Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

mardi 19 janvier 2016

Mensonge d’État(s)… ?


Ils persistent dans le déni absolu !

De temps à autre, je vous tiens au courant des avancées du dossier des « Milliards perdus de la division Daguet ».
Pas vraiment concerné, sauf en qualité d’encore honnête citoyen de mon pays, la « Gauloisie des voyous » (ce pays qui est le mien et que j’aime quand même tant…), j’ai l’honneur de vous en avoir fait plusieurs romans « en ligne » (et je m’apprête à en rajouter une couche), en réponse aux dires du « Capitaine Haddock », dit jusqu’ici « l’Ami-râle » (parce que selon Hergé lui-même, un homme de sa qualité ne peut pas rester éternellement que commandant de bord après Dieu Lui-même, mais mérite bien d'être étoilé et le titre « d’amiral » ! Cf. Tintin chez les Picaros).

Depuis, il est relayé par quantité de médias « alternatifs » (mais pas subversifs) et d’associations, notamment d’anciens combattants et autres « vétérans » des Opex actuelles et celles d’un autre millénaire, notamment de la division Daguet engagée au Koweït en 1991, qui demandent des comptes quant à leur sort de « chair à canon » souffrant entre-autre du « syndrome du golfe » pris très au sérieux partout ailleurs, hors la « Gauloisie-autiste ».

On a même pensé que 2014 serait marqué par une tentative de putsch jusque sur les Champs-Élysées, après les déboires de politique intérieure de l’époque, mais ça s’est calmé avec les « rallonges » obtenues du ministre du moment, par les officiers d’état-major qui ont réussi à mettre un frein quasi-définitif aux réductions de budget et d’effectif de la « grande-muette ».
Pas sans quelques soutiens opportuns.
Et puis depuis, il y a eu l’affreuse année 2015 et ses attentats : On reviendra d’ailleurs sur leur histoire secrète cet été, car les armes utilisées ont parlé depuis.
Et oui, chaque arme a sa propre identité et donc son histoire particulière : Il suffit de la remonter pour découvrir des filières tout-à-fait inattendues et là, les services de renseignement sont en principe très fort… a posteriori seulement, hélas !

Mais revenons au dernier épisode que vous pourrez retrouver sur le site d’alerte-éthique animé par notre « Ami-râle :
Il reprend le texte très officiel (JO AN) de la République à moi-même :
Question N° 88412 de M. Patrick Hetzel (Les Républicains-démocrates - Bas-Rhin)
Question écrite
Ministère interrogé >  Défense ; Ministère attributaire >  Défense ; Rubrique > politique extérieure ; Tête d'analyse > Iraq ;
Analyse >  guerre du Golfe. Financement. Informations. 

Question publiée au JO le : 15/09/2015 page : 6936
Réponse publiée au JO le : 05/01/2016 page : 132
Date de changement d'attribution: 08/12/2015

Texte de la question :
« M. Patrick Hetzel attire l'attention de M. le ministre de la défense sur les indemnités de la guerre du Golfe de 1991. Le New York Times du 8 septembre 1992 révèle que les banques du Koweït, des Émirats Arabes Unis et d'Arabie Saoudite ont viré directement 84 milliards de dollars aux pays de la coalition. Il souhaite savoir si la France a touché ces financements. » 

Texte de la réponse :
« Le ministère de la défense ne dispose d’aucun élément ni d’aucune information permettant d’établir que la France aurait perçu des sommes, transitant par les banques centrales du Koweït, des Émirats Arabes Unis et d’Arabie Saoudite, correspondant à des indemnités de guerre versées aux pays de la coalition ayant participé à la guerre du Golfe en 1991. »

Naturellement, c’est dans la droite ligne de tout ce qui avait pu être répondu depuis la fin des années 2000 sur le sujet par les ministres successifs du budget, de l’économie et de la finance, de la guerre et de la défense nationale, par tous ceux qui les ont interrogé sur le sujet, de « drôate » comme de « gôche ».
On n’a rien touché, mais nuance, des « banques centrales ».
Et là, permettez-moi d’en rire à m’en faire péter ma panse au niveau de ma côte manquante, ôtée dernièrement par un chirurgien gaulois à Monaco !

Parce que là, le mensonge est flagrant !
Et depuis le début.
Souvenez, je cite Monsieur « Rôle-lent-Du-Mas » et son administration :
« 
Communiqué du ministère des affaires étrangères en date du 25 février 1991 sur l'attribution à la France d'une aide financière du Koweït.

Circonstances : Annonce, le 25 février 1991 par l'émir du Koweït, d'un don de 1 milliard de dollars à la France au titre de son effort militaire dans le Golfe.

L'Émir du Koweït vient de faire savoir au Président de la République française qu'il avait décidé de contribuer à hauteur d'un milliard de dollars à l'effort militaire français pour la libération de son pays.
- Au moment où les soldats français sont engagés dans l'action terrestre destinée à mettre fin à une longue et cruelle occupation, la France apprécie hautement cette manifestation de solidarité. »

Là encore, vous pouvez vérifier tant que le lien n’est pas censuré (ce qui ne devrait plus tarder), et je vous y encourage vivement pour vous faire votre propre religion en toute liberté … et conscience citoyenne !

Parce que bon, il faut rester logique et vous rappeler que le 25 février 1991, un lundi si mes souvenirs sont bons, c’est le premier jour de l’offensive terrestre « Sabre du désert » qui refoulera loin en Irak les troupes de Saddam Hussein hors du Koweït envahi le 2 août précédent.
Une bataille de « 100 heures » qui se terminera le 28 février par un cessez-le-feu unilatéral après que l’Irak accepte la totalité des résolutions de l’ONU relatives à son « coup de force », d’opération qualifiée par mes soins à l’époque de « main-basse sur le grisbi » de son voisin (les champs de pétrole, mais aussi une partie du Trésor Koweïtien – on parlera plus tard de 48 milliards de dollars pillés dans les coffres des banques et palais – et 15 milliards de dettes non-remboursée, contractée en plus des 45 milliards prêtés par l’Arabie-Saoudite pour financer la première guerre du Golfe contre l’Iran)…
Belle façon de redevenir solvable, finalement.

Aussi, dans ces conditions pour revenir à nos soucis « Franco-Gaulois », nous avons deux ministres qui se contredisent à un quart de siècle d’écart.
Y’en a-t-il forcément un qui ment ?

Pas tout-à-fait : Ils disent tous les deux la vérité.
L’un a bien reçu l'annonce honorée du milliard promis et remercie vivement, mais pas d’une « banque centrale » mais directement de la cagnotte de l’Émir qui en dispose en Suisse (environ 248 milliards en avait-on supposé à l’époque).
L’autre ne les a jamais vus arriver en comptabilité publique.
C’est comme ça.

Et ils ont cherché depuis que « l’Ami-râle » et derrière lui les pilotes « d’Air-Transe » (on cause beaucoup dans les cockpits entre deux vacations radios) depuis 1998 et la fameuse grève « dure » qui s’est arrêtée en plein vol sous la menace de la révélation de cette disparition d’argent, celui du sang de nos soldats, toutes revendications des PNT acceptées d’emblée et d’un seul tenant, sans même la moindre négociation…
Étonnant, d’autant qu’on vient de revivre à peu près le même épisode en fin d’année dernière : Intraitable et la mémoire longue, les personnels navigants.

Mais rien de probant, ni à travers les douanes (forcément l’argent koweïtien n’a jamais franchi la frontière hexagonale), ni les services fiscaux (la DNEF saisie par « l’Ami-râle » qui dispose de moyens que vous ne pouvez même pas imaginer) dès que ça ressort quelle que part.
Même les américains ont mis sur la piste nos pandores sur les fichiers « Clearstream », puisque c’est là que c’est en principe « compensé », sans succès.
Plus tard, ils ont inventé le groupe AZF qui posait des bombes sous les voies de la SNCF. C’était sous « Le chi » et ça lui en « a touché une mais pas l’autre » selon la formule consacrée de l’époque.
Puis encore, ils ont su faire basculer Hervé Falciani qui part de Suisse avec quantité de DVD piratés des comptes gérés par sa banque employeuse. Celui-là ne court pas se réfugier aux USA pour bénéficier du programme de protection des témoins, non, il va voir le « juge en solex » sis promenade des anglais à Nice !
Curieuse destination, non ?
Mais rien n’en sort, toujours rien, hors quelques milliers de « repentis-fiscaux », pas plus.

Pire, quand « Le Che », ministre de la guerre à l’époque, déjà pas très chaud pour envoyer de la troupe sur place en bon objecteur de conscience qu’il a toujours été, il manque de se prendre, sur place, un Scud sur le crâne à noël 1990, il ne veut pas finir en pièces détachées et colle sa démission fin janvier 1991, avant le début de l’offensive terrestre et il sauve ainsi sa peau.
« Béret-Go-voit », lui ne supporte pas vraiment les indices de corruption manifeste qui l’entourent une fois arrivé à Matignon, après être passé par le ministère des finances, là où l’on voit où non les sous qui passent…
C’est tellement terrible pour lui comme cas de conscience, lui qui avait fait un discours de politique générale assurant qu’il s’attaquerait à la corruption du pays qui le gangrène, tel qu’il profite des attaques tous-azimuts dont il est victime depuis le fameux « prêt-Peu-là », qu’il trouve le moyen de se suicider de deux balles tirées de l’arme de son garde-de-son-corps : Fort !
Et puis dans la foulée, ce sont les vétérans qui doivent rembourser les sommes promises qu’ils auraient touché en avance, que même certains se sont retrouvés « suicidés » à leur tour. Et en final, l’ami de trente ans, « Grosse-Ouvre » qui finit par se tirer une balle d’une arme, tellement ces secrets-là lui insupportent au moral, qui n’est pas la sienne dans les combles du château élyséen : Bé oui, on tue pour garder secret ses secrets, au moins depuis Boulin !
C’est ça l’État-mafieux et pas autre chose.
Alors depuis, on nie avoir reçu quoique ce soit, des fois que le premier qui l’ouvre, il fasse le pigeon du tir au pigeon.

Bon, pour être honnête, il y a la possibilité théorique mais improbable que les koweïtiens aient menti dès l’origine : Ils n’auraient jamais voulu dépenser autant d’argent pour des croisés, au moment même où on libère leur pays pour eux-mêmes, tiens donc !
Or, il n’y a jamais eu de démenti de quelle que sorte que ce soit à la déclaration du ministre des « affaires étranges » de février 1991.
Hypothèse absurde, d’autant que par la suite, ils ont payé tant et plus aux pays de la coalition, que ce serait encore plus contradictoire avec les réalités historiques : Le petit-milliard consenti à la « Gauloisie mythe-errandienne », ce n’est qu’un petit glaçon par rapport au reste de l’iceberg qui dérive depuis.

Reste donc plus qu'une seule explication logique : Entre le moment où le paquet de dollars décolle des comptes koweïtiens et celui où il est censé atterrir sur celui du Trésor Gaulois, il s’est … évaporé !
Vous le savez, ce n’est pas possible et les fichiers américains, le programme Promis, et des banques de compensation tracent tout.
Que donc, le milliard a tout simplement été détourné par une tierce personne, inattaquable, forcément, sans ça on en aurait entendu parler.
Personne inattaquable de l’extérieur parce qu’elle est légitime, inattaquable en « Gauloisie-dépouillée », parce qu’elle est tout autant légitime, devenue même une icône par la suite, sauf pour « Tonton Yoyo » qui parle, plus tard, d'un « devoir d'inventaire ».
Et qu’en plus le bonhomme gère ses secrets de mains de maître, y compris dans sa vie personnelle et même intime.
Je ne désigne bien sûr personne : Vous traduirez vous-même comme vous l’entendrez !
Mais c’est la condition indispensable pour qu’un quart de siècle plus tard, tout le monde se tait encore.

Et pour en savoir plus, désormais, on attend la réponse sans doute identique, à la même question posée au même ministre, en tout cas similaire, par « Du-Pont-Gnangnan » (DLF) avant de poser une énième question : « Comment expliquez-vous cette contradiction évidente ? »
Et question subsidiaire : « Pour quelle raison aucune action d’enquête des services n’a été réalisée jusqu’ici ? »

Et là, ce sera le début de la fin des institutions de la cinquième République, déjà bien branlantes, mes pauvres ami(e)s.
Et je serai très triste, figurez-vous, qu’elle ait pu être dévoyée par tant de crapuleries !

Bien à vous tout de même !

I3

7 commentaires:

  1. Concernant "l'histoire secrète des armes", j'attire votre attention sur ceci : http://www.voltairenet.org/article189888.html

    Merci de nous faire part de l'avancé du Dossier de votre "Ami-râle" ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà qui confirme, presque point pour point, mes "propres" informations, elles-mêmes recoupées entre elles.
      Convergence d'époque : L'information commence enfin à filtrer : Il serait temps.
      Reste à savoir d'où ça vient pour ne pas se faire piéger par une "manipulation outrageuse".
      C'est en cours de mon côté...

      Notez que j'avais la puce à l'oreille qui me démangeait, lorsque j'avais appris, puis confirmé par infogreffe, de la cession de l'Hypercaher attaqué par "Coulis-Bali", juste quelques jours avant l'attaque de janvier 2015.

      En soi, rien de spectaculaire, hors le procédé mais qui était parfaitement légal et la concordance hasardeuse des dates.
      En revanche, ce qui était curieux, c'étaient les "intermédiaires" dans cette affaire de cession de fonds de commerce : On y retrouvait la trace de KKR.
      Bon, là encore, rien d'étonnant dans la mesure où ce fonds a fait de nombreuses affaires depuis des décennies dans le commerce alimentaire, notamment parisien : Il a été un temps patron des biscuiteries Belin à Evry et à travers Nabisco, mais aussi des supermarchés Franprix.
      Un bout de l'empire hérité par la veuve d'un des deux "K", une sublime black, de toute beauté, que je croisais dans les congrès où j'intervenais et qui avait élu domicile à Paris... dans les beaux-quartiers.
      Plus exactement de la société Baud, détentrice de l'enseigne et codétentrice de l'enseigne Leader-Price avec la famille Lévy, grands faiseurs-épiciers dans la kapitale, mais surtout de la base parisienne qui alimente tout ce beau monde depuis l'origine après-guerre.
      Ils ont presque tout bouffé, y compris les "Luce" d'avant-guerre (les meilleurs emplacements), une partie des Félix-potin (ceux qui étaient les plus rentables, les autres ont été dépecés entre Promodès d'abord qui a été absorbé par Carrefour ensuite, et les "nuls" par des associés de chez "Nicolas", l'enseigne des vins, qui y ont perdu tout ce qu'ils savaient, y compris quelques vignobles bordelais, les "frères..." je ne sais plus qui, installés dans le 16ème), etc.
      Bon, jusque-là, rien d'étonnant.

      Sauf que KKR a eu embauché entre temps le fameux général Peatrus héros d'Afghanistan, ex-patron de la CIA viré par "Haut-Bas-Mât" juste après sa réélection et l'attentat de Benghazi qui a vu périr l'ambassadeur US, un ami personnel d'"Hilare-rit", après un assaut des locaux du consulat local où il s'était réfugié, qui a duré plus de 4 heures et que personne ne semblait avoir prévu.
      Bref, une exécution pure et simple.

      Peatrus est consultant chez KKR, pour les affaires internationales et de sécurité et une de ses collaboratrices est intervenue dans cette cession de fonds de commerce parisien.
      Je crois en avoir fait un billet sur ce blog à l'époque et ça me chatouille l'oreille toujours autant.

      Merci pour le renseignement, cher Anonyme !

      Et bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
    2. @ Anonyme : La suite qu'en donne "l'Ami-Râle" lui même à lire sous le lien :

      http://euroclippers.typepad.fr/alerte_ethique/2016/01/guerre-du-golfe-lettre-%C3%A0-patrick-hetzel.html#comments

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
  2. Intéressant, c'est plutôt moi qui vous remercie pour tous ces éléments que vous nous divulguez sans cesse !
    Si je peux "contribuer", c'est toujours avec un grand plaisir et c'est "la moindre des choses".

    Concernant la vente de l'Hypercacher, n'y-t-il pas exactement la même chose qui s'est produite avec la vente du Bataclan juste avant les attentats ?
    Je ne sais plus où j'ai lu ça...

    totalement HS, mais il est intéressant de voir que Mr Chevallier à gagner contre Noyer/BDF : http://chevallier.biz/2016/01/les-nuls-de-la-banque-de-france-la-justice-confirme/ (lui qui avait été précédemment amandé par l'AMF...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, on se pose déjà la question !
      Mais là, je suis un peu "sec" de renseignement sensible pour le moment pour pouvoir bâtir une opinion utile.

      Si c'est avéré, on peut penser alors qu'il ne s'agit ni plus ni moins que de geste de "mauvaise humeur" entre racketeurs.
      Mais j'ai d'autres sources qui m'ont indiqué que les attentats de janvier et surtout de novembre seraient un "mouvement de mauvaise humeur" contre "François III" lui-même.
      On n'aurait pas apprécié le manque de solidarité du pays à l'égard des russes et des sanctions qui vont avec (et commencent à porter sérieusement effet sur l'économie russe qui s'isole de plus en plus, malgré les tentatives d'ouverture vers l'Iran et la Chine : Celles-ci ne produiront d'effets que dans plusieurs années...).
      Le petit-déplacement de l'automne à Moscou, passé inaperçu dans la presse, du président a fait hérisser les poils et cheveux de plus d'un...

      Ceci étant, la encore, "ma puce à l'oreille" m'a démangé : On ferme les frontières deux jours avant dans la perspective de la Cop21 de fin du mois.
      Ce qui n'empêche nullement les terroristes soudain pressés de mourir d'aller et venir de Belgique en toute liberté.
      Normalement, et par précaution, on aurait dû ajourner la réunion internationale, cible de choix pour tout apprenti-djihadiste, où la déplacer.
      Et là, pas du tout : On maintient et même "Baraque-Haut-Bas-Mât" fait le déplacement !
      Même les coréens du nord, alors que seul manque le pape et son encyclique écolo "Loué sois-tu !"...

      Un président américain qui n'avait pas fait le déplacement en janvier (un G80 quand même) alors que l'israélien l'avait fait et a même croisé tous ses ennemis boulevard Voltaire.
      Forcément, c'est que la menace avait été écartée, en conclus-je logiquement.

      Oui, mais chez nous, nos pandores pataugeaient grave et le plan vigie-pirate, mobilisant la biffe, est toujours en vigueur tout comme "l'état d'urgence".
      Donc, nos services n'écartaient rien pour ne pas être au courant : Et là, rien ne se passe.
      Curieux non ?

      Serait-ce que "d'autres" savaient qu'il n'y avait plus aucun risque ?
      Et pouvaient se promener dans "Das-Gross-Paris" pendant une semaine complète en toute quiétude ?
      Question subsidiaire si la réponse devient positive : Qui donc a déclenché les attaques de novembre, notamment au Bataclan (mais aussi ailleurs et au stade de France réunissant là encore quelques huiles...) ?

      De bien curieuses coïncidences qui devraient en interpeler plus d'un.

      Pour ce qui est que l'affaire de la BdF, il est clair qu'il y a manipulation comptable.
      Là, je ne suis pas au courant plus que ça, mais il est devenu d'un classique (antérieur d'ailleurs à la norme IRFS) de ne compter ses pertes que quand elles se réalisent. Pas tant qu'elles ne sont que virtuelles !
      D'ailleurs, le prix de l'or varie encore à la hausse et à la baisse.
      Et j'admets que la comptabilité d'une banque n'est pas celle du commun des mortels : Normalement, elles sont obligées de compter aussi les engagements "hors-bilan", donc même les gains et pertes virtuels, même quand elles ne les ont pas réalisées.
      Autrement dit, c'est un peu tempête dans un verre d'eau, mais une tempête bien réelle, puisque c'est comme ça que la HSBC suisse a déclenché la crise des subprimes.
      Mais ça portait sur des titres en portefeuille qu'on ne savait plus valoriser, pas sur des engagements hors-bilan.
      Depuis, on compte tout et c'est justement - entre les lignes - le sujet du billet de demain sur ce blog : On est tous au bord d'un précipice insondable qu'on nous cache en totalité !

      A suivre et merci pour les quelques compliments que je ne mérite pas : Ce n'est pas moi qui fait le "trisomique-autiste", dois-je rappeler...

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
  3. Merci pour cette synthèse.
    J’ai reçu une demande d’un ancien du 2èm RIMA pour une lettre à destination des députés.
    Cela devrait être pris par des anciens de Daguet.

    Bien à vous

    « L’Ami-Râle »


    Monsieur le député,

    J’ai appris, par M. Jean-Charles DUBOC, qu’une question a été posée à Monsieur Jean-Yves LE DRIAN, Ministre de la Défense, par M. Patrick HETZEL, député du Bas-Rhin, le 15/09/2015, au sujet de l’absence de trace dans la comptabilité publique d’une somme correspondant aux indemnités qui aurait dû être versées au titre de la guerre du Golfe de 1991.

    La question est celle-ci :
    Patrick HETZEL attire l’attention du Ministre de la Défense sur les indemnités de la guerre du Golfe 1991. Le New York Times du 8 septembre 1992 révèle que les banques du Koweït, des Émirats arabes Unis et d’Arabie Saoudite ont viré directement 84 milliard de dollars aux pays de la coalition. Il souhaite savoir si la France a touché ces financements.
    Le texte de la réponse, publiée au Journal Officiel du 05/01/2016, est celui-ci :
    Le ministère de la Défense ne dispose d’aucun élément ni d’aucune information permettant d’établir que la France aurait perçu des sommes, transitant par les banques centrales du Koweït, des Emirats arabes Unis et d’Arabie Saoudite, correspondant à des indemnités de guerre versées aux pays de la coalition ayant participé à la guerre du Golfe en 1991.

    Cette réponse du ministre de la Défense est pour le moins surprenante car il est possible de trouver, sur le site de la direction de l’information légale et administrative, un communiqué du 25 février 1991, date du deuxième jour de l'offensive terrestre, relatif à l’attribution à la France d’une aide financière du Koweït :
    « Communiqué du ministère des affaires étrangères en date du 25 février 1991 sur l'attribution à la France d'une aide financière du Koweit.
    Circonstances : Annonce, le 25 février 1991 par l'émir du Koweït, d'un don de 1 milliard de dollars à la France au titre de son effort militaire dans le Golfe.
    L'Emir du Koweït vient de faire savoir au Président de la République française qu'il avait décidé de contribuer à hauteur d'un milliard de dollars à l'effort militaire français pour la libération de son pays.
    - Au moment où les soldats français sont engagés dans l'action terrestre destinée à mettre fin à une longue et cruelle occupation, la France apprécie hautement cette manifestation de solidarité. »

    Je ne peux que constater que, d’un côté, le ministère de la Défense déclare qu’il n’y a aucun élément, ni aucune information qui permettent d’établir que la France a reçu des sommes correspondant à des indemnités de guerre au titre de la guerre du Golfe, tandis que, de l’autre, un communiqué du ministère des affaires étrangères, en date du 25 février 1991, précise que l’Emir du Koweït a fait un don d’un milliard de dollars pour contribuer à l’effort militaire français pendant la guerre du Golfe !…

    Aussi je me pose plusieurs questions :

    Monsieur Roland DUMAS, ministre des Affaires Etrangères au moment des faits, (et son administration), est-il un menteur, ou messieurs les ministres de la Défense, de l’Economie, du Budget et des Douanes, sont-ils des menteurs ?...
    Ou alors, s’ils ne le sont pas, comme on veut bien le croire, faut-il en déduire qu’un milliard de dollar s’est perdu avant d’arriver à Paris ?...
    Dans ce cas-là, qu’a-t-il été entrepris par les gouvernements actuels et antérieurs pour retrouver ces fonds en cette période difficile pour les budgets ?...

    Les faits sont suffisamment graves pour que soit envisagé, me semble-il, la création d’une commission d’enquête parlementaire.

    Je vous prie de bien vouloir agréer, monsieur le Député, l’expression de ma plus haute considération.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est même meilleur que mon texte à moi !
      Il est bien, le "vétéran"...
      Et moi je ne suis qu'un "plumitif".
      Normal, j'ai été enfant de "l'ékole-pue-blique" qui n'apprend ni à lire, ni à écrire, ni à compter...

      Passons : S'ils sont plusieurs à avoir le courage d'écrire de la sorte chacun à leur député et/ou sénateur, là, l'exécutif va être dans une position intenable !
      Et ce sera bien le début de "l'hyper-scandale" annoncé et la fin des institutions de la Vème République (que je pleurerai) !

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube