d’un km ont été propulsés dans la stratosphère pour atterrir en Caroline du Nord, etc… (ref : The Cycle of Cosmic Catastrophe).

      Le dernier évènement visible est la comète Shoemaker-Levy qui a percuté Jupiter en 1994. Un cataclysme cosmique en direct !...

      Pour anéantir une comète, il faudra vraisemblablement créer « trois sphères de protection », dotées chacune d’armes nucléaires.
      Au Pif… j’envisage un premier tir d’une base au-delà de l’orbite de Jupiter, puis une salve tirée entre Jupiter et Mars sur les morceaux restant et pour finir une salve entre Mars et la Terre pour volatiliser ceux qui restent.

      Mise en place du système : au moins un siècle.
      Coût : astronomique
      Nombre de missiles dans des centaines de bases spatiales : des milliers malgré l’interdiction d’armes atomiques dans l’espace qui devra être levée pour ce cas précis.
      Participants : tous les pays du Globe en fonction de leurs capacités financières.


      Les citoyens sont tout à fait conscients de ces risques. S’ils pouvaient décider de l’affectation de leurs impôts (par une déclaration d’impôt avec des « cases à cocher ») on saurait s’ils soutiennent d’abord l’armement atomique ou un programme spatial de protection de la Terre…

      Bien à vous !...

      Haddock

      Supprimer
    5. Dénucléariser la planète, je n'y crois pas du tout. Il faudrait "oublier" des équations qui sont dans les bouquins de physiques des élèves de terminale...
      Su Internet, ce doit être encore plus facilement être accessible.

      Il est évident qu'el Qaïda disposant d'une charge, et le 11 septembre 2001, on basculait tous dans "autre chose"...
      Une hypothèse déjà romancée pour ma part ici :
      http://flibustier20260.blogspot.fr/2013/09/parcours-olympiques-sommaire.html !
      Je ne vous ai pas attendu.

      Pour le reste - "une case à cocher" - faites donc !
      Revenez sur Terre et décrochez donc auprès du public, même déductible à 100 % des impôts (ils ne sont plus très nombreux à les payer, paraît-il...) de quoi financer votre premier "Grand Voilier" pour la paix et la jeunesse et on en reparlera pour mettre en place 3 boucliers spatiaux.

      Ok ?
      Et puis arrêtez de vous imaginer que notre système solaire peut se résumer à un disque planétaire plus ou moins aplati.
      C'est une sphère.
      Vous prenez un terrain de foot, vous posez le ballon au centre, c'est la taille relative du soleil : Parfait.
      Vous êtes sur le bac de touche : C'est la terre et il faut 8 minutes à la lumière de votre "ballon" pour arriver sur le banc de touche OK ?
      Et si vous cherchez Pluton, c'est une tête d'épingle posée quelle que part sur la parking du stade...
      Cherchez bien, vous allez trouver.

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
  3. Moi tout bêtement je me méfierais d'un chef des armées qui n'a pas fait de service militaire et qui n'hésite pas a proposer un service d'UN mois!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca, qui n'ait pas fait son service... C'est un peu comme d'avoir fait de la résistance ou encore la bataille de la Marne : Il y en aura de moins en moins...
      Ceci dit, le "faites ce que je dis de faire (un service), pas ce que je fais", si encore c'était débattu, pourquoi pas, mais comme lui ça devient : "Je fais que ce que je veux", il va effectivement y avoir un gros problème d'ici quelques mois !

      Mais bon, il est assis sur un système de "parti-unique" qui va lui permettre de rester encore un peu à faire caguer les uns et les autres et après on lui dira "Merci" !
      (Cf. post du jour, après celui-là).

      En attendant, bienvenu au club très élitiste des commentateurs, Allain !
      Au plaisir de vous revoir sur "no lignes" !

      I-Cube

      Supprimer
  4. Bon ben, il est parti le Général. Macrois ne me surprend pas. Nous avons l'élite au pouvoir. Toute une génération de génies sortis de l'ENA. Ils vont guider le peuple, même s'il n'est pas d'accord.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Probablement ! ...
      De toute façon c'est ce qu'elle croit d'elle-même.
      Et c'est vrai qu'elle est bien formée.

      Ceci dit, on en reparle dès après le premier coup de vent, d'accord ?

      Bien à toi !

      I-Cube

      Supprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube