Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

vendredi 16 janvier 2015

Quelques authentiques…

En marge de l’actualité : Nos ancêtres (à tous ?) les gaulois… 

Un inspecteur d'académie se rend dans une classe.
Il interroge un élève :
« Qui a cassé le vase de Soissons ? »
L'élève pâli, hésite, puis bredouille en un sanglot :
« – C'est pas moi …
– Comment ? Vous ne savez pas qui …
– Monsieur, puisqu'il vous dit que ce n'est pas lui, » dit le professeur.
« – Comment ? Comment ? Vous aussi, vous ne savez pas qui …
– Ma foi non, » répond le professeur, évasif.
L'inspecteur fait alors un rapport au directeur de l'établissement.
« Voyez l'état de l'enseignement, les élèves et les enseignants ne savent pas qui a cassé le vase de Soissons ! »
Le directeur, ennuyé, se demande :
« Mais qui donc a cassé ce vase ? »
Il adresse une requête au recteur d'académie.
Ce dernier, recevant la requête l'examine entre deux dossiers urgents et s'exclame :
« Mais quelle histoire pour un vase ! Qu'on le remplace ! » 
 
Une femme rentrant dans sa cuisine y voit son mari tressautant hystériquement avec ce qui semblait être un fil électrique partant de sa ceinture en direction de la bouilloire électrique.
Comptant le couper de ce courant mortel, elle le frappe violemment avec une planche de bois, lui brisant le bras en deux endroits.
Alors que jusqu'à cet instant, son mari était tranquillement en train d'écouter son MP3… 
 
Un gars s'endort plusieurs heures sur la plage au soleil et se réveille avec un horrible coup de soleil.
Il s'en va immédiatement à l'hôpital et est promptement admis pour brûlures au second degré.
Il commence déjà à avoir des pustules sur la peau et tombe en état de choc et est quasiment à l'agonie.
Le médecin prescrit immédiatement diverses médecines pour sa condition, un sédatif et une pilule de Viagra toutes les 4 heures.
L'infirmière, surprise, demande au médecin: « Quel bienfait va donc lui apporter le Viagra dans son cas ? »
Le médecin réplique : « Ça va garder les draps éloignés de ses jambes ». 
 
Après une longue attente :
« – Bonjour, ici Françoise l'infirmière de service. Que puis-je pour vous ?
– J'aimerais connaître l'état du patient Marcel Dupont de la chambre 302.
– Un instant je vais essayer de trouver le médecin de garde. » 
 Après une plus longue attente :
« – Ici le Dr. Jean, le médecin de garde ; je vous écoute.
– Bonjour Docteur, je voudrais savoir quel est l'état de Monsieur Marcel Dupont, qui se trouve chez vous depuis 3 semaines à la chambre 302.
– Un instant, je vais consulter le dossier du patient. »
Après encore une autre attente :
« – Huuuummm, le voici : Il a bien mangé aujourd'hui, sa tension artérielle et son pouls sont stables, il réagit bien aux médicaments prescrits et, normalement, on va lui enlever le monitoring cardiaque demain. Si tout continue comme ça encore 48 heures, son médecin signera sa sortie d'ici le week-end.
– Aaahhh ! Ce sont des nouvelles merveilleuses ! Je suis fou de joie. Merci. !
– Par votre façon de parler je suppose que vous devez être quelqu'un de très proche, certainement de la famille ?
– Non, Monsieur ! Je suis Marcel Dupont moi-même et je vous appelle du 302 ! Tout le monde entre et sort ici de ma chambre et personne ne me dit jamais rien.
Je voulais juste savoir comment je me porte. » 
 
Trois maçons urinent contre un mur quand une plaque de tôle tombe du toit et tranche leur sexe.
Ramassant leur attirail, ils foncent à l'hôpital subir une greffe.
Un mois plus tard, le chef de chantier leur rend visite.
Dans la première chambre, Miguel est en train de se masturber :
« – Mais qu'est-ce que tu fais ?
– De la réédoucassioné ! »
Dans la seconde, Manuel est aussi en pleine action :
« – Mé, Manuel…
– Ma cé la réédoucassioné ! »
Dans la troisième chambre, une infirmière fait une gâterie à Carlos :
« – Mais, Carlos…
– Eh, mé c'est la réédoucasionné ! Mé moi, y'avais pris oune moutouelle ! » 
 
Ce matin, Marcel était assis sur un banc à côté d'un pauvre clochard, qui lui dit :
« La semaine passée,  je possédais encore tout !
Un cuisinier faisait mes repas, ma chambre était nettoyée, mes  vêtements étaient lavés, repassés, j'avais un toit au-dessus de ma  tête, la TV et l'internet. »
Marcel lui demande :
« – Que s'est-il passé ? Drogue?  Alcool ? Femme?  Jeux ? »
– Non, non… Je suis sorti de prison ! » 
 
Une infirmière qui prend sa pause cigarette à l'entrée de l'hôpital voit deux médecins en blouse blanche, en train de chercher quelque chose dans le parterre de fleurs.
« – Excusez-moi » dit-elle, « vous avez perdu quelque chose ?
– Non » répond un des docteurs. « Tout à l'heure on fait une transplantation cardiaque a un inspecteur des impôts et on est à la recherche d'une pierre de taille adéquate. » 
 
Vécu en stage, soins intensifs, en août 2005 :
Une patiente assez âgée raconte l'histoire de sa voisine …
« La pauvre, c'était une hernie fiscale ! » 
 
Vécu en stage, avril 2005, soins à domicile : « Nous sommes arrivés au domicile d'une dame de 90 ans passés, sourde comme un pot. Alors que ma référente s'égosillait : « … Et vous prenez QUOI, comme médicaments ? », nous avons entendu le voisin hurler à travers le mur : « ATARAX ! ».
 
Deux brunes et une blonde sont dans la même chambre à la maternité.
Elles discutent en attendant d'aller en salle de travail.
La première brune dit : « Moi, ça sera une fille parce que quand on l'a conçue, j'étais sur le dos ».
La deuxième brune dit : « Oh moi, ce sera un garçon, car à ce moment-là j'étais au-dessus ».
Et la blonde fond alors en larmes en gémissant… « Oh non, alors je vais avoir un chiot ? … »
 
Comment reconnaître un anesthésiste ?
C'est le type mal réveillé à côté du type mal endormi…
 
Après trois jours et trois nuits de bloc et de garde, notre pauvre anesthésiste monte enfin dans l'avion qui le conduit au club Med d'Hammamet.
Quelques minutes après le décollage, l'hôtesse passe l'annonce suivante :
« Une anesthésiste est demandé en première classe ».
Trop épuisé pour se sentir utile, il ignore l'appel.
Malheureusement, quelques instants plus tard l'hôtesse renouvelle son appel d'une voix angoissée.
N'écoutant que sa conscience professionnelle, il se présente à l’hôtesse qui le conduit en première classe devant un fauteuil où un homme d'une bonne cinquantaine d'années lit tranquillement son journal.
L'anesthésiste se penche vers lui et lui dit : « Vous avez un problème monsieur ? »
L'homme le regarde et lui demande :
« – Êtes-vous anesthésiste ?
– Oui, que puis-je pour vous ?
– Bonjour, je suis chirurgien. Pourriez-vous me régler la lumière ? »
 
Encore deux authentiques :
 
Une société avait publié des publicités dans plusieurs journaux australiens indiquant qu'elle était spécialisée dans l'importation de films pornos, et qu'elle garantissait de pouvoir fournir n'importe quelle cassette ou DVD X.
Les prix annoncés étaient très raisonnables et des milliers de clients ont passé commande sans oublier de joindre le chèque.
Plusieurs semaines après que leur chèque fut débité, les clients ont reçu une lettre de cette société leur expliquant que la loi australienne ne permet pas l'importation de vidéo X et que la commande ne pourra pas être honorée.
La lettre était accompagnée d'un chèque de remboursement avec le montant exact de la somme qu'ils avaient payée.
Où est donc l'arnaque ?
En fait moins de 10 % des clients de cette société ont osé aller encaisser leur chèque car le nom de la société émettrice était : « Sodomy, Fetishism & Perversion Corp. »
Et voilà comment une bande de rigolos s'est retrouvée avec un compte en banque grassouillet sans que la justice ne puisse jamais les condamner pour escroquerie !
 
Le coût moyen pour nettoyer un phoque après la catastrophe de l'Exxon Valdez en Alaska était de 80.000 $.
Au cours d'une cérémonie spéciale, deux des phoques, qui avaient coûté le plus cher à sauver, ont été relâchés dans l'océan sous les applaudissements de la foule en délire…
Qui put les voir se faire dévorer par une orque une minute plus tard ! 
 
Bon week-end à toutes et tous.
N’oubliez pas d’aller profiter des soldes : L’armée veille sur votre sécurité.
 
I3

2 commentaires:

  1. Une orque! Ou un épaulard. Bon, juste un prétexte pour te faire un coucou! Une bonne et heureuse Icube! Vlad

    RépondreSupprimer
  2. Merci Vlad de "passer par-là" : Je corrige !
    Et t'admire : Voilà un métier que je ne pourrai jamais faire: Correcteur !

    RépondreSupprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube