Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

jeudi 24 novembre 2016

Débat de ce soir…


Là, je commence à être très inquiet.

À lire la presse francophone, il semble qu’ils soient tous subjugués par la qualification au second tour des primaires de « droâte » de « Fifi-le-déchu », dimanche dernier.
Attention danger : « Ils reviennent » !

La « gôche » commence à se déchaîner tellement c’est le candidat de remplacement idéal de « Bling-bling », un vrai clone, et entre les « droâtes », c’est la guerre des petites-phrases assassines : Ils s’étrillent entre eux presque mieux que ne le feraient de vrais opposants !
L’un des effets détestables du principe des primaires…

Tout le monde donne « Fifi-le-déchu » gagnant dimanche prochain avec des scores variant entre 65 et 55 % selon les instituts de sondage.
Les effets de la dynamique du succès, probablement, d’autant qu’ils ne l’avaient pas vu venir…
Certains commentateurs de signaler que « Juppette » aurait envisagé d’arrêter là la bataille, retardant même l’intervention de soutien de « Haine-ka-aime »…
Ç’aurait été kon de sa part, à raison de 8 méga-euros la séance tombés directement dans les caisses du parti qui va devoir en sortir 20 dans les mois qui viennent et continuer à rembourser les ardoises laissées par « Bling-bling »…
D’autres d’affirmer que tout cela est peine perdue … moi, je ne sais pas : On caricature et pas forcément à tort.

D’un côté, « Juppette », ex-repris de justice, ex-premier-ministre, le « meilleur d’entre nous », qui a eu sa traversée du désert à payer les pots-cassés » pour d’autres et jusqu’à un exil au Canada, un pur produit de la « Chie-rat-qui » qui a eu du mal à s’émanciper de l’ombre du « Chi » mais a su se refaire une virginité, un peu « pète-sec » avec un programme nettement plus soft que son concurrent, mais pas dupe de l’état du pays ne lâchant rien des réformes à faire et les impulsions à donner pour redresser le pays ;
De l’autre côté, un autre « ex-premier-ministre », qui, s’il n’a pas démérité aura tout de même servi de serpillière, de litière à « Bling-bling » durant 5 ans, qui débarque avec un programme « casse-la-baraque », résolument libéral (personnellement je ne vois pas où, mais admettons), qui s’inscrit d’emblée dans la durée et s’en remet au peuple pour quelques réformes où il ne sent pas assez légitime pour trancher tout seul (les thèmes de ses 5 référendums) et qui a fait une OPA sur les équipes de « Bling-bling »…
D’où le buzz, le raz-de-marée de ralliements en sa faveur, jusqu’à en devenir le clone de « Bling-bling » vous dis-je…

Tous auprès du futur vainqueur putatif, jusqu’à l’écœurement, même « Goût-jonc », alors que le « hors-système » mis sur la touche qu’est le fils du « cousin-Jean » (Tiberi), « Domino », dans le clan des perdus, s’affiche auprès de « Juppette »…
C’est d’ailleurs comme ça que « Fifi-le-déchu » a réussi à virer « Bling-bling » du second tour de la primaire sans en avoir l’air : Ras-le-bol du pantin agité sur ses talonnettes !
Lui, c’est le clone « pur sucre », les trémolos en moins, qui récupère l’héritage et l’appareil…
Question d’hier : Lequel des deux peut faire le mieux « barrage-au-FN » ?

Attention, « Marinella-tchi-tchi », c’est un programme nationaliste, certes, anti-européen, évidemment, mais c’est aussi et avant tout un programme social à en être la copie conforme, non pas des « soces-de-Tagada-à-la-fraise-des-bois », mais bien plus des « frondeurs » voire du « Front-de-gôche » de « Mes-Luches ».
Vous le savez et je vous en ai déjà fait la démonstration : C’est son socle électoral et ça représente 30 %, voire un peu plus, des gens qui se déplacent systématiquement pour aller voter depuis avant 2014, même pour des élections sans enjeu national, des « votants-de-conviction »…
Si ceux-là seront forcément présents en avril et en mai, qui sera capable de rejouer 2002 ?
Le « Chi » l’avait réussi sur le thème de la réduction de la « fracture sociale » et l’effarement provoqué dans l’opinion par la disqualification de « tonton-Yoyo ».
Là, l’effarement est effacé : Tout le monde s’attend à sa présence au second tour depuis au moins un an. C’est du certifié !
Alors, reste la « fracture sociale » (ou l’équivalent), mais chez « Juppette » ou chez « Fifi-le-déchu » ?

Devenu « clone-de-Bling-bling », « Fifi-le-déchu » ne peut évidemment pas porter ce vêtement-là, pas fait pour lui tellement il ne lui allait pas pendant 5 ans : C’est même un repoussoir pour le peuple des fonctionnaires de gôche avec le retour du « un sur deux » !
Avec lui, pas de « fracture-sociale » à réduire, car d’abord et avant tout il veut réduire les dépenses publiques pour mieux répartir les soldes aux acteurs du privé (les classes-moyennes, la haute-finance, etc.) : Là, c’est clair !
Alors que « Marinella-tchi-tchi » prévoit de renforcer le pouvoir de l’État, de revaloriser le point d’indice, d’embaucher des effectifs nouveaux, de cajoler les syndicats, de préserver les retraites et même de revaloriser les minimas sociaux au détriment… de la main d’œuvre d’origine étrangère, c’est clair également !

Et vous aurez noté que c’est toutefois assez curieux : Combien de fois ai-je pu lire que la qualification de « Fifi-le-déchu » serait une catastrophe pour « Marinella-tchi-tchi » ?
Vu ce que je viens d’en dire, c’est au contraire une excellente affaire, comme pour les « soces » : Il lui suffira à elle d’appuyer sur l’accélérateur de la protection des « couches-populaires » contre un saccage des « droits-acquis » et d’adoucir son côté « nationaliste-extrémiste », ce qu’elle fait depuis des mois et des mois (singeant même « Mythe-errant » avec sa rose… bleue), et elle est capable d’emballer le tout contre un « européaniste-mondialiste » libéral-avancé présenté comme le « Tate-cher » de la Sarthe (où il n’a pas fait d’étincelles, là où à Bordeaux, ils sont enfin sortis des « trente-déprimées »).
Le seul terrain où ces deux-là se retrouvent, c’est sur leur position vis-à-vis de la Russie-éternelle de « Poux-tine » : Tout le reste les oppose.
Et que quoi ? Après un quinquennat catastrophique, vous aurez le choix entre le « retour vers le futur Bling-bling » ou un renversement de table antisystème…
Et déjà pris entre l’enclume de « Marinella-tchi-tchi » et le marteau et la faucille des « gôches », « Fifi-le-déchu » va se faire écraser.
Magnifique perspective s’il en est : Je ne suis pas près de revenir d’exil, là !

Je reconnais que « Juppette » peut se retrouver dans la même position, mais sans assumer le quinquennat de « Bling-bling » et n’est pas non plus le meilleur des canassons sur le papier. Il a de la bouteille, du vécu, des tonnes d’échecs, mais à l’énorme avantage d’avoir affirmé qu’il ne se représentera plus à aucun mandat : Il arrête à la fin de l’actuelle campagne et de son mandat de maire de Bordeaux, ou au plus tard en 2022.
Là encore, c’est clair : On ne le supportera que 5 ans alors que « Fifi-le-déchu » vise déjà sa réélection en 2022 et sera donc amené à reculer sur bien des points de son programme pour y parvenir.

Par exemple, ses futurs référendums : L’inscription de l’équilibre budgétaire dans la Constitution peut passer, mais quel intérêt, même si c’est une bonne idée sur le papier ? C’est se lier les mains derrière le dos pour l’avenir un peu comme les critères de Maastricht qu’on a déjà du mal à respecter…
La réforme des collectivités territoriales : Quel format ? On en sort qu’à peine il faudrait y retourner ? Et que croyez-vous, qu’il n’y aura aucune opposition virulente ?
La fin des régimes spéciaux de retraites : Pourquoi pas, mais quelle campagne d’information à faire, soulever des montagnes pour accoucher d’un truc bancal au final… Moi, je les aurai laissé faire faillite, ni plus ni moins…
La mise en place de quotas d’immigration : Celle-là, elle pourrait passer les doigts dans le nez, puisque ça existe déjà aux USA et au Canada et même demain, après le « Brexit », chez nos voisins d’outre-Manche (qu’ils en sont catastrophés pour leur agriculture qui ne tourne encore qu'avec des « polaks ») ;
La réduction du nombre de parlementaires ? C’est une excellente idée, mais croyez-vous qu’ils vont se laisser dépouiller de leurs attributs sans faire campagne contre ?
Et alors, qu’est-ce qui se passe si l’une de ces propositions s’arrête au bord du chemin ?
Reculade…

Et c’est sans parler de la réduction des effectifs envisagée par l’un et l’autre, mais pas au même format. 10 % pour l’un, 6 % pour l’autre.
Je l’ai déjà dit : Moi qui n’ai jamais licencié que cinq personnes dans toute une carrière, parfois par intermittence, de redressements d’entreprises, sur des effectifs se comptant sur tous les doigts par milliers, je ne comprends pas.
Et encore, dans ces cinq-là, deux me suppliaient de les lourder et une troisième avait même mobilisé le médecin du travail pour attester de son incompatibilité…
Tous les autres, et il y en a eu des paquets, je ne le cache pas, ils sont partis d’eux-mêmes à la faveur d’un « turn-over » naturel : Je ne les retenais pas et même me payais le luxe d’afficher ma déception en comité d’entreprise, mon affliction en affirmant « qu’ils n’y croyaient pas, alors que ça va marcher ! », salaud d’ignoble-infreequentable que je suis !

Attend, là encore, on ne licencie pas dans la fonction publique (ou alors il faut avoir volé les codes nucléaires et encore…). Et si 10 % des effectifs sont atteints d’obsolescence au titre de la vieillesse qui gagne du terrain tous les jours, c’est que le renouvellement des générations et des savoir-faire n’ont pas été gérés correctement mais lamentablement !
D’autant plus plus tard en cas de gel pour un format administratif identique.
C’est par là qu’il faut commencer, le redéfinir, le réduire, pas autrement, les effectifs suivront ensuite.
Un désastre dans les principes de la hiérarchologie-appliquée et pour le pays.
Par ailleurs, les fonctions publiques sont incapables (hors l’hospitalière) de générer un « turn-over » naturel : C’est leur essence, il faut protéger les agents même contre leur hiérarchie pour leur éviter les tentations délictuelles et garantir l’égalité de traitement des citoyens (tous égaux… en droit, c’est marqué comme ça sur tous les frontons des bâtiments publics).
Résultat des courses, elle se sclérose plus vite que dans le privé et les économies à en espérer sont marginales, puisqu'il faut payer tout de même les pensions avec du bon impôt.

Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que, dans le temps et en réaction, je préconisais de rendre obligatoire les CDD, tuer définitivement le CDI.
Durée : De quelques mois (voire une journée : l’intermittence) à un plafond de 5 ans maximum, au même poste, à la même fonction.
Renouvelable une seule fois. Idem pour les élus, avec un tiers-temps de la moitié du cumul précédant : C’était déjà la règle commune des CDD d’avant la loi « Elle-Konnerie ».
Et d’étendre cela à la fonction publique en faisant assimiler tout le code du travail par celui de la fonction publique… avec ces nouvelles règles.
Car le principe d’une bonne gestion des ressources humaines, c’est qu’il doit se passer « quelque-chose » sur la feuille de paye au moins une fois tous les deux ans de n’importe qui, hors la revalorisation du point d’indice.
S’il ne se passe rien, c’est que le salarié est mauvais. Et il devra dégager tôt ou tard pour faire autre chose.
Et justement, s’il est bon, il va évoluer et faire autre chose…
Dans tous les cas, on améliore donc aussi et forcément son sort, hors chômage (maladie, invalidité, retraite).

Comment croyez-vous qu’à un hypothétique second tour des présidentielles prochaines l’un ou l’autre vont se présenter face à « Marinella-tchi-tchi » qui va axer son discours sur la préservation des effectifs et des avantages acquis, SVP ?
Ils parleront d’économies à faire (des vraies, pas comme « Tagada-à-la-fraise-des-bois » qui s’est fait une douce violence à ne pas dépenser comme il l’aurait voulu pendant 5 ans), des critères de Maastricht, des « obligations européennes », du pacte de stabilité, dont ne veut pas l’électeur du FN : Elle aura seulement qu’à affirmer que ces équilibres n’ont pas à se faire sur le dos du peuple.
Trop facile, d’autant plus qu’elle aura raison !
Bé oui, le sauvetage d’entreprise (ou d’une administration), contrairement à l’idée affreusement répandue et qu’on enseigne encore dans les ékoles-d’élite, ne se fait pas au détriment des compétences qui disparaissent avec la réduction d’effectif imposée, mais en « recyclant » soit les activités, soit les hommes, soit les deux à la fois (ce qui est nettement mieux) en trouvant de nouvelles tâches à accomplir (marchandes dans le privé, alors que le public n’a pas cette contrainte que s’en est d’autant plus facile…) et en formant et motivant les personnels concernés.
« Fifi-le-déchu » ira donc se brosser contre « Marinella-tchi-tchi » alors que « Juppette », moins kon que ça, pourra toujours dire que c’est un objectif, pas une fin en soi…
D’autant qu’en termes d’économies, il y a d’autres gisements à exploiter avant et qu’ils sont fort nombreux.

J’ai aussi entendu dire qu’on attendait une « Tate-cher » à la tête du pays, capable de mettre au pas les quelques 7 % de syndiqués du pays qui foutent régulièrement le boxon sans aucune honte ni retenue pour n’importe quel prétexte.
La britannique y était allé « à la schlag », c’est vrai, mais derrière, il y a eu une misère noire d’une partie des populations et un come-back des autorités avec l’élection de « Tony-le-blair-haut » en 1997, ne pas oublier non plus.
Et encore, les anglais ressortaient d’une cure d’austérité telle que je me souviens parfaitement des années 80 où on leur imposait, dans bien des services publics, de travailler à temps partiel, avec… demi-paye !
Ce qui a été également imposé plus récemment aux ibériques, rappelez-vous…
Alors, qui les fera plier ?
« Marina-tchi-tchi » elle ne l’envisage même pas ;
« Juppette », qui n’a rien à perdre, leur tarira les financements et négociera – il a forcément gardé le souvenir des manifestations monstres de novembre et décembre 1995 – et arrivera avec un mandat clair et ses projets d’ordonnances « écrites noir sur blanc » devant les électeurs : Ils prennent ou ils laissent passer « Marinella-tchi-tchi » ;
« Fifi-le-déchu » tentera de les casser, c’est sûr. Soit il y parvient, et alors là, je lui tire mon chapeau, soit il s’écroule en miettes n’ayant pas mesuré les attentes et les résistances…
D’ailleurs, même votre « Capitaine-de-pédélo-à-la-fraise-des-bois-tagada », pourtant estampillé « roi de la synthèse » et « soce » par-dessus le marché, ne les a pas bien vus venir avec sa loi « Elle-Konnerie », pas plus que celle de « Mac-Rond » et encore moins celle de « T’oubliera »…
Un borgne atteint de trisomie, d’autisme qui touche à la cécité ravageuse.
Il en sera vraisemblablement de même pour « Fifi-le-déchu » d’autant qu’il a déjà un passé de ministre du travail où il a détricoté sa « réforme des retraites » initiale au profit d’un minimum qui n’a rien résolu tel qu’il faut y revenir tous les ans…

Tiens, la réforme des retraites, justement : Retour aux 65 ans, âge du départ, la mesure phare de la « gôche » (bien plus que l’ISF).
Vous verrez, ça va se terminer par un taux plein moyennant 45 ans de cotisation, ni plus ni moins (via des abattements sur les pensions et des « bonus », ou bien un régime de points). Peu importe l’âge finalement, puisque ceux qui ont commencé à travailler tôt sont les plus « abattus » d’un point de vue sanitaire.
Et puis de mettre en place un mécanisme d’adaptation des taux de cotisation au fil de l’eau.
Entré sur le marché du travail à 16 ans, vous en sortiriez à 61 ans ; entré à 25 ans après une formation longue et donc des salaires plus importants pour des compétences accrues, vous sortiriez à 70 ans… ou avant moyennant un abattement, en fonction de votre espérance de vie à ce moment-là.
Simple, équitable, lisible, de la vraie assurance d’un « risque de vie » et pas besoin ni d’une loi, ni de passer « en force ».
Ni de forcer sa nature ou les « partenaires-sociaux »…
Mais non, ils sont tous trop têtus.

Ceci dit, depuis lundi ils se cognent entre eux : Lamentable !
Et dire qu’ils s’échangent du « mon-ami-Al-hun », « mon-ami-Franc-soie » et chacun de cogner sur son rival alors qu’ils ont été tous les deux de « mon » parti.
L’héritage de l’hérésie « bling-blinguesque » ?

Je ne veux même pas savoir (de toute façon, je n’ai pas le temps).
J’ai un pince-fesse guindé ce soir prévu sur le Rocher (déjà que je ne me suis pas montré pour la fête nationale la semaine dernière, à la sainte-Rainier et que ça s’est vu) : J’espère pouvoir me libérer pour suivre ce dernier débat et finaliser mon opinion.
Même si mon choix dominical est probablement déjà fait…

2 commentaires:

  1. Je constate que, pour une fois, nous sommes d'accord! L'hypothèse d'un duel Marinella-qui-chie-qui-chie face à Mes-luches devient plausible et même crédible!

    Taille-haut! Taille-haut!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Possible, mais pas plus qu'auparavant : Il ne faut rien exagérer.

      D'autant qu'hier soir, les deux postulant à départager dimanche nous ont montré que dans la "droâte-Répulicaine", ils avaient de la ressource !
      Assez extraordinaire que dans la même famille politique il y ait une telle densité d'idées, parfaitement cohérentes les unes et les autres, exposées avec conviction et talent (j'ai presque tout compris...) et finalement un choix très simple au bout !

      Je veux dire, soit on se coltine pendant 10 ans ("Fifi-le-déchu" a causé de 2027..., un bail) un programme néo-conservateur pseudo-libéral, soit on se prend pour 5 ans seulement un programme néo-gaulliste !
      Facile non ?

      Et dans le premier cas, c'est le retour assuré en 2022 d'une "gôche-mes-lue-chienne" ou d'une droâte encore plus "néo-nationale-soce", bref, on n'aura rien réglé de la peste ou du choléra ;
      Soit d'une situation plus ou moins bancale qui ouvrirait une ère "Giskar-dienne-pseudo-libérée", genre centre-mou de la soce-démocratouille" !

      A vous de choisir !
      Moi, je serai mort...

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube