Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

vendredi 26 mai 2017

Quelques « classiques »


Suite des aventures de Jean-Marc

Jean-Marc et sa femme sont devant la télé en train de regarder un match de boxe comptant pour la ceinture mondiale des poids lourds.
Quelques secondes après le début du premier round, un des combattants subit un crochet ravageur qui le laisse étendu sur le ring pour le compte.
Jean-Marc soupire et dit :
« Quelle déception ! Ça a duré à peine 3 minutes ! »
Et sa femme lui répond :
« Bon. Eh bien au moins maintenant, tu sais ce que je ressens au lit ! »

Cela faisait seulement deux semaines que Jean-Marc s’était marié.
Bien que très amoureux, il avait très envie d’aller faire un tour en ville et revoir ses vieux copains, donc il dit à sa femme :
« – Chérie, je reviens tout de suite.
– Où vas-tu chéri ?
– Je descends au bistrot, ma beauté, boire une bière.
– Tu veux une bière mon amour ? »
Alors elle ouvre la porte du frigo et lui montre 25 sortes de bières de 12 différents pays : Allemagne, Belgique, Hollande, Japon, Inde, etc…
« – Mais ma chérie au bistro ils ont des verres gelés…
– Tu veux un verre gelé mon chéri ? Voilà… »
Alors elle sort du congélateur une énorme choppe, tellement froide qu’elle en a des frissons.
« – Oui chérie mais au bistro ils ont ces petits snacks tellement délicieux, tu verras je ne serai pas long. Je reviens tout de suite. Je te le promets. OK ?
– Tu veux des snacks mon chéri ? »
Elle ouvre la porte du four et sort 15 variétés de snacks : Ailes de poulet, crevettes, jambon cru, etc…
« – Mais chérie… au bar… tu sais… Y’a les copains, on jure, on dit des gros mots, enfin ce genre de chose…
– Tu veux entendre des gros mots mon chéri ? »
Elle lui flanque alors une claque derrière l’épaule en lui criant :
« TIENS ! BOIS TA PUTAIN DE BIÈRE, DANS TA CHOPE DE MERDE GELÉE ET BOUFFES CES FOUTUS SNACKS, PARCE QUE TU NE VAS NULLE PART. T’AS COMPRIS ? »

La directrice d’une agence matrimoniale dit à l’un de ses clientes :
« – Tenez, voici un monsieur que je vous recommande chaudement. Un homme très bien.
– Vous croyez ?
– Absolument : J’ai été mariée avec lui pendant 7 ans… »

Un célèbre homme d’affaires vient de mourir et on estime sa fortune à 600 millions de dollars.
« – Je présume, Germaine, que tu aimerais être sa veuve. Tu penses toujours à l’argent.
– Non, non, Jean-Marc », répond doucement sa compagne, « la seule chose dont je rêve, c’est d’être TA veuve. »

« – Quelle est la différence entre une femme et un ouragan ?
– Aucune…. dans les 2 cas, ça arrive chaud et humide et ça repart avec ta bagnole et ta maison. »
Oui, c’est une revenue : Mais dans l’originale, on parlait de l’amant…

Un banquier, âgé de 68 ans, marie une jeune femme de 29 ans.
« – Ça ne tient pas debout », lui dit un ami, « elle est trop jeune pour toi. Dans 12 ans tu en auras 80, tu seras sur le point de mourir, et elle en aura à peine 41.
– Je sais, je sais, et ça n’a aucune importance. Je m’amuse, elle me donne du plaisir, et dans ma profession, on sait qu’il est préférable d’avoir quelques actions d’une affaire qui monte plutôt que la totalité d’une affaire qui baisse. »

Deux femmes discutent à la sortie d’une école chic :
« – Moi, mon mari, pour nos 10 ans de mariage, m’a offert un vison.
– Bien, très bien !
– Et pour nos 20 ans de mariage, il m’a offert une Jaguar.
– Oh bien, très bien !
– Et pour nos 30 ans, j’ai eu une maison à la Baule.
– Oh bien, très bien !
– Et toi, qu’est-ce que tu as eu ?
– Mon mari m’a offert un stage dans une école de maintien.
– Une école de maintien ?
– Oui, avant je disais : « j’t’emmerde pauv’conne ! » maintenant je dis : « Bien, très bien. » »

Jean-Marc rentre du travail et trouve sa femme nue devant le miroir en train d’admirer sa poitrine.
« – Qu’est-ce qui t’arrive ?
– Eh bien, je suis allée chez le docteur cet après-midi et il m’a dit que j’avais des seins d’une jeune fille de 18 ans !
– Ah oui ? Et qu’est-ce qu’il a dit de ton trou du cul de 40 ans ?
– Rien… On n’a pas parlé de toi. »

« – Qu’est ce qui a 32 dents et qui cache un monstre ?
– La braguette ! »

« – Comment appelle-t-on un grain de beauté sur un pénis ?
– Une tumeur au cerveau. » 

Deux fous veulent s’échapper de l’asile. Ils établissent leurs plans.
Le premier dit :
« Si le mur n’est pas haut, on saute par-dessus ; s’il est haut, on creuse un tunnel dessous. Ok ? Demain tu partiras en reconnaissance. »
Le lendemain, notre fou va inspecter le mur, et revient en larmes…
« – Bé voyons, qu’est-ce qu’il y’a ?
– Sniff sniff, on ne peut pas s’évader.
– Pourquoi donc ?
– Parce qu’il n’y a pas de mur. »
Une classique

Une autre
Le juge & Jean-Marc :
« – Vous êtes coupable. Je vous condamne à 100 euros d’amendes.
– Oh non ! Monsieur le juge ! Quand je mange pour 15 euros d’arachides, je suis malade.
Alors imaginez-vous cent euros d’amandes : Je vais en mourir ! » 

Encore une autre :
Le prêtre a fait venir son notaire pour reprendre entièrement ses dernières volontés.
À un certain moment, pour retrouver le fil de ses idées, il dit :
« Lisez-moi le testament, maître. »
Celui-ci demande alors spontanément : « L’ancien ou le nouveau ? »

Deux vieux copains retraités, Jean-Marc et Jean-Paul se rencontrent chaque jour dans un parc.
Ils restent assis en silence toute la journée sans rien dire sauf de temps à autre le premier aspire un peu d’air et dit :
« Eh oui… »
Et le second réplique :
« Eh oui… »
Et c’est tous les jours comme ça.
Un matin, Jean-Paul ramène un autre ami à lui, Jean-Pierre.
À trois, ils sont donc assis sur le banc, et le premier de temps en temps dit :
« Eh oui… »
Et le second réplique comme d’habitude :
« Eh oui… »
Et le troisième, le nouveau, réplique encore :
« Eh oui… Eh oui… »
Alors le lendemain, Jean-Paul demande à Jean-Marc :
« – Je peux inviter le copain d’hier à se joindre à nous ?
– Je ne préfère pas, non.
– Et pourquoi ?
– Il est trop bavard… »

Au moment d’aller porter les vêtements chez le nettoyeur, Germaine vide les poches des habits de son mari.
Horreur ! Elle tombe sur la lettre suivante…
« Monsieur, nous vous remercions pour la confiance que vous nous manifestez, et nous prenons bonne note pour les critères que vous recherchez chez une dame… bla bla bla. »
Ivre de rage, le soir elle questionne son mari :
« Qu’est-ce que c’est que cette lettre ? »
Jean-Marc regarde le document, puis répond, un grand sourire accroché au visage :
« Mais ma chérie, c’est de l’histoire ancienne. Regarde la date ! Ça remonte au mois de novembre, quand tu étais si malade… »

« On réalise qu’on est vieux quand, à la suite d’un coup de vent qui dévoile les cuisses d’une belle femme, on a des souvenirs plutôt que des désirs. »

« Toutes les femmes cherchent l’homme idéal, mais les plus intelligentes se marient. »

« – Non mais peux-tu me dire comment cette femme-là est devenue si riche.
Elle ne travaille pas, n’a pas de commerce, elle vient d’une famille pauvre et n’a pas de diplôme.
Je sais, on pourrait penser qu’elle a une vie secrète, mais ce n’est pas le cas.
– Simple, elle vient de réussir son troisième divorce. »

Et puis mon cours de Japonais : 

LIRE À HAUTE VOIX

– Photographe : Yakapa bougé

– Porte d’entrée : Nakasoné

– Homme marié : Téfoutu

– Homme trompé : Tékoku

– Homme divorcé : Tanana Takité

– Homme enragé : Yétioké

– Homme enragé noir : Yékomfou

– Slip : Sakkipu

– Minijupe : Ytatouvu

– Préliminaires : Tâ-katâté

– Moto en panne : Yamamoto Kadérapé

– Marteau : Garatédoua

– Reins : Oraduku

– Femme enceinte : Ymaniké

– Femme pas enceinte : Takarataké

– Odeur nauséabonde : Kikiapété

– Déshabille-toi : Takatoutoté

– Pudding : Mokaraté

– Pigeon : Ytchidsu

– Se prendre pour un autre : Karaoké

– Dentiste : Yotékari

– Danseur : Yétitounu

– Voleur : Yamamonè

– Ennuyant : Takazapé

 

L’âge du capitaine

Vous aviez déjà compris avant même de répondre à cette dernière « énigme » du gars qui tombe de son échafaudage sur un chantier.
La première fois, il glisse du premier niveau et s’étale sur la terrasse sise en-dessous dont le béton vient d’être coulée.
Ça fait « flotch ».
Le surlendemain en revanche, le béton a pris et là, et ça lui fait très mal…

Comme vous avez été « bons », la preuve notre Comtesse-au-pied-dénudé de proposer l'hypothèse que le gars tombe sur un matelas de laine de verre à poser, je vous en remets une autre toute simple, mais seulement pour ceux qui aiment les maths… simples !
C’est l’histoire d’un gars à qui il arrive une chose extraordinaire : Il y a trois jours, il avait encore 20 ans.
Mais l’année prochaine, il en aura 23 !
Fabuleux et vous avez probablement une explication que j’attends avec impatience…

Bien à vous toutes et tous et bon week-end !

I3

14 commentaires:

  1. La baronne » a vraiment beaucoup rit !...

    D’ailleurs, je lui ai suggéré de préparer un show en « French Cancan » !...
    Le « French Cancan Cauchois » est la dernière attraction au fond du Pays de Caux !...

    Vu à un anniversaire hier …
    J’ai vraiment bien rigolé !...

    Bien à vous !...

    Haddock


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors joyeux anniversaire !

      Et me voilà tout heureux de faire rire la Baronne : Femme qui rit, femme à moitié conquise, dit-on dans mes montagnes Corses...

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
  2. « C’est l’histoire d’un gars à qui il arrive une chose extraordinaire : Il y a trois jours, il avait encore 20 ans.
    Mais l’année prochaine, il en aura 23 ! »


    Facile !...
    Il a rencontré une WIB (Woman in Black) qui l’a envoyé dans le passé pendant deux ans, alors qu’il avait que 20 ans.

    Puis, elle le ramène à son époque d’origine, après qu’il ait passé deux années dans une autre époque (du même siècle ou d’un autre millénaire), mais seulement quelques jours après la date de départ…
    Mais il aura 22 ans biologiques !...

    L’année prochaine, il aura ainsi 23 ans, tout en ayant pour l’état civil 21 ans.

    Première question : s’est-il rencontré dans le passé avec lui-même ?...
    Deuxième question : la WIB était-elle accorte ?...
    Troisième question : Qu’a-t-il fait dans la passé ?...

    Bien à vous !...

    Haddock

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien réfléchi, mais ce n'est pas ça.

      D'abord parce que les WIB ne sont pas si fréquentes : Faut s'appeler "Charlotte" pour s'en taper une !
      Ensuite parce que justement, quand Paul de Bréveuil est revenu sur Londres pour aller jusqu'à Koweït-city en Concorde, il a bien survolé de loin la Normandie où il était par ailleurs et plus jeune pour y passer ses vacances estivales auprès de son grand-père, il a bien songé faire une escale mais...
      Comme il n'en avait eu aucun souvenir, il n'a pas changé son passé.
      On ce serait retrouvé avec un paradoxe insurmontable !

      Enfin dans cette énigme, il s'agit de l'âge de l'état civil, pas de l'âge biologique...
      Mais comme vous êtes un "matheux" de formation, vous allez trouver la solution sans même y réfléchir, j'en suis sûr.

      Sauf si la Comtesse au pied dénudé passe avant vous faire tourner ses neurones aiguisés, naturellement.

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
  3. Les « paradoxes temporels »…
    Il y en a vraiment d’insurmontables, et ce sont d’ailleurs la très grande majorité : interdiction absolue de modifier son passé et celui de la planète !…

    Par contre, dans le roman « Opération Juliette Siéra », le capitaine Haddock prend un vol d’Air Transe, le vendredi 27 août 2010, pour se rendre à Bastia et rencontrer Paul de Bréveuil pour le premier essai du Nivelle 001 !...
    D’après ce que vous m’avez dit, il est bien enregistré dans la liste des passagers et a bien pris ce vol :

    http://euroclippers.typepad.fr/alerte_ethique/2010/08/op%C3%A9ration-juliette-si%C3%A9ra-xxxii.html

    Ce qui est gênant est que le Capitaine Haddock n’a jamais, en réalité, quitté son Pays de Caux natal pour s’envoler vers un rendez-vous romanesque, la « Baronne » peut en témoigner !...

    Mais, s’il n’a jamais quitté le Pays de Caux tout en ayant fait, malgré tout, le vol d’essai, il y a comme un paradoxe temporel…
    Comment le résoudre ?...

    Bien à vous !...

    Haddock

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais attendez, jeun-homme...

      Vous confondez réalité et imaginaire.
      Dans la réalité, vous dégustiez bien les recettes cauchoises de la "Baronne" - au demeurant fort goûteuses et toujours très réussies - et dans l'imaginaire de l'auteur de ce qui reste un roman (c'est marqué comme ça en avertissement et en-tête de chacun des chapitres) vous étiez ailleurs (et la "Baronne", toute à ses fourneaux ne s'en est même pas rendu compte...) !

      Il fallait aussi, pour l'auteur, rendre hommages à vos éclaircissements fort utiles dans la construction du scénario, vous laisser la parole pour au moins ce que vous aviez à dire.
      D'ailleurs, si je me souviens bien, vous avez pu écrire la majorité de ces deux chapitres-là sans que je n'y retouche que des virgules.
      Exact ou faux ?

      Et vous savez comme ça que quand on fait "roman", on peut raconter ce qu'on veut (mêlant en ce qui me concerne quelques réalités bien senties et vérifiables) en toute impunité juridique.
      D'ailleurs, souvenez-vous, en avril, je mets en ligne en premier jet, mon blog étant "bloqué" à ce moment-là.
      Je dérangeais... avec mes "révélations".

      Et puis c'est revenu, puisqu'il s'agissait d'un roman, pas d'un reportage.
      Mais ça m'a valu des sueurs froides par la suite et finalement un exil où là encore on a flambé anonymement mon domicile avec un engin incendiaire jusqu'à Venise... à la saint Valentin !
      Peut-être un mari-jaloux ou une "fiancée" éconduite, ou encore autre chose...

      Donc aucun paradoxe, juste le "sage" enchaîné dans sa grotte qui décrypte le monde à travers les ombres portée sur la paroi qui lui fait face.

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
  4. Réalité et imaginaire…

    Je m’y suis heurté immédiatement en lisant vos romans en particulier les vols en Nivelle 001 de Paul de Bréveuil accompagné du « Capitaine Haddock ».
    Je me suis demandé plus d’une fois : « C’est la réalité ou une fiction ?... » parce que c’était vraiment très bien conçu, que ce soit à Solenzara pour le premier vol, ou à Aubenas pour le tour du monde à Mach 5 !...
    Pour un pilote un peu « tête brûlée », c’était vraiment tentant !...

    Mais il manquait quelque chose !...
    On ne prend pas les commandes d’un prototype hypersonique sans bien connaître la documentation technique, sans connaître les procédures d’utilisation et les procédures de secours, et surtout sans avoir fait des dizaines d’heures de simulateur !...
    C’était manifestement un roman, et le « capitaine Haddock » (le « vrai », dans la « vraie vie »…) ne s’est pas déplacé pour faire un vol d’essai ou un tour du monde qui fait rêver…

    Mais j’ai passé de bons moments à participer à la rédaction de quelques chapitres de ces romans.
    Et ça m’a même aidé à supporter une épreuve terrible (pendant la rédaction du départ du Nivelle en tour du Monde) : la longue agonie de ma « maman-à-moi » qui était en soins palliatif à la maison pendant deux mois.

    Mais il faut bien avouer que vos romans collent à la réalité, même s’ils ne sont que des romans qui sont autant d’incitations à creuser un peu plus la disparition de milliards au détriment de la défense nationale pour « l’Opération Juliette-Siéra ».
    Comme ils sont des incitations à réfléchir sur le voyage temporel dans « Mains invisibles » car maintenant on a des certitudes à ce sujet (affaire de Rendelsham).

    Car on commence à essayer de voir toutes les possibilités des voyages temporels, on est saisit d’effroi, d’incompréhension, par l’infinité des possibilités et des rétroactions.
    Au moins vos textes à ce sujet sont compréhensibles pour tout le monde.

    Lorsque je discute avec des personnes totalement ignorantes du phénomène OVNI, totalement ignorantes des connaissances de bases de l’astronomie, je pense souvent au mythe de la caverne de Platon.
    Des ignorants enchaînés et incapables de voir la réalité.

    Et je me dis que c’est aussi valable pour moi avec cette extraordinaire possibilité de voyager dans le temps et dans l’espace…

    Bien à vous !...

    Haddock

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui et merci pour votre participation à l'écriture d'au moins 4 chapitres de ce "roman-là" !
      J'avoue que j'étais un peu perdu au démarrage pour donner un sens à tout cela...
      Mais j'y suis arrivé assez facilement dès lors que "Bling-bling" avait annoncé son "grand-emprunt" en décembre 2009.
      Quelle aubaine, tellement inattendu !
      Après, ça s'est mis "en musique" tout seul : Il fallait juste l'écrire...

      Une précision pour le Nivelle 001 : D'abord, il s'agit d'un prototype qui en est à son second vol d'essai.
      Vous le savez, les "essais" servent justement à mettre au point les documents de procédure quand ils n'existent pas encore, pour les futurs pilotes utilisateurs quotidiens une fois l'avion certifié et autorisé à une exploitation commerciale.

      Ensuite, derrière les descriptions des vols que j'ai pu écrire, il y a des dizaines et des dizaines d'heures de simulation sur PC.
      Pour la Nivelle 002, je n'ai pas pu faire de simulation - trop court à programmer - mais en revanche il y a bien une trentaine de feuilles de calcul Excel, comportant plusieurs milliers de ligne de calcul et jusqu'à une vingtaine de colonnes.
      Ils pèsent chacun plusieurs mégaoctets sur mes divers disques durs, d'autant que j'en "crame" un tous les deux ans...
      Et jusqu'à découvrir une petite erreur de décimale dans une des équation directrices du vol, sur la plupart avant le dernier qui a finalement été le seul à servir pour le roman suivant !
      Un gros travail.

      Pour le reste, il va nous falloir résoudre l'énigme totale de l'équation CPT (Boltzmann si mes souvenirs sont bons) de symétrie générale.
      T représente la flèche du temps et l'équation veut que toute chose ait donc son "contre-champ"...

      Donc à suivre, même si on peut vivre confortablement sans rien en savoir, je dois dire.

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
  5. « C’est l’histoire d’un gars à qui il arrive une chose extraordinaire : Il y a trois jours, il avait encore 20 ans.
    Mais l’année prochaine, il en aura 23 ! »
    La « Baronne » m’a dit que ce serait bien une histoire d’année bissextile.
    Les « Dames » n’oublient jamais les anniversaires…

    A suivre !...

    Bien à vous !...

    Haddock

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très forte, la "Baronne" !
      C'est vrai que c'est une histoire de calendrier, mais ça fonctionne autant en année bissextile qu'en année normale... de 365 jours.

      Une fois de plus, tout est dans le libellé : Faut chercher encore un peu !

      Et à propos d'anniversaire, j'espère que vous n'êtes pas comme moi à les oublier à peu-près systématiquement...

      Bonne fin de journée à vous (et à la Baronne...) !

      I-Cube

      PS : Je suis déçu !
      Ni "Muet n°1" ni notre "Comtesse-au-pied-dénudé" n'ont trouvé...
      Faudra arrêter la rubrique.

      Supprimer
    2. Moi aussi, j'oublie les anniversaires au moins 1 an sur 2.
      Pour mon mari, je subtilise sa carte d'identité pour me remémorer la date exacte (je connais néanmoins le mois). C'est quand même la honte!
      ComtesseÔPiedNu

      Supprimer
    3. L'horreur, en effet !
      Pôvre homme que voilà !

      Moi, je note sur le calepin de l'année, toutes les dates qui me viennent à l'esprit, en même temps que je fais le décompte des jours-ouvrables de l'année pour le premier post du blog et sa nouvelle année...
      Mais c'est récent, et j'en oublie encore.

      Pas très doué.

      Bien à vous (et à Monsieur le Comte-en-chaussettes !)

      I-Cube

      Supprimer
  6. Hello, j’ai bien cogité, la seule réponse c’est le mois de naissance qui est nécessairement en décembre, ainsi :
    S’il y a 3 jours le sujet avait 20 ans c’était le 28 décembre 2016
    Le 30 décembre 2016 par exemple (mais cela peut aussi être le 29 ou le 31 décembre) c’est son anniversaire : il fête ses 21 ans
    Comme nous somme à J+ 2, nous sommes déjà en 2017 donc l’année prochaine, il aura donc 23 ans le 30 décembre 2018.
    C’est clair n’est-ce pas ?
    Bonne soirée
    ComtesseÔPiedNu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bé voilà, une explication toute de simplicité : FORMIDABLE !
      C'est exactement ça.
      BRAVO jeune fille et néanmoins Comtesse Ô-pied-dénudé : Il suffisait de réfléchir !

      Bonne soirée à vous !
      Et félicitations : C'est presque trop facile pour vous !

      I-Cube

      Supprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube