Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

lundi 26 décembre 2016

La primaire dont personne ne parle….


Celle des « citoyens » : LaPrimaire.org

« Aujourd'hui en (« Gauloisie »), 0,5 % de la population (les partis politiques qui représentent 365.000 personnes) désigne les candidats aux élections et élabore les programmes (que les citoyens rejettent massivement et de plus en plus systématiquement, car ils contestent leur légitimité).
Pour répondre à ce problème démocratique, (…) la 1ère primaire en ligne 100 % démocratique et ouverte qui permet aux citoyens de choisir leurs candidat(e)s et de co-construire les projets politiques (est ouverte). Un seul objectif : Faire émerger collectivement la meilleure candidature citoyenne pour 2017 ».
« Nous pensons que le problème de fond est la professionnalisation de la politique, l’enfermement que créent les partis traditionnels. Il n’est pas normal que le peuple ait le choix entre des candidats qu’il n'a pas choisi. Il faut donc changer le mode de désignation des candidats. »

Entre la primaire de la « droâte » de novembre, celle des « écololos-bobos » et celle de la gôche de janvier se tient une autre primaire, moins médiatique mais inédite : Celle des citoyens !
Plus de deux cents personnes étaient sur la ligne de départ, cinq sont toujours en lice en finale.
Et là, moi ça me fait rire, même si j’approuve la démarche : En effet, ce premier tour s’est tenu sur internet, par un vote électronique, du 26 octobre au 6 novembre. Et ils n’ont été que 11.304 votants y avoir participé !
Hein, par rapport au 365.000 « militants-sympathisants » déclarés, quelle percée !

Âge moyen des votants : 40 ans, la médiane s’établit même à 36 ans et 5,7 % des votes ont participé depuis des DOM-TOM ainsi que des « gauloisiens » installés à l’étranger.
Alors que, différence notable avec le « vote-papier », la moyenne d’âge des « Gauloisiens » inscrits sur les listes électorales tourne a priori davantage autour de 50 ans et que la participation effective au vote est souvent plus importante chez les seniors : Nous y reviendrons d’ailleurs, car c’est probablement le dernier vote des « soixante-huitards ».
En 2022, ceux qui avaient 20 ans en 1968 en iront sur leurs trois-quarts de siècle d’âge et deviendront enfin minoritaires au pays…
Jusque-là, leur génération a fait un hold-up sur la vie politique, économique et intellectuelle du pays : Ce n’est pas sans conséquences, naturellement.

Pour « la finale » de la primaire-citoyenne, les organisateurs comptent sur « au moins 50.000 votants. Car depuis le premier tour, laprimaire.org gagne de nombreux inscrits. Le 29 novembre, la plateforme a dépassé les 100.000, ce qui était son objectif initial. »
Plus de trois fois moins que tous les autres partis politiques réunis : Un sacré paradoxe !

En vue de l’élection présidentielle, le parti laprimaire.org se mettra derrière son champion pour l’aider à obtenir les 500 parrainages nécessaires pour se présenter devant les « Gauloisiens », puis pour lui apporter un soutien logistique et financier pour faire campagne.
Les maires « susceptibles d’aider », c’est-à-dire, pour la plupart, des élus sans-étiquette de petites communes, ont déjà été approchés. Ça ne devrait donc pas poser trop de problèmes.
Restera, ensuite, la « vraie » campagne et pour la financer, laprimaire.org a lancé une campagne de financement participatif : Pour l’instant, 900 donateurs ont alimenté une cagnotte de 65.000 euros.
L’objectif est de récolter 300.000 euros.
On est assez loin de plafonds de dépenses des « grosses » formations.

Une curieuse initiative : L’aventure de laprimaire.org a débuté fin 2015. Avec un credo : Tout le monde peut se présenter, toutes les idées sont les bienvenues.
Pour accéder au premier tour – et éliminer les farfelus et autres « touristes » peu motivés –, il leur a fallu recueillir au moins 500 soutiens citoyens.
Le 15 juillet, à la clôture de la phase de pré-sélection, 16 candidats avaient atteint cet objectif : Douze hommes, quatre femmes, de 24 à 71 ans.
D'août à octobre, les seize qualifiés ont constitué une équipe et peaufiné leur programme, thème par thème (économie, environnement, fiscalité, Europe, institutions, agriculture, migrations, culture, société…), en l’ouvrant, pour certains, aux propositions des internautes.
Quatre d'entre eux ont fini par renoncer, dont trois pour se ranger derrière un candidat aux idées similaires.
Le vote en ligne du tour décisif commence jeudi 15 décembre et s’achèvera à la fin du mois.
Vous pouvez vous inscrire.

Ils s’appellent Michel Bourgeois, Roxane Revon, Charlotte Marchandise, Nicolas Bernabeu et Michael Pettini. Ils ont entre 30 et 52 ans. Ils vivent en Corse-du-Sud, en Ille-et-Vilaine, dans le Lot-et-Garonne, à Paris et dans les Alpes-Maritimes.
Ces citoyens font campagne, à leur rythme et loin des médias, depuis avril dernier.
À la fin du mois, l’un d'entre eux gagnera son ticket pour concourir à l’élection présidentielle de 2017, aux côtés de « Fifi-le-vainqueur », « Menuet-Mac-Rond », « Mes-luches », « Marinella-tchi-tchi » et tous les autres candidats « traditionnels », issus des formations politiques.
Hasard ou pas, les cinq finalistes présentent, malgré des différences notables sur certains thèmes, des profils similaires. Leurs propositions se situent plutôt à gauche ou au centre droit de l’échiquier politique. Tous sont pro-européens même si Roxanne Revon veut une Europe fédérale tandis que Nicolas Bernabeu (c’est kon pour lui : Il avait acquis mon vote de part son lieu de résidence) veut désobéir aux traités actuels) et ils promeuvent le renouvellement des institutions, soutiennent l’écologie et le développement durable.
Bref, les poncifs en vogue…

Il y a deux médecins (le Lot-et-Garronais Michael Pettini et le Corse Nicolas Bernabeu), un avocat (Michel Bourgeois, des Alpes-Maritimes), une professeure et metteur en scène (Roxane Revon, parisienne d’adoption et provençale d’origine), et une formatrice (Charlotte Marchandise, d'Ille-et-Vilaine).
Tous ont au moins un Bac +5, sauf cette dernière (qui a repris ses études après quelques années de vie professionnelle). Ces hommes et ces femmes incarnent un public qu’on retrouve souvent dans les « Civic Tech » : Plutôt jeune, diplômé, connecté, engagé dans la vie locale, d’un milieu social plus élevé que la moyenne.

Michael Pettini : « Ayant 2 enfants en bas âge, je ne souhaite pas leur laisser un monde sans avoir tout tenté pour changer positivement les choses ! »
Ça, j’aime bien.
42 ans, médecinHabite le Lot-et-Garonne (47). « Né en 1974, je passe mon enfance à Villeneuve-sur-Lot et repart à Bordeaux pour étudier la médecine. Installé dans le 47 depuis 2005. Marié, 2 jeunes enfants ».
Il veut une sixième République et réforme fiscale majeure.
D’accord pour le dernier point, pas du tout d’accord pour le précédent : Dommage !

Roxane Revon : « Les français doivent initier le grand mouvement politique du XXIème siècle : Être à l'avant-garde d’une démocratie européenne ».
« Je veux amener de nouveaux débats et apporter une voix dissonante. »
« Je suis convaincue qu’il faut sortir d’un système de partis qui aujourd’hui ne me semble pas répondre à son but premier (éducation politique, mobilisation populaire, constructions de projets partagés autour de valeurs communes) mais qui est devenu un instrument au service du pouvoir d’une minorité de personnes avec tous les dérapages qu’on leur connaît », ajoute, du haut de ses 30 balais, la professeure, metteure-en-scène, et habitante de Paris-sur-plage.
Elle est aussi lectrice de lUniversité de la ville de New-York et entrepreneure. Roxane a une formation de lettres et de philosophie politique (La Sorbonne), puis d’entrepreneuriat et d’économie (Stanford University).
Oui, bon…

Charlotte Marchandise : « Coopération, animation, pédagogie et transparence : Les clés d’une transition vers une démocratie réelle, partagée et pertinente ».
Vaste programme…
D’autant que chez elle ça s’accompagne d’une réforme de la santé et d’une transition démocratique et écologique…
41 ans, formatriceHabite lIlle-et-Vilaine (35). Un parcours professionnel riche et varié. 20 ans dengagement associatif au service du bien commun. La volonté d’une politique citoyenne pour prendre soin de chacun et de la planète.
Je veux, tiens donc…

Nicolas Bernabeu : « Ni droite, ni gauche, ni extrême, ni centre. L’union plutôt que la division » pour le toulousain « Corsu » d’adoption…
31 ans, médecinÉconomisteJuristeHabite la Corsica-bella-Tchi-tchi-du-sud.
Poussé par la lutte contre les inégalités et le sentiment que la politique ne défend plus les plus faibles il en dit que : « Je viens d'un milieu très modeste et j’ai dû me battre pour avancer. D’autres n’ont juste eu qu’à naître pour tout avoir… »
Tiens ! Ça me rappelle qui au juste ? Voltaire, peut-être…
« Il suffirait que les gens votent pour quelqu’un de différent, non issu de cette caste, guidé par des valeurs solides et animé par une volonté inébranlable, pour que les choses changent réellement. »
« Je ne me lève pas le matin avec le désir d’être président, mais avec la ferme intention de contribuer à un monde plus juste ».
« La politique à l’ancienne (d’aujourd’hui) n’a pas encore compris qu’elle est déjà morte. »
Bon… À voir !

Michel Bourgeois : « Il est temps pour la France de revenir aux valeurs, fondatrices de notre « vivre-ensemble », assises sur plus de deux mille ans d’Histoire ».
Là, j’aime bien…
Dommage, c’est un « baveux » des Alpes-Maritimes, Conseil à la Cour Pénale Internationale…
Et puis il veut faire une réforme de la santé, une transition démocratique et écologique, et son « acte fondateur », c’est encore  la révision de la Constitution.
Tant pis pour lui !

Notez que la sélection des finalistes aura été innovante : Chaque citoyen a été appelé à s’exprimer sur un lot de 5 candidat(e)s choisi(e)s aléatoirement parmi les 12 candidat(e)s en lice.
Ce système offrirait un double avantage : D’une part, le tirage aléatoire prémunit le vote contre les tentatives de manipulation ou les stratégies de vote, tout en garantissant que les candidat(e)s soient vu(e)s un nombre similaire de fois par les citoyens ; et d’autre part, il réduit le nombre de candidat(e)s sur lesquel(le)s les électeurs doivent s’exprimer individuellement, leur permettant de concentrer leur analyse sur les programmes de chacun(e) des candidat(e)s de leur lot.
La validité de cette méthode a été prouvée mathématiquement par Pierre-Louis Guhur, étudiant chercheur à l’ENS Saclay/Cachan, qui a réalisé la modélisation puis les simulations de ce système pour en déterminer les conditions de validité.
Un article complet sur le sujet sera publié très prochainement, paraît-il !

D’ailleurs, les organisateurs en disent que : « Certains votants nous ont interpellé sur cette méthode qui implique qu’un votant peut ne pas avoir à évaluer son/sa candidat(e) favori(te) puisqu’il/elle peut ne pas être dans son lot de candidat(e)s. Bien que nous comprenons que cela puisse être déroutant à 1ère vue, il faut garder à l’esprit que ce 1er tour est dans l’esprit un tour de pré-sélection dont le but est de passer d’un nombre potentiellement très (trop) grand de candidats  –  nous avons eu 16 candidats qualifiés mais rien nempêchait den avoir 50  –  aux 5 candidats finalistes les plus représentatifs des votants.
Le jugement majoritaire rendant le vote plus long car il faut évaluer chacun des candidats, cette méthode de lots aléatoires permet une pré-sélection apaisée et démocratique des candidats.
Pour le tour de vote final, les lots aléatoires ne seront pas utilisés puisqu’il ne reste plus que 5 candidat-e-s. »

Afin de réaliser un vote en ligne qui respecte au mieux les caractéristiques techniques d’un vote physique, notamment l’anonymat des votants, la transparence, la fiabilité et l’inaltérabilité des votes, LaPrimaire.org s’est associé avec Cocorico, un projet « Gauloisien » d’Open-Source développé par Jean-Marc Le Roux dont l’objectif est de fournir une solution de vote en ligne fiable en utilisant la technologie blockchain développé dans la cadre du projet #MaVoix.
Un tel vote en ligne organisé à si grande échelle s’appuyant sur la technologie blockchain constituait une première mondiale…
Pour vous donner une idée, il y a eu en l’espace de 10 jours près de 170.000 transactions enregistrées, ce qui équivaut à 3 jours entiers de transactions sur la blockchain ethereum mondiale !

Une initiative finalement intéressante, non pas quant à son contenu qui fera « pschitt », mais quant à son formalisme.
Parce que bon vous aurez peut-être noté que les dernières primaires, y compris celles des « soces » de 2007 et 2012 ont été pour le moins « perturbées ».
Idem pour celles de la « droâte » et même chez les « écololos-bobos ».
Au moins tout autant que les derniers scrutins grandeur-nature, « Brexit » (où même les bookmakers britanniques se sont plantés) et élections américaines : Seules le résultat du référendum italien avaient été correctement « présumé » par les sondeurs.
Et pourtant, Dieu sait comme leurs « technologies » sont assez pointues pour ne se gourer que d’une poignée de pourcentage.
Une affaire à suivre et nous y reviendrons.
Pour en savoir plus : https://laprimaire.org/

2 commentaires:

  1. La démarche de ces zigotos (zigoti?) est d'un parfait ridicule ... Aucun n'obtiendra les 500 signatures requises!
    Combien d'ouvriers? Combien d'employés? "Ridicule" est un mot faible ... Grotesque serait plus convenable!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On prend les paris ?

      Car encore une fois vous n'avez rien compris : Ce n'est pas 5 qui seront désignés, mais un seul !
      Et celui-là qu'on ne connaît pas encore a déjà 300 signatures...

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube