Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

mardi 30 décembre 2014

Évidemment, une fois revenu « à la Kapitale »,

Je suis passé saluer mes « petits-kamarades ».

Et ce qui m’a le plus surpris, c’est d’avoir pu oublier, en même pas 6 mois – deux trimestres, hein, pas plus – combien « ma » ville pouvait être sale !
Ça sent des odeurs de « sale » à peu-près partout : Celle de l’eau croupie, un brin acide comme de l’urine mais pas encore putride, un brin glauque mais pas totalement souillée.
Se rajoute cette odeur de crasse, une sorte de mélange de poussière et de la sueur, presque aigre, dont la densité s’accentue dans les métros, les bus et les trains.
Certes, ça sent parfois les gaz d’échappement – c’est presqu’un soulagement d’ailleurs ! – mais pas toujours.
Moi qui n’ai pas un odorat très développé, c’est vous dire ma grande surprise ! 
 
Et puis, avec mes nouvelles lunettes, celles qui ne voient pas « en bas », j’ai été obligé de baisser le nez pour voir où je piétinais avec mon 47-fillette : Horreur !
S’il y a peu d’étrons-canins, il y a ces marques de pisse le long des murs de-ci-de-là, la poussière est visible sur tous les rebords de fenêtre des immeubles et surtout, surtout, il n’y a pas un seul mètre-carré de trottoir et de chaussée qui ne soit pas maculé d’une tâche plus ou moins blanchâtre de chewing-gum bien écrasé, aplati, incrusté dans le macadam !
Pas un seul…
Dégueulasse.
Et j’avais oublié.
D’autant que si les odeurs se sont atténuées avec la tempête de vendredi dans la nuit, elles sont revenues m’agresser en début de semaine avec les gelées, alors même que « les services » avaient pu saler une partie du « domaine-pue-blique » … le bien-nommé.
Tout ça pour vous dire que je n’étais pas au bout de mes déceptions ! 
 
Car mes « petits-kamarades », enfin, ceux qui n’étaient pas partis sur les pentes alpines, tellement la neige s’est faite attendre (sauf côté italien, suisse et autrichien), globalement, ils font la gueule.
« Faut vous dire, messieurs, que chez ces gens-là », ils sont tellement kons, que déjà, ils en ont marre de leur « roi des kons », celui à peine élu.
Et puis, depuis déjà quelques temps, je suis « interdit » de siège (faute de rester muet aux relances du paiement des cotisations : Ils ne désespèrent pas encore après presque 2 décennies…), alors nous sommes allés au café/tabac en face de la station « Volontaires ».
Et là, comme je me fichais de leurs têtes à les moquer sur les errements des caciques et des « chapelles » sis au dit siège, les couacs et les peaux de banane qu’ils se jettent tous plus ou moins en travers de leur chemin qu’ils m’en rapportaient même les « meilleurs morceaux », que je finis par les traiter de « débile-trisomique » (ça fait « mal », ce qualificatif, je ne sais pas pourquoi…), ils m’ont renvoyé dans « mon exil » surtaxé de « déserteur » !
Ouais, et fier d’avoir pu le faire avant l’orage, quand c’était encore possible. 
 
Bon, en représailles, on m’en raconte des vertes et des pas mûres sur les « ritaux » (pluriel de « rital »), qui glissent comme sur une plaque de verglas tellement je ne veux rien dire de mal sur mes « accueillants » mangeurs de spaghettis et autres pasta, trop content d’avoir trouvé un « abri » pas trop loin de mes côtes Corses, de mes vignes et de mes clémentiniers et des odeurs de maquis, même si, même si… ils ne sont finalement pas mieux que chez nous, on finit par me mettre au défi de « contribuer » à former « la ligne »… 
« Attend donc ! Si c’est pour voir ma contrib’ sabotée par l’autre pantin à talonnettes et ses cerbères, je ne vais pas me crever le kul pour si peu ! »
D’autant que je sais mieux ce qu’il ne faut pas faire – c’est assez facile : Globalement tout ce qui n’a jamais marché – que ce qu’il faudrait faire !
« Eh bien commence par ça, le grand « Yaka-Faux-Kon » ! Ce ne sera pas plus mal ! »
Vrai ?
Alors : « Déjà, virer tous les « ratés » qui ont échoué si brillamment, du chef à tous les sous-chefs qui ont pu être ministres, députés ou sénateurs, ainsi que leurs équipes : Qu’ils retournent donc tous dans leurs municipalités ou leurs administrations d’origine, au contact, un peu au moins, avec la réalité et laissent « la base » travailler ! »
À des lendemains qui chanteraient mieux…
Casus-belli immédiat : C'est qu'il y a deux députés à m’écouter et trois « conseillers de Paris » en exercice.
Et puis, une armée sans chef, elle ne sait pas comment se battre, ni où, ni quand.
« Ni contre qui non plus ! » en rajoute un autre.
« Tu auras noté qu’avec ou sans patron, on ne voit pas trop la différence, là ! »
Et puis des « chefs », ils en ont tellement qu’à côté, l’armée mexicaine c’est de tout repos pour le biffin de base… 
 
Que de toute façon, ce n’est quand même pas croyable de voter pour « un chef » qui ne cheffe qu’à mi-temps, et encore, juste pour retirer son téléphone à celle-là, pour engueuler l’autre, la voiture à celui-ci mais pas à celui-là, piquer le bureau d’un tel au profit de telle autre, attribuer la place de parking à celui-là ou à l’autre, avant d’en faire autant avec les « investitures ».
Pas un pour rattraper l’autre, dans ce tohu-bohu !
« C’est quoi ça ? Depuis qu’il a été élu « chef », on ne l’entend plus, ni dans la critique de l’autre kouillon d’autiste et de son gouvernement de bras-cassés, ni même sur l’actualité ! »
Or, c’est tellement facile, finalement : Même moi j’y parviens, c’est dire !
On dirait qu’il fait tout ce qu’il faut pour se faire fouetter au sang par « Marinella-tchi-tchi »… 
 
« Vous savez les meks, parti comme c’est parti, elle va passer au premier tour en 2017, l’autre blondasse, je vous l’ai déjà dit ! »
Leur vrai adversaire, celle-là, quoiqu’ils en pensent de travers.
Tollé autour de la table !
D’abord il y a des régionales et des cantonales (en mars) à préparer et qu’il s’agit pour « leurs champions » de se mettre à l’abri (et de « toucher »…), pour faire corps et masse, le « vrai » travail d’opposition proche des foules délirantes du peuple et taper sur tout le monde, tous azimuts.
« Et puis plus rien jusqu’en avril 2017 », date putative du premier tour… fais-je remarquer, comme pour mieux qu’ils persistent à se tourner les pouces avec l’argent des militants : Et ils savent y faire.
« Et que croyez-vous que vous aurez le temps de nettoyer vos écuries d’ici les primaires de 2016 ? Vous déballez quand les histoires de corruption nationale avant qu’on ne le fasse pour vous ? »
Moi et mes histoires de « délirant »…
Pourtant, le centième anniversaire du « grand-homme » en la personne de « Mythe-errant », c’est le dimanche 16 octobre 2016 et ils restent actifs à préparer leur dernier coup d’éclat. Et ils vont nous faire caguer pendant des mois, avec ça !
Après, il sera trop tard.
Les histoires de corruptions et de détournements, ça ne semble pas vraiment les concerner : Ils doivent tous avoir des dossiers sur tout le monde, pas possible autrement.
Et de toute façon, ils sont pourtant tous plus ou moins au courant, mais tous se sont tus. 
 
Je reste un pessimiste : En 2017, « n’importe qui, même un cheval pour reprendre ton expression, sera élu contre le sortant… », poubelles de l’Histoire déballées ou non sur la chaussée.
C’est sûr : Même la « blondasse » !
« Parce que elle, elle a déjà un programme et vous rien ! »
Et c’est l’élu-local de me reprendre au mot : « Fais-nous un programme qu’on te dit, ou au moins une esquisse, au lieu de râler ! »
Simple : Il faut dégonfler le rôle de l’État et tout de suite.
« Il ne peut pas s’occuper de tout, parce qu’il n’est pas compétent pour discutailler et décider de ce que je mange ou bois ! Si tu le laisses faire, il ne fait que des konneries. »
Quand on songe que désormais, les « fonctionnarieux », non contents d’avoir droit de vie ou de mort sur une molécule médicamenteuse et des années de recherche en sont à pondre des pratiques recommandées en matière de soins !
Demain, la secrétaire-médicale pourra se passer de son toubib de patron, qu’on aura remplacé par un robot, après tout ! 
 
La dernière idée en date, c’est encore cette décision de priver de téléphone « Rachida-Mimi », justement. Je ne l’aime pas vraiment, mais c’est stupide au moins autant que « Sœur-Âne » de préempter le siège de l’UMP…
Et pourtant, elle, quand elle se jette à mon cou, j’aime bien : Elle sent bon !
D’ailleurs, il faut que je lui fasse savoir que je suis « en ville », avant que je ne reparte vers la méditerranée : Elle ne crèche finalement pas très loin, à quelques carrefours d'ici vers la porte de Versailles, à peine deux stations de « métro-puant », avec son mek-à-elle qui fait « députacrouille-soce » « Eau-brilliste », dans le civil. 
 
L’État, c’est la sécurité pour tous : L’intérieur, la défense, la justice, la diplomatie, sans ça, il ne sert à rien.
L’État, c’est la garantie des Libertés, sans ça, c'est le retour au far-west : Le bon fonctionnement des institutions  représentatives – tant qu’on n'en aura pas trouvé d’autres – la garantie des « droits-sacrés » pour tout le monde, vivre, en bonne santé de préférence, communiquer, débattre, échanger, manifester, la propriété individuelle, l’accès aux savoirs, à tous les savoirs, y compris scientifiques et le droit de se déplacer par les moyens à sa portée.
Rien de plus.
Je veux bien qu’il s’occupe de l’éduction, de la santé publique et de l’aménagement des territoires, mais seulement là où il y a carence de l’initiative privée.
« Ce qui te nous fait 9 ministères, pas plus. 1. Le chef du gouvernement (et des relations avec le Parlement) ; 2. Le ministre de l’intérieur, de la sécurité civile et des libertés publiques ; 3. Le patron de la diplomatie et des relations européennes ; 4. Son pendant, le ministre de la guerre ; 5. Le « garde-des-sots » et d’une justice qui ne rend de compte qu’à elle-même et au « kon-tribuable » ; 6. Le ministre du budget et de la fonction publique, ses personnels, pensionnés et anciens-combattants ; et trois « sous-ministres » : 7. L’instruction publique, « les arts et sciences », 8. La santé et, 9. L’équipement et les territoires.
Le reste, c’est superflu et bien trop coûteux ! »
En quoi avoir un ministre à plein temps de l’industrie, de l’économie, du travail, des régimes sociaux améliore-t-il la situation du « kon-citoyen » ?
On peut même affirmer que c’est complétement contre-productif, au moins autant que le ministre de la SNCF, de la poste ou de la « culture & des divertissements »…
 
Et les autres j’en fais quoi ?
« Je dégonfle les effectifs, quitte à leur offrir le même traitement que les militaires réformés, les aider et les former à un métier « productif », parce qu’un fonctionnaire de plus, c’est un chômeur de plus et inversement.
Tu peux vérifier, ils sont désormais en quantité égale et ne produisent rien ni les uns ni les autres, sauf des emmerdements et des normes, pour vivre au dépend de tous les autres.
Et que du coup, je peux réduire l’impôt et la taxe, redonner du grain à moudre à l’économie, aux entreprises, à leurs salariés, qui vont devoir bouffer et cotiser pour produire ce que l’État et ses démembrements ne pourront plus faire. »
Mais comme d’habitude, ce que j’en dis ou rien.
Passons… : Ils ne sont toujours pas mûrs ! 
 
Je leur ai promis d’essayer de faire un effort … plus tard : Ma « Môman-à-moi-même » m’attendait pour dîner ce soir-là.
Et là, nouvelle surprise désagréable : Comme c’est une abonnée du premier blog, je découvre sur sa machine les « pubs promises » par l’hébergeur qui vous sautent aux yeux avant même d’accéder au « chapeau » de présentation !
Moi, quand je visite, je n’ai rien : Inconnu au bataillon, pas de profil très fixé et j’efface toutes les cookies dès que je ferme une session internet (une option offerte par « Internet-Explorer »).
Elle, pas du tout : Elle se prend une palanquée de pubs idiotes pour des fringues ou des produits de beauté !
J’imagine que chez d’autres, ce doit être des offres de voyage, « d’alcools & chocolats », des sites porno ou de rencontre…
Imaginons que mon « cousin-fachot » (celui qui fait mégrétiste-dur dans le civil) soit lui-même « catalogué » par les robots : Il doit être très fier d’avoir des pubs pour des sites proposant des insignes nazillons !
Même que ça doit le renforcer dans son « autisterie » à lui que demain, sa fille finira ministre de « Marinella-tchi-tchi »… et que j’en suis déjà un adepte ! 
 
Lamentable : Comme si je pouvais contrôler le choix de ces pubs imposées.
Vraiment un « pays dégueulasse » et qui ne sent décidément pas bon !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube