Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

lundi 27 février 2017

Le scoop de la semaine dernière…

Un plan « B » comme « Bébé-roux » 
 
Un véritable carnage : Ce n’est plus une campagne présidentielle, c’est un plan-cauchemar !
Entre le nouveau binôme « antisystème » « Bébé-Roux/MacRond », auquel souscrit déjà « Ségololo » sans le dire vraiment, le prochain binôme révolutionnaire « Mes-Luches/Âme-mont » (« Ya-dos-Yoda » s’étant déjà rallié), « Marinella-tchi-tchi », « Fifi-le-voyou » devenus complètement inaudibles, comme la plupart des autres candidats, même que « Dupont-gnangnan » s’en plaint ouvertement, j’ai quand même deux bonnes nouvelles à vous annoncer et une mauvaise :
– Le « plan-C », « C » comme « Cheminable » semble fonctionner : Il aurait déjà ses 500 signatures !
– « Poux-toux », lui ne les aurait pas : C’est dire où vont les choses.
– Quant à la mauvaise, c’est que nous avons perdu 5 ans avec « Tagada-à-la-fraise-des-bois », 5 ans où toutes les planètes s’étaient alignées pour un vrai sursaut de croissance.
Eh bien on va perdre les 5 prochaines années où les planètes vont commencer à diverger…
Affreux : Comment voulez-vous vous en sortir sans rivières de sang et montagnes du ruines ?
 
Plan « B » comme Boulet… Ce gars-là, « Bébé-Roux », aura vraiment tout fait.
De « Tagada » à « MacRond » en passant par « Juppette »…
Fortiche la girouette.
Et droit dans ses bottes avec ça, sans même réclamer Matignon (paraît-il), peut-être seulement un sous-secrétariat pour lui-même et quelques circonscriptions pour « ses » fidèles qui l’auront suivi jusque-là.
Pas nombreuses, les circonscriptions, puisque ses fidèles se comptent sur les doigts d’une seule main… et encore, en étant optimiste.
C’est marrant : Il aura passé son temps à dynamiter la droâte mieux que « Mythe-errant », mais il aura aussi dynamité son propre parti : Après moâ, le désert !
Et dire qu’il adoube « MacRond » après l’avoir qualifié, d’hologramme – façon de vous expliquer qu’il s’agit d’un ectoplasme – derrière lequel se cachaient les grands intérêts financiers…
D’ailleurs, « les marchés » ne s’y sont pas « trumpés »…
À peine annoncé le ralliement du « boulet », ils ont applaudi en boostant le CACa40 et en faisant baisser les taux d’emprunt gauloisiens à 10 ans.
Oh, pas longtemps : En fait les anglo-saxons ne connaissent que « Marinella-tchi-tchi » et « MacRond ». Et pour eux ce sera l’une, et là les taux déraperont, ou l’autre, et là les taux se détendront.
 
Alors évidemment ils bichent quand ils entendent du « Boulet » : Il « est brillant, ses intuitions et son approche lui ont permis de réaliser une importante percée dans les sondages. Peut-être enfin le projet de dépassement des clivages que j’ai porté depuis quinze est à portée de main »…
Mais si !
« Qui est Emmanuel Macron ? », s’interrogeait-il pourtant le 1er février. Un candidat, qui, rappelait-il durant l’émission Dimanche politique en septembre 2016, « a été l’inspirateur de la politique économique de François Hollande… Une politique catastrophique ».
J’en suis d’accord.
« La première mesure annoncée par Emmanuel Macron est de proposer que les jeunes travaillent plus pour gagner moins », disait-il encore en décembre 2016 sur « Transe-Inter ».
Mais la critique la plus sévère intervient sur BFMTV, quand, en septembre 2016, il estime que « MacRond » est un candidat « des intérêts financiers » à l’instar de « Bling-bling » et « Déesse-Khâ ».
Et là encore, j’en suis d’accord, avec toutefois quelques nuances.
« Je suis absolument sceptique sur cette affaire (« MacRond »), et quand je dis sceptique, c’est le mot le plus modéré que je puisse choisir. Ça ne marchera pas, parce que les Français vont voir ce que cette démarche signifie, ce qu’il y a derrière tout ça, derrière cet hologramme. Il y a une tentative qui a déjà été faite plusieurs fois de très grands intérêts financiers et autres, qui ne se contentent plus d’avoir le pouvoir économique, ils veulent avoir le pouvoir politique ».
Pas bien sûr, mais c’est à suivre.
Et d’ajouter : « On a déjà essayé en 2007 avec Nicolas Sarkozy (…) en 2012 avec Dominique Strauss-Kahn… Et ce sont les mêmes forces qui veulent réussir avec Macron ce qu’elles ont raté avec Strauss-Kahn. Or pour moi, c’est absolument central, je ne suis pas pour que le pouvoir de l’argent prenne le pas sur la politique. ».
Ah oui ?
Pour tout dire, il lui trouvait des airs de « bulle de savon », d’un « homme sans densité ».
 
Et puis tout d’un coup, telle Jeanne-d’Arc entendant des voix, il résume son choix : « Ce n’est pas une volte-face, c’est une garantie obtenue… »
Ah bon ? Et pour qui ?
Le rien au milieu du néant décide de rejoindre le vide propulsé par un feu d’artifice : Le bel attelage que voilà !
En renonçant à ce qui aurait été une quatrième candidature de saut à l’élastique sans élastique à l’élection présidentielle après 2002, 2007 et 2012, il s’est « offert », donné, dans une proposition dont les exigences sont suffisamment ridicules pour ne pas être prises en compte : Il réclame ainsi une « véritable alternance » et que le programme du candidat « comporte en priorité une loi de moralisation de la vie publique, en particulier de lutte déterminée contre les conflits d’intérêts ».
La corruption, la prise illégale d’intérêts, la concussion, lui il s’en contre-cogne les roubignoles sans même se faire souffrir…
Tu m’étonnes, il n’en a peut-être pas !
 
Auquel il rajoutera, détail important, la mise en place de la proportionnelle…
Arf : Une pute au moins, quand elle se donne elle se fait payer… et ne se contente pas d’une vague « non-promesse ».
« Tout est en place pour qu’on obtienne un changement de la politique française », tout est dit : Jamais avant ça n’avait été le cas, suppose-t-on de son propos…
Et je peux vous prédire que ce ne sera pas le cas par la suite.
En fait, le jeune loup vient de bouffer le vieux roublard en saisissant l’occasion sans même lui donner un coup de griffe.
C’est que le maire de Pau a fait ses comptes : Pas sûr qu’il atteigne le score de 5 % des suffrages exprimés pour pouvoir se faire rembourser ses frais de campagne, et là, ç’aurait été sa faillite personnelle (et partisane).
Alors que désormais, il a un espoir de poursuivre sa carrière.
Avec « Juppette », il était assuré d’avoir un ministère et des circonscriptions « réservées » pour ses proches, puisque, nous l’avons déjà dit, le gagnant des primaires devient ipso-facto patron du parti…
Paf : Le looser-national aura-t-il entraîné la chute de « Juppette » ?
En tout cas il se replie sur des positions pas préparées à l’avance et va polluer la campagne de « MacRond » ?
C’est à suivre : On ne peut pas être perdant tout le temps, mais de là à penser qu’il traine une scoumoune pas croyable, y’a pas loin…
D’ici à ce qu’il ait le mauvais-œil…
 
Et voilà-voilà : « MacRond », c’est un petit gars qui fait 20 % dans les sondages, qui attire des micros et des caméras : Il faut donc que « nous dépassions nos intérêts personnels et partisans pour construire l’avenir que la France mérite », n’est-ce pas.
On pourrait trouver triste cette perte de mémoire pour le pauvre « Bébé-Roux ».
Mais le plus drôle c’est qu’il touche aussi « Manu-MacRond » puisque ce dernier, en septembre, répondait aux saillies de celui qui vient tout juste de le rejoindre : Pour lui il n’était que « le clapotis de la décadence ».
Pas faux…
Et encore pour en rajouter, le premier persiste à dire l’inverse de ce qu’il fait : Il se défend d’avoir réclamé des circonscriptions pour ses proches certes, ou une place à la tête du gouvernement en cas d’arrivée de « Manu-MacRond » à la place du Calife, mais n’en pense pas moins : « Je n’ai jamais discuté de circonscriptions pour mes proches… »
C’est assez salaud pour tous ses fidèles grognards…
« Il se trouve que je ne regarde pas la situation du pays à l’aune de mon intérêt personnel. Je ne suis candidat à rien. Je suis maire de Pau et je sais que je vais apporter tout mon effort et tout ce que je suis à l’édification d’un monde politique nouveau qui lui permettra d’entrer dans une époque où on peut s’estimer même si on n’a pas les mêmes opinions. »
Que c’est beau cette abnégation « pour le pays ».
Mais ça sonne si creux pour un mek qui aura tenté de bouffer à tous les râteliers, et même de se faire éconduire par « Ségololo » en 2002.
Ministre sous « Ballamou » puis sous « Le Chi », on n’en connait pas beaucoup des comme ça qui voient l’intérêt du pays par-dessus tout : Une vraie rigolade, finalement.
 
« Ce qui me frappe en écoutant les diverses réactions et en recevant des messages très nombreux, c’est qu’au fond les Français attendaient qu’il y ait un espoir, que quelque chose apparaisse dans cette campagne », a-t-il déclaré.
« On avait l’impression d’être dans un marécage dans lequel tous les Français s’enfonçaient. »
Qui les y avait mis au juste ?…
Pour sortir de cette situation, « il fallait que ça soit dans les actes, pas des paroles mais des actes. Cet acte a atteint, touché, un grand nombre de Français », a-t-il estimé, optimiste de lui-même.
Ah oui ? Jusqu’à provoquer un raz-de-marée ou un arrêt cardiaque de la faune-centriste ?
Qui se débat part ailleurs entre « valoisien », PRG, « Rad-soce », UDI et quelques autres pour exister.
En fait le « Mac-Momo-dem » n’a jamais pu faire d’OPA sur « les centres », même pas du temps de l’UDF, une création sui generis de « Giskard-A-la-Barre » pour dire qu’il existait lui aussi…
« Mac-Momo-Dem » démissionne face à « MacRond » : Que de la « malbouffe » qui se bouffe entre-elle… Ça va faire de la place pour d’autres.
Et il en rajoute : « L’enjeu de cette alliance, c’est de rendre l’espoir à des Français déboussolés », a-t-il expliqué. « Je crois que cette alliance peut faire entrer dans la réalité ce qui apparaissait impossible. Si nous y parvenons, nous pouvons faire de grandes choses ensemble. »
Encore faut-il y parvenir…
 
Or, force est de constater que de toute façon, y’en a une qui ne dit rien mais n’en pense pas moins.
« Fifi-le-voyou » étrillé, la « gôche » divisée comme jamais, le « centre-mou » qui a ses vapeurs éthérées, un coup sur sa droâte, un coup sur sa « gôche » pour espérer survivre, même si ça prend la forme d’un suicide politique avéré, elle a vraiment toutes ses chances de passer dès le premier tour.
Et ça deviendra possible dès qu’elle entrera en campagne, au lieu d’aller faire le guignol en terres mahométantes.
Là, déjà, son refus du voile devant le mufti local au Liban, elle donne des leçons à tout le monde…
Personnellement, j’aimerai la voir devant le pape-François : Le port du voile y est une marque de respect.
Passons.
Car là, c’est plutôt une mauvaise nouvelle.
Notez que le bon côté des choses, c’est que je pourrai retrouver un bulletin « Cheminable » du « plan C » pour les deux prochains tours si on en fait deux…
Comme prévu depuis juin 2014, date de création de ce blog, justement pour cette exacte raison.

2 commentaires:

  1. Je n'ai toujours pas compris les raisons qui vous poussent à voter Larouche....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parce que je suis sûr que celui-là n'arrivera jamais à faire de mal à mon pays à moi-même en se faisant élire !
      ET je ne veux pas en être responsable, de près ou de loin...

      Mais je vote, parce que ne pas voter, c'est faire le jeu du "F.haine" qui compte sur les abstentionnistes pour passer au premier tour.

      Ca vous va ?

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube