Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

mercredi 28 décembre 2016

Attentat de Berlin…


En « Ritalie », on se pose bien des questions.

Je ne sais pas encore si en « Gauloisie », voire en « Teutonie » (… quoique…), on se pose les mêmes, mais il y a tout de même des faits, des déclarations, des images qui interpellent.
Et on trouve assez peu, voire pas du tout de site, de média, qui relèvent les quelques incohérences qui sautent aux yeux.

La première chose, c’est tout de même le portrait-robot du tueur. Tout le monde l’a vu.
Plus exactement, il y en a deux côte-à-côte, celles d’un homme qu’on veut bien nous prétendre être le même odieux personnage, un tunisien que je ne nommerai pas par respect pour les souffrances de ses victimes.
Un homme à lunettes, le cheveu ras, imberbe, avec des lèvres légèrement lippues, la base du nez légèrement épatée, une tronche légèrement brachycéphale, le front pourtant dégagé proportionnellement plus bas que celui de la photo d’à-côté.
Celui-là a le cheveu en broussaille, le nez légèrement plus fin, la bouche plus étroite, des rides sur le front, un début de double-menton avec pourtant des traits moins marqués.
Si ça vous amuse, ci-jointes quelques photos où apparaissent encore d’autres « clichés », d’autres profils.
Toutefois, même en ne se tenant qu’aux deux premiers portraits les plus diffusés, tu croises les deux meks dans la rue, tu ne verrais aucun signe qu’ils appartiennent à la même fratrie.
Alors, que ce soit en plus le même…
Même si ça reste « troublant », nous passerons ces détails !

La deuxième chose qui interroge, ça reste le parcours du bonhomme qui a fini par tomber sous les balles des carabiniers à Milan.
Pas de doute, les empreintes et les tests ADN démontrent qu’il s’agit bien de l’homme qui a conduit le camion-bélier sur la Breitscheidplatz berlinoise.
Cette andouille y avait laissé ses papiers, notamment son permis de conduire…
Normal : Les « Charlie » en avaient fait autant, alors pourquoi pas lui ?
Le gars arrive de Tunisie par Lampedusa en avril 2011.
Il avait été condamné pour un braquage à main armée et il s’est très vite fait remarquer en « Ritalie » puisqu’il a aussi incendié un centre d’accueil.
Quatre ans de prison, entre Catane et Palerme. 

En avril 2015, un arrêté d’expulsion est pris contre lui, vers la Tunisie, mais il n’est pas appliqué.
Il reste donc deux mois supplémentaires puis se rend ensuite en Allemagne où il peut préparer et perpétrer l’attentat de Berlin.
De là, il repasse une frontière pour se faire filmer à la gare de Lyon-Perrache par les vidéosurveillances et on sait qu’il débarque à Turin avec en poche un billet de train en provenance de Chambéry.
On sait ainsi qu’il est arrivé à Turin sur le coup des 22 heures et qu’il a changé de train pour arriver vers 1 heure du matin à Milan.
Là, il prend le métro, sort à Sesto San Giovanni, une station de la banlieue milanaise où il est abattu.
Son portrait (celui dont on nous abreuvés) circule depuis le 21 décembre dans tout l’espace Schengen à ce moment-là. 

Il est contrôlé vers 3 heures du matin par une patrouille « nuiteuse » devant la gare du métro alors qu’il circulait de façon « suspecte ».
Hors champ de caméra alors qu’il en a passé des dizaines jusque-là…
À la demande de vérification d’identité, l’homme a sorti « sans hésiter une arme et a tiré sur l’agent qui lui avait demandé ses papiers ».
Le deuxième policier a alors riposté et tué le suspect…
Beau réflexe, mais il faisait nuit et l’éclairage artificiel ne devait sans doute pas permettre une identification visuelle immédiate : Ils ne pouvaient donc pas savoir qu’il s’agissait DU terroriste recherché partout en Europe.
Ce konnard-là, il aurait sorti des papiers, même faux, il repartait libre et sans être inquiété…
Étonnant, n’est-ce pas ?
Et depuis, nous n’avons plus aucun cliché de sa dépouille…

Jusque-là, même si on ne comprend pas bien à quoi il sert de passer par un pays en état-d’urgence renforcé alors qu’on se sait recherché activement, ni à quoi sert le rétablissement des contrôles aux frontières, ni les patrouilles de l’armée en « Gauloisie-antiterroriste » (faut les voir à Perrache, en patrouille par quatre, dont au moins un biffin marche-à-reculons pour « couvrir les arrières »…), on peut admettre que les faits restent relativement concordants.
Et on prend ce qu’on veut bien nous servir comme argent-comptant.
Reste toutefois quelques détails intrigants.

D’abord le fait que la Polizei ait pu « merder » plus d’une journée à « courser » un « Pak-pak » (pakistanais) qu’il leur a fallu relâcher après qu’il ait été rattrapé.
Là encore, ça arrive : Pas de quoi fouetter un chat, même noir.
Mais notez que seulement deux heures après le dit attentat, le leader de Pegida (de l’allemand, « Patriotische Europäer gegen die Islamisierung des Abendlandes » pour « Européens patriotes contre l’islamisation de l’Occident », un mouvement « populiste »), Lutz Bachmann, savait déjà de sources policières que le conducteur du camion était un Tunisien alors que la police affirmait interroger un Pakistanais.
Personnellement je vous retraçais encore les commentaires outrageants et de basse-politique de l’Afd et de ses représentants, Frauke Petry et Marcus Pretzell qui tentaient une ignoble récupération…
Et m’avait échappé que ledit Bachman qui a effacé son « twist » depuis. 

Or, si on le retrouve, c’est que l’info a été publiée par le Bild, le Spiegel, des médias pour le moins très respectables en « Teutonie » : « Bachman a écrit sur son compte Twitter que le terroriste était, selon des sources de la police berlinoise, un Tunisien même pas deux heures après l’attaque du camion ».
Il faut aussi faire un effort de mémoire : En juin 2016, des informations sur Bachman ont été publiées disant que le leader de Pegida aurait touché des millions de l’État de Saxe, on parlait de 9 millions, pour mener à bien la stratégie de contrôle Pegida.
Naturellement, l’intéressé a dénoncé ces accusations en les traitants de ridicules sans pour autant trop insister sur les accusations.
Qui restent pour l’heure sans preuve.
Même si le site « le site Anonymous.ru » (probablement un faux-nez du FSB russe) annonçait que Bachman aurait acheté plusieurs terrains dans plusieurs endroits en Espagne pour au moins 2,2 millions d’euros…
Vous aurez compris que le bonhomme a fait déposer la marque « Pegida » comme d’un label marketing.
Et depuis, certains allemands, qui dénoncent la politique de la Chancelière, ont eu l’interdiction de manifester dans la rue sous le label Pegida car trop extrémistes selon Bachman.
Ces interdictions montrent en tout cas bien une stratégie de contrôle.
Est-ce-que Bachman collabore avec les services de son pays ?

Là encore, si on creuse un peu et pour rappel, souvenez-vous que la « vénérée chancelière » portait le nom « d’Erika » au service de la Stasi et était responsable de la propagande et de l’information au sein de la FDJ.
D’ailleurs, l’actuel président de l’Allemagne est lui aussi un ancien citoyen de la RDA totalement impliqué avec le régime et la Stasi.
Et qu’il fut le premier patron des archives de la Stasi après la chute du mur de Berlin… 

Et puis on apprend que Shlomo Shpiro, réputé être un « expert » en sécurité et terrorisme, était présent sur place quelques minutes avant le carnage puisqu’il est interviewé le soir même sur l’attentat…
Les heureux-hasards, tout de même !
Un camion polonais, tout neuf, le choix du lieu, le déroulement des informations sur ledit terroriste comme le script d’une série télévisée publié par Bild, l’impossibilité de trouver ledit tueur alors que la police dit l’avoir connu depuis l’été 2016, sembleraient démontrer une « action concertée ».
Montée sous « fausse-bannière » ?
Comment la police peut-elle dérouler tout sur ledit terroriste, de ses empreintes digitales à sa pièce d’identité, et ne pas le trouver, l’avoir laissé sans surveillance alors que le pays est en état de guerre ? 

Certes et jusque-là, des « rapprochements » plutôt « vaseux », j’en conviens.
Mais tout de même.
Et ça passerait inaperçu dans la cacophonie ambiante si un avocat, Burkhard Benecken, n’accusait pas les services en charge de la sécurité en Allemagne d’avoir été informés, dès l’été 2016 donc, sur les plans terroristes dudit Tunisien.
Une information publiée par Focus, un autre journal au moins aussi sérieux que le Bild ou le Spiegel…
Alors, est-ce que l’accusation de l’avocat est là pour faire passer l’acte terroriste comme étant la responsabilité de dysfonctionnement de l’État alors que tout semble dire que tout aurait été sous contrôle de A à Z ?
Ou bien est-ce encore du vent, de la polémique gratuite ?
Là, il faut se poser aussi la question : Comment être terroriste en Allemagne, depuis les « Rote Armee Fraktion » et la bande à Baader ?
Dont d’ailleurs en début d’année on supputait la réapparition…  
Probablement seuls des individus soutenus par les services secrets peuvent tenir aussi longtemps, tellement le pays est fliqué.
Ou alors ni la Bundesnachrichtendienst (BND), ni le Bundesamt für Verfassungsschutz ni encore moins le Amt für den Militärischen Abschirmdienst ne sont à la hauteur : Le temps de la Stasi serait-il définitivement révolu ? 

Et puis enfin le fait que ledit terroriste ait bizarrement choisi Milan pour s’enfuir alors que d’autres directions auraient pu être envisagées, sème un doute sérieux quant aux informations officielles sur cette affaire.
D’autant que trois axes restent possibles pour venir de Berlin à Milan sans être trop inquiété : Au choix par Lindau, par Munich, par Schaffhausen. La Suisse, le Liechtenstein, l’Autriche. Mais non, contre toute raison raisonnable, il est passé par Lyon, Chambéry, la « Gauloisie-sécuritaire » et Turin…

Voilà qui en étonne plus d’un !
Probablement que nous n’en saurons jamais rien de plus, finalement.
On attend seulement des révélations – « informations », « fuites » autorisées ou non comme on dit en « Gauloisie-de-la-presse-libre-aux-ordres » – complémentaires sur les complicités dont il aura bénéficié.
En « Ritalie » aussi, figurez-vous !
Parce qu’il y en a forcément eue : Il ne pouvait pas maîtriser seul le chauffeur polonais, se souvient-on et on ne débarque pas à Milan la tronche enfarinée pour s’y réfugier ou faire une pause sans raisons… raisonnables.

4 commentaires:

  1. Une seule question alors : pourquoi ? A qui profite le crime ?
    Merci d'éclairer ma lanterne solaire...
    ComtesseÔPiedNu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Solitaire, je ne sais pas, unijambiste... peut-être... !
      En tout cas, une seule chaussette.

      C'est un peu compliqué à expliquer en quelques mots, d'autant que c'est là qu'un petit bout visible de l'iceberg qui se profile.
      Je tenterai d'aborder le sujet dans un autre post, mais là, de prime abord, c'est assez clair : Déstabiliser "Mère-qu'Elle" !

      Elle était partie pour un quatrième mandat : "Ils" n'en veulent plus => "Ils" la déstabilisent, aussi simple que ça !

      Question suivante : Pour quelle raison "ils" n'en veulent plus ?
      Parce que c'est beaucoup plus vaste que ça.
      Jusque-là, le maillon faible, c'était et ça reste la "Gauloisie-soce".
      Et elle s'en est pris plein la gueule depuis deux ans...
      "Tagada-à-la-fraise-des-bois" renonce, c'est bon, on va lui foutre la paix.
      On passe aux choses sérieuses avec l'Allemagne, le maillon fort !

      Ok, mais alors, troisième question : Quel objectif ?
      Eh bien il me semble qu'on vise simplement l'Europe.
      Chypre ruiné, l'euro a tenu.
      Grèce en faillite, l'euro a tenu.
      Espagne et Portugal "rabotés", l'euro a tenu.
      France déstabilisée, l'euro a tenu.
      Belgique martyrisée, l'euro et les institutions européennes ont tenu.
      "Brexit" et l'euro a tenu.
      L'Autriche qui a failli basculer, l'euro a tenu.
      "Italexit" et le sauvetage de ses banques : l'euro tiendra.
      La sortie possible des urnes d'un mouvement populiste aux Pays-Bas et l'euro peut basculer.
      Pire encore si "Marinella-tchi-tchi" est élue en 2017 : L'euro vacillera.
      Si dans la foulée "Mère-qu'Elle" se fait dégager, l'euro s'effondra !...
      Plus personne ne le défendra et l'institution européenne vacillera à son tour.

      Vous aurez noté que "Poux-tine" garde trois fers au feu pour la "Gauloisie-électorale" : Il a clairement adoubé "Fifi-le-vainqueur", il finance le "F-Haine", il a gardé "Mes-Luches" dans le giron du PCF...
      Idem pour "Trompe" !

      Oui mais, énième question : Qui a intérêt à bousculer l'Europe ?
      Eh bien il y a une conjonction incroyable en cours.
      Le 20 janvier, un "nationaliste" (voire populiste) entre à la Maison-Blanche : Lui a déjà abattu ses cartes ! Pas de cadeau, même aux alliés traditionnels des USA.
      Quant à "Poux-tine", il a une dent contre l'Europe qui persiste à l'humilier (les sanctions, la crise Ukrainienne, la Crimée), alors qu'il fait "le boulot" en Syrie.
      Il a réussi à mettre fin aux visées européennes de l'Ukraine, de la Turquie, demain des pays baltes si l'euro et l'UE s'effondre ou s'effrite.
      Même l'Otan, jusque-là à ses portes, va devoir reculer.

      Autrement dit, on a deux "superpuissances" dont les objectifs sont désormais les mêmes : L'Europe ne doit pas faire d'ombre.
      Ensuite, le monde sera partagé en trois zones "commerciales", Afrique pour Pékin, l'Amérique latine pour les USA, l'ex-zone euro pour Moscou, avec des territoires "mélangés", comme le cas de l'Angleterre (qui va se rapprocher des USA-Canada-Islande) et le Moyen-Orient (aux USA les sunnites et Israël, aux russes les chiites...)
      Ca a toujours été mais ça s'amplifie encore.

      Alors, qui est derrière tout ça, naturellement, nous n'en saurons fichtrement rien.
      Mais le reste est en cours...
      Et passe par la destruction de l'euro, en tout cas son affaiblissement extrême.

      Je ne sais pas si c'est plus clair pour vous, mais je ne suis guère optimiste : On est tombé dans tant de pièges et avons loupé tant d'occasions de faire mieux, que je ne vois pas comment on pourrait redresser la barre.

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
  2. Merci, merci infiniment pour cette analyse de géopolitique. J'ai tout compris!
    Je suis vraiment contente de vous avoir découvert il y a plusieurs années déjà...
    Grâce à vous, je suis moins ignare...

    Courtoisement.
    ComtesseÔPiedNu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et encore... Vous n'avez pas n'avez pas encore découvert mes "21 doigts de volupté" !
      (Excusez-moi : Je ne peux pas m'en empêcher dès que je sens poindre de la flagornerie à mon égard...)

      Je ne détiens pourtant aucune vérité ni la moindre "science" pour n'avoir qu'un seul neurone en fonction : Celui du "nerf honteux".

      Ceci dit, tout cela est tellement "flagrant" que ça tombe sous le sens : Il suffit de regarder autour de soi.
      Et il reste des questions sans réponse. Par exemple que venez foutre en "Ritalie" le terroriste tunisien ?

      Bon d'accord, c'est un pays qu'il connaît, mais il en connaît surtout les prisons.
      Et puis il y a un arrêté d'expulsion contre lui valable justement en "Ritalie".
      Il a des "réseaux", d'accord, mais il en a aussi ailleurs et des nettement plus denses.
      Et puis, c'est un "soldat" de l'EI (sa vidéo d'allégeance, la revendication de l'attentat de Berlin), mais ce n'est pas un candidat au suicide (avec bombe et kalachnikov comme on l'a vu en "Gauloisie" et en "Belgie").
      Il s'est gardé "vivant" même en prenant quelques risques mais s'en est bien sorti.
      Alors quid ? Il remettait ça en "Ritalie" ?

      Pays également "déstabilisé" avec la crise bancaire, un premier ministre qui a démissionné et les prochaines élections qui vont être remportées par le "M5" réputé "populiste" ?
      Ceux-là ne sont pas prêts pour gouverner comme l'est le "F-Haine" en Gauloisie, pas assez mûrs, pas assez d'élus "de terrain", pas très crédible, mais...
      Ou le Vatican comme cible ?

      Vous imaginez un attentat suicide place Saint-Pierre sous les yeux du Pape ?
      Là, c'est tout le monde de la chrétienté qui est déstabilisé d'un coup et appellera au retour des "croisés" !
      Mais pour en faire quoi, puisque l'EI ne dépassera pas Pâques (la fin du "Califat" programmée).

      Vous y réfléchissez de votre côté, j'en fais autant du mien et on partage ou confrontons les analyses : OK ?

      Bien à vous charmante Comtesse "Solaire" (et non pas "solitaire" : j'ai aussi la vue qui baisse, désormais..., veuillez m'en excuser !)

      I-Cube

      Supprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube