Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

vendredi 20 janvier 2017

Compilations.


Les assurances…

Je ne résiste pas.
Il y a des courriers absolument extraordinaires qui circulent chez un de mes correspondants qui fait « assureur » dans le civil !
Extraits :

« Je vous serais obligé de m’adresser le courrier concernant mon accident à un de mes amis M. … car, pour la passagère blessée, ma femme n’est pas au courant, et il vaut mieux pas.
Je compte sur votre compréhension pour ne pas déshonorer un honnête père de famille… »
Bien entendu !

« Il faut dire à ma décharge que le poteau que j’ai buté était caché par l’invisibilité du brouillard. »
C’est d’une telle clairvoyance…

« Ma voiture gênant la circulation, un portugais m’a aidé à la mettre sur le trottoir, ainsi que ma femme qui rentrait de son travail. »
Félicitations !

« Je désire que ma voiture soit utilisable accidentellement par mes enfants majeurs considérés comme novices. »
Si vous payez la surprime, pas de problème.

« En qualité du plus mauvais client de votre agence (neuf accrochages en un an), je vous demande d’avoir le plaisir de résilier mon assurance auto avant la date d’échéance. »
Mais quel plaisir…

« J’ai été victime d’un accident du travail alors que je faisais la sieste sous un pommier… »
Je comprends : C’est honteux de la part de votre employeur ! 

« J’ai été blessé par une dent de râteau qui m’est tombée sur le pied.
La dent était accompagnée du râteau. »
Naturellement…

« L’accident est survenu alors que je changeais de fille »
Une manœuvre à éviter en conduisant.

« J’ai bien reçu la fiche de mon épouse.
Je ne manquerai pas de vous renvoyer cette dernière dûment remplie par mes soins. »
Pourquoi, vous en changez ?

« Je suivais la voiture qui me précédait qui après que je l’ai dépassé m’a suivie, c’est alors qu’elle m’a choquée en plein derrière et m’a forcé par la choquer moi aussi le derrière de celle qui était devant. »
Du triolisme, en somme ?

« Il me semble que ma petite affaire va bouger au printemps, ce dont je serais heureux. »
Y’a pas de saison pour ce type de « petite-affaire » là…

« Circonstances de l’accident : est passé à travers une porte vitrée lors de l’opération « portes ouvertes » de l’entreprise. »
La porte a-t-elle été sévèrement « condamnée » après cette agression ?

« En avançant, j’ai cassé le feu arrière de la voiture qui me précédait.
J’ai donc reculé, mais en reculant j’ai cabossé le pare-chocs de la voiture qui me suivait.
C’est alors que je suis sorti pour remplir les constats, mais en sortant j’ai renversé un cycliste avec ma portière.
C’est tout ce que j’ai à déclarer aujourd’hui. »
Et en conséquence, la pile du pont-ferroviaire sous lequel tout cela s’est passé et sur lequel passait un TGV bondé n’est pas tombée dans le canal à proximité, par hasard ?

« J’ai heurté une voiture en stationnement et je me suis bien gardé de me faire connaître auprès de l’automobiliste.
J’espère que vous serez content et que vous pouvez faire un petit geste en m’accordant un bonus supplémentaire. »
Je n’ai rien lu…

« Je vous demanderais de ne tenir aucun compte du constat amiable.
Vous comprendrez en effet que je fus brusquement pris d’une émotion subite : arrière défoncé, présence de la police, choc psychologique, tout concourrait à ce que je mette des croix au hasard. »
Et avez-vous tiré le gros lot au moins ?

« Vous savez que mon taxi est transformé en corbillard et que je n’y transporte que des morts.
Mes clients ne risquant plus rien, est-il bien nécessaire que vous me fassiez payer une prime pour le cas ou ils seraient victimes d’un accident ? »
Hélas…

« Depuis ma chute, je ne peux plus me déplacer.
Veuillez m’indiquer la marche à suivre. »
Appelez donc un taxi ou une ambulance et évitez les marches.

« Vous me dites que d’après le Code Civil, je suis responsable des bêtises de mes enfants.
Si c’est vrai, les personnes qui ont écrit cela ne doivent pas avoir, comme moi, neuf enfants à surveiller. »
Eh, il faut assumer quand on est adulte averti !…

« J’ai heurté brutalement l’arrière de la voiture qui me précédait.
Mais grâce à mon casque, ma blessure au poignet est sans gravité. »
On espère bien.

« Chacun des conducteurs conduisait sa voiture. »
Voilà qui est une circonstance originale…

« Vous m’écrivez que le vol n’existe pas entre époux.
On voit que vous ne connaissez pas ma femme. »
On vous la laisse bien volontiers : Vous l'avez choisie.

« Le camion s’est sauvé précipitamment sans montrer ses papiers. »
Se sauver lentement aurait été plus périlleux pour lui…

« Je suis étonné que vous me refusiez de payer cet accident sous prétexte que je ne portais pas mes lunettes comme indiqué sur mon permis.
Je vous assure que ce n’est pas ma faute si j’ai renversé ce cycliste : je ne l’avais pas vu. »
On ne prétend pas le contraire…

« Je vous témoigne mon grand mécontentement vous mettez tellement de temps à me rembourser mes accidents que c’est toujours avec celui d’avant que je paye les dégâts de celui d’après, alors n’est-ce pas que ce n’est pas sérieux de votre part. »
Peut-être pourrait-on envisager de vous rembourser le prochain avant qu’il ne survienne …

« Le cycliste zigzaguait sur la route, tantôt à gauche, tantôt à droite, avant que je puisse le télescoper. »
Plus facile quand il roule tout droit, effectivement…

« Ne pouvant plus travailler à la suite de mon accident, j’ai du vendre mon commerce et devenir fonctionnaire. »
Sans commentaire…

« En repoussant un chien tenu en laisse par son maître, je me suis fait mordre par ce dernier. »
Saleté de maître !

« Puisque vous me demandez un témoignage précis, je vous dirai qu’a mon avis c’est le monsieur qui a tort, puisque la dame a raison. »
Merci infiniment pour cet avis d’expert-avisé…

« J’ai tapé un trottoir en glissant sur une plaque de verglas et j’ai cassé ma gente et mon bras gauche. »
Dans le même mouvement ?

« Vous me dites que Mlle X réclame des dommages intérêts sous prétexte qu’elle a été légèrement défigurée après l’accident.
Sans être mauvaise langue, il faut bien avouer que même avant l’accident, cette malheureuse n’avait jamais éveillé la jalousie de ses concitoyennes. »
Vu comme vous l’avez amochée, ça ne risque plus d’arriver…

« Malgré ma fracture au poignet, j’ai pris mon courage à deux mains. »
Vives félicitations !

« Je ne suis pas responsable du refus de priorité puisque je n’avais pas vu venir la voiture, vous pensez bien que si je l’avais vue je me serais arrêté. »
On n’en doute pas une seule seconde…

« Depuis son accident, ma femme est encore pire qu’avant.
J’espère que vous en tiendrez compte. »
Voulez-vous qu’on vous la remplace ?

« Ils m’ont trouvé 2,10 grammes d’alcool dans le sang et ils vont me condamner.
Sur 6 à 8 litres de sang qu’on a dans le corps vous avouerez que c’est pas tellement (personnellement j’aurais cru que j’en aurais eu plus). »
Demandez-vous une contre-expertise ?

« À votre avis, est-il préférable d’acheter un chien méchant qui risquera de mordre les gens mais protégera votre maison contre les voleurs ou de garder mon vieux toutou.
Je vous pose la question parce que de toutes façons c’est vous qui paierez les pots cassés, soit en indemnisant les blessés, soit en remboursant les objets volés. »
Vu comme ça, on comprend votre inquiétude… 

« Je ne suis pas du tout d’accord sur le montant que vous m’allouez pour les bijoux.
Ça ne représente même pas la somme des deux choses de mon fils, dont je vous ai envoyé les photos. »
Désolé : Vous parlez de quoi au juste ?

« Je vous ai fait remarquer que ce croisement est très dangereux vu qu’il y a deux routes qui se coupent juste à cette place-là. »
C’est généralement toujours le cas…

« Je n’avais pas vu la voiture arriver et quand je l’ai vue je n’ai plus rien vu. »
Vous verrez bien le coût de votre prochain malus…

« Pour les blessures de ma femme je vous envoie ci-joint le certificat que j’ai pu arriver à avoir par mon docteur.
Je les mets donc sous réserves en attendant que vous m’écriviez combien elles peuvent me rapporter environ. »
On n’achète pas des certificats, notamment s’ils sont bidons…

« Je débouchais d’un chemin à une vitesse approximative de 100 et voilà que je heurte un arbre.
L’arbre m’a injecté de ma voiture alors que la voiture a continué toute seule avec la jeune fille que j’étais sorti avec. »
Et dans l’ordre, ça donnerait quoi ?

Et puis la meilleure lettre jamais reçue par une compagnie d’assurances pour terminer :

« Je rentrai dans ma cariol sur la route de pari.
J’avais bu a cause de la chaleur deux blanc cassice a l’onseice.
J’ai donc eu besoin de satisfaire une grande envie d’urine. 

Je arraite la voiture sur le baur de la route prais d’un ta de pierres et de materiau rapport aux travois eczecute mintenant pour l’elaictricitai.
Je commence a urine et en fesan ce besoin, je en maniaire d’amuzement dirigai mon jai en zigue saque a l’entours. 

Alors mon jai a rencontrai un bou de fille electrique qui etait par terre au lieu d’etre accroche au poto.
Une grosse etincelle a sote sur moi et un grand coup m’a raipondu dans le fondement et des les partis que votre medecin y appelle tete y cul.
Je me suis evanouille et quand je suis revenu dans la connaissance, je vu que ma chemise et mon pantalon ete tout brule a la braguette. 

Je sui assure par votre maison et je voufrai etre un demnise.
Je droit a ce Con m’a dit et je vous demande votre opinion.
Mais dommage son de 93 oro o plus juste. 

Depuis le sinistre, je les burnes toutes noires et ratatines.
Ma verge est tumefie, gonfle et violace.
Le medecin a dit devant du monde qui peut repete : avec les faits nomaines electrics, on ne sait jamais.

Monsieur X, Agriculteur »

Bon week-end à toutes et tous !

I3

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube