Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

mardi 1 août 2017

Les dessous de la Colbertisation de « Mak-Rond »


Et c’est « Pruneau-Le-Mère » qui s’y colle…

Mais oui, le très « libéral » de chez « Républicains-démocrates », qui ne jurait que par un dégraissage du mammouth de la fonction publique, supposant quand même quelques « délégations de service public » vers la « sphère privée », objet de toutes les polémiques de la « primaire de la Droâte & du Centre », qui se retrouve à jouer les « Monte-et-bourre-la », bien de la « gôche-soce » ex-post « Mythe-errant-dienne » et sa volée de nationalisations, avec ses « coups de menton », Arcelor-Mittal, Titan & Cie, je trouve ça absolument extraordinaire !
Pas vous ?
D’autant qu’ils s’épuisent à trouver 10 milliards d’économie, n’en ont identifié que le quart et songent à vendre vos « bijoux de famille » pour passer sous la barre des 3 pourcents de déficit dans l’urgence de la fin d’année…

Qu’on y songe tout de même, le constat est flagrant : Les dogmes explosent dès le premier contact avec les réalités ! Je ne fais que de vous prévenir de « l’immense fatuité » de tous ces « donneurs de leçons », ces « trisomiques-autistes » de « sachants » qui sachent mieux que vous, et paf, leurs certitudes les mieux ancrées, les plus enracinées, disparaissent à la première « contrariété »…
Comme pour mieux me donner raison.
Ils sont décidément tous fabuleux dans cet exercice de ne « surtout pas me contredire ».
Jamais, alors que je n’ai pas toujours raison, mais pas toujours tout faux non plus, manifestement.
Passons et « décryptons » un peu…

Bon de quoi s’agit-il ? Bé « Fincantieri », une entreprise concurrente « ritale » qui possède déjà 48 % du capital social des chantiers de St-Nazaire, souhaite, avec l’accord du management local, monter en puissance et tenter de faire face à tous les autres, créer une sorte « d’Airbus du chantier naval », pour atteindre la « taille critique » garantie de croissance pour l’avenir face aux chinois, Coréens, américains et même russes.
Un projet industriel.
La mariée est d’ailleurs mignonne sur le papier : Les « Ritaux » se fendent se promesses alléchantes, 100 millions d’investissements à Saint-Nazaire, de préserver la totalité des emplois sur place pendant cinq ans, de reconduire la plupart des contrats de sous-traitant, de maintenir la R&D en « Gauloisie-navale » (les bureaux d’ingénierie) et, pour ne rien gâcher, un accès prioritaire de l’État « gauloisien » aux carènes pour ses besoins militaires.
Tu penses, c’est du chiffre d’affaires.
Certes, on peut « acheter » un concurrent pour le dépecer (les mauvaises habitudes des « anglo-saxons » à l’instar d’un « Nanar-Tapis », ex-ministre de la vile de chez « Mythe-errant ») mais on peut aussi et surtout « acheter » des compétences et des outils de production pour mieux grandir.
Pas fous les « ritaux ».

Mais voilà, ils ont déjà fait le ménage en Méditerranée – avec les ibériques – à Marseille, à La Ciotat, alors ils sont devenus suspects.
Un peu comme quand « Air-Transe » a repris KLM/Sabena et qu’ils souhaitaient mettre la main sur Alitalia pour trois roupies et six cents.
La culture capitaliste-colbertiste du capitalisme de copinage, ça a la vie dure : On nationalise direct.
Car à « Paris-sur-la-plage » on aurait officiellement vu rouge, de colère…
Réaction furieuse du ministre « Ritalien » de l’Économie et des Finances, Pier Carlo Padoan, traduit sans détour l’amertume mêlée de colère qui se fait jour dans son pays après une « nationalisation temporaire » desdits chantiers navals par l’État « Gauloisien-qu’à-pas-un-rond », je ne vous dis pas dans la presse locale…
Les « Ritaliens » se sentent floués avec cette « nationalisation » au rabais : 80 millions – pris en charge par l’agence des participations de l’État (APE) – pour détenir quelques pourcents-manquants…

« Manu-Mak-Rond » le jupitérien a dû en prendre son bigophone pour appeler le président du Conseil, Paolo Gentiloni, et calmer Pier Carlo Padoan, le ministre transalpin de l’Économie et des Finances : Ils l’ont mauvaise et leurs réactions traduisent sans détour l’amertume mêlée de colère qui se fait jour dans « la botte-transalpine ».
Qu’ils en disent prendre « acte avec regret que les accords passés avec le gouvernement français précédent ont été répudiés par le nouveau. »
Eh oui, il y avait déjà un accord et le management de Fincantieri n’est pas en question. « Franchement, nous ne comprenons pas pourquoi. Il n’y a aucune raison pour laquelle Fincantieri ne puisse disposer de 51 % de STX France. Il me semble que ce revirement ne peut s’expliquer que par un manque de confiance envers les partenaires italiens. Si c'est le cas, c’est inacceptable ! »

On ne peut rien comprendre à l’affaire STX si l’on oublie que cette version remixée des chantiers navals de Saint-Nazaire revêt un intérêt stratégique majeur. Il s’agit en effet du seul chantier naval où la « Gauloisie-navale » pourrait, le jour J, construire les plus gros navires de guerre.
Impossible, en théorie, d’en céder la propriété à un groupe étranger…
Souvenez-vous, lors des déboires en justice de la maison mère (coréenne) de STX, Fincantieri a donc raflé 48 % du groupe pendant que l’État en prenait 33 %. Le compromis obtenu par le précédent ministre de l’Industrie comportait toutefois une clause (en principe de 60 jours), avec un droit de préemption de l’État sur les parts de Fincantieri.
C’est cette clause que votre ministre a fait jouer.
Ce qu’il ne dit pas, c’est que la « Gauloisie-inamicale » est liée aux conditions de commande par le croisiériste armateur MSC de gros paquebots à STX. Or, en son temps, MSC avait exigé de pouvoir faire construire ses plus beaux bateaux par un chantier qui ne soit pas sous la coupe de Fincantieri, lié à un concurrent de MSC (Carnival).
De là à penser que l’intérêt objectif de Fincantieri était de couler STX pour favoriser Carnival, il n’y a évidemment qu’un pas. Assez débile, mais passons.
D’autant que ce ne serait qu’un procès d’intention…

Jusqu’ici, donc, personne ne peut reprocher à votre « sinistre de l’économie » de prendre les positions qu’il prend, et d’annoncer aux Italiens que la « Gauloisie-Mak-ronienne » conservera au moins 50 % de STX.
C’était prévisible…
Le problème est dans la suite également prévisible du dossier. « Pruneau-le-Mère » a déjà annoncé qu’il vendrait des participations de l’État dans des entreprises pour financer un plan d’innovation à 10 milliards. Quelques jours plus tard, il propose un mouvement inverse : Nationaliser des chantiers navals !
Où est la cohérence ?
Il faut chercher longtemps pour trouver, parce qu’il n’y en a pas : Elle est donc ailleurs, la « motivation-première ».

C’est que… Une fois l’État devenu propriétaire, sa tentation sera de revendre ses parts, comme ce fut évoqué au premier semestre, à MSC. Rappelons là encore que le croisiériste italien avait envisagé de candidater au rachat de STX devant la justice coréenne, dans un consortium intégrant le néerlandais Damen.
Pour des raisons non encore expliquées, cette offre n’a pas été présentée.
En revanche, il est très probable que, en cas de rachat de 100 % de STX, l’État réalise cette opération prévue de longue date.
Et… de se rappeler tout d’un coup que l’ancien directeur financier de MSC n’est autre que… l’actuel secrétaire général de l’Élysée, « Alex-six-Kohl-heure » !
À qui l’on attribue désormais de nombreux ratés « mak-roniens (notamment la « petite crise d’autorité » vis-à-vis du général « Deux-Villes-Liées » [*]).
Propre que tout ça, finalement, pour une « Ripoux-blique-irréprochable »…

Voilà donc comment la boucle est bouclée : « Alex-six-Kohl-heure », avant 2015, fut administrateur de STX au titre de la représentation de l’État. Lorsque « Mak-Rond » s’est mis « en marche ! », il a cumulé les fonctions de directeur financier de Mediterranean Shipping Company (MSC) et de soutien actif du futur président.
Et hop ! Le voici secrétaire général de l’Élysée à un moment où MSC pourrait bénéficier d’une mesure favorable de l’État.
On comprend mieux pourquoi le gouvernement a exigé que les hauts fonctionnaires ne soient pas concernés par les dispositions de la loi sur la moralisation concernant les conflits d’intérêt…
Bé oui, ça manque au projet de loi voté la semaine dernière, qui ne concerne (c’est le cas de le dire : Des « kons-cernés »…) que les seuls « élus », aucun autre…
(Cf. le post de la veille !)
Le capitalisme de connivence, décidément : Les « libéraux » auraient décidément plus que raison de séparer les affaires d’État (le pouvoir régalien) des autres affaires, il n’y a pas à péter.

Alors tout ce qu’on vous annonce par ailleurs – plans sociaux évités, maintien de l’emploi, des « savoir-faire », tout ça-tout ça – dites-vous bien que ce sont des konneries en barre.
Une nationalisation temporaire, qui va donc cesser sous peu, destinée à « négocier dans les meilleures conditions » quant à l’avenir des chantiers navals, après l’échec des discussions avec le groupe italien Fincantieri, c’est du pipeau.
Une première depuis la vague de nationalisations du pouvoir soce en 1981, aurait pour objectif de « défendre les intérêts stratégiques de la France », a assuré le sinistre de l’Économie, lors d’une conférence de presse.
Et de préciser dans la foulée que : « Les chantiers navals de Saint-Nazaire n’ont pas vocation à rester sous le contrôle de l’État ».
Je cite : « Nous voulons avoir toutes les garanties, je dis bien toutes, que ces savoir-faire ne partiront pas un jour dans une autre grande puissance économique mondiale non européenne, pour être très précis », a-t-il ajouté, dans une allusion à peine voilée à la Chine.
La veille, il avait lancé un ultimatum aux autorités « ritaliennes », les enjoignant d’accepter « un contrôle à parts égales » de STX France. « Si jamais nos amis italiens refusent la proposition honnête qui leur est faite, l’État exercera son droit de préemption », avait-il prévenu.
Inutile de dire qu’à Rome, cet ultimatum a été accueilli par une fin de non-recevoir (et plus si affinités). « Il n’y a aucune raison pour que Fincantieri renonce à la majorité et au contrôle » de STX, a assuré le ministre des Finances « ritalien ». Forcément Fincantieri n’a « pas besoin de STX à tout prix », a prévenu de son côté son patron, Giuseppe Bono.
« Nous considérons grave et incompréhensible la décision du gouvernement français de ne pas donner suite à des accords déjà conclus ». 

Et de rappeler que selon l’accord initial, le constructeur italien devait reprendre d’abord 48 % du capital des chantiers et rester minoritaire pendant au moins huit ans, épaulé par l’investisseur italien Fondazione CR Trieste à hauteur d’environ 7 %. Les actionnaires gauloisiens, dans cet équilibre, ne devait disposer que de 45 % du groupe. La proposition-jupitérienne, transmise à Rome, laissait pourtant à Fincantieri 50 % du capital, les autres 50 % revenant à l’État « Gauloisien » (via Bpifrance), Naval Group (ex-DCNS) et aux salariés du groupe…

Quant à la direction de STX France elle en dit que « ce nouveau délai est fâcheux car il prolonge une longue période d’incertitude qui est nuisible à notre entreprise, notamment au développement de nos activités nouvelles et au montage de nos financements ».
Et avec un culot monstrueux, le gouvernement « Gauloisien » propose depuis d’élargir les négociations concernant les chantiers navals de STX France à une coopération militaire pour bâtir « un grand champion de l’industrie navale européenne ». Dans un entretien au Journal du Dimanche, le sinistre précise, que le président-jupitérien entendait ainsi faire « un geste d'ouverture » en étendant les négociations à une coopération militaire.
« Jusque-là on partait sur une base de coopération dans le secteur industriel civil », rappelle le sinistre qui va voir ce « que nous pouvons faire dans le secteur militaire, dans les navires de surface ».
« Bâtissons un grand champion de l’industrie navale européenne », propose-t-il. Et maniant la carotte et le bâton, il réaffirme qu’en cas d'échec de ces négociations-là, « nous chercherons d’autres repreneurs ».
Oui, je veux : Des chinois, par hasard ?

Maintenant que l’État-gauloisien détient 100 % du bidule, il s’agit de faire faire une plus-value bienvenue à quelques « happy-few », je n’en doute pas : C’est qu’il y a des stock-options (ou autre chose) à rémunérer en douce, forcément et quelques « intermédiaires » indispensables au deal prévu et à celui en cours.
Et jusque-là, l’opération n’était probablement pas assez « juteuse », voire « stérile » sur ce point pour les nouveaux principaux intéressés.
Alors pourquoi pas, d’autant que ce sont vos impôts qui font l’avance de la trésorerie, en toute démocratie délibérative et débatteuse…

Vous vous souvenez de l’affaire des sous-marins de Karachi ? Les rétro-commissions prépayées et le veto du « Chi » dès qu’il a été élu, qui s’est traduit par un attentat dont ont été victimes 10 ingénieurs et techniciens de la DCN…
Probablement qu’on ne tue plus pour si peu – quoique… – mais c’est exactement un schéma, sinon identique, tout au moins similaire : « Tagada-à-la-fraise-des-bois », qui a conclue l’accord originel n’est plus là pour voir tomber la manne.
Rappelons que le même ne s’était pas trop fait prier pour renoncer à livrer les « Mistral » des mêmes chantiers navals à « Poux-tine », contrat signé en grandes pompes sous le mandat de son propre prédécesseur, « Bling-bling » soi-même…
Vous avez suivi ?
Parfait.
Et c’est quitte à tordre le cou à tous les dogmes, naturellement, il n’y a pas d’autre solution « à ce jeu-là ».
Ce qu’ils ont fait.

(*) J’ai appris ce week-end, et sous toutes réserves habituelles et coutumières, que l’éviction du général « Deux-Villes-Liées » ne serait absolument pas due à sa « sortie » devant la commission défense de l’Assemblée Nationale.
C’est vrai que c’est plutôt un homme trop bien éduqué et relativement bien « averti » des préséances protocolaires pour s’éviter de sortir le « je ne vais pas me laisser baiser comme ça » qui aurait provoqué l’ire jupitérienne.
Pas très crédible, finalement, même si c’est le prétexte resté officiel.
D’autant que son successeur est à peu-près sur la même ligne « politique & budgétaire », comme tous les autres.

La vraie raison – d’après cette source « sûre » qu’il reste à « recouper » –, tiendrait dans le peu d’empressement de l’état-major à empêcher l’attentat prévu le 11 juillet dernier contre « Manu-Mak-Rond » par des djihadistes…
Ils avaient été prévenus et seules les forces de police ont dû faire le boulot en solo et sans appui de la « grande-muette »…
De là à y voir un complot…
Les dates et les circonstances sont effectivement cohérentes entre-elles.
Le reste, ce sont des « faux-nez » sous « fausse barbe » livrés à l’opinion publique.
Une fois de plus, que du vent, un vaste écran de fumée…

Trop court pour reprendre l’info – la vérifier, la corréler – et l’intégrer au « roman d’été » à suivre.
Ce qui va m’obliger à penser à « sa suite » qui n’était pas encore prévue.
Si j’ai le temps, je m’en occupe ultérieurement, promis.

6 commentaires:

  1. Un gouvernement réaliste et pragmatique, finalement…

    J’avais bien noté que « Alex-six-Kohl-heure » avait été directeur financier de cette très importante compagnie maritime.
    D’ailleurs, je lui ai envoyé une copie de la lettre envoyée dans la « boite à idée » d’Édouard où je propose de lancer une étude pour construire des grands voiliers-écoles pour créer une ligne La Havre St-Pétersbourg.

    C’est évidemment un peu gros comme projet et il faut au minimum trois à quatre mois pour réaliser une étude préliminaire.
    A suivre…

    (*)
    « …le peu d’empressement de l’état-major à empêcher l’attentat prévu le 11 juillet dernier contre « Manu-Mak-Rond » par des djihadistes… »

    Aïe !... Aïe !...Aïe !...
    Que s’est-il passé pour qu’il y ait un tel ressentiment de l’Etat-major envers notre « Président-Jupitérien » ?...

    A mon modeste niveau, et compte-tenu de quelques connaissances des « dessous de la Ripoux-Blik », j’ai fait un petit rapprochement entre les « réactions jupitériennes » et les attentes financières des « étoilés ».
    Et là, ça décoiffe un peu car on est quand même en période de guerre (même si elle n’est pas déclarée) et on a vraiment besoin de fonds pour financer nos opérations en Irak, en Syrie et au Sahel.

    Que s’est-il passé depuis l’élection de notre Chef « Jupiter » ?...
    Un courrier a d’abord été envoyé à « Jupiter lui-même » par Atama, un ancien combattant du Golfe, qui ne lâche pas le morceau :
    http://www.alerte-ethique.com/2017/07/indemnit%C3%A9s-de-la-guerre-du-golfe-lettre-de-rappel-au-pr%C3%A9sident-de-la-r%C3%A9publique.html

    Le « Capitaine Haddock » a lui aussi fait un modeste rappel au fait qu’il manque toujours 16 à 17 milliards d’euros dans les comptes de la Défense :
    http://www.alerte-ethique.com/2017/05/lettre-ouverte-%C3%A0-emmanuel-macron-pr%C3%A9sident-de-la-r%C3%A9publique.html

    Et si on ajoute les deux courriers d’Atama qu’il a adressés l’un au Premier ministre et l’autre à la toute nouvelle Ministre de la Défense, on est sûr qu’un solide rappel a été fait et que nos « étoilés » ont demandé à « Jupiter en personne» : « Qu’est-ce que vous faites à ce sujet Chef ?... ».
    Réponse probable : « Bah rien !... Fermez vos gueules !... »

    D’où le terrible ressentiment des « étoilés » qui détestent passer pour des « Pov-Kons » et doivent en plus supporter que le nouveau gouvernement continue à entretenir une Omerta sur l’affaire du détournement des indemnités de la guerre du Golfe en 1991, alors que la Défense est « à l’os » tant au niveau des équipements que des effectifs.

    Evidemment, tout cela n’est qu’une hypothèse à vérifier mais il faut bien en faire !...

    Bien à vous !..

    Haddock

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes, mais une hypothèse tout-à-fait crédible...
      De mon côté, je vais essayer de savoir de quoi il retourne, mais c'est sans garantie.
      D'abord je pars en mer, coupé de tout, et d'autre part "mes sources" partent également "ailleurs", coupé de tout.
      Et puis peut-être qu'on ne saura jamais ce qui s'est passé... Pas "grande-muette" pour rien non plus !

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
    2. Au petit matin je me suis réveillé en pensant à cette affaire et à une hypothèse encore plus grave et qui serait compatible avec le côté « sociopathe » de « Menu-Mak-Rond » déjà révélé par quelques déclarations déjà devenues célèbres (les « Rien », je suis « le Chef », …)

      Vous savez que notre « Président jupitérien » a tout à fait la possibilité de lancer des « Opérations Homos », pour « homicide », qui consistent à faire liquider des cibles.
      En bref, ce sont des « assassinats d’Etat » et on sait que « Hole-Land » en a lancé pas mal d’après le livre de Vincent Nouzille.
      On le sait aussi parce que « l’Ex-sanguinaire » l’a reconnu lui-même dans un entretien avec des journalistes.

      Et si le « Chef » avait extrêmement mal pris les courriers envoyés par le « capitaine Haddock » ?... Au point de demander aux services de liquider ce « Kasse-kouilles » qui sévit depuis de nombreuses années et dont il a pris connaissance des écrits lors de son passage au secrétariat du Château puis aux « Phynances » ?...
      Une hypothèse qui n’est pas absurde d’autant plus que l’un des proches « Kon-Celliers » de « Jupiter », le cinglé « @ali » (il faut euthanasier les Vieux…) est trempé jusqu’au cou dans l’affaire du détournement des indemnités de la guerre du Golfe (petite info qui va faire plaisir aux Services…)

      Réponse des « étoilés » qui lancent ce type d’opération : « On ne liquide pas un de nos agents !... ».
      Vous voyez les « Services » liquider des correspondants de la DGSE sur ordre d’un « Chef » corrompu et pourri jusqu’à la moelle ?...

      Parce que le « Chef » est tellement intelligent qu’il n’a du tout pris la mesure de la situation (la pensée du chef est complexe) et que si les « services » commencent à liquider ceux qui travaillent pour eux, et prennent des risques élevés, c’est la fin même du Service et de l’esprit de corps.
      Autant dire de la Défense, car une telle demande pourrait aussi s’appliquer à un « étoilé » qui se révolte et remet en question les « décisions jupitériennes »….

      Si une demande « d’opération Homo » a été faite par le « Président Jupitérien » sur un ou plusieurs agents des Services (il n’y a pas que « Haddock » sur le dossier), le « Chef » aurait été évalué comme "nuisible" pas la Défense.
      Un "nuisible tout-puissant", capable de faire une telle « demande de cinglé », ne mérite surtout pas d’être protégé par les « Services » qui ont dû très mal prendre cette affaire.
      D’où le refus des « étoilés » de neutraliser une tentative d’assassinat du « Chef » par des islamistes !...

      Il est évident que l’on ne saura jamais rien de ce qui s’est passé et que la « Grande muette » va rester muette sur une affaire effrayante qui fait évoquer « Kim-tout-fou », le leader nord-coréen faisant liquider à la mitrailleuse quadruple un chef d’Etat-major.

      Mais si cette analyse est proche de la vérité, on peut penser que le « Chef » est sous « haute surveillance », notamment par les psychiatres des Armées, parce qu’il a quand même le feu nucléaire sous la main, « le Monsieur »…

      Bien à vous !...

      Haddock

      Supprimer
    3. Le "feu nucléaire" est d'abord contrôlé par les "militareux" qui le mettent en œuvre.
      Tout Jupiter qu'il soit, personne ne peut le déclencher tout seul, vous le savez bien.
      Et heureusement.

      En revanche, l'hypothèse que vous développez me paraît intéressante.
      Non seulement elle est aussi cohérente avec d'autres, mais en plus elle est recoupée par la présence d'"@tali" dans l'entourage présidentiel, et probablement par d'autres qui ont tous intérêts à "tuer" cette affaires des détournements du Trésor-Koweïtien.
      "Gauloisiens", certes, mais également britanniques et américains, ces derniers ayant probablement capté la plus grosse part en toute discrétion.

      Un vrai cancer, ce truc-là : Il faut effectivement que l'on suive de près les "récidives". Jusque-là, à part quelques "agents" de haut-rangs exécutés en Suisse, notamment et d'après "Basanix" dans les années toute de suite après les détournements de "Mythe-errant", il n'y avait pas eu d'autres "casses" à enregistrer au compteur.
      Alors que souvenez-vous, les morts autour de "Cleastream" (qui cherchait toujours la même chose) et des frégates Taiwanaises se comptaient par dizaines, et pas que du menu fretin à peu près pour les mêmes raisons, jusqu'au "Holà" du "Chi" avec les sous-marins pakistanais.
      Feu votre pote banquier "Joël Buc" nous a raconté tout cela aussi et dans le détail.

      Donc à suivre.
      Pour ma part, je reste bien planqué, mais comme je prends la mer et pas pour la destination prévue, tout peut arriver.
      On en recause à mon retour, si je reviens.

      En attendant, bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
  2. Il faudrait liquider pas mal de monde pour être tranquille, et même au centre des « Services ».

    J’ai pourtant été très clair dès le début de cette affaire lorsque j’ai déposé au ministère des finances les informations sur le détournement par « Mythe-Errant » des indemnités de la guerre du Golfe : « Vous dites bien au ministre que si je me fais descendre, ça flingue le lendemain !... ».
    Le ministre des finances était « Déesse-Kha ».

    Il faudrait qu’ils liquident aussi des officiers comme le Colonel Alain Le Guen qui m’a soutenu dès le début et à qui j’ai d’ailleurs rendu hommage dans un billet sur mon site :
    http://www.alerte-ethique.com/2015/11/hommage-au-colonel-alain-le-guen-1952-2015.html

    Nous formons un cercle d’une vingtaine de personnes qui se sont directement impliqués dans cette affaire, dont plusieurs cinq étoiles.
    Et c’est sans compter sur l’Etat-major actuel qui s’est franchement mouillé pour refuser n’importe quoi !...
    Il faudrait les liquider aussi ?...
    Dément !...

    Les « étoilés » ont tout à fait les moyens de faire comprendre aux crapules qu’ils feraient bien de "numéroter leurs abattis" s’ils s’amusaient à faire n’importe quoi.

    J’ai comme l’impression que nous risquons d’avoir quelques révélations dans les semaines qui viennent et que le mois d’août risque d’être chaud, tout du moins dans l’actualité.

    En attendant, j’ai été faire un tour sur le site « Investissement d’avenir » de la CDC, là où l’on trouve les fonds récupérés sur le détournement des milliards de la Division Daguet (7 milliards $ valeur 1991 soit 18 milliards d’euros en valeur actuelle) et sur l’escroquerie sur l’extinction des puits de pétrole en feu (23 milliards de dollars 1991 soit 60 milliards d’euros en valeur actuelle) :

    Investissements d'avenir :
    http://www.caissedesdepots.fr/investissements-davenir

    Doté de près de 57 milliards d'euros, le Programme d'Investissements d'Avenir (PIA), piloté par le commissariat général à l'Investissement, a été mis en place par l'Etat pour financer des investissements innovants et prometteurs sur le territoire, avec un principe de co-financement pour chaque projet.

    Les 57 Md€ consacrés par l'Etat aux investissements d'Avenir ont été mobilisés en trois temps :
    - en 2010, 35 Md€ ont été dédiés à la première vague (PIA1)
    - en 2014, le PIA a été renforcé et s'est vu allouer une enveloppe complémentaire de 12 Md€ (PIA2)
    - en 2016, 10 Md€ supplémentaires ont été dédiés au PIA

    Ce qui donne :
    23 Md€ confiés
    14,2 Md€ engagés
    8 Md€ investis

    Il y a apparemment encore quelques « beaux milliards » à récupérer pour la Défense…
    Parce qu’investir dans la défense, c’est aussi investir pour l’avenir !...

    Voilà où on en est !...
    A votre retour, vous devriez trouver un paysage politique radicalement changé, ou en voie de restructuration.

    Bonne route et bon vent !...

    Bien à vous !...

    Haddock

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ces précisions...

      Ca correspond effectivement - à peu près - à ce que j'ai pu raconter dans mes "romans d'été" des années passées.
      Etonnant !

      Il n'y aura probablement pas de "carnage", justement parce qu'il n'est pas possible de rester "discret". Il suffit d'attendre que le temps qui passe fasse son œuvre auprès des mortels que nous sommes tous...
      Dont vous aurez remarqué que quelques-uns se sont "mangés un crabe" au passage... Y compris nous deux !
      Ca limite les "œuvres-vives", d'autant que certains n'y ont déjà pas survécu. Je pense au juge "main-propre" et à quelques autres.
      Une drôle d'épidémie qui passe totalement inaperçu, n'est-ce pas...
      C'est tellement "discret". Même "Jo" n'a pas survécu.

      Ceci dit, "Jupiter-aux-ordres" reste "aux-ordres". S'il s'énerve un peu trop, il sera liquidé, c'est assez clair que lui-même en a conscience, ce qui pourrait expliquer qu'il perd actuellement tous ses soutiens les uns après les autres.
      Je vous le prédis dans le post de ce jeudi, on se demande comment on va le retrouver dans un mois s'il ne se calme pas, alors même qu'il va aborder la partie "difficile" de ses réformes.
      Pour l'heure, c'était de la gnognotte, juste une mise-en-bouche dont on ne se rend pas vraiment compte de ce que ça aura pour conséquence, sauf qu'on peut déjà dire qu'on glisse vers la "dictature-douce".
      Une sorte de "Régime de Vichy" bis...
      Et c'est en cours !
      Et ce n'était pas du tout ce qui était dans "son programme" affiché aux électeurs.

      Merci pour vos souhaits de "bon vent" : Je vais faire un tour sur les côtes d'Afrique que je ne connais pas, puis le golfe de Gascogne et arrivée en Mer du Nord, alors que je devais faire les Antilles.
      C'est décidément la vie qui choisit pour vous !

      Bien à vous et à la "Baronne" et bonnes estives !

      I-Cube

      Supprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube