Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

samedi 19 octobre 2019

Le droit de la filiation…

Trois arrêts, sinon rien !
 
Encore récemment, on causait de PMA, de GPA, d’égalité, de fraternité, de Liberté et de sexualité-parentale. Un droit de la famille en pleine mutation pour une « humanité-renouvelée » et (peut-être) plus… humaine.
Pendant ce temps-là, les tribunaux œuvrent dans le silence des débats Parlementaire à démêler des situations inextricables entre particuliers qui se déchirent « l’enfant » dans des situations nouvelles, au regard de la loi votée précédemment.
 
Deux arrêts, du même jour, pour deux cas similaires, et un troisième, pour changer de sexe.
 
Cour de cassation – Première chambre civile
Audience publique du mercredi 26 juin 2019
N° de pourvoi :18-17767
Non publié au bulletin  
 
Mme Batut (président), président
SCP Le Bret-Desaché, SCP Thouvenin, Coudray et Grévy, avocat(s)
 
REPUBLIQUE FRANCAISE
AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS
 
LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l’arrêt suivant :
 
Sur le moyen unique, ci-après annexé :
 
Attendu, selon l’arrêt attaqué (Bordeaux, 3 avril 2018), qu’E… J… est née le (…) de Mme J…, sans filiation paternelle déclarée ; que, lors de sa naissance, sa mère partageait la vie de Mme T…, avec laquelle elle s’est mariée le 4 juillet 2015 ; que, les deux femmes s’étant séparées le 31 mai 2016, Mme T… a saisi le juge aux affaires familiales afin de se voir attribuer un droit de visite et d’hébergement sur l’enfant ;
 
Attendu que Mme T… fait grief à l’arrêt de rejeter sa demande ;
 
Attendu qu’ayant relevé, d’abord, que Mme T…, qui n’avait été qu’associée au projet de maternité de Mme J…, n’a pas tenu à établir de liens de droit durables avec l’enfant, n’ayant engagé aucune procédure d’adoption de l’enfant pendant le temps de son mariage, ensuite, qu’elle n’a élevé cette dernière que jusqu'à l’âge de deux ans, celle-ci ne démentant pas que le quotidien de l’enfant était pris en charge par sa mère, enfin, qu’elle n’établit pas pouvoir accueillir sereinement l’enfant, alors que celle-ci paraît souffrir de la situation de conflit liée à la séparation du couple, la cour d’appel, qui n’avait pas à suivre Mme T… dans le détail de son argumentation, a souverainement estimé, sans dénaturation, qu’il n'était pas de l’intérêt actuel de l’enfant de maintenir des liens avec elle ; que le moyen, nouveau, mélangé de fait, et, partant, irrecevable en sa dernière branche, n’est pas fondé pour le surplus ;
 
PAR CES MOTIFS :
 
REJETTE le pourvoi ;
 
Condamne Mme T… aux dépens ;
Vu l’article 700 du code de procédure civile, rejette les demandes ;
 
Ainsi fait et jugé par la Cour de cassation, première chambre civile, et prononcé par le président en son audience publique du vingt-six juin deux mille dix-neuf.
 
Intérêt de l’enfant d’abord, pas de possession d’état, pas d’adoption, la rupture des deux femmes entraine la rupture d’avec la gamine…
Affaire similaire suivante :
 
Cour de cassation – Première chambre civile
Audience publique du mercredi 26 juin 2019
N° de pourvoi :18-18548
Non publié au bulletin  
 
Mme Batut (président), président
SCP Foussard et Froger, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s)
 
REPUBLIQUE FRANCAISE
AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS
 
LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l’arrêt suivant :
 
Sur le moyen unique, ci-après annexé :
 
Attendu, selon l’arrêt attaqué (Angers, 26 mars 2018), qu'L… Y… est né le (…) de Mme Y… , sans filiation paternelle déclarée ; que, lors de sa naissance, sa mère partageait la vie de Mme D…, avec qui elle avait conclu un pacte civil de solidarité le 29 février 2008 ; qu’après leur séparation en mai 2015, Mme D… a saisi le juge aux affaires familiales en fixation de la résidence de l’enfant en alternance au domicile de chacune d’elles et, à titre subsidiaire, d’un droit de visite et d’hébergement ;
 
Attendu que celle-ci fait grief à l’arrêt de rejeter sa demande de droit de visite et d’hébergement ;
 
Attendu qu’ayant relevé, d’abord, que l’enfant, qui était âgé de moins de 6 mois lors de la séparation de sa mère et de sa compagne, n’a jamais pu identifier cette dernière en tant que personne ayant pris soin de lui et n’a pu garder le souvenir de manifestation de la part de celle-ci de sentiments affectueux, d’une protection ou d’une attention de nature parentale, ensuite, que l’éventualité d’un droit de visite accordé dans un contexte de contrainte placerait l’enfant dans une situation de conflit de loyauté, qui l’exposerait à un risque de danger psychique, enfin, que Mme D… ne justifie pas de liens affectifs durables avec L…, ni d’une durée significative durant laquelle elle aurait pourvu à son éducation et à son entretien, la cour d’appel, qui n’était pas tenue de s’expliquer spécialement sur les éléments de preuve qu’elle décidait d’écarter, a souverainement estimé qu’il n’était pas de l’intérêt actuel de l’enfant de maintenir des liens avec Mme D… ; que le moyen ne peut être accueilli ;
 
PAR CES MOTIFS :
 
REJETTE le pourvoi ;
Condamne Mme D… aux dépens ;
Vu l’article 700 du code de procédure civile, rejette les demandes ;
 
Ainsi fait et jugé par la Cour de cassation, première chambre civile, et prononcé par le président en son audience publique du vingt-six juin deux mille dix-neuf.
 
Mêmes causes, mêmes effets.
Sauf qu’on note qu’un « mariage » (pour toutes) produit exactement les mêmes effets qu’un PACS quant à la relation avec l’enfant.
De toute façon, l’intérêt de l’enfant prime dans tous les cas, même en cas d’absence déclarée et incontestée de père.
 
Dans le premier arrêt du 26 juin 2019, un couple pacsé se sépare, l’ex-partenaire de Pacs se voit refuser la résidence alternée et le droit de visite et d’hébergement demandé pour l’enfant âgé de six mois, au motif que ce dernier n’a pas eu le temps d’établir des liens affectifs suffisants avec la compagne en raison de son âge et que la situation de conflit entre les deux femmes pouvait lui créer une souffrance.
Dans le deuxième arrêt, le couple marié (pour tous) se sépare. L’ex-épouse se voit refuser le droit de visite et d’hébergement demandé pour l’enfant âgé de deux ans, n’ayant engagé aucune procédure d’adoption durant ces deux années. Elle n’a pas non plus assumé le quotidien de l'enfant durant cette période, ni établi de liens affectifs suffisants. Dans ce contexte, le maintien des relations risque là aussi de placer l’enfant dans une situation de conflit de loyauté contraire à son intérêt, compte tenu des conflits entre les deux femmes.
 
La Cour de cassation rappelle ainsi que, dans les deux situations, même si les proches ont vécu de manière stable avec chacun des enfants et ont pourvu à leur entretien et éducation, ils ne peuvent avoir de droit dans un contexte défavorable à l’épanouissement de l'enfant.
 
Et puis troisième arrêt, plus récent et plus conséquemment motivé… autour d’une GPA :
 
Cour de cassation - Première chambre civile
Arrêt n° 785 (18-20.472)
Du 12 septembre 2019
 
Président : Mme Batut
Rapporteur : Mme Le Cotty, conseiller référendaire
Avocat général : Mme Caron-Déglise
Avocat(s) : SCP Boullez - SCP Alain Bénabent - SCP Piwnica et Molinié
 
REPUBLIQUE FRANCAISE
AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS
 
Demandeur(s) : M. A… X…
Défendeur(s) : M. B… Y… ; autres
 
Sur le moyen unique :
 
Attendu, selon l’arrêt attaqué (Rouen, 31 mai 2018), que MM. X… et Z… ont contracté avec Mme C…, épouse D…, une convention de gestation pour autrui, aux termes de laquelle celle-ci devait porter, contre rémunération, l’enfant qu’elle concevrait à l’aide du sperme de l’un ou de l’autre ; qu’au cours de la grossesse, M. Z… a reconnu l’enfant ; qu’en mars 2013, Mme C… a indiqué au couple que celui-ci était décédé à la naissance ; qu’ayant appris qu’il était vivant et avait été reconnu par M. Y…, au foyer duquel il demeurait depuis sa naissance, M. X… a déposé plainte à l’encontre de Mme C… pour escroquerie ; que tant Mme C… que MM. X… et Z… et M. et Mme Y… ont été condamnés pénalement ; qu’il a été établi, au cours de l’enquête pénale, d’une part, que M. X… était le père biologique de l’enfant, d’autre part, que Mme C… avait décidé de confier l’enfant à naître à M. et Mme Y…, contre rémunération, sans faire état de l’existence de « l’insémination artisanale » à l’origine de sa grossesse et du couple X…-Z… ; que, selon son acte de naissance, l’enfant E… Y… est né le (…) à La Chaussée-Saint-Victor (Loir-et-Cher) de Mme C… et de M. Y…, qui l’a reconnu le (…) ; que, le 19 juillet 2013, M. X… a assigné M. Y… et Mme C… en contestation de la paternité du premier et en établissement de sa propre paternité sur l’enfant ; qu’il a demandé le changement de nom du mineur, l’exercice exclusif de l’autorité parentale et la fixation de sa résidence chez lui ;
 
Sur le moyen unique, pris en ses troisième, cinquième, sixième et septième branches, ci-après annexé :
 
Attendu qu’il n’y a pas lieu de statuer par une décision spécialement motivée sur ces griefs qui ne sont manifestement pas de nature à entraîner la cassation ;
 
Sur le moyen, pris en ses première, deuxième et quatrième branches :
 
Attendu que M. X… fait grief à l’arrêt de déclarer irrecevables ses demandes en contestation de la paternité de M. Y… et en établissement de sa propre paternité sur l’enfant E… Y…, alors, selon le moyen :
 
1°/ qu’en l’état du litige opposant le père biologique de l’enfant au père d’intention qui l’a reconnu à la suite d’une procréation pour autrui, l’illicéité de la gestation pour autrui ne constitue pas une fin de non-recevoir à l’exercice par le père biologique d’une action tendant tant à établir la filiation biologique de son enfant qu’à contester sa filiation à l’égard du parent d’intention qui l’a reconnu frauduleusement après avoir également conclu un contrat de mère porteuse ; qu’en décidant le contraire, la cour d’appel a violé les articles 6 et 16-7 du code civil et de l’article 8 de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales ;
 
2°/ qu’en l’état du litige opposant le père biologique de l’enfant au père d’intention qui l’a reconnu à la suite d’une procréation pour autrui, l’illicéité de la gestation pour autrui ne constitue pas une fin de non-recevoir à l’exercice par le père biologique d’une action tendant tant à établir la filiation biologique de son enfant qu’à contester sa filiation à l’égard du parent d’intention qui l’a reconnu frauduleusement après avoir également conclu un contrat de mère porteuse ; qu’en déclarant irrecevables les demandes de M. X…, comme reposant sur un contrat de mère porteuse illicite, quand l’enfant avait été remis par la mère à M. Y… qui l’avait reconnu en exécution d’un contrat de mère porteuse, la cour d’appel qui a déduit un motif inopérant, en violation des articles 6 et 16-7 du code civil et de l’article 8 de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales ;
 
3°/ que l’impossibilité d’établir un lien de filiation paternelle constituant une ingérence dans l’exercice du droit au respect de la vie privée de l’enfant, il appartient au juge d’apprécier si, concrètement, elle ne porte pas une atteinte disproportionnée au droit au respect de la vie privée de l’intéressé, au regard du but légitime poursuivi, et en particulier, si un juste équilibre est ménagé entre les intérêts publics et concurrents en jeu ; qu’en se déterminant en considération de l’intérêt supérieur de l’enfant qui a tissé des liens affectifs avec ses parents d’intention depuis quatre ans, à la date à laquelle elle statuait, après avoir déclaré irrecevables les demandes de M. X…, comme reposant sur un contrat de mère porteuse illicite, la cour d’appel, qui n’a pas opéré un tel contrôle de proportionnalité, a violé l’article 8 de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales ;
 
Mais attendu, d’abord, qu’aux termes de l’article 16-7 du code civil, toute convention portant sur la procréation ou la gestation pour le compte d’autrui est nulle ; que, selon l’article 16-9 du même code, ces dispositions sont d’ordre public ; qu’ayant relevé que l’action de M. X… en contestation de la reconnaissance de paternité de M. Y…, destinée à lui permettre d’établir sa propre filiation sur l’enfant, reposait sur la convention de gestation pour autrui qu’il avait conclue avec Mme C…, la cour d’appel en a exactement déduit que la demande était irrecevable comme reposant sur un contrat prohibé par la loi ;
 
Attendu, ensuite, que l’arrêt énonce que la réalité biologique n’apparaît pas une raison suffisante pour accueillir la demande de M. X…, au regard du vécu de l’enfant E… ; qu’il relève que celui-ci vit depuis sa naissance chez M. Y…, qui l’élève avec son épouse dans d’excellentes conditions, de sorte qu’il n’est pas de son intérêt supérieur de voir remettre en cause le lien de filiation avec celui-ci, ce qui ne préjudicie pas au droit de l’enfant de connaître la vérité sur ses origines ; qu’il observe qu’il en est ainsi même si la façon dont ce lien de filiation a été établi par une fraude à la loi sur l’adoption n’est pas approuvée, et précise que le procureur de la République, seul habilité désormais à contester la reconnaissance de M. Y…, a fait savoir qu’il n’entendait pas agir à cette fin ; qu’ayant ainsi mis en balance les intérêts en présence, dont celui de l’enfant, qu’elle a fait prévaloir, la cour d’appel n’a pas méconnu les exigences conventionnelles résultant de l’article 8 de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales ;
 
D’où il suit que le moyen n’est pas fondé ;
 
PAR CES MOTIFS :
 
REJETTE le pourvoi ;
 
Ceux-là sont marrants : 1 seul gamin, 3 pères, un faux, un vrai et un accueillant marié pour une seule mère biologique… vénale !
Je te vous jure…
D’ailleurs j’aime bien la formule de conception « artisanale » !
C’est quoi au juste sinon que les deux meks s’y sont attelés l’un et l’autre ?
De toute façon, la solution est la même : L’intérêt de l’enfant, point-barre !
Et l’intérêt de l’enfant, selon son vécu, n’est pas de faire primer la réalité biologique.
Ce qui ne préjudicie pas au droit de celui-ci de connaître la vérité sur ses origines. Et il en est ainsi alors même que la façon dont le lien de filiation actuel de l’enfant a été établi repose sur une fraude à la loi sur l’adoption.
 
À noter : C’est la première fois que la Cour de cassation se prononce sur les conséquences d’une convention de gestation pour autrui conclue en « Gauloisie-sexuelle » et sur la possibilité pour le père biologique de contester la paternité de l’homme qui a reconnu l’enfant aux fins de faire établir sa propre paternité.
L’affaire présentait en outre une spécificité : En effet, si le père biologique avait méconnu l’interdit de la gestation pour autrui, la filiation de l’auteur de la reconnaissance de paternité reposait également sur une fraude : Celle à la loi sur l’adoption.
La réponse est nette : L’illicéité d’ordre public de toute convention portant sur la procréation ou la gestation pour le compte d’autrui, posée par les articles 16-7 et 16-9 du Code civil, rend irrecevable l’action du père biologique destinée à lui permettre d’établir sa propre filiation sur l’enfant.
Une telle action permettrait l’établissement d’un lien de filiation certes biologique mais reposant sur une convention prohibée par la loi. La solution conforte la prohibition de la GPA inscrite dans le droit gauloisien (jusqu’à plus tard…) et empêche toute personne qui aurait bravé cette interdiction de se prévaloir d’un lien de filiation avec l’enfant issu d’une telle convention.
 
Et s’interrogeant par ailleurs sur la balance des intérêts en présence, la réponse de la Cour de cassation est tout aussi nette : L’intérêt supérieur de l’enfant n’est pas de faire primer la réalité biologique, mais, au contraire, de préserver la stabilité de son lien de filiation paternelle, quand bien même ce dernier a été établi par une fraude à la loi sur l’adoption.
La Cour de cassation précise toutefois que cette stabilité ne préjudicie pas au droit de l’enfant de connaître la vérité sur ses origines. Entre les deux fraudes, les Hauts magistrats ont choisi de préserver les conditions de vie de l’enfant, au détriment de « la réalité biologique qui n’est pas une raison suffisante pour accueillir la demande ».
 
Cette dernière solution peut de prime abord surprendre au regard d’autres décisions, rendues dans des cas où se trouvaient confrontés l’intérêt supérieur de l’enfant et la réalité biologique et où la dimension biologique de la filiation a primé sur une filiation établie (Cf. CEDH 14-1-2016 n° 30955/12 Mandet c/ France et Cass. 1ère civ. 7-11-2018 n° 17-26.445 où il a été jugé que le changement du lien de filiation de l’enfant à la suite de l’action exercée par l’amant de la mère ne portait pas d’atteinte au droit au respect de la vie privée, l’intérêt supérieur de l’enfant étant de connaître sa filiation réelle ; ou encore CEDH 26-6-2014 n° 65192/11 Mennesson c/ France, célèbre affaire dans laquelle la réalité biologique a permis l’établissement du lien de filiation entre un père et ses enfants nés d’une GPA à l’étranger).
Cependant, l’intérêt de l’enfant n’est pas une notion abstraite et figée et peut, au contraire, conduire à maintenir le lien de filiation établi indépendamment de la réalité biologique (Cf. CEDH 20-6-1999 n° 27110/95 Nylund c/ Finlande ; CEDH 5-6-2002 n° 33711/96 Yousef c/ Pays-Bas ; CEDH 26-7-2018 n° 16112/15 Fröhlich c/ Allemagne).
 
Personnellement, je ne sais pas si, si un jour la GPA sera permise dans notre droit, mais de toute façon, même si la loi règle le sort du citoyen né de la sorte à l’étranger, il me paraît difficile de régler le sort « familial » avec une loi fixant dans le marbre les critères à remplir pour le gamin quand on a affaire à des situations aussi tordues que celles-là.
Bon courage pour le législateur.
 
Et bonne journée à toutes et à tous !
 
I3

vendredi 18 octobre 2019

Les stupides de la semaine

Miss Monde
 
Au cours de la compétition pour le titre de Miss Monde, on pose une question aux candidates pour tester leur capacité à faire face à une situation gênante.
« – Miss Angleterre, comment décririez-vous l’organe mâle dans votre pays ?
Nous l’appelons un gentleman.
Pourquoi ?
Parce qu’il se lève quand il voit une lady.
Miss États-Unis, comment décririez-vous l’organe mâle dans votre pays ?
Eh bien, je dirais qu’aux États-Unis qu’il est comme un rideau.
Qu’est-ce qui vous fait dire ça ?
Parce qu’il retombe quand l’acte est terminé.
Miss Espagne, comment décririez-vous l’organe mâle dans votre pays ?
L’organe mâle dans notre pays est exactement comme notre taureau.
Qu’est-ce qui vous fait dire ça ?
Parce qu’il charge chaque fois qu’il voit une ouverture.
Miss France, comment décririez-vous l’organe mâle dans votre pays ?
Eh bien, je dirais que dans notre pays on l’appelle une rumeur.
Qu’est-ce qui vous fait dire ça ?
Parce qu’il court de bouche en bouche.
Miss Suisse, comment décririez-vous l’organe mâle dans votre pays ?
Eh bien, je dirais qu’il est comme un banquier à l’opéra.
Qu’est-ce qui vous fait dire ça ?
Il veut toujours entrer en vitesse et sortir un quart d’heure avant la fin du spectacle.
Miss Sénégal, comment décririez-vous l’organe mâle dans votre pays ?
Eh bien, je dirais qu’il est comme un paysan.
Qu’est-ce qui vous fait dire ça ?
Parce qu’il travaille nuit et jour.
Miss Grèce, comment décririez-vous l’organe mâle dans votre pays ?
Eh bien, je dirais qu’en Grèce il est comme un voleur.
Qu’est-ce qui vous fait dire ça ?
Parce qu’il aime entrer par la porte de derrière.
Miss Tchèque, comment décririez-vous l’organe mâle dans votre pays ?
Eh bien, je dirais qu’il est comme une Lada.
Qu’est-ce qui vous fait dire ça ?
Il a l’air robuste mais ne tient pas la route.
Miss Canada comment décririez-vous l’organe mâle dans votre pays ?
Je dirais qu’il est comme le gouvernement.
Qu’est-ce qui vous fait dire ça ?
Il agit peu et il est vite remplacé
Miss Italie, comment décririez-vous l’organe mâle dans votre pays ?
Ah ! Si le mâle pouvait avoir la capacité de s’en servir aussi longtemps qu’il a la capacité d’en parler…
Quel bonheur pour nous Mesdames ! »
 
Jean-Marc veut faire une petite blague à sa femme.
Alors qu’elle est en train de prendre sa douche, il arrive sans bruit derrière elle et lui attrape les seins en disant :
« S’ils étaient un peu plus fermes, tu n’aurais pas besoin d’acheter de soutien-gorge. »
 
Le lendemain, une fois de plus il lui fait une blague en arrivant derrière elle et en lui mettant les deux mains sur le cul, puis en disant :
« Si elles étaient un peu plus fermes, tu n’aurais pas besoin de mettre une gaine. »
Le lendemain, comme le mari sort de la douche, sa femme lui attrape le sexe et lui dit :
« S’il était un peu plus ferme, je n’aurais pas besoin de coucher avec Jean-Paul ! »
 
Jean-Marc veut remercier tous mes ami(e)s qui lui ont envoyé des chaînes de courriels pendant toutes ces années.
« Que ferais-je sans tous ces précieux conseils ?
Car, grâce à votre bonté,
1. J’ai arrêté de boire des Coca-colas car il paraît que c’est excellent pour nettoyer les lavabos.
2. Je ne vais plus au cinéma tellement j’ai peur de m’asseoir sur une aiguille infectée par le virus du SIDA ! Heureusement que j’ai reçu ces courriels.
3. Je pue car je ne mets plus de déodorisant. Paraît que les désodorisants peuvent causer le cancer.
4. Je ne stationne plus la voiture dans aucun parking car j’ai peur qu’on me donne un échantillon de parfum pour me droguer et puis me voler !
5. Je ne réponds plus au téléphone, car on peut me demander d’appeler un numéro long et stupide, et après, je vais recevoir une facture infernale pour mes appels en Ouganda.
6. Je ne bois plus des boissons en canettes car je peux attraper une maladie des selles ou de l’urine de rat !
7. Quand je sors dans les boîtes de nuit, je ne drague plus les filles, même celles qui me font des avances.
Hé ! Je ne suis pas un imbécile. Je sais qu’elles peuvent, une fois à l’hôtel, me droguer pour m’enlever un rein, et le revendre sur le marché noir.
8. J’ai versé aussi toutes mes économies sur le compte d’une pauvre petite fille qui était malade à l’hôpital plus au moins 7.000 fois.
(C’est d’ailleurs très drôle : Cette petite fille a toujours 8 ans depuis 1995…)
9. J’attends toujours un rabais par la poste pour l’achat de mon téléphone cellulaire, ainsi que les billets que j’ai gagné pour Disneyland.
10. J’ai remis 21 fois la boum que j’organise le jour où je reçois ma caisse de bière gratuite, et mes copains invités, m’engueulent.
À toutes et tous un GRAND MERCI !
11. Si tu n’envoies pas par e-mail le lien de ce pos dans les prochaines 10 minutes, à au moins 200 personnes, un oiseau va chier sur ta tête demain après-midi ! »
 
Jean-Marc et sa femme se rendent compte que si leur fils grandit en taille, son sexe reste minuscule.
Ils contactent le pédiatre qui leur conseille de faire manger à leur fils beaucoup de tartines.
Le lendemain matin, Germaine se lève la première, comme d’habitude, et prépare une énorme pile de tartines.
Lorsque son fils arrive dans la cuisine, elle lui dit :  
« Prend les deux tartines en haut de la pile. Toutes les autres sont pour ton père. »
 
Jean-Marc et Jean-Paul sont partis tôt le matin vers 6 heures.
Pour vaincre le froid ils ont bu une bonne rasade d’eau-de-vie.
À 10 heures ils se sont arrêtés pour un casse-croûte qu’ils ont fait descendre d’un grand coup de vin rouge.
Vers 11 heures ils ont goûté au petit vin blanc qu’ils avaient amené, c’est pour digérer.
À 13 heures ils se sont arrêtés pour déjeuner à l’Hôtel-bar-restaurant « Le rendez-vous des chasseurs »
Apéro, c’est ma tournée, c’est la tienne, c’est la nôtre, c’est celle du patron. Vin blanc, vin rouge et digestifs…
Il est 16 heures et ils sont tous les deux complétements bourrés.
Et ils parlent (enfin ils essaient) chasse.
« T’as vu le lièvre qui est parti devant moi » dit Jean-Marc en saisissant son fusil et en l’épaulant…
« – Vous êtes dingues » dit la patronne derrière son comptoir « de jouer avec un fusil dans un bistrot…
« – Ouais » dit Jean-Paul « t’es un peu con de tripoter ton fusil comme ça…
– Mais non, il n’est pas chargé… Patronne remettez-nous un calva…
– Et les pigeons qu’il continue, ils sont partis sous mon nez… Alors vieux, j’ai tiré comme ça… »
Jean-Marc empoigne son fusil, le soulève et… PAN ! … le coup part dans le plafond !
« – Je vous l’avez bien dit » fait la patronne.
« – Ah merde », dit l’imprudent « je croyais pas qu’il était chargé. ».
« – Mon plafond, vous l’avez bouzillé mon plafond… Et Nom de Dieu, la petite bonne qui fait la sieste dans sa chambre juste au-dessus. Vous l’avez peut -être tuée. »
Les deux gaillards se précipitent dans l’escalier et redescendent, rassurés.
« Non, ça va. La petite bonne n’a rien ! Elle dormait les jambes écartées, les plombs sont passés entre ses cuisses. Mais votre mari, lui, il est méconnaissable ! »
 
Trois femmes, mortes en même temps, dans un accident de train, se présentent devant Saint-Pierre.
« – Quelle genre de vie avez-vous mené ? » demande le vieil homme à la première.
« – J’ai aidé mon prochain toute ma vie, j’ai prié tous les jours, j’ai…
– OK ! Ok ! N’allez pas plus loin. Voici la clé du paradis. »
La deuxième s’approche…
« – Et vous ? Qu’avez-vous fait de votre vie ?
– Bien, j’ai aidé les autres du mieux que je pouvais. Bien entendu, il m’est arrivé de faire de petites bêtises, mais rien de sérieux…
– OK ! OK ! Voici la clé du purgatoire. Ça ne devrait pas être trop long. »
Arrive la troisième.
« – Et puis vous ? Qu’avez-vous fait de bon sur Terre ?
– Moi ? Je n’ai semé que du plaisir et du bonheur autour de moi. La fête tous les soirs dans les bars, j’ai couché avec des hommes, des femmes, j’ai bu les meilleurs vins, fait les plus beaux voyages, etc. J’ai…
– OK ! OK ! Voici votre clé…
– L’Enfer ?
– Non, chez moi. »
C’est toujours au paradis.
Saint Pierre accueille 10 femmes qui sont mortes la même journée.
« Que toutes les femmes qui ont trompé leur mari fasse un pas en avant. »
Et neuf femmes sur les dix présentes avancent d’un pas.
À ce moment-là, Saint Pierre se retourne vers Dieu et lui dit :
« Et qu’est-ce qu’on en fait de la sourde ? »
 
Suit un homme (à ces mêmes portes du paradis !)
« – As-tu déjà accompli une action extraordinaire », lui demande St-Pierre ?
« – Oui ! Sur la route, j’ai rencontré un groupe de motards qui voulait faire un mauvais parti à une jeune fille. J’ai arraché l’anneau au sourcil du chef, distribué des coups de pied à droite et à gauche, crevé les pneus de deux ou trois motos, et sauvé, je crois, l’honneur de la jeune fille.
– Bien. Très bien. Quand cela s’est-il produit ?
– Il y a environ 5 minutes… »
 
La petite fille passe devant la chambre de ses parents et la porte est ouverte…
« Woua ! Et maman qui ne veut pas que je suce mon pouce ! »
 
C’est tout pour aujourd’hui…
Bonne fin de semaine à toutes et tous !
 
I3

Ma bibliothèque (1)

Ma bibliothèque (1)
L'ouvrage que vous tenez devant vos yeux ne devrait pas exister...

Bibliothèque de "mon Gardien" (3)

Bibliothèque de "mon Gardien" (3)
Opus inédit...

Bibliothèque de "mon Gardien" (2)

Bibliothèque de "mon Gardien" (2)
Humour extraterrestre

Bibliothèque de "mon Gardien"

Bibliothèque de "mon Gardien"
Première reprise