Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

lundi 9 janvier 2017

« Monte-et-bourre-la » a mis son programme en ligne (II).


Je me suis précipité sur la bouillie du « grand-homme »

Une formidable régalade ! 

ÉCONOMIE : « L’État, en acceptant l’austérité européenne et en renonçant devant le système financier, nous a emprisonnés dans des carcans idéologiques venus d’en haut. On entend que l’on a tout essayé contre le chômage alors que tant de français, dans leur vie quotidienne, innovent et agissent différemment. Nous sommes assis sur un gisement d’idées incapables de se mettre au pouvoir. C’est pourquoi, après l’échec du changement venu d’en haut, je propose la vague du changement par le bas. » 

Relancer une politique d’investissements de 20 milliards d’euros dans les infrastructures : « Mon programme de redécollage économique passe par le retour de l’investissement public. Il y a mille projets à financer dans les travaux publics en France qui relanceront l’activité des entreprises sur les territoires. J’ai proposé d’investir 20 milliards. »
Après le plan de relance de « Dévide-gens », le « Grand-emprunt » de « Bling-bling » et les CICE et autres de « Flanby-à-la-fraise-des-bois-Tagada » dont on attend encore les retombées, lui aussi s’y met !

Grande loi de séparation bancaire et d’interdiction des activités spéculatives : « Je veux libérer les Français du système bancaire qui s’est détourné de leurs besoins et du soutien à l’économie réelle. C’est la création de la banque d’encouragement au risque et c’est la loi de séparation bancaire qui a été manquée qu’il faudra reprendre avec amplification. »
Reprise du « grand-plan » de « Gras-Nul-Laid » qui était resté… en plan !

Nationaliser un établissement bancaire si les réformes financières restent sans effet sur le financement de l’économie réelle : « La nationalisation, qui peut être temporaire ou partielle, n’est pas un marqueur mais une possibilité que je me réserve. Elle n’est ni obligatoire ni interdite. Je considère que la souveraineté économique d’un État doit être supérieure aux intérêts du système bancaire et financier. »
Blablabla : Ça changerait quoi et c’est qui qui paye ?

Créer une banque d’encouragement au risque en multipliant par 10 le nombre de garanties d’emprunts aux artisans, PME et startups : « Je propose une banque d’encouragement au risque, pour faire ce que la BPI ne fait qu’au compte-goutte : le cautionnement du crédit et la mutualisation du crédit. Trop de petites entreprises meurent parce qu’elles n’ont pas accès au financement. 60.000 faillites par an, c’est le signe d’un pays qui va très mal. »
C’est sûr qu’il ira mieux si on finance à fonds-perdus les crevards !   

Attribuer 80 % des marchés publics aux PME implantées en France : « Je propose également de réserver pendant une période de huit ans, le temps que la France se réindustrialise, 80 % des marchés publics des collectivités locales, de l’état, de ses hôpitaux, aux PME travaillant sur le sol national. Ce sont 80 milliards minimum de travail annuel pour l’appareil productif, et c’est le moyen de reconstituer ainsi la base industrielle du pays avec les impôts des français. »
La bonne idée mais qui se heurte aux règlements européens.
À lui signaler qu’IBM, c’est bien connu, est une entreprise « gauloisienne », selon ce critère…

Soumettre à autorisation préalable de l’État les investissements étrangers dans les intérêts stratégiques du pays, en utilisant le décret « Made In France » : « Je veux libérer les Français de la capture par les investisseurs étrangers de nos fleurons industriels en imposant le respect de la France et de ses intérêts, le maintien de ses centres de décision, de recherche, de ses emplois en France par l’extension du décret de protection que j’avais fait promulguer en 2014 à l’occasion de l’affaire Alstom et qui n’a jamais été utilisé depuis mon départ du gouvernement. »
Teuteuteu… Un ticket d’entrée aux insiders déjà implantés ?

Refuser la ratification des traités transnationaux CETA et TAFTA, dangereux pour notre économie et notre démocratie : « La France ne ratifiera plus les traités ultérieurs de libre-échange que la Commission européenne négocie en notre nom et dans notre dos. C’est la fin du TAFTA et du CETA. »
Punaise l’anticipation du « grand-homme », là ! Formidable…, en décembre 2016.

Exercer un contrepoids patriotique au sein des grands groupes du CAC 40 : « Reprendre le contrôle du système économique, par exemple de nos grands groupes qui se font racheter et qui déménagent. Nous allons mobiliser les fonds de mutuelle et de retraite pour les faire entrer au capital de ces grandes entreprises et exercer une influence patriotique. »
« Bête-en-cour », « Beau-l’Orée », « Pine-haut » et quelques autres en tremblent d’aise !

EDUCATION : « L’appareil éducatif est en difficulté, une difficulté attestée par l’ensemble des enseignants que j’ai pu rencontrer. On compte 30 % d’élèves en difficulté en plus en dix ans et notre pays est classé comme l’un des plus inégalitaires de l’OCDE. Je n’accepte pas qu’un enfant né dans un quartier ait un destin préprogrammé dans l’éducation nationale. C’est pourquoi je veux libérer l’innovation éducative et investir dans l’éducation pour obtenir une nation plus prospère, capable d’imaginer son avenir. »
Que c’est beau !

Généraliser le travail en petits groupes pour l’apprentissage des savoirs fondamentaux : « Notre pays ne fait que reproduire et accentuer les inégalités. Nous allons devoir investir en dédoublant les petites classes pour l’apprentissage des savoirs fondamentaux. Les mêmes instituteurs doivent suivre les mêmes enfants du CP au CE2. »
Comme ça, quand ils tombent sur un mauvais prof’, ils ne pourront même pas se rattraper : J’adore !

Généraliser le dispositif plus de maîtres que de classes : « Partout où cela est nécessaire nous devons généraliser ce dispositif et découper les classes en deux ou trois afin de consacrer davantage de temps aux écoliers qui en ont le plus besoin. »
Et il trouve où les sous pour dédoubler les profs’ déjà mal payés ?

Un tuteur pour les élèves en difficulté : « Je souhaite mobiliser les retraités de l’Éducation nationale pour que tout enfant en difficulté ait un adulte qui le suive, sous l’autorité de leur instituteur. »
Il n’a jamais passé une semaine face à une classe déchaînée, celui-là…

Un même enseignant pour les élèves du CP au CE2 : « Je propose de créer un « maître des savoirs fondamentaux » qui suive les élèves de classe en classe pendant ces trois années. »
Il l’a déjà dit, avec d’autres mots, ou alors il dédouble les procédés ?

Valoriser la pédagogie de projets collectifs : « Nous pourrions imaginer des solutions plus coopératives, plus collaboratives dans les stratégies pédagogiques. Nous pourrions imaginer qu’au lieu d’avoir des compétitions individuelles il y ait des projets collectifs. Voilà l’esprit dans lequel nous devons faire évoluer l’appareil éducatif. »
Encore un qui a séché les cours de sports…

Réformer le système de notation : « Je suis pour la diversification des réussites, mais la réussite pour tous. Chacun peut. Un enfant en échec scolaire, s’il devient moyen c’est une victoire, un enfant bon qui devient excellent, c’est une victoire. La victoire, c’est que tous les enfants doivent être poussés le plus loin possible. Oui, il faudra imaginer d’autres systèmes d’évaluation. Nous en sommes capables et nous en avons un impérieux besoin. »
Blablabla…

SOLIDARITÉ : « Les Français sont prisonniers d’une vie quotidienne difficile, faite d’inquiétude pour le présent, d’angoisse pour leur avenir : 2,5 millions de nos compatriotes sont touchés par les déserts médicaux, 1,5 million ne disposent pas de mutuelle … Face à la stratégie thatchérienne de François Fillon, je veux libérer les français des charges de la vie quotidienne, libérer l’oxygène dont ils ont besoin pour assurer le minimum du quotidien. »
Ah oui, vivement un robot ménager multifonction qui fasse le ménage-lessive-repassage-cuisine-vaisselle-cire-les-pompes-et-poussières dans chaque ménage !

Création d’une mutuelle publique : « 36 % des français ont renoncé aux soins l’année dernière. Je propose de créer une mutuelle de la sécurité sociale à prix modéré pour protéger les français qui ne peuvent bénéficier de la CMU et qui ne peuvent s’offrir des mutuelles privées, trop chères ».
Salaud ! Et pourquoi pas pour tout le monde ?

Éradication des déserts médicaux : « Je propose que l’on salarie des médecins et que la sécurité sociale crée des dispensaires dans les maisons médicales ».
Si ça n’existe pas dans les désert-médicaux, c’est qu’il y a des raisons…

Tarifs maximum sur les prothèses dentaires et soins courants : « La situation étant particulièrement grave en matière de tarifs dentaires, mais aussi de prothèses auditives, je propose d’établir un plafonnement légal des tarifs des actes prothétiques et des soins les plus courants. »
Euh, le conventionnement, ça existe déjà…

Création de 5.000 postes hospitaliers… (Non-documenté)

AGRICULTURE : « Le dogme ultra-concurrentiel et la production intensive en Europe ont détruit notre modèle agricole et laissé nos agriculteurs avec leurs dettes, comme l’a montré la crise laitière. Nous devons libérer les nouvelles formes de production, assumer un modèle où la productivité sera moindre mais les revenus substantiels et notre écosystème protégé. »
Petit-père du peuple, il n’a pas tout vu : Son pote « le-Folle » ne lui a pas expliqué que les gueulards ne sont pas les plus nombreux et qu’il existe quantité d’exploitants agricoles qui ne font pas de bruit mais ne vivent pas si mal que sur leurs exploitations.
Passons…

Aider les agriculteurs à compléter leur activité en devenant producteurs d’énergie : « On a mis les agriculteurs sans protection sur les marchés mondialisés, aujourd’hui ils se retrouvent avec leurs dettes (…) On doit également aider les agriculteurs à devenir des producteurs d’énergie. Il faut développer l’innovation agricole. »
Fabriquer, c’est leur métier de base. Innové dans une activité plurimillénaire, ce n’est pas si simple que ça.

Investir dans l’agriculture bio et les circuits courts : « Il faut réinventer le modèle agricole, baisser la productivité et augmenter les revenus pour les agriculteurs. On doit investir dans le bio et les circuits courts. »
D’accord, mais ce n’est pas qu’une question d’investissement mais d’abord d’allègement des normes et autorisations administratives…

Construire des emplois agricoles dans les villes par la « permaculture » et reconvertir les friches en surfaces d’agriculture urbaine : « Pourrait-on dire un mot de la reconversion des friches industrielles et urbaines en surface d’agriculture urbaine ? Je veux évoquer la naissance d’une nouvelle discipline agricole qui s’appelle l’agro-écologie ou permaculture, technique de densification naturelle des cultures sur les petites surfaces économes en énergie et en mécanisation, qui permet d’obtenir des revenus suffisants pour une famille qui vit de son travail. »
Moi, j’avais essayé de planter des vignes sur mon balcon-parigot. Mais de là à en vivre…

Reconstruire un modèle agricole avec les producteurs, les distributeurs et des consommateurs : « Je travaille sur un plan de souveraineté alimentaire car il faut être autosuffisant, reconstruire un modèle avec les producteurs, distributeurs et consommateurs, construire une alternative. »
Travaille, travaille…

CITOYENNETE ET JEUNESSE : « La France, notre pays, est un pays blessé, meurtri, parfois démoralisé. Nous sentons les bases de l’édifice qui nous unit s’affaisser par secousses, nous savons parfaitement que ce que nous avons construit en commun peut disparaître si nous n’y prenons pas garde. C’est cette France que nous livrons à notre jeunesse, alors que nous devrions lui faire confiance pour inventer la France de demain. Je vous propose de refaire France et remettre le citoyen au cœur de la République. »
Bien sûr, bien sûr…

Droit de vote des étrangers aux élections locales : « Je propose le droit de vote pour les étrangers car il est nécessaire que ceux qui paient des impôts, parfois depuis trente ans, et qui n’arrivent pas à se faire entendre de certains élus puissent participer au bien commun. Nous en avons hautement besoin dans un pays fracturé où il est temps de se réconcilier, d’agir ensemble, de se donner la main et d’assurer une forme d’entraide. »
Le serpent des mers depuis « Mythe-errant »…

Service national obligatoire, civil, humanitaire et militaire : « Nous sommes dans un pays avec des murs de verre entre les différences. Le service national, qui sera militaire, civil, humanitaire, c’est le brassage qui manque à notre pays. »
On sait.

Micro-crédit de 5 à 10.000€ pour les jeunes : « J’ai proposé de rendre obligatoire un “service national” pour chaque jeune homme ou jeune femme. En découlera pour chacun ce que j’appelle le “prêt d’honneur universel”. Une fois le service national dûment accompli, la Banque de France permettra à tout jeune de financer son projet : associatif, humanitaire, entrepreneurial… Le tout sous la forme d’un micro-crédit, entre 5.000 et 10.000 euros, avec des associations qui accompagnent la réalisation de ce micro-crédit. C’est un acte de confiance destiné à la jeunesse pour lui faire comprendre qu’on a besoin d’elle. »
Qui paye les impayés ?

Référendums d’initiative populaire (cf. ci-avant)

Citoyens tirés au sort au Sénat (cf. ci-avant)

Permettre aux citoyens de saisir la Cour régionale des Comptes (cf. ci-avant)

FISCALITE : « Je m’adresse à la France des fins de mois difficiles, à la France de la précarité, à la France ouvrière, souvent précaire et bosseuse qui a vu l’État être faible avec les forts et dur avec les faibles. Cette France a vu l’État sauver les banques, aider les grandes entreprises, elle a vu aussi ses impôts augmenter, comme le chômage. Il nous faut désormais libérer le pouvoir d’achat des français et utiliser la fiscalité comme un levier de justice sociale. »
Banzaï !

Augmenter le pouvoir d’achat des Français : « Je propose une baisse de la CSG sur les catégories dont les revenus sont les plus faibles et de la rendre progressive. Cela nous fait espérer de 600 à 800 euros de pouvoir d’achat annuel en plus. »
L’impôt meurt de sa trop forte progressivité, et il en rajoute : J’adore !

Limiter les salaires des dirigeants de grandes entreprises : « Je propose que quand un patron décide de s’augmenter de 5 %, la condition, c’est qu’il augmente tous ses salariés de 5 %. »
Là encore j’adore !
Et quand sa rémunération baisse de 30 %, il peut baisser celle de tous ses salariés de 30 % ?
Là, je vote pour, tiens donc, si j’étais patron…

Réformer le RSI : « Le RSI décourage et détruit des entreprises. Je propose que l’État reprenne en main sa gestion pour redonner de l’oxygène aux entreprises notamment en indexant les prélèvements sur les revenus. »
Et prendre le risque que ce soit pire encore ?

Orienter l’assurance-vie des Français vers le financement des PME : « Je propose de diriger 10 % des encours de l’assurance-vie vers les PME car c’est là que se trouvent les emplois, le développement des territoires et la richesse de notre nation. »
Très bien, mais comment l’État va-t-il trouver ces 10 % manquants ?
Et puis il n’y a pas que l’assurance-vie dans la vie, mais plein d’autres supports qui vont aux entreprises.
D’accord, plutôt des grosses PME, mais déjà vers des TPE et hors « économie-collaborative ».

Encourager le télétravail : (cf. ci-avant) 

TERRITOIRES : « Coupes budgétaires, désindustrialisation, faillites des petites et moyennes entreprises, désertification médicale et disparition des services publics, nos territoires se meurent en silence. Je veux enfin libérer les français de la difficulté de vivre dans leurs territoires, en investissant dans les territoires oubliés et en permettant à 10 millions de français d’accomplir leur rêve de vivre ailleurs que dans les métropoles, les villes. »
Déménager les villes à la campagne ?

Éradication des déserts médicaux : (cf. ci-avant)

Créer une police de proximité, au contact des Français, recruter et remettre des effectifs sur le terrain : « La suppression de la police de proximité, c’est l’œuvre aussi de Monsieur Sarkozy, qui n’a pas été reconstituée. Je crois qu’il faudrait réinstaller les commissariats de police dans les quartiers sensibles de façon systématique pour avoir une présence policière permanente. C’est beaucoup de moyens mais c’est nécessaire. »
Eh oui : Encore un échec cuisant de « Tagada-à-la-fraise-des-bois » !

Créer l’agence nationale de rénovation rurale, dotée de moyens renforcés et rassemblant des outils jusqu’à présent éparpillés : « Je propose la naissance d’une Agence Nationale de Rénovation Rurale capable de rénover le foncier des villages, d’installer la fibre optique, d’installer les populations urbaines qui souhaitent travailler hors des villes en proposant des logements de qualité à des prix défiants toute concurrence. »
Que fout le ministre de l’aménagement du territoire ?

Relancer une politique d’investissements de 20 milliards d’euros dans les infrastructures : (cf. ci-avant) 

Développer le réseau fibre optique sur l’ensemble du territoire et en finir avec les territoires oubliés en zone blanche : « Le télétravail et la fibre optique peuvent faire renaître la France désertifiée des campagnes. Ce serait là une bonne manière de libérer les Français. »
Qui qui paye ? L’abonné final, comme d’habitude…

INTERNATIONAL : « La France a toujours défendu une politique étrangère en rapport avec son histoire et sa géographie. Son refus de l’alignement sur d’autres puissances, mêmes alliées, ont fait d’elle une grande Nation indépendante parlant d’une voix singulière. Pourtant, notre pays s’est laissé entraîner dans les guerres de la famille occidentale, parfois contre son intérêt. La France doit être une puissance d’équilibre et non belliqueuse, une puissance qui assure un pont entre les Nations. »
Un peu court, mais totalement « gaulliste »…
Bien.

Revoir la position de la France au sein de l’OTAN : « L’OTAN s’est engagée dans des expéditions militaires aventureuses, qui ont envenimé la conflictualité entre le bloc occidental et le monde arabe, et ne nous a pas protégée contre le terrorisme djihadiste. Je désapprouve la vision des blocs en guerre civilisationnelle selon la théorie d’Huntington que les néoconservateurs ont imprimé à la doctrine de l’OTAN. Oui, la France doit se préparer à réviser ses positions sur sa présence dans le commandement intégré de l’OTAN. »
OK ! Gaulliste à souhait…

Développement d’une union économique et politique entre les deux rives de la Méditerranée : « Nos échanges économiques doivent beaucoup plus se développer. Il y a grande matière à les densifier. Nous devons travailler et investir ensemble en Europe et en Afrique ! Nous avons pour réussir cet atout que constituent les millions de personnes dont le cœur bat pour nos deux pays, un magnifique pont humain entre nos deux rives.»
Parfaitement « Bling-blinguesque », mais pourquoi pas ?

Renégocier les accords du Touquet : « Sur l’immigration, il nous faut approfondir le travail de lien avec l’Angleterre et renégocier les accords du Touquet. On ne peut pas continuer comme ça et laisser vivre ces gens dans une situation aussi critique ! J’ai croisé des réfugiés et parmi eux une infirmière, un ingénieur et un avocat. Tous veulent aller en Grande-Bretagne. On ne peut pas continuer à faire le garde-barrière de l’Angleterre. Le futur président de la République aura une marge de manœuvre totale pour les renégocier car c’est un accord bilatéral entre la France et la Grande-Bretagne. Et avec le « Brexit », nous serons en mesure de poser nos conditions. »
Bien sûr !

Recensement des capacités d’accueil des mairies, associations et familles d’accueil pour organiser l’accueil de réfugiés : « Il y a une part de générosité dans ce pays qu’il faut accompagner. La France doit prendre sa juste part de la misère du monde. »
Et c’est quoi ? Ou combien ?

LUTTE CONTRE LE TERRORISME : « La République et l’unité nationale sont menacées par les attaques terroristes, la démocratie et l’État par la démagogie des dirigeants politiques. Nous sentons les bases de l’édifice qui nous unit s’affaisser par secousses, entretenant la division que nos ennemis ont programmée pour nous abattre. Nous ne leur ferons pas ce cadeau ! Parce que je sais aussi que les français forment un grand peuple capable d’intelligence collective et d’une capacité de résistance extraordinaire, le projet que je vous propose s’appuie sur ces ressources pour bâtir la nouvelle France. »
Ok, mais la démagogie, il en connaît un rayon, non ?

Création d’un Parquet National Antiterroriste… (non documenté)

Création d’un service de renseignement de proximité… (non documenté)

Revalorisation de la police judiciaire… (non documenté)

Mis à jour le 27.12.2016 à 23:06…

« Plus de soixante-dix » propositions sur son site de campagne, surlignant « 20 propositions clés ». Ce programme pourra encore s’étoffer, précise son entourage à l’AFP, puisqu’il n’y a par exemple aucune proposition sur la culture ni sur nos armées, une seule sur le sort du nucléaire et quelques autres domaines prétendument régaliens.
Au total un exercice qui a le seul mérite d’exister, ce qui n’est pas encore totalement le cas de tous ses autres concurrents de la primaire « soce », même si ça se précise depuis et qu’on y reviendra.
Et c’est mieux que rien.
Hélas, trois fois hélas, si vous avez tout lu (bravo : même moi je l’ai fait, pourtant je ne supporte pas trop le bonhomme, un affreux prétentieux et, aux dires de mes « potes » de ministère, absolument imbuvable avec les « petits-personnels » alors que comparativement « MacRond », « Le-Folle » et « Deux-noix-Âme-mont » seraient « adorables »), vous vous êtes peut-être rendu compte qu’il n’y a rien que du vent !
Pas totalement, naturellement (les positions « à l’international » sont en rupture avec les deux précédents quinquennats), mais ce n’est qu’une revue de poncifs forcément éculés.
Et puis pas une seule mesure d’impact chiffré : On est très loin du travail des équipes des prétendants de la « droâte ».

C’est quand même dommage de se dire « soce », d’avoir été ministre (et quel ministre pétaradant !) et de prétendre vouloir « présider » aux destinées d’un pays tout entier (comme le mien, celui que j’aime tant et me le rend si mal…) et d’en rester définitivement au niveau de la « tambouille » sous-ministérielle de cabinet nauséabond et des affirmations de principe qui n’engagent que ceux qui y croient (et voteront pour lui).
Aucune « vision » ne se dégage, même pas le « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ».
Non, rien qui fasse se lever le matin tôt en se disant : « C’est bon, cette fois-ci, j’y vais ! »
Même pas lui qui aurait pu en conclure : « Attention, me voilà ! »
Moi, je ne vois-là… rien de bandant.
Il ne tiendrait pas six mois alors qu’il prendrait un mandat de cinq ans…
Erreur de casting (depuis l’origine) et de synopsis.
À croire qu’il n’y croit pas lui-même une seule seconde.
D’ailleurs, et c’est finalement le plus drôle, il n’y croit tellement pas lui-même qu’il a nommé Guy Bedos, un « comique », comme président de son comité de soutien : C’est vous dire la rigolade à prévoir !

Bon, j’imagine encore que je suis le seul à être dans cet état d’esprit à son égard, mais je voulais partager un peu.
Et on passe à autre chose.

2 commentaires:

  1. Je suis parfaitement d'accord avec vous! Montebourg, pas plus que n'importe quel autre candidat ayant obtenu le soutien explicite du P.S. au premier tour de la vraie élection (Avril 2017), n'obtiendra pas ma voix!
    Le concernant, tout démontre qu'il est inconsistant, fade, avant tout soucieux de se faire élire pour, une fois élu, faire le contraire de ce pourquoi il aura été élu! Comme Hollande, au fond!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes "nombreux" à lui refuser, à lui et aux autres, la moindre voix, que j'en dis.
      De toute façon, c'est prévu comme ça depuis l'origine, il n'y aura pas de "soce-officiel" au second tour.
      Et un élagage sévère du "P-soce" aux législatives suivantes : Pourront-ils au moins sauver "un groupe", même avec les "écololo-bobos" et le PCF, ce n'est même pas sûr...

      Alors passons : Même s'il fallait témoigner pour le futur !

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube