Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

mardi 20 septembre 2016

Primaires


La lourde faute conceptuelle.

Je me souviens avec émotion de notre « ami Incognitoto », dont le blog est inerte depuis janvier 2015 mais reste encore accessible, qui avait imaginé une réforme institutionnelle majeure : Faire voter les gens 4 fois pour désigner un Président de la République.
Une fois pour désigner « le meilleur » et en même temps pour pointer « le moins pire » à l’occasion d’un premier tour, puis au second tour d’un même scrutin recommencer l’opération.
Aucun intérêt, sauf à éviter un remake de 2002, où « Le Chi » (qui ne va pas bien en ce moment, paraît-il) s’est retrouvé tout seul face au « Borgne-de-San-Cloud », le papa à « Marinella-tchi-tchi »…
Il n’avait pas pensé à faire des primaires.
Ce qui est un peu « moins-pire », mais oblige à toucher aux limites du système électoral unipersonnel.

On le constate déjà avec ce qui se passe aux USA en ce moment, il faut bien le reconnaître : Leurs primaires empêchent l’émergence de personnalité « hors système » (il y en a, mais ils n’ont aucun écho), hors les deux grands partis-actuels.
Certes, il y a eu d’autres partis dans le passé, un peu comme en GB avec leur scrutin uninominal à un tour aux législatives, comme en Allemagne, ou encore ailleurs.
Et, de plus, aux USA il n’en est pas vraiment sorti « le meilleur choix »…
Ni en 2016, ni même en 2012 avec un Mormon pur-sucre présenté contre « Haut-Bas-Mât » le sortant.

Nous, en « Gauloisie-éternelle », nous sommes adeptes du « deux tours ».
Résultat, on élit une personne qui rencontre ses électeurs et, à chaque fois qu’on ne vote qu’une fois (européennes, petites communes, par exemple), c’est une foire d’empoigne qui fait la part belle aux extrémistes de tous bords.
Même, ai-je appris hier, « Marinella-tchi-tchi » appellerait « ses » élus à apporter leur soutien à « Mes-luches » dans le cadre des parrainages pour 2017, c’est dire l’absurdité de la démarche (pas si folle que ça, puisqu’elle vise ainsi à « diviser » la « gôche », comme si elle avait encore besoin de ça…).
En bref, les primaires, où que ce soit, sert en principe à désigner le « cador », le « caïd », le « Chef » qui va aller se frotter à l’opinion, aux USA comme désormais en « Gauloisie-élective ».

L’erreur conceptuelle reste que pour 2007 comme pour 2012 avec les primaires « soces », le scrutin était « ouvert » et donc devenu « manipulable ».
Faute d’un leader coopté, on s’en était remis à l’opinion publique.
Oui, mais laquelle ? Comment 10 % d’un corps électoral peut-il désigner « le meilleur » à soumettre aux 90 % autres (qui désignerons le moins pire) ?
C’est déjà un hold-up en soi, mais pire, avec seulement 10 % des 10 % qui se sentent concernés par « la convocation », soit 1 % du corps électoral global, on peut tricher allègrement.

C’est d’ailleurs ce qui s’est déjà passé par deux fois : Des jars, le PS en avait en pagaille en 2007, même en l’absence de « Tonton-Yoyo » et, grâce à « Déesse-khâ » qui s’est désisté au moment important contre la promesse d’une « brillante carrière internationale », ils ont réussi à présenter « la Cruchitude » contre « Bling-bling » qui n’avait pas besoin de primaires pour apparaître comme le leader incontesté, lui !
(Même si ça a changé depuis, il faut le dire…)
Boum, qu’eu crûtes-vous qu’il se passât ?

Idem en 2012 : Là encore, des « gros-bras », il y en avait une palanquée au parti des « soces ». Normalement, le meilleur candidat était soit « Eau-Brie », soit « Déesse-khâ » et tous les deux avaient même pris un accord hors-primaire de désistement sans condition dès avant le premier tour et dans le dos de tout le monde, y compris des « petiots-kamarades » nés niais.
L’un éliminé – pas tout-à-fait par hasard : il donnait des boutons à tout Washington – c’était normalement « Titine » qui devait l’emporter.
D’ailleurs elle avait tout fait pour ça, y compris les manœuvres restées fameuses au congrès de Reims(doigt).
Bing : Juste quelques milliers de voix de plus ici ou là, et c’est « flanby l’improbable » qui est sorti miraculeusement des urnes, après il est vrai un autre miracle, celui d’avoir pu franchir le premier tour de la sélection.
Souvenez-vous comment ça s’est passé et de l’étonnement de nombreux présidents de bureaux de vote ouverts, rapportant qu’ils avaient vu passer quantité de gens n’ayant pas tout-à-fait le « look-soce » devant leurs urnes…
On en avait tous conclu que le FN prenait un coup d’avance, à savoir que comme « Bling-bling » ne pouvait pas être reconduit, il fallait élire le plus falot, le plus nul, pour avoir une chance d’apparaître comme le recours ultime en 2017.
Fabuleuse manipulation, puisque nous y sommes : « Marinella-tchi-tchi » est la seule candidate à être sûre d’être présente au second tour de mai prochain !

Alors que, figurez-vous, en 2012 « Bling-bling » s’y voyait déjà tellement, qu’il s’est pris la claque de sa vie de se faire battre à plat de couture par ce cheval boiteux-là : Pire que lui (il l’a démontré par la suite), c’était difficile, et pourtant…
Fallait décompter les reports de voix et comprendre qu’au deuxième tour, les « sympathisants » du FN poursuivaient leur stratégie.
Depuis, « Bling-bling » réchauffe la soupe car il veut « sa revanche » et surtout échapper aux poursuites judiciaires qui tentent de le rattraper depuis quelques temps, couvert par l’immunité présidentielle, comme « Le Chi ».

Seulement voilà, il n’a rien compris : S’il a été élu en 2007, c’est avec le soutien de l’administration républicaine de l’époque (les « Boubouche »), qui a déroulé le tapis-rouge à « Déesse-khâ », moyennant deux missions : La tête de « Vil-pain » au bout d’un crochet de boucher (pour cause de « niet » à la seconde guerre d’Irak) et la récupération des fonds disparus de la première (on en a déjà causé par ailleurs : cf. « Opération Juliette-Siéra », avec un pied-de-nez ex-post, d’ailleurs : Giulia, le prénom de sa fille d’avec « Karlita »…).
Rappelons aussi que « Bling-bling » a toujours été le « poulain » de l’administration républicaine états-unienne : Il y a des liens familiaux importants et y a été formé sur place à l’occasion de plusieurs courts et discrets séjours lors de sa jeunesse.
Pas pour rien qu’à peine élu en 2007, il a passé « des vacances » sur la côte est des USA et y a rencontré les « Boubouche père & fils » dès les premières semaines de son quinquennat : Imaginez un peu qu’il les eus passées sur les bords de la Volga auprès de « Poux-tine » et de « Mes-déf-déf », ou sur les bords du Yang-Tseu-Kiang, que ça en aurait fait jaser quelques-uns…
Il fallait oser, et il ne pouvait pas autrement que de le faire !

Or, avec les démocrates, ce n’est pas tout-à-fait une « histoire d’amour » : Il aura poireauté plusieurs années avant d’être reçu, en dîner-privé, par les « Haut-Bas-Mât » après avoir été snobé à tous les sommets internationaux, y compris sur les plages du débarquement en Normandie et jusqu’à Strasbourg, alors que « Flanby-à-la-fraise-des-bois » a eu droit à un « dîner-d’État » très rapidement après son élection.
Savoureux.
Depuis, « Bling-bling » parie que les mêmes causes reproduiront les mêmes effets et qu’un « Jeb-Bouche », le second fiston, se souviendrait.
Par malchance, il a été éliminé : Exit la lignée « Boubouche » !
Vous verrez comment et pourquoi cette mise à l’écart avant même de commencer à faire du bruit dans les prochains chapitres de « Laudato si » : Je ne déflore pas le sujet.
Et là, mieux que mieux, la stratégie a été gagnante, dans la mesure où tout ce que les républicains présentent, alors que eux non plus ne manquent pas de « super-chef » aux dents pointues, c’est un « populiste » qui est tellement chargé qu’il en raconte n’importe quoi à peu près tout le temps…
Fabuleux.

Et ce qui l’est encore plus, c’est de voir depuis « Bling-bling » durcir son côté « populiste » au fil des semaines, notamment depuis que « McDonald-Trompe » a gagné ses primaires : C’en est presque stupéfiant !
Et ces kons de médias-Gaulois d’y voir seulement une drague éhontée des électeurs frontistes…
Ils en sont à clamer sur tous les toits que « Juppette » et « Bling-bling » sont aux coude-à-coude dans les sondages.
Personne ne vous explique que c’est un peu normal dans la mesure où tous les deux (et les 6 autres) sont sur les mêmes valeurs partisanes, mais qu’au second tour, « Juppette » a encore une avance confortable, même si elle s’amenuise tant son concurrent fait du battage et des « phrases-assassines ». Alors que « Juppette » sert plus un discours de second tour des présidentielles et non pas un du premier-tour des primaires…
On reproche même à ce dernier de confondre les deux scrutins alors que lui pagaye pour rassembler et non pas cliver.
Passons : On verra dans quelques semaines lequel se prendra la mandale, car pour l’heure « Juppette » reste avoir 4 points d’avance sur « Bling-bling » !

Ce qui devrait d’ailleurs vous démanger l’oreille, c’est quand on lit que « Juppette », « fait le plein auprès des sympathisants de gauche prêts à aller voter à la primaire de droite (61 % d'intentions de vote), ainsi qu'auprès des électeurs de l'UDI et du Modem (74 % d'intentions de vote), », tous à sans doute vouloir faire barrage à « Marinella-tchi-tchi » (confirmation à prévoir dans les prochains sondages).
Alors que « Bling-bling » engrange lui du côté « des sympathisants Les Républicains (« que » 54 % d'intentions de vote) et des électeurs du FN (42 % d'intention de vote) » qui eux préférerons de toutes les façons « l’originale plutôt que la pâle-copie » en mai prochain.
Perso, je me dis que plus que jamais que ce scrutin est déjà vérolé  à outrance.
La faute au divorce de l’opinion d’avec « Bling-bling » qui n’a pas su devenir « Calife à la place du Calife » jusque dans son électorat naturel.
Quant à son parti, il manque encore 46 % : Une paille !
Passons : Quand on est « mauvais », c’est pour la vie…

Il y a deux choses qui vont donc influer les prochains scrutins : Le supposé réflexe « front républicain » de mai, comme d’un remake de 2002.
Mais l’effet s’amenuise au fil du « radoucissement » du discours de « Marinella-tchi-tchi » et je continue à parier sur une possible abstention massive au premier tour de fin avril qui la ferait se qualifier sans devoir participer à second tour.
Mais surtout, me dis-je, le résultat de l’élection du 4 novembre aux USA.

Aux USA, on est tout proche maintenant, sur le plan économique, des niveaux de l'avant crise de 2008 et du record historique de 1999 sur les marchés financiers (même si tout est truqué là encore).
Et, point essentiel, la classe moyenne en profite largement. Grâce à la baisse du chômage principalement. Les États-Unis sont à un niveau de plein-emploi.
On a beau critiquer leur politique de jobs « low-cost », le niveau de vie de la classe moyenne progresse largement. C'est aussi grâce à la hausse des salaires et notamment du salaire minimum et à une inflation qui reste très basse.
Conséquence heureuse : Le taux de pauvreté chute lourdement de 14,8 % à 13,5 %.
Ces chiffres sont un signal fort. On se demandait quand l'amélioration de l'emploi aux États-Unis aurait un impact sur le niveau de vie des Américains : C'est le cas maintenant et la FED va devoir aussi en tenir compte.
Et c’est ce qui est passionnant : La progression profite à toutes les catégories de la population sans exception aucune. Est-ce que ces chiffres vont avoir un impact sur la campagne américaine ?
L'argument de « Trompe » c'est que l'Amérique va mal et en particulier la classe moyenne. Ces chiffres le contredisent mais cela ne le dérange pas beaucoup alors que ça devrait conforter le bilan de huit années d’administration démocrate qui aura également subi les mêmes difficultés (provoquées par « Boubouche-junior ») que partout ailleurs dans le monde.
Et pourtant, l’Américain moyen a tout de même l'impression qu'il s'est appauvri et que c'était mieux avant. 

Si « Trompe » passe, ce qui redevient probable avec les problèmes de santé « d’Il-a-ri », il n’a aucun intérêt à couper l’herbe sous les pieds du mouvement « populiste » sur lequel il surfe.
C’est une lame de fond, entre l’Autriche, le Brexit, les récents scrutins allemands et encore ailleurs, comme en Turquie ou comme dimanche dernier en Russie, contrée plus ou moins fortement par les Podemos espagnols, en Grèce par « Tsitsi-passe », en Ritalie par « 5 étoiles », par exemple.
S’il a à soutenir, discrètement quelqu’un, ce ne sera pas « Bling-bling » mais « Marinella-tchi-tchi ».
Perdant, donc.
Si « Il-a-ri-Pine-tonne » est finalement élue, elle n’a aucune raison de soutenir « Bling-bling », mais bien plus « Juppette » ou le « capitaine-de-pédalo-à-la-fraise-des-bois », même s’il est complètement grillé (et que lui y croit encore).
Après tout, entre la COP21 et les attentats parigots, le courant est passé entre les deux kapitales…
Perdant tout autant pour « Bling-bling » !

En fait, et c’est le principe d’une primaire, elle ne prend vraiment son sens que dans des cas bien déterminés : À savoir, il faut que le parti ne dispose d’aucun candidat naturel à présenter. Ceci signifie qu’il n’y a pas une voix reconnue comme étant l’incarnation du parti.
Et c’est bien ce qui manque à « Bling-bling ».
L’absence de « leadership » marque un vrai tournant dans la vie politique de nos démocraties, ce qu’« Incognitoto » n’avait pas vu, comme d’un aveu d’impuissance, comme d’une sorte de déni de démocratie qui ouvre toutes les hypothèses, même les plus farfelues et iconoclastes : Un vrai danger.
Nous y reviendrons d’ailleurs rapidement pour approfondir ce sujet intéressant, parce qu’il en va tout autant au Parti-Soce.

4 commentaires:

  1. Le plus simple, c'est que le P.S soutienne au moins 4 candidats voire 5 et que Les républicains en fassent autant.
    Ne peuvent se maintenir au second tour que les deux candidats arrivés en tête au premier tour.
    Dans le cas d'espèce, ce sont donc Mélenchon et Marine Le Pen qui s'affronteront au second tour et ... Mélenchon sera élu haut la main puisque tous et toutes qui ne se reconnaitront pas dans les idées fascistes de marine Le Pen voteront pour Mélenchon. un score à la "Chirac 2002"! Que demander de plus?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut toujours rêver (ou cauchemardes, selon), effectivement, car c'est ce qu'ils veulent tous éviter, justement.

      Ceci dit, dans le cadre des "konneries-en-barre" dont vous êtes manifestement un spécialiste, pourquoi ne pas les éliminer tous directement et élire Jean-Guy Talamoni en Président et Gilles Siméoni premier ministre, les leaders nationalistes de mes "cousins-corsi" ?
      Ca aurait de la gueule, non ?
      Peut-être même qu'on se referait la campagne des conquêtes Napoléoniennes qui avaient pour objectif politique d'abattre tous les "Anciens-régimes" d'Europe et de porter les valeurs des "droits de l'homme" jusqu'à Pékin !
      Passionnant, non ?

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
  2. Ah! Ah! Ah!
    Je veux bien le label mais pas me mesurer avec "La Connerie" (celle de la loi du même nom) parce que, là, elle, elle n'est même pas drôle alors que, moi, je le suis!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Va comme ça, alors !

      Notez que moi je trouve la loi de Miss "El-Konnerie" trop drôle : Eh attendez, elle devait créer des millions d'emplois nouveaux !
      Ultra-comique, non ?

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube