Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

mardi 8 mars 2016

C’est plié !


Depuis mardi soir dernier, on sait !

« Il-a-rit-pine-tonne » et « Macdonald-Trompe » ont toutes les chances de s’affronter le 8 novembre prochain, pour un mandat de 4 ans, à compter du 1er janvier 2017, à la tête de la « première-puissance » mondiale.
Bon, on peut encore penser qu'un autre républicain, voire l’ex-maire de New-York, viendra perturber ce scrutin, mais c’est très loin d’être joué : Lui, je le vois bien plus pour 2020, pas avant.
Lui aussi d’ailleurs…

De là à dire que l’élection de novembre est également pliée, il n’y a pas loin : Il suffit désormais à la démocrate de se contenter de ne pas avoir de programme et d’enfoncer le clou des « délires », nombreux et compacts, de son concurrent qui se présente comme d'un clown et en dit désormais qu'il ne tiendra aucune de ses promesses pré-électorales, pour gagner haut-la-main (elle est déjà à 52 % des intentions de vote), tellement même nombre de républicains sont abasourdis par les propos du bonhomme.
Pour vous donner une idée, j’ai collecté quelques perles.

Ses propres concurrents républicains m’ont d’ailleurs amplement aidé en sous-entendant que son programme était inexistant. Sur son site, il se contente en effet d'afficher ses idées sur cinq thématiques : L'immigration, les impôts, les armes à feu, le département des Anciens combattants et les relations commerciales avec la Chine.

D’ailleurs, pour lancer sa campagne, en juin 2015, « Macdonald-Trompe » a frappé fort. C'est avec une proposition des plus outrancières que le milliardaire a capté l'attention des médias et marqué les esprits : Construire un mur tout le long de la frontière entre les États-Unis et le Mexique pour mettre fin à l'immigration clandestine. « Le Mexique nous envoie des gens qui ont beaucoup de problèmes. Ils ramènent de la drogue, du crime, ils envoient leurs violeurs. »

Une grande muraille haute de 9 à 20 mètres, au gré de ses discours.
Une proposition qui semble clairement irréaliste : Elle est techniquement infaisable à certains endroits, par exemple le long du fleuve Rio Grande.
Certes, des barrières ont déjà été installées sur plus de 1.000 kilomètres, pour un coût total de plus de 6 milliards d'euros. Mais rendre l'intégralité de la frontière hermétique est virtuellement impossible. Et le département de la Sécurité intérieure dépense déjà plusieurs millions chaque année pour maintenir les barrières existantes et réparer les brèches, ce qui n'empêche de toute façon pas de creuser des tunnels pour passer la frontière.

Ensuite, mettre fin au « droit du sol », comme il le propose, semble compliqué à la lecture de la Constitution des États-Unis. C'est l'opinion de nombreux analystes.
« Toute personne née ou naturalisée aux États-Unis, et soumise à leur juridiction, est citoyen des États-Unis et de l'État dans lequel elle réside », stipule en effet le 14ème amendement. D’autant que la Cour suprême s'est déjà penchée sur ce texte en 1898.

Mais toutes les propositions du milliardaire en matière d'immigration ne sont pas impossibles. Bannir temporairement les musulmans étrangers par exemple… inimaginable ?
Non, une telle mesure n'est pas forcément inconstitutionnelle même si elle contrevient au droit international.
D'autres propositions sont nettement moins controversées : Généraliser l'usage de la plateforme « E-Verify », censée permettre aux employeurs potentiels de vérifier le statut migratoire d'un candidat à un emploi, ou mieux surveiller les détenteurs de visa sont des idées relativement un peu plus sérieuses.

En matière de politique étrangère, il veut jouer les gros-durs. Sous son mandat, « l'armée américaine sera si puissante que je ne pense pas que nous aurons besoin de l'utiliser », assure-t-il : « Personne ne viendra nous chercher. »
Pour lutter contre le groupe État-islamique, il compte couper les ressources des djihadistes en faisant « exploser » les installations pétrolières de la région. Après ça, « il n'y aura plus rien », promet-il, et les compagnies pétrolières américaines pourront se rendre sur place et reconstruire.
Notez que c’est un peu ce qui se passe depuis quelques temps…

Brookings Institution, un think-tank très connu, assure qu'en matière de politique étrangère, le milliardaire développe une vision du monde « remarquablement cohérente ». Même si elle représente « un grand pas en arrière dans l'histoire », avec un retour à des concepts passés de mode depuis la seconde guerre mondiale.
Je demande à voir…
Car il défend notamment une position isolationniste, en remettant en cause la plupart des accords de libre-échange signés par les États-Unis, pas assez « justes » à son goût. Or, même si le libre-échange est un pilier de la politique étrangère du pays depuis 1945, les appels au protectionnisme se multiplient ces dernières années. Certes, la partie serait difficile pour lui qui devrait faire face à un corps diplomatique hostile, mais le pouvoir de la présidence en la matière est important.

Il promet de simplifier le Code des impôts. Opérer un gros coup de rabot pour les sociétés, qui se verraient au maximum taxées à 15 %, contre 35 % aujourd'hui.
Limiter le taux maximal d'imposition à 25 % pour les plus riches.
Et supprimer purement et simplement l'impôt sur le revenu pour les individus qui gagnent moins de 25.000 dollars par an – un peu moins de 23.000 euros, pas loin de 2.000 euros/mois, la moitié du seuil de la richesse d'après notre « François III  » : Demi-riche en somme !
Petite touche d'originalité, pour prétendre à cette exonération, les Américains concernés devraient tout de même remplir un formulaire à destination des impôts pour simplement dire « I win » – « Je gagne tant ».
Un peu démago, mais ça marcherait même en « Gauloisie-ruinée »…
Commentaire autorisé : « Grosso modo, c'est ce que les candidats et législateurs républicains proposent depuis des années. « Trompe » ne sort pas vraiment du moule. » 

Certes, il veut notamment couper les vivres de l'EPA, l'Agence de protection de l'environnement, et laisser les États gérer l'éducation – autant de dépenses en moins pour l'État fédéral. Et pour ça il peut peut-être compter sur la croissance, qu'il estime à 6 % sous sa présidence : Un tel objectif relève du « fantasme », d'après « The Economist ».

Comme tous les républicains, il veut à tout prix se débarrasser de « l'Obamacare », la réforme du système de santé portée par « Baraque-Haut-bas-mât ». Pour la remplacer par « quelque chose de génial » : Mais personne, même pas lui, ne sait encore quoi, parce qu’il reste très « vague » sur le sujet, sec quoi ! Je génie a ses limites...
Dans ses différentes interventions, il défend surtout une plus grande concurrence entre les assurances santé, afin de faire baisser les prix.
Et pour ceux qui ne pourront pas se permettre de financer leur couverture médicale, il en dit que : « Il y aura des gens qui n'ont pas d'argent qui ne seront pas capables d'être couverts ». Pour ceux-là parmi les plus pôvres, il propose pour l'heure une expansion des programmes fédéraux comme « Medicare », sans plus de précision.
Mais il fait une promesse humanitaire en échange : « Je ne veux pas voir des gens mourir dans les rues. »

S’il gagne, le monde en sera bouleversé, hors l’affaire du mur (un de plus !), il propose aussi de saisir manu militari tous les puits de pétrole irakiens et syriens au bénéfice des compagnies américaines (après ou avant les avoir détruits ?)
Cela fait des années qu’il affirme que Washington doit adopter les méthodes des conquérants d’autrefois et se « payer sur la bête ». 

Il propose aussi de laisser « Blabla-char al-As-sale » et « Vlad-Poux-tine » régler, à leur façon, le problème de l’EI en Syrie.
Fidèle à son isolationnisme viscéral, il ne veut pas que l’Amérique se mêle de ce dossier. Son directeur de campagne, Corey Lewandowsky, affirme, malgré les évidences, que « Blabla-char » « maîtrise la situation » et que « Poux-tine » frappe bien les zones contrôlées par l’État islamique.
Autrement dit, il s’en lave les mains.

Il envisage également d’employer de nouveau la torture contre les terroristes et massacrer leurs familles. Il propose non seulement réintroduire le « waterboarding », en principe sans danger de noyade, dans les techniques d’interrogatoire même si, selon lui, « ce n’est pas assez dur »…
Évidemment, il ne fermerait pas la prison de Guantanamo, qu'il ferait au contraire prospérer.

Bien sûr, on vient de l'évoquer, il est question d’interdire, pendant une période, l’entrée des musulmans sur le territoire américain. Une mesure anticonstitutionnelle qui concernerait même les touristes.
Il ne dit pas si elle s'appliquerait aussi aux riches Saoudiens et autres qataris…

Avec « Poux-tine » il ne cesse de faire assaut de compliments et ce dernier le lui rend bien. Le maître du Kremlin affirme que « Trompe » est un « leader talentueux ».
Comme dans les années 30, les populistes nationalistes s’entendent comme larrons en foire, il n’y a pas à dire.

Il compte renégocier le traité d’alliance entre les États-Unis et ses deux principaux alliés en Asie, le Japon et la Corée du Sud.
Selon « Trompe », Tokyo et Séoul ne participent pas assez au financement de la présence américaine sur leur sol.
Là encore, c’est l'une de ses obsessions récurrentes, dont il parlait déjà au début des années 90.

Il se propose de réduire aussi la présence militaire américaine en Europe : « Cela permettrait à notre pays d’économiser des millions de dollars », assure-t-il, qui ne juge pas le Vieux Continent menacé par la Russie de « Poux-tine ».
Il a tort : Il s’agit de milliards de dollars…

Enfin, il a récemment déclaré que Pékin devait « faire disparaître » le leader nord-coréen. Une proposition radicale qui a le mérite de la franchise…
En revanche, il propose d’augmenter fortement le déploiement américain dans le Pacifique en vue de contrer ce qu’il considère comme la vraie menace contre les États-Unis : La Chine !

Pour le reste et depuis longtemps, « Trompe » est un farouche opposant de la diplomatie commerciale multilatérale.
Rappelons qu’en bon protectionniste, il veut dénoncer le traité dit Nafta (North American Free Trade Agreement) avec le Canada et le Mexique, et le tout récent TPP (Trans Pacific Parnership) avec certains pays d’Asie.
Évidemment, s’il est élu, il stopperait les négociations en cours avec l’Union Européenne à travers le TAFTA.
Voilà qui devrait plaire à quelques-uns… 
Et on comprend pourquoi « Marinella-tchi-tchi » lui fait les yeux-doux : Entre blonds, on se comprend, forcément !

Un tel assaut de démagogie irresponsable pourrait séduire et changer la face du monde, quoique les sites de migration au Canada aient vu leur trafic démultiplié depuis la semaine dernière !
Non pas pour un immense progrès, mais pour rentrer au mieux dans une « période de fortes turbulences », voire dans une régression historique : Rappelez-vous des administrations « Boubouche », père et fiston.
Tous les deux étaient « isolationnistes » et tous les deux ont finalement porté le fer et le feu hors du territoire américain !
Les détours de l’Histoire, tout de même, d’autant que, connaissant désormais les conséquences du bordel ainsi produit, on ne peut guère en dire que ces deux périodes ont été fastueuses de paix et de prospérité pour le monde entier : Mais ce sont leurs successeurs démocrates qui ont dû assumer les crises, pas toujours avec brio !

Aussi, si la « raison » devait pour une fois l’emporter, il me semble que l’élection « d’Il-a-rit-Pine-tonne » est déjà acquise.
Et là, ça m’emmerde me fait caguer un maximum : Il me faut finaliser l’écriture – et donc le scénario – du roman à vous proposer pour l’été prochain.
L’idée générale était que les « arsouilleries » de « Mythe-errant » sortent enfin sur la place publique.
Ce qui est en cours d’ailleurs (suivre les liens pour mieux comprendre), comme prévu dès l’origine en 1992/1993 par leur auteur, sauf que je me suis rendu compte entre-temps qu’il n’a pas été le seul « à en croquer ».
Et ce n’est plus quelques dizaines de milliards de dollars de l’époque, mais bien plusieurs centaines de milliards qui sont en cause, notamment aux USA (même si on n’en verra qu’un « petit-bout » ensemble cet été) !
Un « truc » qui aurait pu « sortir » seulement si « Jeb-Boubouche » obtenait l’investiture républicaine, pour scier sa candidature finale au profit de sa concurrente démocrate : Une « arme de destruction-massive » justement entre les mains de l’administration démocrate…
Un peu comme quand « Bling-bling » promettait « l’arme nucléaire » contre « déesse-khâ », souvenez-vous de la période 2011, avant l’affaire du Sofitel.

Or, « Jeb », il a depuis renoncé, tellement la menace semblait crédible au « clan-Boubouche ». Du coup, la « munition » restera dans les cartons à Washington et a désormais peu de chance de débouler en « tornade de feu » sur le continent européen.
Peut-être même que la « gauloise » sera enterrée au plus vite et au plus profond par la même occasion pour éviter que celle des démocrates fasse « long-feu ».
J’en suis là de mes « créations », imaginant quantité de scénarii alternatifs pour mieux coller à l’actualité de notre environnement, une fois de plus.
Dur, finalement, de vous faire découvrir ce qui vous ait caché, encore et toujours…

5 commentaires:

  1. Depuis on a appris, ce que j'ignorais quand j'ai mis ce post en ligne, que l'ex-maire de New-York, Michael Bloomberg, renonce à se présenter à la Maison Blanche
    Le milliardaire a annoncé qu'il ne se présenterait pas à la présidentielle américaine, par crainte que sa candidature ne profite à "MacDonald Trompe" ou Ted Cruz, l'impatrié hispanique.

    Bon, c'était prévisible, rien de plus...

    Bien à vous toutes et tous !

    I-Cube

    RépondreSupprimer
  2. En politique, il y a une règle de base qu'il faut toujours avoir présente à l'esprit : Ne jamais sous estimer ses adversaires ou compétiteurs ... Trump est probablement bien plus intelligent que vous semblez le penser! Sinon comment expliquer ses succès électoraux?
    Il est permis de penser que, une fois obtenu l'investiture du Parti Républicain, il tiendra un autre discours, beaucoup plus responsable! Pour l'instant, il lui faut terrasser ses adversaires républicains.
    S'il n'y parvient pas, il pourrait se présenter quand même puisqu'il est très riche et qu'il peut financer sa propre campagne avec ses fonds propres...
    Quant à Hitlery Clinton, on découvrira, si elle est élue, qu'elle mérite amplement sont surnom "Hitlery". Elle devra faire face à un Congrès à majorité Républicaine car j'imagine mal que, dans le contexte actuel, l'opinion publique puisse évoluer vers la "gauche" (qui correspond, aux Etats Unis, au "centre droit" en France.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est assez clair en ce qui concerne "Il-a-rit" : Son opposition sera encore plus tenace que contre "Haut-Bas-Mât", déçue de lui voir échapper la Maison Blanche !

      En ce qui concerne "Trompe", je n'en pense finalement rien : Ce sont ses propres opposants républicains qui m'ont fourni l'essentiel des propos rapportés dans ce post.
      Et là encore, l'opposition de ses propres "collègues", au cas de son élection, ne va pas non plus lui rendre la vie très facile.
      Et quel que soit son discours à la prochaine convention républicaine d'ailleurs : La confiance n'y est plus !

      En bref, si j'avais un choix entre une "Hitlary" gôchiste de centre-droit et "Kung-fou-trompe", ce serait bien plus clair qu'entre votre "Mélangeons" et "Marina-tchi-tchi".
      M'en fous : Dans tous les cas je vote ou "Jupette" ou "Cheminable" : J'ai encore quelques bulletins en réserve.
      Seulement si je survis jusque-là, ce qui n'est pas bien sûr au moins avant la fin juin prochaine...

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
  3. Bah, Schwarzy a bien été gouverneur, tout comme Palin d'ailleurs. Quitte à dynamiter le système washingtonien, Trump n'est pas un extrémiste comme Le Pen ou Mélenchon. Et aux USA, le Congrès a un rôle important. Il ne faut pas oublier que, selon les critères US, Obama est quasiment un gauchiste. Qu'il génère un phénomène Trump en réaction est logique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, en effet.
      Note aussi (mais tu étais peut-être trop jeune pour te souvenir) que "Riz-Ganne" avait été acteur de western série B avant de faire de la politique...
      Tu me dira qu'un ex-maire de Lyon s'est reconverti dans le théâtre et que "Nanar Tapis", après avoir poussé la chansonnette a fait de la série-télé.
      Passons...

      Je pense que "Trompe" est un gros malin pour parvenir ainsi à "disrupter" les Républicains : C'est le résultat de la tendance à la démagogie.
      S'il réussit, ça nous servira de "répétition" pour les nôtres, de démagogues pour 2017.
      Parce qu'entre "Mes-Luches" et "Marinella-tchi-tchi", on a aussi les nôtres et qui rament sur les mêmes thèmes ... à quelques différences près, notamment l'Euro !

      Bref, à suivre, même si aujourd'hui, ça me paraît encore "plié".

      Bien à toi !

      I-Cube

      Supprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube