Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

mercredi 4 janvier 2017

Au fait, c’est quoi…


« Les valeurs de la Droâte et du Centre » ?

Pour avoir participé aux deux tours de leur primaire (bon… pas vraiment « le centre », mais une « droâte » encore plus à droâte que la droâte), j’ai donc payé deux fois 2 euros le bulletin et signé une feuille d’émargement qui n’était autre que mon adhésion personnelle à ces « valeurs » :
« Je partage les valeurs républicaines de la droite et du centre et je m’engage pour l’alternance afin de réussir le redressement de la France », que c’était marqué !
Je n’ai pas osé l’affront : « C’est quoi les valeurs républicaines de la droâte et du centre » de peur de me faire jeter alors que j’étais venu bien décidé à faire barrage à « Bling-bling ».
Donc, je suis ressorti de là aussi kon que j’étais venu. Deux fois…
Et en plus, au lendemain du second tour, je me suis retrouvé cocu-de-première-classe : On avait bien viré le pantin, mais c’était pour se retrouver à ramer pour le pantin du pantin !
Chapeau…

Depuis, je me pose des questions dans ma « ford-intérieur » : D’abord, qu’est-ce qu’une valeur ?
En philosophie, plus particulièrement en philosophie morale mais aussi en philosophie politique, la question de la valeur et d’un système de valeurs divisent depuis Platon sur ce que l’on entend par ces termes, souvent fourre-tout, ainsi que sur leur réalité.
Pour le philosophe athénien, les valeurs se rapportaient à un Bien qui était indiscutable.
Néanmoins, au cours des siècles, le concept de valeur a été balloté entre les « objectivistes » et les « subjectivistes » (entre système de valeurs universelles et système de valeurs propre à chaque individu), sans oublier ceux qui niaient qu’il puisse en exister, comme les plus extrémistes d’entre eux, les nihilistes avec Nietzsche à leur tête.
Bref, on n’en saurait rien finalement. Sauf que moi, je fais la synthèse : À titre individuel (subjectiviste), j’adhère sans retenue aux valeurs universelles (objectiviste)…

Pour faire simple et « prolonger un peu », disons qu’en politique, il existe des systèmes de valeurs défendus par les différents courants politiques ainsi que des systèmes plus larges englobant plusieurs de ces courants, comme par exemple, les fameuses « valeurs républicaines ».
Quant à la valeur, elle peut se définir, très schématiquement, comme une référence et une base à l’action qui la légitiment.
Donc, selon la « Charte de la primaire », non seulement les candidats mais leurs parrains l’ont partagée.
Moi pas ! Curieux, mais c’est comme ça.
J’ai fini par comprendre (mais ça m’a demandé beaucoup d’efforts et de temps) que cette obligation avait comme but d’éliminer les candidats mais surtout les parrains venus de formations politiques de gôche ou d’extrême-droâte.
Voilà pourquoi je n’étais pas concerné.
Alors que si elle est seulement « républicaine », en principe, hors les royalistes et les bonapartistes, tout le monde est concerné…

Ceci dit, puisqu’il s’agit des valeurs « républicaines », prenons d’abord la devise du pays et de ses républiques : « Liberté, égalité, fraternité ».
Mais déjà, on ne peut pas dire que ce sont des valeurs uniquement de la « Droâte et du Centre », la gôche s’en réclamant également, puisqu’ils ne sont ni royalistes ni bonapartistes.
Mais s’il s’agit de l’intensité de ces valeurs et de leurs relations entre elles, on ne peut pas dire non plus que la Droâte et le Centre soient exactement sur le même plan.
Si la Liberté semble aussi importante des deux côtés (de même que la responsabilité qui va avec…) et qu’elle a, à très peu de chose près, la même signification pour la Droâte et le Centre, c’est moins le cas pour l’égalité où si l’égalité politique est identique, ce n’est pas le cas pour l’égalité sociale qui est un peu plus forte au centre qu’à droâte – même si la méritocratie est autant défendue de chaque côté – ce qui découle, avant tout, d’une fraternité plus étendue chez les centristes qui vient, notamment, de leur héritage démocrate-chrétien.
Donc, si l’on s’arrête au triptyque gauloisien, soit tous les partis républicains partagent ses valeurs, soit, si on prend leur interactions les unes vis-à-vis des autres et leur degré d’application, elles ne sont pas identiques ce qui signifie, dans ce cas, qu’elles ne sont pas communes aux partis de droâte et aux partis du Centre.

Évidemment, il faut comprendre que ce terme générique souvent employé ne signifie pas grand-chose si l’on ne dit pas quelles sont ces valeurs, ce que les politiques ne font pas souvent…
D’ailleurs, « Bling-bling » était-il vraiment « droit-dans-ses-bottes » en parlant des « Gauloisiens » exclusivement « petit-gaulois », en excluant les habitants originaires de tous les autres territoires du pays ?
On aurait dû l’exclure, non ?
Peut-être que là, la Droâte et le Centre partagent les mêmes, à l’intensité identique, ce qui les différencierait de la Gôche et de l’extrême-droâte.
Ce doit être ça…
Quoique…
On peut estimer sans beaucoup se tromper que ces valeurs sont, outre la liberté, l’égalité et la fraternité, la tolérance, la solidarité et l’on englobera également la vertu qu’est le respect.
La laïcité, je ne sais pas : Il s’agit d’une loi postérieure (de 1905 et les gens vivaient très bien républicain sans cette loi) pas d’un principe supérieur de constitutionnalité.
Mais il faut néanmoins constater que le Centre défend une tolérance plus grande que la Droâte ainsi qu’une solidarité plus étendue, la Droâte privilégiant avant tout et globalement ici, l’intérêt individuel.
Quant au respect dû à la personne, le Centre en fait une de ses pierres angulaires alors que la Droâte se focalise souvent sur celui dû avant tout aux institutions.
Y’a des nuances, comme ça…
Passons.

Pour étendre le champ de notre exploration, si l’on reprend le principe de laïcité et que l’on dit par un rapprochement un peu excessif qu’il est une valeur républicaine, alors même chose que pour la devise nationale, tous les partis républicains la défendent mais la voient avec une intensité et d’une application dans le champ sociétal qui sont différentes.
Cela vaut pour le Centre et la Droâte dont les positions ne sont pas identiques.
De plus, si l’on prend la sûreté dans ce que « vivre en sécurité » serait une valeur républicaine, même chose que pour la devise nationale, le principe de laïcité ou les valeurs humanistes, tous les partis politiques s’en réclament même s’ils ont des vues souvent très différentes quant à l’application de cette « valeur ».
Bien entendu, on pourrait continuer à étaler des valeurs ou des concepts qui se rapprochent de ce qu’est une valeur mais on quitterait la définition même de la Charte de la primaire de LR qui ne parlait que des « républicaines ».
Force est de reconnaître, in fine, que ces « valeurs républicaines de la Droâte et du Centre » sont identiques à celles de la Gôche sur les grands principes.
Ce n’est que si l’on étudie leurs articulations entre elles et leurs degrés qu’alors chaque courant idéologique est différent d’un autre, ce qui semble normal si l’on estime que la Droâte n’est pas Centre qui n’est pas la Gôche qui n’est pas la Droâte sans même parler de l’extrême-gôche ou de l’extrême-droâte.
Et ce à l’infini.
En bref, comme on ne m’a pas expliqué, ni à l’ékole-pue-blique, ni dans mon bureau de vote, normal que je sois ressorti aussi kon que j’étais venu…

Dès lors, soit les valeurs communes à la « Droâte et au Centre » sont celles qui sont communes à tous les partis républicains, soit leurs articulations entre elles et leurs degrés d’application dans l’organisation de la société sont différents et font qu’il n’existe pas une ligne politique identique entre la « Droâte et le Centre », donc pas de valeurs communes dans cette acceptation pratique de l’expression « valeurs communes ».
Là, je comprendrais plus facilement.
Ce qui revient à signifier que la Droâte n’est pas le Centre est inversement.
Et n’empêche évidemment pas une coalition entre partis droâtistes et centristes… républicains, comme on ne l’a pas vu.
Mais là, peu importe.
(Vous suivez, là ?)

Pour en revenir au paysage politique gauloisien, il faut bien reconnaître donc que la quasi-totalité des partis ou mouvements font référence à la « république », après la faillite de l’État soviétique marquant l’échec du « socialisme réel » : Du « Mouvement républicain et citoyen », du « Parti radical de gôche », au « Parti de gôche » fondé par « Mes-Luches », ils s’en réclament tous.
Mais à droâte, pour se distinguer de la « droite nationaliste », certains se qualifient souvent de « droâte républicaine » tout comme le parti politique « Les Républicains-démocrates ».
Où on trouve au sein de ces mouvements de « droâte » des références au républicanisme, souvent teinté d’autres valeurs : Gaullisme, Conservatisme, Souverainisme…
Par conséquent, l’idéologie du « républicanisme » y est assez vaste sans qu’elle se mélange ou se confonde avec les autres idées comme : Libéralisme politique, Multiculturalisme, Universalisme républicain, Autoritarisme républicain, Communautarisme républicain et j’en passe…

Le triptyque « Liberté, Égalité, Fraternité » pourrait peut-être m’aider, d’où découle la définition de la Liberté comme la non-domination.
L’égalité devient alors la garantie d’une absence d’arbitraire, qui permet la liberté.
On peut même lire une application de cette définition à des débats concrets de la société gauloisienne (la loi de mars 2004 sur le port des signes religieux à l’école, la parité, les revendications d’identité régionale, l’ékole…).
Rappelons que si c’est la devise de la République gauloisienne, c’est aussi celle de la République d’Haïti, de la Grande Loge de France, du Grand Orient de France, du Droit humain et de la Grande Loge Nationale de France, et plus généralement, elle est dite « devise républicaine » de toutes les loges maçonniques gauloisiennes.
Et elle figure en bonne place dans l’article 2 de le texte de la Constitution de 1958.

La liberté et l’égalité sont posées comme principe dans l’article 1er de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, texte qui fait partie du Préambule de la Constitution de la Cinquième République gauloisienne : « Article Premier. Tous les êtres humains naissent libres et égaux en droits », en droits et en devoirs pas en taille de quéquette, ni en QI.
Un texte repris en 1948 comme article 1er de la Déclaration universelle des droits de l’homme en rajoute l’obligation de fraternité : « Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité ».
Peut-être que déjà, ça exclut les krétins…
Cette devise est adoptée officiellement en « Gauloisie-des-Lumières » une première fois le 27 février 1848 par la Deuxième République, et surtout après 1879 par la Troisième République, inscrite aux frontons de tous les édifices publics à l'occasion de la célébration du 14 juillet 1880.
Mais ça ne m’éclaire pas plus sur ces « valeurs » républicaines de la « droâte & du centre »…

En fait, pour commencer à comprendre, il faut en revenir aux attentats de janvier 2015, les « Charlie ». Un gigantesque électrochoc !
Depuis l’invocation aux « valeurs républicaines » tourne au moulin à prières, à chaque nouvel attentat. Gôche et droâte s’en gargarisaient pour légitimer leur mise au rebut du « F-haine », même si « Marinella-tchi-tchi » ne s’en réclamait pas moins, souvenez-vous de la manif internationale du 11 janvier à « Paris-sur-la-plage ».
Tous les éditos, tous les sermons politiques soulignaient la nécessité de resserrer les rangs sur les « valeurs républicaines », talisman pour nous prémunir du communautarisme, panacée pour forger l’armature morale de notre jeunesse, icônes pour combattre le terrorisme.
Or, finalement, comme personne n’explique ce que c’est, on peut en conclure que ça n’existe pas.
Voilà l’explication profonde : On confond indûment « valeur » et « principe » !

Parce que finalement, l’honneur, la liberté, l’altruisme, le courage, la probité, la pudeur, l’équité, le respect de soi et d’autrui, la bonté, le discernement, la générosité sont tout autant des valeurs, et il serait opportun qu’on les inculquât à l’ékole. Mais personne n’en parle nulle part.
À la fois universelles et modulées par la culture de chaque peuple, elles ne sauraient être l’apanage d’un régime politique déterminé.
Elles sont aussi enracinées dans les monarchies européennes que dans notre République. Les sujets de Sa très gracieuse Majesté la reine d’Angleterre jouissent de la même liberté que les citoyens gauloisiens.
Ceux des républiques d’Iran, du Soudan, du Pakistan ou de l’ancien empire soviétique en sont privés.
Bref, le mot « république » ne recèle en soi aucune « valeur » et, en conséquence, il n’a pas la moindre vertu morale.
D’autant que ce sont les aléas de notre Histoire qui ont abouti pour l’heure à un consensus sur la forme républicaine de nos institutions et personne n’en conteste la légitimité.
Mais c’est juste un principe, héritage lointain des Latins de Rome, recyclé à partir de la Révolution et pas très assuré sur ses bases, car enfin, depuis la fin de l’Ancien Régime, force est de constater que la « Gauloisie-ma-patrie »  a déjà consommé cinq républiques, plus deux empires, deux restaurations et deux régimes bâtards (La Commune et Vichy) imputables à deux défaites face aux « Teutons ».
Ce qui manque manifestement à tous les étages de la société Gauloisienne, depuis l’école jusqu’aux « élites », c’est bel et bien une architecture morale reposant sur un socle de valeurs. Des vraies.
Les velléités pédagogiques que l’on voit poindre ici et là ne s’y réfèrent d’ailleurs nullement, on n’y distingue en filigrane qu’un catéchisme « républicain » de gôche, autant dire une fiction maquillant un déni de mémoire à des fins bassement partisanes.
Et de constater que « la droâte-républicaine & du centre » est tombée dans le panneau de la récupération…
Puisque personne ne m’explique ce que c’est !

Peut-être qu’il serait urgent de combler ce déficit d’explication et de renouer avec les valeurs cardinales. Elles ont toutes en commun une exigence d’élévation, comme c’était le cas dans toutes les civilisations quand les modèles du saint, du héros ou du sage équilibraient les pulsions inhérentes à la nature humaine.
Et que je me dis qu’aussi longtemps qu’on mettra la barre des aspirations à l’altitude zéro du mercantilisme, « républicain » ou autre, on lâchera dans une jungle sans foi ni loi des êtres intellectuellement, psychiquement et spirituellement invertébrés.
Et surtout, on verra surgir de partout des candidats au djihad ou à une autre barbarie.

Alors j’ose un rappel (certes tardif), pour les béotiens (de mon bureau de vote) : Liberté.
La déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 définit ainsi la liberté : « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi. » (article 4 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen ayant valeur constitutionnelle).
« La Loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société. Tout ce qui n’est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elle n’ordonne pas. » (article 5).

Égalité (devant la loi) : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune. » (article premier).
Le Conseil constitutionnel a néanmoins assoupli ce principe « en admettant des modulations lorsque celles-ci reposent sur des critères objectifs et rationnels au regard de l’objectif recherché par le législateur et que cet objectif n'est lui-même ni contraire à la Constitution, ni entaché d’une erreur manifeste d'appréciation ».
Et de ce principe, il en fait depuis une application constante jusque dans la censure de dispositions fiscales diverses…

Fraternité : « La fraternité a pleine vocation à embrasser tous ceux qui, français mais aussi étrangers, luttent pour l’avènement ou le maintien de la liberté et de l’égalité ».
La notion est donc universelle et appartient plutôt à la sphère des obligations morales plutôt que du droit, des relations plutôt que du statut, de l’harmonie plutôt que du contrat, et de la communauté plutôt que de l’individu.
Une vraie valeur morale.
En effet, l’article 2 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 mentionne également « le droit de résistance à l’oppression » comme l’un des quatre droits fondamentaux avec la liberté, la propriété, et la sûreté.
La fraternité était donc née de l’aspiration à la liberté, et dirigée par une cause commune.

Autrement dit, il n’y a pas de « valeurs républicaines de droâte & du centre », mais des valeurs républicaines tout-court.
C’est au nom de ces dernières que j’ai voté à ces primaires, la conscience claire et tranquille.
De la même façon, je devrais aller voter pour celles de gôche.
Mais eux n’appellent pas à une adhésion à des « valeurs républicaines », même pas de « gôche » ou seulement « soces ». Soit qu’ils n’en ont pas (et je ne voterai pas), soit qu’ils admettent qu’ils ne savent pas ce que c’est (et c’est déjà dommage pour eux).
De toute façon il leur faudrait expliquer en quoi elles sont différentes de celles des autres.
Alors autant les laisser se démerder tout seuls : Ils s’y entendent finalement assez bien pour se faire « haras-qui-rit » et faire le lit de leurs opposants sans moi.
Mais je reste ouvert à toutes explications de mes lecteurs pour mourir moins kon au bout du bout : Alors, à vos commentaires !

4 commentaires:

  1. Merci pour cette réflexion avec des questions qui devraient être obsolètes aujourd’hui.
    Le modèle français n’est plus une évidence car elle ne sait plus qui elle est. C’est Alzheimer et Parkinson qui l’attaquent à la fois : l’oubli et l’impuissance.

    On a souvent vu Vals la Menace tel un prédicateur halluciné les yeux fous, brandir son doigt de Commandeur écarlate et déverser des flots « d’esprit républicain », par ci, de valeurs républicaines, de front républicain par là, avec la laïcité en prime.

    Mais qu’est-ce que c’est que ce charabia me demandais-je ? Ne vivons pas nous dans une Démocratie Républicaine ou République démocratique « une et indivisible » ?
    Comme cette rhétorique obsessionnelle et cocosos m’intriguait, dans un 1er temps, je suis allée du côté de la philosophie regarder le sens de laïcité.

    « Ce n’est pas l’athéisme, ni l’irréligion. Encore moins une religion de plus. La laïcité porte sur la société. Ce n’est pas une conception du monde mais une organisation de la Cité. Ce n’est pas une croyance ; c’est un principe, ou plusieurs (…) »
    C’est la neutralité de l’Etat
    « C’est mettre l’Etat au service des humains, comme il doit être, plutôt que les humains aux sien. (…) ; L’Etat ne doit régner ni sur les esprits ni sur les cœurs. Il ne dit ni le vrai ni le bien, mais seulement le permis et le défendu. Il n’a pas de religion. Il n’a pas de morale. Il n’a pas de doctrine. Aux citoyens d’en avoir une, s’ils le veulent.
    (…)
    Dans un état vraiment laïc, il n’y a pas de délit d’opinion. Chacun pense ce qu’il veut, croit ce qu’il veut. Il doit rendre compte de ses actes, non de ses idées.
    Les droits de l’homme, pour un Etat laïque, ne sont pas une idéologie, encore moins une religion. Ce n’est pas une croyance, c’est une volonté. Pas une opinion, une loi.
    On a le droit d’être contre. Pas de les violer.

    Conclusion, en vrai, nous sommes carrément à des années lumière de cette définition. Une laïcité ni en esprit ni en lettre : un mot conservateur sucé comme une friandise frelatée.

    Au sujet des valeurs de dextre et de sénestre, on doit d'abord repenser la théorie démocratique afin qu'elle reflète mieux la réalité.
    Dans les sociétés démocratiques, on pourrait dire que ces valeurs sont la liberté, la justice, l'égalité. Mais encore là, cette affirmation pourrait être matière à discussion. En effet, tous n'interprètent pas de la même façon ces valeurs.
    Il y a peut être une solution à ce problème : selon Glucksmann, « il faudrait, afin de trouver les limites de la tolérance, se servir d'un humanisme négatif (dont on trouve les premières traces dans la déclaration des droits de l'homme de 1793). Cela veut dire que pour savoir ce qu'on doit tolérer, il suffit de savoir ce qui est intolérable. Le droit est d'ailleurs basé sur ce principe : tout ce qui n'est pas interdit par la loi est permis. On évite ainsi le problème des valeurs universelles : il est beaucoup plus facile de savoir ce qu'on ne veut pas que ce que l'on veut! »
    On mettrait en application ceci par des référendums permanents.

    C’est tout pour le moment.

    ComtesseÔPiedNu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et merci de votre contribution, "Comtesse au pied dénudé" : c'est puissant !
      Mais incomplet : qui ne saurait l'être ?

      Vous aurez noté que pour ma part, je ne mets pas nécessairement le principe de laïcité (qui est effectivement une question de "neutralité du fait religieux" dans la conduite des affaires d'Etat et des affaires publiques, neutralité positive et négative : pas d'interaction permise dans un sens ou dans un autre) dans un autre registre que les valeurs fondamentales du triptyque "Liberté-Egalité-Fraternité".
      La laïcité découle à la fois de la loi (de 1905, avant il y avait le concordat) et du principe de "Liberté" (des opinions, notamment, mais aussi des croyances et des engagements politiques, syndicales, associatives... le tout sur le même plan).
      Je l'ai dit j'aimais bien le discours de "Poisson-des-primaires-de-droâte" sur le sujet et il a été le seul à être clair et incisif sur le sujet en restant "très court", très simple.

      "Menuet-Valse" est plutôt, comme quelques-uns de ses ministres, dans le domaines de l'intransigeance absurde, qui vire au sectarisme dès les premières plaques de verglas abordées.
      Il ferait mieux de parler de justice et d'injustice, ça aurait eu plus de sens, mais je le soupçonne d'ignorance-crade...

      Le problème, c'est que chez les "soces", c'est tous azimuts ! Dès qu'on n'aime pas un "truc" qu'ils vous demandent d'adorer, si on le dit, on est tout de suite taxé d'anti-quelque chose d'absolument ignoble.
      Bon, moâ, "ignoble", c'est marqué dans l'en-tête de ce blog, comme ça, pas de surprise !
      Mais y'en a d'autres qui se font choper bêtement et tombent dans les rets de lois liberticides sans le savoir.
      Il faut donc rester méfiant. Ce qui à la longue devient pénible.

      Par ailleurs, on pourrait entamer un débat sur une valeur comme "le juste", la justice.
      Né juriste, pour moi ça se limite au respect de la règle commune, point-barre.
      Aller plus loin, distinguer donc entre le bon et le mauvais, je sais parfaitement que je ne sais pas le faire et que ce je crois bon de faire (ou d'être) à un moment, peut se révéler une erreur catastrophique et devenir particulièrement mauvais.
      Je préfère nettement mieux les notions de tolérance (ça j'aime bien) et d'équité (même si l'équité se heurte fatalement à l'égalité : Pas grave, l'égalité constitutionnelle n'est jamais limitée qu'aux droits et devoirs de chacun, et nullement à tout le reste).
      Là, ça me convient très bien, sans pour autant me mettre à l'abri de l'injustice, du mal, de l'erreur, bien sûr.

      Mais bon, on va en rester là aujourd'hui !

      Bien à vous charmante Comtesse !

      I-Cube

      Supprimer
  2. Impossible de vous conseiller d'une manière omnipotente! Je n'ai rien compris ...
    C'est quoi tout ce truc? D'habitude, vous êtes plus clair. Et, donc, je peux ne pas être d'accord! Là, rien ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, pour une fois.... je vous laisse coi !

      Y'a pas de truc, justement, puisque c'est vide de sens, ou alors c'est comme une auberge-espagnole : Chacun y amène ce qu'il veut !

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube