Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

mercredi 8 juin 2016

Cocu !


Les cendres de Vichy

Je suis totalement révolté ! Non pas de partager quelques-unes de « mes femmes-exclusives » avec autrui, il ne s’agit pas de cela, non !
Il s’agit de mes « formateurs », ceux du lycée, ceux de la fac, ceux de la pensée unique et il faut que je parvienne au seuil ultime de mon passage sur cette planète pour m’en rendre enfin compte !
C’est dire si je me sens « sali », dénaturé, violé jusque dans le tréfonds de mon âme et de mes convictions.

J’avais bien lu Tirole et puis déboule une nouvelle facette de ce dont on ne parlait jamais que pour en dire le pire des maux : Le si détestable régime de Vichy !
Une sorte de parenthèse honteuse de la République, qui déportait ses propres citoyens dans le silence des maladies honteuses, à l’époque…
Ma grand-mère en parlait que comme quelque chose qui n’aurait été découvert qu'à la Libération, même si certains pouvaient se poser des questions : Mais il y avait le STO comme explication facile.

La Libération, son CNR, les réformes majeures qui en ont été issues : Que du bonheur, même si aujourd’hui on en touche les limites.
Tu parles ! Un véritable copié/collé de ce qu’avait pu inventer Pétain et ses sbires qui perdure encore de nos jours…
La honte pour moi qui pensais « Libération » = Liberté, qui avait assimilé les principes de l’économie-mixte, mi-administrée, mi-libérale et ses bienfaits sur le sort des plus nombreux telle que l’avait voulu jusqu’à De Gaulle, sa « troisième voie », son ministère du plan, ses cartels industriels (EDF, SNCF, etc.)… cachés dans des monopôles d’État, sa sécurité sociale obligatoire soi-disant pensée et formatée à Londres sous les bombes des nazis…
Non mais, quelle escroquerie-majeure !
J’en ai le rouge de la honte qui me monte à la tête (un coup à me faire une rupture d’anévrisme létal).
L’exception gauloise ? Mais c’est Vichy, tout simplement !

Un livre de Cécile Desprairies sort sur le sujet : Je vais le commander et le lire.
À partir du 10 juillet 1940 (vote des « pleins pouvoirs » à Pétain, exécutifs, législatifs et judiciaires à la fois, le propre des tyrannies qui conduisent tôt ou tard à la corruption-destructrice) le régime est désigné sous le nom d’« État français » et la mention « République française » disparaît des actes officiels.
Les principales caractéristiques et en vrac, du régime sont les suivantes : 

– « Révolution nationale » antilibérale, traditionaliste et nationaliste, tendant vers un fascisme « à la gauloise » (et le socle du programme de « Marinella-tchi-tchi ») ;
– Politique de collaboration avec les nazis (collaboration économique, policière et militaire) ;
– Cléricalisme ;
– Corporatismes détruits à la Révolution qui retrouvent leurs lettres de noblesse (avocats, notaires, experts-comptables, huissiers, pharmaciens, médecins, géomètres, architectes et j’en passe…) ;
– La réorganisation statutaire du cinéma qui deviendra cette fameuse « exception culturelle », outil de propagande sur le moment…
Mais on peut aussi penser à l’ORTF, aux licences radiophoniques plus tard, à l’élevage de pigeons-voyageurs, au monopôle des postes et du téléphone…
– Propagande, censure et « contrôle postal » ;
– Planisme à l’instar des soviets ;
– Idéologie socialisante (un quotidien anticapitaliste tel que « La France socialiste », accueillant des hommes de gauche ralliés à la collaboration, tirera constamment à plus de 100.000 exemplaires) ;
– Statut des juifs : Port de l'étoile jaune obligatoire, rafles, convois de déportation (aujourd’hui interdiction du voile…) ;
– Arrestations de résistants, de francs-maçons, et d'opposants ;
– Début de mise en place d'une « protection sociale » étatisée, imposant entre autres un système de retraite par répartition (60 ans) à la place du système de capitalisation existant (les fonds des caisses vieillesse privées sont confisqués) : Le décret-loi du 14 mars 1941 « réforme » l'assurance-vieillesse pour imposer le système de la répartition à la place du système de la capitalisation, en créant une allocation aux vieux travailleurs salariés (AVTS), indépendante des « cotisations versées ». Les fonds des caisses vieillesse privées (20 milliards de francs de l'époque) sont confisqués (ils deviennent inutiles dans le cadre de la répartition et permettent de financer immédiatement l'allocation).
Les historiens de notre vie sociale savaient que la Sécurité sociale a été conçue à Vichy en 1940 par René Belin, ex-responsable de la CGT devenu secrétaire d’État à la Production industrielle et au Travail dans le premier gouvernement de Pierre Laval, ce qu’on m’avait caché : Pour moi, c’était Jeanneney, hésitant entre le modèle anglais de Beveridge et l’allemand de Bismarck ;
– Les premières mesures d'aménagement du territoire ;
– La création des premières administrations régionales (alors que le « cousin-Napoléon » avait inventé le département) ;
– Le début de la politique publique d'urbanisme qui fit tant de désastres ;
– Les premiers projets de villes nouvelles ;
– La création de grandes bureaucraties ;
– La fusion de la Compagnie du Métropolitain de Paris et de la Société des Transports en Commun de la Région parisienne dont le nouvel ensemble prendra le nom de RATP en 1948 ;
– La création des Comités Sociaux d'Entreprise dont les pouvoirs seront renforcés en 45 et prendront le nom de comités d'entreprise ;
– La création de la médecine du travail ;
– La fondation de l'Institut National d'Hygiène qui deviendra en 1964 l'INSERM ;
– Le numéro de sécurité sociale, inventé par le contrôleur général de l'Armée René Carmille (« numéro de Français »), destiné à ficher la population (le « code sexe » à un chiffre servait aussi à recenser les juifs, les musulmans d’Algérie, les étrangers…) qui permet de ficher tout le monde depuis sa naissance…
– Le « délit de non-assistance à personne en danger », qui a été conçu dans le but d'obliger les gaulois à porter secours aux soldats allemands blessés (par les attentats communistes), loi nazie existant aujourd'hui seulement en « Gauloisie-pénale » et en « Teutonnie » ;
– Essais de sirène chaque premier (jeudi) mercredi du mois à midi ;
– Le 23 avril 1941 : Institution de la police nationale (au lieu des gardes champêtres et polices municipales), dont l'uniforme et la gestuelle sont calqués sur celui des Allemands, pour mieux garder la paix !
Le Larousse précise même : « En 1941, les policiers sont obligés de prêter serment de fidélité au Maréchal Pétain » : « Je jure fidélité à la personne du Chef de l’État pour tout ce qu’il me commandera dans l’intérêt du service et de l’ordre public pour le bien de la patrie. »
La police est étatisée dans toutes les villes de plus de 10.000 habitants et Paris conserve toujours son statut particulier.
L’organisation de la police restera pratiquement telle quelle jusqu’au début du IIIème millénaire ;
– Le salaire minimum (loi du 4 octobre 1941) qui deviendra Smig supplanté plus tard par le SMIC : Fixé à un niveau bien inférieur au salaire du STO, programme de travail auquel il est vivement recommandé de souscrire ;
– La création du carnet de santé ;
– L’accouchement sous X : Pour empêcher l’infanticide, l’avortement (alors puni de mort), promouvoir les naissances et protéger les « enfants de Boches ».
– La fin des bouilleurs de cru à qui on ne délivre plus de licence, des herboristes à qui on supprime la formation et le diplôme ;
– La création des AOC ;
– La création de l'hôpital public ;
– L’invention de la carte hebdomadaire ouvrant droit à une réduction dans les transports ;
– La carte d'identité obligatoire ;
– La licence IV des débits de boissons ;
– L’extension des allocations familiales ;
– La culture de la tisane : Des « boissons chaudes hygiéniques » pour déshabituer de l’alcool, dont la vente est interdite au-delà de 16° ;
– Le menu au restaurant : Face aux restrictions, il est obligatoire de proposer un plat du jour à la carte à prix fixe ;
– Mozart : Le compositeur est totalement oublié à l’époque. Ce sont les occupants qui imposent son culte ;
– Les femmes ont plus de droits au travail et disposent d’un carnet de chèques ;
– La visite médicale pour les enfants à l’école : Autre mesure hygiéniste ;
– La licence de banque : Ne peut plus devenir banquier qui veut ou en a simplement les moyens financiers !
– L’heure d'hiver, histoire d’avoir la même qu’à Berlin. Supprimée à la libération, elle fut réinstaurée en 1976 lors du premier choc pétrolier par « Giscard-A-la-Barre » ;
– Le code de la route : L’Allemand pouvant s’égarer sur les routes gauloises, il était nécessaire d’instaurer une signalétique claire ;
– Le rugby à XV ;
– Le sport au baccalauréat : Conséquence du culte du corps nazi ;
– Le statut de PDG ;
– La fête des mères ;
Et j’en passe sûrement, puisqu’il y en aurait 100, voire plus encore !

Vichy, ce n’est donc pas que la Shoa, c’est en fait votre quotidien actuel : C’est historique et on me l’avait caché !
16.000 décret-lois qui sont désormais présentés comme des « acquis sociaux » où les manifestants du quotidien défilent et font grève pour les défendre « becs & ongles » alors qu’ils mènent à la faillite générale.
J’en suis sur le kul !
Mes « gôchistes », mes « cocos », mes « nuit debout », mes Podemos, mes 5 étoiles, mes trotskistes, mes « Indignés », mes « Tsi-tsi-Passe », tous des dignes héritiers de Vichy, de la « révolution nationale », qui adhèrent sans le savoir (en tout cas j’ignore s’ils l’ignorent) à en devenir suppôt du Maréchal !
Ce n’est plus « Maréchal, nous voilà », mais « Maréchal, on est encore là ! »
À vomir…

De l'époque du Régime de Vichy date aussi une prise de pouvoir de la technocratie, qui sera ensuite formalisée à la Libération avec la création de l'école nationale d'administration (ENÂ) : L’originalité du Régime de Vichy est aussi l’arrivée en force de « technocrates », hauts fonctionnaires vite promus et qui rêvent de mettre en œuvre, sans contre-pouvoirs aucun, leur programme de modernisation.
Ils sont toujours-là !
L'historien américain spécialiste de Vichy Robert Paxton estimait que « c’est dans l'administration publique, dans la modernisation et la planification économique que les mesures – et le personnel – de Vichy se perpétuent avec le plus d’évidence » après 1945.
Je le savais, mais pas à ce point-là d’évidence…
Honteux ! 

Philippe Pétain, discours du 11 octobre 1940, L’ordre nouveau : « Devant la faillite universelle de l'économie libérale (de 1929), presque tous les peuples se sont engagés dans la voie d'une économie nouvelle. Nous devons nous y engager à notre tour et, par notre énergie et notre foi, regagner le temps perdu. Deux principes essentiels nous guideront : l'économie doit être organisée et contrôlée. La coordination par l'État des activités privées doit briser la puissance des trusts et leur pouvoir de corruption. Bien loin donc de brider l'initiative individuelle, l'économie doit la libérer de ses entraves actuelles en la subordonnant à l'intérêt national. La monnaie doit être au service de l'économie, elle doit permettre le plein essor de la production, dans la stabilité des prix et des salaires. » 

Une « idéologie » qui prend pour nom, le « planisme », développé dans les années 1930 au sein du groupe X-Crise, le think-tank de la jeune élite de l’époque.
Pensé comme une alternative au socialisme collectiviste autant qu’au capitalisme individualiste, le Plan se fonde sur l’autorité des experts.
Et c’est là-dessus que de Gaulle a bâti sa « troisième voie » : Je comprends mieux pourquoi mon grand-père était « antigaulliste » contre toute raison dans mon esprit d’adolescent !
Tout simplement parce que dès lors, l’État, qui, depuis la Révolution était conçu comme un instrument de libération de l’individu, devient le principe d’organisation coercitive des forces économiques et sociales.
En créant « l’État français », Vichy a recruté les cerveaux d’X-Crise, le plus emblématique étant Jean Bichelonne, installé au ministère de la Production industrielle. Pétain dans ce discours du 11 octobre 1940 proclame les bases d’une économie « organisée et contrôlée », rejetant le libéralisme comme un « produit étranger, importé, que la France rendue à elle-même rejette tout naturellement ».

Et pour gérer ce nouveau système, il a bien fallu regrouper les fonctionnaires sous un statut de la Fonction publique et en former de nouveaux dans des « écoles de cadres » (qui deviendront l’ENÂ).
Afin de recenser la population, que l’État se proposait désormais de gérer, Vichy institua la carte d’identité et le Service national des statistiques (l’ancêtre de l’Insee).
Et pour contrôler les mœurs, le régime mêla mesures d’incitation (les allocations familiales) et de répression (l’Institut national d’hygiène, futur Inserm, qui veille à produire toutes sortes de nouvelles normes).
Même au niveau culturel, Vichy inaugura le rôle de l’État central en créant le Comité d’organisation des industries, arts et commerces du livre, ainsi qu’une école publique de cinéma, l'IDHEC d'aujourd'hui. En quelques années, l’État reprit en main la production économique et la société civile.
Voilà comment vous êtes devenus des esclaves sans le savoir !
Et justifie donc ainsi toutes ces « niches-fiscales » et « paradis-sociaux » qui ne sont rien d’autres que des scories de corporatisme…
Que des « acquis-sociaux » tels qu’ils nous sont présentés encore aujourd’hui et mobilisent les populaces libérées esclavagées !
« Vous adorerez vos maîtres » en disent-ils !

Or, et c’est là le crime, cette « révolution nationale » sera largement reconduite à la Libération. Je savais aussi sans le comprendre que Pierre Rosanvallon l’assimile à une « rupture culturelle » : « On célèbre en 1945 l’État comme on célébrait en 1789 la souveraineté de la nation. ».
La « Gauloisie-libérale » jusqu’au moins l’entre-deux-guerres, entre brutalement et durablement dans l’économie administrée, que vous soyez « de gôche » ou non.
Nulle surprise que le général de Gaulle, grand adepte du Plan, reconnaisse ainsi sa dette dans un passage stupéfiant de ses Mémoires de guerre (tome 3) : « Si, dans le domaine financier et économique, ces technocrates (de Vichy) s’étaient conduits, malgré toutes les traverses, avec une incontestable habileté, d’autre part, les doctrines sociales de la révolution nationale, organisation corporative, Charte du travail, privilèges de la famille, comportaient des idées qui n’étaient pas sans attraits. »
Saloperie : Je comprends mieux la portée de cette empathie du Général pour le Maréchal !
Si j’avais su…

Or, et c’est dramatique, l’attachement à ce modèle explique largement notre incapacité actuelle à le réformer.
Qui s’y ose s’y pique, même « Mac-Rond », « François III », « Menuet-Valse » et « El Konnerie » et hier comme demain « Juppette », voire « Bling-bling ».
Tout autant de ce que je nomme « l’autisme-politique » des « trisomiques » qui nous gouvernent.
Ils n’étaient pas nés, mais ils en imposent encore et toujours plus…
Que nous discutions dépenses publiques, politique agricole ou mesures sanitaires, nous restons « planistes » sans le savoir. 

Il est temps de revenir à nos origines révolutionnaires des Lumières, que mon « cousin » a porté jusqu'à Moscou en flammes, en retrouvant le sens des droits individuels et donc du marché libéré.
Il faut cesser de parler avec indulgence de la « Gauloisie-colbertiste », des Montagnards et des Girondins.
Non, vous vivez décidément et hélas sous Vichy sans le savoir.
Que j’en frémis d’horreur…
Car on m’a appris à détester cette « parenthèse », qui décidément ne veut pas se refermer.

20 commentaires:

  1. On nous cache tout , on nous dit rien !
    Ainsi Jean Coutrot un des créateurs du mouvement planiste (x-crise ) fut intégré dans le ministère de Spinasse lors du gouvernement de front populaire,mais se désespéra de n'être pas retenu par le gouvernement Laval et se suicida en 41....Cette période de notre histoire est très intéressante pour son illustration des passerelles qui existèrent ( je vois les mêmes aujourd'hui )entre une gauche anti-communiste et une certaine droite anti-capitaliste.
    Les livres de Sternhel sur la droite révolutionnaire pré-fasciste en France sont assez éclairants et je vous les conseille:
    La droite révolutionnaire, 1885-1914 : les origines françaises du fascisme
    Ni droite ni gauche : l'idéologie fasciste en France
    Bien sûr les spécialistes trouvent beaucoup à redire sur les origines supposées du fascisme telles que décrites par Sternhel, mais ces livres éclairent bien le sujet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Anonyme,

      Merci, mais là, j'ai déjà du mal à me remettre du mensonge pluri-décennal dont je m'estime la victime !
      Alors en rajouter une couche, ça pourrait vraiment nuire à ma santé et ma bonne humeur légendaire !
      Figurez-vous que je ne décolère pas : Me faire "enfler" depuis si longtemps sans que je ne voir rien venir, j'ai vraiment "la honte" !
      D'habitude, j'estime être plus lucide que ça...
      Parfois même "en avance" !

      Merci pour toutes ces précisions, j'y reviendrai peut-être quand je serai calmé.
      Mais pour l'heure, il me paraît plus urgent d'en tirer toutes les conséquences, d'autant que ça éclaire d'une lumière crue tous les "blocages" existants, que je prenais pour des avatars d'utopies dogmatiques "proto-marxiste" d'arrière-garde, alors que pas du tout, semble-t-il !

      Comment être aussi aveugle ?
      Bé je ne le sais pas moi-même...
      Alors il faut que je reprenne appui avant de rebondir !

      Merci et bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
  2. Hello I-Cube,

    Mais oui cette 5ème République a été custumisée. Ce système est une machine infernale, aucun rouage ne peut être modifié donc aucune réforme n'est possible.

    Aujourd'hui, nous vivons un 2ème Humanisme impliquant que personne n'est prêt à mourir pour Dieu, la Patrie ou Nation ou bien encore la révolution. La seule figure sacrée pour laquelle on serait prêt au sacrifice c'est nos enfants, nos proches. C'est dire que le curseur du sacré s'est déplacé sur l'humain et non plus des entités symboliques mais abstraites.

    La seule façon "pacifique" pour que le système français implose, serait que personne n'aille voter en 2017.L'abstention active serait de telle ampleur, que personne ne pourrait édulcorer les chiffres du rejet global de cette majorité silencieuse...

    Sinon un bon article également : https://www.contrepoints.org/2016/06/07/255763-petain-pere-anti-liberaux

    Libéralement vôtre
    ComtesseÔPiedNu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma Chère Comtesse,

      Personne ne saurait mourir pour Allah-le-grand et Mahomet son prophète ?
      Là, vous y allez un peu fort, trouve-je !

      Et quand les "fachots" ou les islamistes se isseront à l'Elysée, j'embarque d'autorité "ma tribu" et "ma nichée" pour "mon" maquis Corsu (ma vraie patrie, puisque j'en connais tous les chemins et même les raccourcis) : On verra bien qui aura le dernier mot !
      D'ailleurs, je suis déjà en exil et peux le rejoindre en moins de 12 heures, dans l'urgence...
      Parce que de là, on peut aussi très bien refaire le coup de "mon cousin" Napoléon, parti à la reconquête du continent tout entier.

      A mon sens, le sacré n'a plus de valeur, mythique au sens des anciens, dans un monde où le pragmatisme l'a emporté : La faute aux tranchées de la bataille de Verdun et de la Somme.
      Des hommes et des bêtes, transformés en "chair à canon", ça a eu des conséquences dans les esprits, jusqu'aux dadaïstes...

      Et j'avoue que la perspective, en réponse à tout cela, d'une abstention universelle pour 2017 est assez plaisante.
      Mais tellement dangereuse quant à ses conséquences : Le coup de la roulette russe, en définitive...

      C'est marrant, le billet auquel vous renvoyez, finalement dit à peu près la même chose que moi (mais en plus concis) : Sans doute l'effet de l'arrivée du bouquin cité sur le marché...
      Convergences, et pour une fois, je ne suis pas le premier à vous le sortir.
      Tant pis !
      Mais il faut le dire, j'ai eu du mal à écrire mon post ce week-end, c'est d'ailleurs pour ça qu'il est en ligne que ce jour.

      "Corsicalement" vôtre...

      Et merci à vous !

      I-Cube

      Supprimer
    2. Bien sûr, vous avez raison, Les fous de dieu veulent notre anéantissement. Nous allons pleurer d’autres morts.
      C’est vrai que les cocosos ont une affection sans borne envers l’Islam et font tout pour faire grandir leur communauté.
      A ce titre et compte tenu des attentats en France, Gras Nul laid devrait passer en cours martiale pour acte (passif) de haute trahison.
      En dépit de cela, leur cause mortifère est déjà perdue.
      J’y vois 3 raisons essentielles :
      L’indigence totale de leur rhétorique anachronique. Une religion de bédouins dans un bac à sable du jardin des plantes, ou à Central Parc c’est d’un ridicule !

      Le 2ème élément, c’est qu’il n’y a rien n’est de plus élastique, agile et adaptable que le capitalisme, fondement de tous les progrès et de l’innovation permanente. En fait le capitalisme est le point d’Archimède de l’évolution positive de l’humanité (même s’il génère des excès et des cercles vicieux).

      Le 3ème élément c’est que même si l’A.I. reçoit des financements du Quatar, de l’Arabie Saoudite, et la logistique des turcs, afin de les détourner de leurs territoires, il n’est pas dans leur intérêt de les voir trop prospérer parce que sinon, avec qui vont-ils commercer et s’enrichir? Dans peu de temps ils deviendront leurs pires ennemis.

      Le monde d’avant du bloc Ouest/Est n’est plus mais le monde binaire occident judéo chrétien contre islam n’est pas advenu. C’est un leurre.
      Je ne peux pas l’expliquer c’est juste une intuition.

      Voilà c’est tout.
      Sinon, dans une réalité du pire, vous serez bien à l’abri dans vos maquis. Moi aussi, j’ai un territoire de repli mais pas aussi excentré hélas !

      A pr’éstu…
      ComtesseÔPiedNu

      Supprimer
    3. Bien sûr que c'est un leurre !

      En fait, il y a des "fous-millénaristes" (ceux qui lisent les prophéties anciennes en tous genres et en font des dogmes aux vertus incontournables) pas seulement chez les islamistes, mais aussi chez les "feujs", les chrétiens et ... les francs-maçons, tous détenteurs des secrets de "l'avenir".
      Et puis les autres.

      Ce n'est donc plus une question de culture ni de frontières, mais de dogmatismes.
      Le tout "arrangé" avec un peu de géostratégie et on a un monde à l'image de ce qu'il est actuellement (parfaitement prévu et anticipé par les "prophéties", vous diront ceux-là).

      C'est vrai aussi que le capitalisme a toujours existé, depuis le jour où vous avalez votre première goulée d'air pour la polluer, avalez votre première tétée pour la métaboliser, la "détruire".
      Il est nazi, libéral, collectiviste, népalais, assassin, propose la prospérité pour tous selon les époques, les lieux et les tendances.
      C'est comme ça : un vrai caméléon indestructible !
      Il faudrait apprendre à le dompter plutôt que de le combattre, à ce que j'en dis (mais comme ce que je dis, ça ne compte pas...)

      Quant à passer "Gras-nul-laid" en cour Martiale, je n'y crois pas une seule seconde : Il ne fait que ce qu'on attend de lui.
      Pas de vous, bien sûr, ni d'aucun autre d'ailleurs de ses électeurs, mais seulement ce que la situation l'oblige à faire (analyse situationniste oblige).
      Bon, assez mal, il faut le dire, mais pas plus que d'autres dans les mêmes circonstances.
      De toute façon, on ne saura jamais...

      Quant au maquis Corsu, il est inexpugnable. Même les romains s'y sont perdus dès qu'il a s'agit d'aller au-delà des côtes : Toute une économie et une culture autarcique plurimillénaire s'y sont d'ailleurs développées.
      Et il y a de la place pour tout le monde, le jour où ça vous tenterait...

      Venez de ma part et demandez à voir "Dumè" : Il vous conduira peut-être sur les piste d'Yvan Colonna, sait-on jamais !

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
    4. Hey I-Cube, grand merci à vous et par anticipation pour votre hospitalité, mais j'ai ouïe dire que les "étrangers" étaient mal vus sur ces terres plurimillénaires. Peut être une infiltration de nuit alors.

      Sinon, je prends bonne note du mot de passe, on ne sait jamais...

      ComtesseÔPiedNu

      Supprimer
    5. Contrairement à ce qu'en disent quelques auteurs passéistes, la "Corsica-Bella-Tchi-tchi" a toujours été une terre d'accueil depuis les premiers chrétiens (et même avant) martyrisés par Rome (voisine).
      Et fière de l'être.

      De façon plus contemporaine, ce qui insupporte les autochtones, eux mêmes nés "fiers", c'est tout simplement le respect de l'accueil.
      Le gars qui débarque pour y importer et imposer "ses" propres règles de vie (venues souvent des banlieues marseillaises ou plus généralement du continent), forcément, la greffe ne prend pas !
      C'est tout.

      Il s'agit seulement de s'adapter, pas plus, pas mieux, si on veut pouvoir s'intégrer utilement.
      Je suppose que vous avez ces qualités-là, vous.
      Ou alors, abandonnez ce projet !

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
  3. On laisse entendre que le planisme fut élaboré par le gouvernement de Vichy, alors que ce mouvement le précède....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, "Anonyme" !

      L'idée était une nécessité dès la première guerre mondiale (pas les précédentes, hors peut-être, les guerres impériales) puisque d'une économie de paix, on entrait de plain-pied dans une économie de guerre qui a mobilisé même les colonies les plus extrêmes partout sur la planète...

      Puis il a fallu "reconstruire" : Là, ce rôle a été tout naturellement dévolu à la puissance publique !
      Il n'y avait personne d'autres pour le faire et il fallait le faire.

      C'est d'ailleurs là qu'est né "l'Etat-providence", confirmé par la suite avec la crise de 1929, les "soupes populaires" n'y suffisant plus, alors même que durant la période post-désastre de 1870, il était totalement absent.

      Depuis, ça c'est considérablement "perfectionné" jusqu'à être "omnipotent" comme on le constate de nos jours : On vous dit même ce que vous pouvez manger ou non !!!

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
  4. Que personne n'aille voter en 2017 ... Excellente idée! Personne ... sauf moi, bien entendu, car je ne fais jamais rien comme les autres! Comme je vais voter Mélenchon, Mélenchon sera élu, dès le premier tour, à l'unanimité des suffrages exprimés. Génial! Je n'en demande pas tant.
    En tout cas une chose est certaine : je ne voterai plus jamais socialiste!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous n'auriez jamais dû voter pour eux, au moins depuis "Mythe-errant" millésime 81, mais pire 1988 !

      Quant à "Mes-Luches", il n'a de toute façon aucune chance et vous le savez bien : C'est encore une de vos tocades à vous !

      Je compte bien : "Bébé-roux", "François III", puis vous nous avez annoncé "Marinella-tchi-tchi" et maintenant "Mes-Luches"...
      Et encore, vous avez un an pour finir par voter "Cheminable" : Lisez donc son programme, il est nettement intéressant puisqu'il propose une autoroute pour Mars où on enverrai se faire un œuf tous les politicards aux ordres de Washington !

      Noter qu'Elon Musk va lui construire pour pas un rond, sur ses "petites économies" propres !

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
    2. Mais, moi, je n'ai jamais voté pour Cheminable! Vous si! Même quand il n'était pas candidat ... C'est dire votre adhésion sans faille à ses vues!
      Dites-moi : Vous n'êtes pas en colère tout de même? Moi seul ai le droit d'être en colère ... Parce que, moi, je me suis fait vraiment roulé dans la farine. Vous, comme Gaulliste affirmé et constant, vous êtes tombé dedans quand vous étiez petit. Vous n'êtes donc pas coupable!

      Supprimer
    3. Certes, mais depuis l'autre jour, je me soigne...

      Quant à "Che-minable", soyons sérieux : je n'allais quand même pas voter pour le "capitaine-de-pédalo-à-la-fraise-des bois", d'autant qu'il n'a pas eu besoin de moi pour me pousser à l'exil en faisant le lit du "Front-du-refus" et se faire élire "haut-la-main".
      Pas plus pour "Bling-bling", après la piqûre quinquennale qu'il nous a tous mis : J'en suis vacciné pour un long moment...

      Quant à vous, même si vous votez au premier tour pour "Mes-Luches", s'il y a un second tour, ce qui devient problématique et aléatoire, vous retournerez voter pour "Marinella-tchi-tchi" : C'est couru d'avance !
      La fameuse convergence des extrêmes, pour ne pas dire une "objective-collusion" dogmatique.

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
    4. Purée! Vous êtes vraiment en colère, là! Moi, je me marre ... Mes votes de 2017 concourront tous à la destruction de ce maudit "système" qui, depuis la "loi La Connerie", me hérisse à un point que vous ne pouvez même pas imaginer ... Je n'en suis pas encore arrivé à un retour au collectivisme mais, au rythme où les ultralibéraux "socialistes" fonctionnent, ne craignant pas de s'engager dans une course au "mieux disant" avec la drouâte, ça ne va pas tarder! Ulcéré, vous dis-je!

      Supprimer
    5. Ca ne fait jamais plaisir de se découvrir cocu, figurez-vous, alors je suis "colère", effectivement !

      Ceci dit, ouvrez un peu les yeux et essayez de lire un peu le texte de la loi konnerie, quand il sortira : Vous vous sentirez vous aussi cocu puisqu'il n'y aura plus rien de dedans !

      Un vrai beau grand gâchis.

      Pour le reste, le "collectivisme", vous y êtes depuis plus de 60 ans, avec une petite parenthèse de la IVème république, semble-t-il, et regardez donc où vous en êtes rendu !

      Bonne journée quand même à vous !

      I-Cube

      Supprimer
  5. Avec vous, les ultra-libéraux vont passer pour de dangereux collectivistes! C'est clair ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous faites dans la confusion mentale et l'amalgame décousu.

      Mais je ne vous en veux pas : C'est à peu près le sort de tous les acéphales-bornés qui vous relayent la pensée unique des "autistes-politiques" qui touchent à la "trisomie-appliqué".

      Vous voyez où ça vous mène : Vous êtes encore capable de nous raconter que la "Gauloisie-socialiste" est affreusement "néolibérale", j'imagine.
      Si le libéralisme c'est 57 % de tout ce que produit un pays, c'est quoi le "collectivisme", au juste ?

      Revenez demain : Je vous ai programmé un post qui va vous plaire !
      On y parle d'Aristophane : Ca va élever un peu le débat !

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
    2. Ah! Ah! Ah! On rigole bien ... J'en salive déjà!

      Petit détail au sujet du livre de Cécile Desprairies : ça fait bientôt quatre ans qu'il est publié (2012).

      Supprimer
    3. Eh ben moi, je n'en ai connaissance que le week-end dernier et l'ai d'ailleurs commandé.
      C'est un collègue de "mon boss à moi" qui m'en a parlé vendredi dernier.

      Je ne prétends pas être omniscient, moi, et je ne connais même pas l'étendue de mes carences, pour ignorer celle de mon ignorance...

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube