Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

jeudi 5 janvier 2017

« Monte-et-bourre-la » a mis son programme en ligne (I).


Je me suis précipité sur la bouillie du « grand-homme »

Une formidable régalade ! 

République Nouvelle : « Le système politique est devenu un monopole fermé, produisant des décisions absurdes, unilatérales, arbitraires, dont les citoyens se détournent un peu plus à chaque élection. Un homme seul qui dirige tout a, en effet, toutes les chances de se tromper. C’est pourquoi je souhaite mettre le citoyen au cœur de la politique et le rendre acteur de la décision publique. »
Une première banalité.

Référendum sur une Nouvelle République dès l’été 2017 : « Il faut construire une démocratie nouvelle capable de faire entrer les citoyens dans le système politique, rétablir la confiance dans l’action publique, supprimer les privilèges de l’oligarchie et se donner les outils pour bâtir les compromis dont nous avons besoin. C’est le grand projet de République nouvelle que je vous propose de construire ensemble. »
Lui aussi ?

Réformer le Sénat : « Je propose l’entrée des citoyens par tirage au sort de cent sénateurs dans le contrôle politique du gouvernement et de l’exécutif français. »
J’adore, mais ce qu’il ne dit pas, c’est que dans son esprit, la « chambre Haute » n’a plus vocation à voter les lois, « super-privilège » resté aux mains des seuls députés, le voyou que voilà !

Septennat non renouvelable : « Nous avons l’impression que la France est en permanence en campagne présidentielle : cela est essentiellement lié au fait que le quinquennat organise la possibilité d’un deuxième mandat, le Président est donc toujours en campagne. »
Ce qui n’est pas faux. Mais alors pourquoi ne pas étendre aux députés le septennat ?

Référendums d’initiative populaire : « Je propose de donner au référendum d’initiative populaire une force contraignante. Il permettra, comme dans d’autres pays européens, de faire avancer la démocratie et de faire en sorte que des citoyens rappellent parfois à l’ordre le système politique lorsqu’il perd la tête. »
Et la démocratie représentative, là-dedans ?
On sera tous les jours en campagne électorale : Un peu contradictoire avec ce qui vient d’être énoncé précédemment…

Réduction du nombre de députés et élection à la proportionnelle : « Je propose de réduire de moitié le nombre de parlementaires et d’instaurer l’élection d’une fraction de l’Assemblée nationale à la proportionnelle. »
L’expérience d’avoir été « frondeurs » ne lui aura donc rien appris…

Interdiction du 49.3 sauf pour adopter le budget : « Le 49.3 est un acte de violence contre la représentation nationale. Nous n’en n’avons pas besoin, sauf en matière budgétaire pour assurer la continuité du fonctionnement de l’administration, car la présidence que je propose est équilibrée par des contre-pouvoirs. Un homme seul qui dirige tout à toutes les chances de se tromper en tout même s’il est très doué. »
Pour moi, c’est tout ou rien, mais pas « au milieu du gué »…

Réduire le pouvoir de nomination du Président de la République : « La 6ème République c’est aussi la réduction des pouvoirs du monarque républicain, du président de la République qui aujourd’hui l’exerce d’une façon non équilibrée, sans tempérance, sans limites. Les pouvoirs de nomination sont une anomalie. »
Il ne veut pas être responsable des « nominations », s’il est élu…

Responsabilité des ministres devant l’Assemblée nationale : « Je propose d’introduire la possibilité pour les députés de destituer un ministre, sans pour autant faire chuter l’ensemble du gouvernement. Cela ne remet pas en cause la stabilité du système mais cela permet des contre-pouvoirs. »
Le boxon à venir dans la nécessaire solidarité gouvernementale…

Diversifier l’entrée à l’EN : « L’entrée à l’école nationale d’administration sera réservée à des citoyens ayant déjà une expérience professionnelle avancée. »
Exclusivement ou non ? Connaît-il l’existence du « tour extérieur » ?

Abolir les privilèges des grands corps : « Je défends l’abolition des privilèges des grands corps. Tel poste est réservé à un conseiller d’État, tel autre à un préfet, celui-ci à un inspecteur des finances. Je crois le moment venu d’abolir les privilèges, nous le ferons un 7 mai, même si ce ne sera pas tout à fait un 4 août. »
Euh… Ils tournent déjà entre eux et il y a d’autres privilèges à abattre…

Permettre aux citoyens de saisir la Cour régionale des Comptes : « Je crois nécessaire de permettre au citoyen d’accéder à l’information financière et de saisir une chambre des comptes lorsqu’il y a insincérité, ce qu’aujourd’hui les citoyens ne peuvent pas faire. »
Ces magistrats-là s’autosaisissent déjà eux-mêmes. Le sait-il ?

Créer un statut protecteur pour les lanceurs d’alerte : « Je propose un statut de lanceurs d’alerte protecteur. C’est un acte de confiance dans la population, un acte de foi dans ce qu’ils peuvent porter de changement. Le changement venant d’en bas, il faut qu’il submerge l’immobilisme d’en haut. »
Ah oui, il n’a pas lu la loi « Pas-sain II »…

EUROPE : « Après le choc du « Brexit », l’Union européenne est menacée de dislocation. Les peuples, les uns après les autres, prennent congé d’une union qui n’a pas su les protéger de la mondialisation. Elle n’a pas été capable de transformer le système financier ni d’éviter la montée des extrémismes en respectant un minimum la souveraineté des peuples qui la composent. Voilà pourquoi il faut libérer les Européens de l’austérité conservatrice et bâtir une autre Europe par un nouveau Traité de Rome. »
Autre banalité…

Suspendre la directive « travailleurs détachés » : « Il faut reconstruire l’Europe, en finir avec ses rafales de règles stupides et aveugles mais qu’on prenne à ce niveau de vrais choix politiques. Par exemple, il faut abroger la scandaleuse directive sur le travail détaché qui organise du dumping social à l’intérieur de l’Europe. »
Comme si il n’y avait rien de plus urgent…

Instaurer une taxe carbone aux frontières de l’Europe, et à défaut, de la France : « Donald Drump et les Chinois ne voudraient pas appliquer les accords de la COP21 ? L’Europe devrait alors organiser la taxe carbone aux frontières sur les importations de la « Chinamérique », ce « G2 » qui pollue et détruit la planète.  »
Droit de douane prohibé ?

Protéger les fleurons industriels français et créer de nouveaux champions de l’industrie européenne : « Le projet sur lequel je veux rassembler ces pays, c’est la fin de l’austérité et la fin de la politique stupide qui interdit toute aide d’État et bâtir de nouveaux Airbus. »
Et puis ?

Négocier un nouveau Traité de Rome : « L’Union Européenne est dans la situation d’une entreprise en faillite qu’il faudrait restructurer pour la sauver. Si on ne réforme pas radicalement nous savons qu’elle mourra. Voilà pourquoi il faut bâtir avec nos partenaires européens une nouvelle Europe qui devra déboucher sur un nouveau Traité de Rome. »
Peut-être, à condition d’être convaincant …

Une zone euro démocratique conduite par un gouvernement économique et une BCE qui donnera la priorité à l’emploi : « On ne sauvera pas l’union européenne sans impliquer les citoyens car ils n’en voudront plus s’ils n’en n’ont pas obtenu un tant soit peu le contrôle. Voilà pourquoi il faut construire l’euro démocratique et mettre fin à l’euro oligarchique. Un gouvernement économique de la zone euro doit être créé et évoluer sous le contrôle démocratique d’un parlement. »
Ah oui ! L’eurodéputé ne sert décidément à rien…

Sortir de l’austérité en redistribuant les compétences entre le niveau national et le niveau européen pour davantage de volontarisme économique : « Plutôt que de prolonger encore la crise par des plans de restriction – ce que propose la droite – ou des mesures antiéconomiques qui aggravent la récession – ce qu’a fait la gauche –, le moment est désormais venu d’imposer la fin de l’austérité en France et en Europe et d’organiser enfin par des solutions nouvelles le redécollage de l’économie française et européenne. »
Lesquelles ?

Consolider et s’appuyer sur un bloc de réformateurs en face des pays conservateurs pour imposer des politiques de relance et d’investissement : « Le bloc réformateur veut sortir de l’austérité, arrêter le dumping social à l’intérieur de l’Union européenne, construire une politique industrielle, organiser une relance keynésienne par les infrastructures et une augmentation des salaires dans tous les pays. C’est ma proposition : construire un bloc de réformateurs radicaux de l’UE en face des conservateurs allemands et de leurs alliés. »
Avec qui ?

TRAVAIL : « Les deux quinquennats qui viennent de s’achever n’ont pas permis d’endiguer la hausse du chômage. Face à ce constat, je n’accepte ni la concurrence déloyale des travailleurs à l’intérieur de l’Europe, ni que l’on détruise la protection des salariés français au motif qu’elle serait trop coûteuse. Dans un monde en mutation, nous devons libérer de nouvelles formes de travail et inventer la formation tout au long de la vie. »
Encore des banalités !

Un service public de l’emploi local : « Je propose enfin que les établissements de pôle emploi dans chaque région et les budgets de formation professionnelle des conseils régionaux et des chambres de commerce fusionnent en un seul service public local et autonome, dont les dirigeants seront élus au suffrage universel dans chaque région. Ces dirigeants élus rendront enfin des comptes à la fois aux citoyens qui veulent que le chômage baisse, aux chômeurs qui cherchent du travail, aux employeurs qui cherchent des employés et ne les trouvent pas et il y en a environ 300.000. »
Et puis ? De toute façon, ce n’est pas assez…

Former les chômeurs à un nouveau métier pendant un an : « Je propose que chaque chômeur soit obligatoirement formé à un nouveau métier pendant un an sur les 24 mois d’indemnités. Cet investissement doit être intégralement financé par la formation professionnelle, et les entreprises doivent accueillir les chômeurs en formation professionnelle. »
Et si je ne veux pas ?

Renforcer la présence des salariés dans les conseils d’administration : « Je propose que les salariés rentrent dans les conseils d’administration des entreprises ».
Ils ne lui ont rien appris à Fontainebleau… Les EURL, SARL et autres, ça existe aussi…

Créer un statut protecteur pour les lanceurs d’alerte : « Je propose un statut de lanceurs d’alerte protecteur. C’est un acte de confiance dans la population, un acte de foi dans ce qu’ils peuvent porter de changement. Le changement venant d’en bas, il faut qu’il submerge l’immobilisme d’en haut. »
La loi « Pas-sain II » lui a échappé…

Encourager le télétravail : « Je propose de défiscaliser le télétravail en incitant les entreprises à se réorganiser pour favoriser le travail à distance qui permettra aux Français de vivre là où ils le souhaitent, on réduira la pollution par les transports dans les grandes agglomérations, on diminuera les charges foncières des entreprises ayant moins besoin de bureaux, on augmentera la productivité des salariés car plus heureux au travail et moins fatigués par les temps de transport. »
Y’a qu’à, faux-kons… Décidément, ils ne lui ont vraiment rien appris dans sa « grande-et-kolle » !

Lutter contre l’ubérisation du travail : « Apprivoiser la révolution numérique, c’est amener les plateformes à assumer la protection sociale de leurs salariés qui sont aujourd’hui faussement indépendants. À nous de faire émerger une société de travailleurs autonomes avec une protection sociale et un revenu décent et de contribuer à la libération par le travail et non pas l’apparition d’un esclavage numérique en transformant les entrepreneurs en serfs ».
N’est-ce pas là encore une fois contradictoire avec l’idée de défiscalisation du télétravail ?

ECOLOGIE : « Notre siècle est celui de l’urgence écologique et pourrait s’avérer désastreux sur ce plan-là. Face au compte à rebours qui s’est enclenché, notre nation doit lancer un investissement collectif, national et de long terme. La mutation du modèle énergétique est inévitable. Elle est aussi une perspective de libération par l’innovation et est de nature à changer considérablement nos vies. »
Il n’arrête pas dans le poncif éculé…

Investir 100 milliards d’euros sur 5 ans pour la rénovation thermique des bâtiments et le développement des transports propres : « Je propose que la Caisse des Dépôts et Consignations réalise un programme massif de rénovation thermique des bâtiments publics et privés pour 100 milliards d’euros sur 5 ans, financé par les emprunts de très long terme d’une durée de 50 ans. »
Fastoche quand ce n’est pas avec son fric… C’est qui qui prête au juste ?

Investir 20 milliards d’euros pour une relance écologique dans les territoires : « Je lancerai également un plan de financement des 1.000 projets d’infrastructures, actuellement non financés, que nous mettrons en œuvre avec les collectivités territoriales. Ce plan va relancer l’économie des territoires par le biais de la commande publique pour donner du travail aux PME, TPE et aux artisans qui sont enracinés dans les territoires. »
Là encore, c’est qui qui paye ?

Soutenir la fabrication coopérative d’énergie, au plus près du domicile : « J’observe dans l’énergie à quel point les modèles d’autoproduction, d’autoconsommation, qu’ils soient individuels ou coopératifs ou collectifs, sont en train de transformer, à la maison, au bureau, à l’usine, la capacité de fabriquer de l’électricité pour soi-même ou pour son environnement immédiat, à un prix compétitif. C’est la fabrication décentralisée et coopérative de l’énergie comme un moyen de choisir son mode de vie, renouvelable, écologique et de proximité. »
Une idée développée par votre serviteur quand il était en seconde au lycée à l’occasion d’un concours des lycées. Par malchance, mon prof’ de géo était coco et voyait d’un très mauvais œil la fin du monopole de distribution de la CGT-EDF…

Opposition ferme à l’exploitation des gaz de schiste : « Je suis opposé aux « gazs » de schiste dont les techniques d’exploitation polluent les sous-sols. Ma position est pragmatique : je souhaite d’abord remplacer les énergies fossiles par les énergies renouvelables. »
De toute façon, tôt ou tard, on y viendra… Mais on peut toujours le laisser rêver !

Augmenter la part des énergies décarbonnées dans le mix énergétique français : « Substituer les énergies propres, renouvelables, au carbone est une priorité planétaire, chacun doit donc prendre sa part d’effort. Il doit y avoir une mobilisation concrète de la société, où chaque activité humaine cherche à chasser son addiction au carbone. L’autoproduction décentralisée est le modèle à venir. »
Pourquoi pas ? Mais c’est le boulot de toute une génération, voire plus…

Créer un Fonds d’investissement public pour soutenir les entreprises françaises de production d’énergie renouvelable : « La croissance décarbonée, celle qui investit son énergie et son intelligence dans l’économie d’énergie est un champ inexploré. C’est donc un investissement que la nation doit engager. »
Il débarque de la planète mars, là ? C’est dans tous les programmes d’ingénieurs ++…

Laisser le choix de fermeture ou non des centrales nucléaires à l’Autorité de Sécurité Nucléaire : « Je vois la question du nucléaire comme une décroissance de long terme naturelle. Ce sont les autorités de sureté qui devront prendre les décisions de fermeture des centrales. Je pense que la question sécuritaire est fondamentale et les décisions que cette autorité aura à prendre, dicteront la politique de remplacement. »
Botter en touche…

NUMERIQUE : « Je veux libérer les Français de la domination numérique que 4 entreprises californiennes exercent sur notre pays et notre continent, l’Europe, et qui ont fait de nous une colonie numérique des États-Unis d’Amérique. Les abus d’optimisation fiscale réalisés par ces opérateurs transnationaux doivent être combattus par une politique européenne concertée. C’est en rétablissant notre souveraineté que la révolution numérique pourra être libératrice. »
Comment il s’appelait le type qui luttait contre les moulins-à-vent, déjà ?
Moi, ce que j’en dis, c’est que c’est quand même dommage de perdre son temps à réinventer l’eau chaude, alors qu’on pourrait inventer l’eau tiède…

Open data : Rendre les données financières publiques : « Je propose d’organiser de manière obligatoire la libération des données publiques, pour que les citoyens puissent s’emparer des enjeux financiers qui concernent leurs impôts. »
Notez que les japonais sont les premiers utilisateurs de nos données démographiques de libre-accès depuis des décennies…

Relocaliser les « data center » en Europe : « La capture de l’or numérique part à l’étranger et y est exploité : il faut relocaliser les data center en France.  »
Et puis, s’ils sont libres d’accès ?

Revoir les statuts des auto-entrepreneurs et des salariés des applications numériques : « À nous de faire émerger une société de travailleurs autonomes avec une protection sociale et un revenu décent. À nous de contribuer à la libération par le travail et non pas l’apparition d’un esclavage numérique qui transforme les entrepreneurs en serfs. »
Parfaitement d’accord ! Mais on fait ça comment au juste ?

Développer le numérique à l’école : « Internet, pour moi, réhabilite la notion de coopération dans une société individualiste et ultra concurrentielle. Dans l’éducation, internet permet et donne le pouvoir à la multitude. »
C’est un constat, pas un programme, ça …

Développer le réseau fibre optique sur l’ensemble du territoire et en finir avec les territoires oubliés en zone blanche : « Le télétravail et la fibre optique peuvent faire renaître la France désertifiée des campagnes. Ce serait là une bonne manière de libérer les Français. »
Les libérer de quoi ?

On marque une pause…
Pour reprendre une prochaine fois !
Lundi matin, exactement : C’est déjà programmé.
Le temps que vous digériez…

2 commentaires:

  1. J'en fais une affaire de principe ... Pas question de voter pour un quelconque candidat ayant obtenu l'investiture du P.S. Je me fixe même pour objectif d'agir pour qu'un tel candidat échoue d'une manière certaine face à n'importe lequel de ses adversaires. Il doit non pas être battu mais écrasé! IL FAUT QU'IL EXPIE!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel esprit vengeur !

      Ceci dit, ne vous en faîtes pas, aucun des 7 candidat à l'investiture du PS ne dépassera le cap du second tour !
      Logique : Ils seront trop à se partager les "voix du peuple de gôche" !
      Qui n'est déjà plus très nombreux et (guère) totalement kon-vaincu !
      "McRond", "Mes-Luches" et "Menuet-Valse", dans l'ordre d'apparition au tableau...

      Un boulevard pour "Marinella-tchi-tchi" d'autant que le pôvre "Fifi-le-vainqueur" est incapable d'arrêter le massacre de la "machine à perdre" !
      On y reviendra probablement dans le courant de la semaine prochaine.

      Quand même dommage pour le pays, n'est-ce pas, au moment même où "les forces" extérieures bouscule l'Europe et marquent des points.
      Pas de bol, quoi...
      Qu'il en fait se projeter en 2022 pour espérer une embellie : Marre !

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube