Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

jeudi 15 décembre 2016

La « Gôche-de-gouvernement »… émiettée (II)


« Vingt-sang-Payons », le scud anti-« Menuet-Valse »

Celui-là, il est ressorti d’outre-tombe par surprise pour vouloir devenir tout d’un coup président de la République, tel un lapin sorti du chapeau-de-la-gamine.
Et, dans la foulée, il a annoncé vouloir participer aux « primaires-de-gôche », l’affreux.

Lui candidat à la candidature ?
Il s’est passé quelque chose au parti des « soces » : Un ancien ministre de « les-ducs-à-Sion » retiré de la scène politique hexagonale depuis son éviction tellement il a été nul (même eux s’en sont aperçus) et assurait en avril ne plus vouloir briguer de mandat électif, il doit y avoir un bug quelle que part.
D’ailleurs, jusque-là, il se consacrait depuis plus de deux ans à l’écriture de polars et à ses cours à l’université de Neuchâtel : Lui au moins, il a compris !
La Suisse, c’est quand même plus sympa du point de vue fiscal et autres que la « Gauloise-rapace » et sécuritaire.
Je suis d’ailleurs actuellement sur l’analyse du dernier « bidule » que son administration a pondu sous l’autorité de l’actuelle titulaire de la fonction, destiné à mieux fliquer toutes les « chères-têtes-blondes » dans les ékoles : Des dizaines de pages d’un interrogatoire détaillé, mais secret, d’évaluations unilatérales à remplir obligatoirement avant le 1er août prochain par l’instit’ qu’on a bien voulu me pirater à l’occasion de mon passage à « Paris-sur-plage »…
Je compte vous en faire un « rapport-circonstancié » dans quelques temps, parce que comme konnerie abjecte, ça se pose là.

Pour revenir à notre bonhomme, ce serait le renoncement de « Tagada-à-là-fraise-des-bois » qui aurait tout changé dans sa tête à lui.
Enfin, c’est ce qu’il en fait dire.
Parce qu’il assume (mal) un mandat de député européen, pour ne pas vraiment briller à Bruxelles et à Strasbourg.
Il avait d'ailleurs expliqué ce retrait dans Le Monde (ce journal crapuleux) : La lassitude…
« J’ai fait 22 ans de congrès et de bureaux nationaux du PS, d’élections, de campagnes, de petites phrases. Ce n’est plus mon envie ni mon agenda ».
Et on le comprenait. On compatissait même en regrettant qu’il lui ait fallu un quart de siècle pour comprendre ce qu’est l’utopisme du « soce-ialisme » autistique des trisomiques actuels, après les années « Mythe-errant » : Du vent et des moulins-à-vent animés par des egos surdimensionnés, rien de plus.
Notez, ce n’est que mon point de vue personnel : On peut ne pas le partager.

Alors, comment expliquer ce retournement, pour le moins intrépide et insolite ?
Parce que tout d’un coup il ne prendrait pas « Monte-et-bourre-la » au sérieux ?
Parce qu’il exècre la dérive droitière de « Menuet-Valse » et ne veut pas cautionner son ultra-républicanisme ?
Parce qu’un retour sur le devant de la scène n'est pas fait non plus pour lui déplaire ?
Ou alors il s’est tout simplement fait lourder de sa fac sans qu’on n’en sache rien ?
Tout d’un coup il se verrait jouer dans la cour des grands par… conviction ?
Il a des convictions, maintenant ?
Alors hop : Tout d’un coup, coucou, le voilà !
Magnifique. 

Et pas pour ne rien dire : « J’ai mon identité politique, mon projet », a assuré le prof de philo dimanche dernier soir sur « TF 2 ».
Certes : Aujourd’hui, le site de l’intéressé reste une coquille vide !
Aucune mesure n’est indiquée : Splendide, vous dis-je…
« La primaire n’a pas encore commencé. Les propositions arriveront dans les prochaines semaines. » À lui de décider de la « temporalité de la campagne », assure-t-on dans son entourage.
Sauf que justement, elle a déjà commencé et depuis bien longtemps cette campagne, puisqu’on se posait la question de savoir si « Tagada-à-la-fraise-des-bois » aurait été contraint ou non de s’y présenter…
« Il a pris ses responsabilités après le renoncement du président. Cette décision n’a pas été prise sur un coup de tête. C’est un choix réfléchi, pris dans un esprit de rassemblement, car il estimait que la gauche sociale-démocrate n’était pas représentée à la primaire ».
Attends… avec toute une équipe de rugby bientôt au complet ?
Je veux croire, tiens donc !

« Cela faisait plusieurs années qu’il ne prenait plus part à rien. On ne le voyait plus au PS, on ne le voyait plus nulle part. Il avait tourné la page, je recevais ses livres… Quand (on) m’a annoncé sa candidature, j’ai cru à un canular » en dit un autre.
La surprise est telle que beaucoup s’interrogent.
Son retour serait-il motivé par des desseins plus obscurs ?
Les noms de « Juju-Braie », de « Pierrot-Moscou-vicié », de « Sœur-Âne » ou de « Titine-Eau-brie » étaient déjà cités dans les médias.
« J’ai écouté la déclaration de candidature de « Payons » et je ne sais toujours pas pourquoi il a quitté sa réserve… », réagit un sénateur proche de « Menuet-Valse ». « Les manipulations tactiques préparées dans les officines du PS ne nous intéressent pas. J’espère que les gens dont on parle ne se mettent pas à ce niveau-là ».
Arf !
Ils ne savent faire que ça depuis le cartel de « gôches », ce qui ne date pas d’hier (et je n’étais pas né, mais je me souviens quand même) et quand par malheur ils parviennent « au pouvoir », c’est pour plonger le pays plus bas que profond : Le quinquennat qui se termine en témoigne…

Plus lucide, un autre « soce » en dit : « Est-ce qu’on est allé le chercher ? Je pense que oui. Je pense que « Sœur-Âne » et son équipe ont joué un rôle dans sa candidature. Son premier adjoint a travaillé avec lui à « Les-Ducs-à-Sion ». Le cœur du PS, (…) veut réussir le même coup qu’avec « Fifi-le-vainqueur ». »
Dites donc : Une simple manœuvre d’appareil ?
J’en rigole : Il doit bien y avoir autre chose, non ?
Un autre député est persuadé que cette candidature n’est pas une coquille vide. 
« Payons » a tellement grenouillé au sein du PS qu’il possède des tas de cellules dormantes, qui pourront être réactivées rapidement pour faire campagne ».
Le candidat n’a d’ailleurs pas mis longtemps à récolter les parrainages pour se présenter…
Vous aurez notez également que pas un jour ne se passe sans qu’il ne tente de torpiller « Menuet-Valse » sur des sujet aussi différents que la loi travail d’El-Konnerie », la déchéance de nationalité, le burkini, l’Europe et j’en passe…
« J’ai vu ces attaques. Après trois ans en Suisse, il pense que le débat à gauche a trop porté sur l’identitaire ! ».
« Les Français sont un peuple très politique. S’il n’y a que des attaques ad hominem et pas d’idées derrière, ils vont vite se rendre compte que tout ça sonne creux », raconte un sénateur « soce » qui ne le porte pas dans son cœur.
Là, il n’a pas tout faux, mais justement, un des effets pervers des primaires, de « droâte » comme de « gôche », c’est un peu moins vrai pour celle des « écololos-bobos » puisque ça n’intéresse personne, c’est le spectacle de la curée : Ils aiment toujours le sang, la vue du sang… des autres !

« C’est une partie de ping-pong ! Plus il tape sur « Valse » et plus il prend des voix à « Monte-et-bourre-la » et à « Âme-mont » chez ceux qui à gauche se dirigeaient vers ces deux candidats par dépit ».
Là, je ne suis pas contre, finalement…
Celui-là y croit : « C’est un candidat sérieux. Si une partie de la hollandie décidait de le soutenir, il affaiblirait également « Menuet-Valse », et pourrait alors créer la surprise ».
C’est vous dire combien ils s’adorent tous entre eux : Même pas un club !
Ça ressemble beaucoup plus aux vestiaires d’une équipe de foot qui vient de prendre une raclée à en être étrillée sur le terrain…
D’en conclure que manifestement, dans l’esprit de plusieurs personnalités de gôche, « l’ex-premier-sinistre » incarne l’ennemi, davantage encore que… « Fifi-le-vainqueur » qui n’en finit pas, de son côté, de cocufier ses électeurs de la primaire (comme prévu).
Tout est bon, pour l’abattre. 

Réfléchissez deux secondes : Qu’est-ce que partagent en commun la mairesse de Lille, le commissaire-soce européen gauloisien, la sinistre de la Santé et des Affaires Sociales, « l’ex-Garde-des-sots », ou encore la mairesse parigote ?
Si l’on se réfère à l’histoire récente du Parti des « soces », peu de choses puisque ces différentes personnalités ne partagent pas les mêmes « sensibilités », ont toutes appartenu à des « courants » différents et concurrents, se sont dispersées depuis bien longtemps dans les différentes écuries présidentielles.
Voire, il y a des haines répulsives et tenaces entre-elles.
Mais…
Mais voilà que, sans même avoir besoin de se parler, de s’organiser, de comploter selon la vieille tradition « soce », ces cinq-là et tant d’autres partagent désormais un objectif commun : Exploser en vol « Menuet-Valse » !
Je vous avais prévenu : Il est suicidaire, ce gars-là…
Éviter, et quel qu’en soit le prix, qu’il triomphe à la primaire !
Empêcher qu’il soit le candidat des socialistes à la prochaine élection présidentielle !
Tout est bon, oui tout est bon, pour le démolir, lui le « social-traître-catalan » qui en plus aura poussé « pépère-tagada » dans les orties !

Que reprochent-ils à Valls, ces comploteurs de circonstance ?
Tout, et d’abord, avant même d’accéder au ministère de l’Intérieur puis à Matignon, de ne plus appartenir à la gauche.
D’incarner l’autoritarisme obtus (des autistes) en politique, de prôner (à peine en douce) une politique économique et sociale d’inspiration néolibérale, de défendre une conception « laïcarde » (trisomique) de la laïcité, d’être une provocation ambulante et permanente envers les intellectuels, cette composante essentielle des gôches sans qui rien n’est possible pour eux-tous.
Bref, dans leur esprit, aussi incroyable que cela puisse paraître à bien des observateurs, « Menuet-Valse » incarne vraiment le seul véritable ennemi.
Je vous le dis : La chance d’avoir de la gadoue dans les yeux !
« Il a été le premier ministre le plus à droite dans l’histoire de la Vème république », assure un dignitaire soce qui n’aurait pourtant rien d’un gauchiste.
C’est dire à quel point la haine, à gauche, est vive.
À en perdre la mesure.
À en perdre la raison. 

Notez que le déchaînement « anti-Valse » ne se réduit pas à une défiance politique et à des antagonismes idéologiques, par définition respectables. Il en va aussi de la psychologie, de l’inimitié personnelle.
Et de la trahison.
Car tous ceux qui mitonnent cette opération « Payons », parmi eux des « Tagada-tistes » comme des « anti-tagada-tistes » d’ailleurs, tous ceux qui sont appelés à les rejoindre sont au moins d’accord sur un point : « Menuet-Valse » a « trahi » le président de la République sortant.
Il a organisé, planifié son empêchement.
Il lui a tordu le bras pour finir par l’étrangler.
Un comportement, une méthode, qui, additionnés aux désaccords de fond, interdit selon eux, tout compromis politique ou personnel.
À ce sujet, il faut entendre la virulence envers « Valse », de « Raide-s’amène », le maire de Dijon, un proche de « Tagada-à-la-fraise-des-bois » certes, mais avant tout un de ces « dignitaires » qui comptent, un grand élu « P.Soce », puissant et influent dans un parti peu ou prou moribond. Si un personnage de cet acabit ne soutient pas « Valse », alors ça devient mission quasi-impossible pour l’ex-chef du gouvernement.

En ce qui me concerne, tous ces imbéciles me semblent avoir les idées courtes : Qui donc a nommé tous ses concurrents de la primaire de 2012, hors « Titine-Eau-brie », dans son premier gouvernement, au juste ?
Et en plus avec « Air-Eau » et son combi-VW pour faire la police à leur tête…
Tellement imbu d’autorité qu’il n’aura même pas eu son second aéroport en 5 ans d’effort.
Je les plains d’avoir pu être aussi « autistes-trisomiques » que ça, finalement.
Enfin, pas eux, mais le pays.

Et alors, puisque « Monte-et-bourre-la » leur paraît tout de même, dans un sursaut de clairvoyance, trop « sauteur » pour incarner pas une « solution crédible », ils en seraient réduits à la nécessité de créer de toute pièce une alternative la moins ridicule possible, la plus efficace possible.
D’où le surgissement pour le moins inattendu de la candidature de « Payons », tellement ils n’ont pas envie d’y aller eux-mêmes.
Encore que j’imagine qu’il ne s’agit que d’un premier exocet, un scud isolé.
On attend les autres, même sur la Lagune…

Dans ce contexte mortifère, son apparition peut quand même apparaître surréaliste.
L’ex-ministre de « les-ducs-à-Sion », après un incontestable échec rue de Grenelle a été remplacé par « Âme-mont », cinq mois seulement et lui aussi devenu « frondeur » et pourfendeur de son « ex-patron-gouvernemental », qui n’a pas non plus brillé par ses succès totalement passés inaperçus pour avoir été inexistants, puis par, catastrophe pour les enseignants, les enfants, les parents-contribuables des enfants, « Nagea-Va-à-l’eau-Belle-qui-s’aime »…
À elle, la seule chose qu’elle ne réussit encore pas trop mal, c’est de sourire en toute circonstances, de ne pas faire rire par ses propos et de se maquiller un peu trop…
Un quinquennat éducatif catastrophique, confirmé par les divers classements internationaux qui démontrent qu’il n’y a aucun progrès à envisager avec des ministres pareils…
Soyons sérieux, de vous à moi : Franchement, vous voudriez d’un nul à la tête du pays ?
Avec ou sans manœuvres-douteuses du parti ?
Vous venez d’en prendre 5 ans et vous doubleriez la mise ?

J’en rigole, naturellement : Dans quelques jours, les sondages nous diront si ce « coup de force » est seulement sérieux…
La seule bonne nouvelle – ou conséquence – de cet épisode de fin de quinquennat, c’est que grâce à « Tagada-à-la-fraise-des-bois », le « soce-ialisme-Gauloisien » est mort.
On pourra lui dire merci, sauf naturellement si finalement s’installe dans son fauteuil « Marinella-tchi-tchi » : Là, ça rigolera moins, figurez-vous !

2 commentaires:

  1. Croyez moi! Le meilleur scénario, c'est, au premier tour, Marinella-qui-chie-qui-chie avec 25,10%, suivie de Mélenchon 25% suivi de Fillon 24,90% suivi de Bayrou 24,80% ... Mélenchon est alors élu, haut les mains!, avec 74,9% des voix!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On y reviendra, n'Est-ce pas, même si j'ai déjà eu l'occasion de tailler en pièce ce scénario :

      http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/comme-promis-je-vais-lui-faire-plaisir.html

      Vous n'avez peut-être pas bien compris - ce qui ne m'étonne guère, finalement - peut-être que j'y reviendrai un jour ou l'autre.

      Ceci dit, elle, elle fera plus de 30 % (si ce n'est pas directement 50 % au premier tour) et "mes-Luches", s'il améliore son score de 2012, ce sera pas mal pour lui avant de remballer.

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube