Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

lundi 24 octobre 2016

Dernier débat « Pine-tonne-Trompe »


J’étais au concert,

Dans la soirée, accompagné d’une élégante « comtesse » locale et la soirée s’est prolongée très agréablement, tel que je suis rentré très tard et passablement rincé.
Et le jeudi en fin de journée, il faut que j’aie les yeux en face des trous pour rentrer sur le Rocher en un seul morceau…
Il faut vous dire aussi que j’aime bien les concerts en « Riatlie » : Au moins, je comprends de quoi qu’on cause – puisqu’on ne cause pas – mieux qu’au cinéma ou à la télé.
Au ciné, les films étrangers sont sous-titrés en « Ritalien », ce qui me permet de me familiariser un peu à l’idiome local, idem pour les séries-télés et il n’y a que sur « Transe-24 » que je suis en « Francilien-natif » (et RCC en Corsu), comme compensation…
Pour ne pas perdre l’usage de ma langue natale, bien sûr !

Évidemment, je me suis jeté sur les quotidiens du lendemain et la presse « gauloisienne » vendredi dernier, une fois arrivé à Monaco.
On y rapporte que l’ambiance était de nouveau glaciale mercredi dernier, sur le plateau de Las Vegas. C’était en principe le débat de la dernière chance pour le républicain au pied du mur, lâché dans son propre camp, distancé dans les sondages et dont l’image a été sérieusement entachée par quantité de révélations sur des propos obscènes et des accusations d’agressions sexuelles !Même le porno-stars s’en mêlent, désormais.
Il paraît que comme lors du débat précédent, le 9 octobre, les candidats ont donné le ton en refusant de se serrer la main avant de s’installer à leurs pupitres, une rupture historique de protocole dans ces rendez-vous traditionnels de la course à la Maison Blanche…
En voilà deux qui ne s’apprécient pas vraiment et ils ont raison (pour des raisons différentes).
Moi-même, je ne les trouve pas très « fréquentables » (et je m’y connais en matière « d’infreequentabilité »… forcément !)

Égale à elle-même, méthodique et contrôlée, la démocrate aura affronté un « McDonald Trompe » qui n’a pas semblé capable de maîtriser son attitude plus d’une trentaine de minutes avant de passer aux attaques ad hominem et d’enchaîner les approximations.
Comme quoi, il confirme ce que j’en pense : C’est plié pour lui, il cherche manifestement autre chose en poursuivant sa campagne.
La notoriété, on va y revenir !
C’est un mégalo-né.

Les sujets de fond – droit à l’avortement, port d’armes – ils en auraient discuté dès les premières minutes du débat. Et d’emblée, la future présidente des USA a affirmé qu’elle nommerait des juges à la Cour suprême qui maintiendraient notamment le droit à l’avortement, tandis que le républicain a affirmé qu’il nommerait des juges qui s’y opposeraient.
Et ç’aura été l’occasion d'une première outrance rhétorique : « Si vous suivez ce que dit Hillary, vous pouvez prendre le bébé au neuvième mois, l’arracher au ventre de sa mère… Cela ne me convient pas. »
Il se serait aussi concentré sur le fameux Second amendement de la constitution américaine qui donne le droit de porter des armes, accusant sa concurrente de vouloir le réduire « à la portion congrue ».
Interrogé sur l’immigration, le républicain aurait martelé : « Je veux construire le mur (entre les États-Unis et le Mexique), nous avons besoin du mur. »
Cette manie de mettre les gens en prison alors qu’ils n’ont rien à se reprocher sauf seulement que d’être nés…

Le républicain aurait peu à peu perdu son calme au fil du débat, lançant des « faux, faux » alors que sa concurrente parlait, la traitant de « mauvaise femme » !
Ça se serait déclenché quand « Il-a-ri » a lancé son adversaire sur ses affinités supposées avec « Vlad-Poux-tine ». Ce kon, il aurait réagi au quart de tour, reprenant ses vieilles habitudes : Interrompre la parole, passer du coq-à-l’âne (ou plutôt des questions d’espionnage à l’État islamique) ou encore user d’attaques personnelles.
Comme lors des précédents débats, il a remis sur la table l’affaire des e-mails privés « d’Il-a-ri » du temps où elle était secrétaire d’État, sa fondation caritative…
Il l’attaque en disant qu’elle est à la tête d'une « entreprise criminelle » et devrait rendre l’argent à l'Arabie saoudite.
Et au Koweït aussi, me semble-t-il : Il n’est pas si bien renseigné que ça, finalement !
Dommage : Il aurait mieux fait de lire quelques-uns de mes posts de cet été, celui-ci et celui-là, où je vous conte le « hold-up » du siècle…
Pour lui, les femmes qui l’accusent d’agressions recherchent « cinq minutes de gloire », indiquant qu’il ne s’est « jamais excusé auprès de sa femme » (elle a pourtant affirmé l’inverse) parce qu'il n’a « rien fait ».
Et de déclencher l’hilarité du public, ce qui théoriquement interdit lors des débats, quand il a pu affirmer que : « Personne n’a plus de respect pour les femmes que moi ».
Non mais sans rire, il est comme Sacha Guitry, « contre les femmes, tout contre », peut-être ?

Mais le mieux aurait été l’épisode sur ses accusations d’élection « truquée », ou « McDonald-Trompe » a refusé de s’engager à accepter les résultats de l'élection. « Je vous dirai à ce moment-là, je vous laisse dans le suspense » ajoutant que la démocrate n’aurait « pas dû être autorisée à concourir ».
Depuis il en dit quil va monter une vaste mouvement populaire et dictatorial pour remettre de l'ordre… démocratique, semble-t-il.
« C’est terrifiant », a-t-elle répliqué. « Il dénigre et rabaisse notre démocratie. Je suis atterrée que le candidat de l’un de nos deux grands partis adopte ce genre de position. »
J’en connais d’autres qui pourraient avoir pourtant exactement les mêmes propos chez nos « Républicains-démocrates » dans les semaines qui viennent…

Pour le reste de ce qu’il fallait en retenir d’intéressant, finalement, c’est une certaine cristallisation des politiques futures :
– Avortement : Elle est en faveur de l'IVG (interruption volontaire de grossesse), lui, après l’avoir été ne l’est plus.
– Immigration : Il a dénoncée « Pine-Tonne » qui « veut une amnistie » et « des frontières ouvertes ». Alors que lui veut un mur et que l’une de ses premières actions sera d’attraper les trafiquants de drogue et les « bad hombres » (mauvais hommes).
Elle a critiqué le plan de son adversaire qui prévoit des déportations massives, disant que « ça ne correspond pas à qui nous sommes en tant que nation » et que çà « va déchirer le pays », sans parler des problèmes logistiques pour renvoyer plus de 11 millions de sans-papiers.
– « Poux-tine » : Elle soutient que « ce qui est vraiment important sur WikiLeaks est que le gouvernement russe est impliqué dans de l’espionnage contre les Américains. » C’est sans précédent, affirme-t-elle, « on n'a jamais eu un gouvernement étranger qui se mêle des élections ».
Oui, enfin, elle ne sait pas tout ou fait semblant de ne pas savoir, comme si les USA n’avaient jamais pesé sur aucune vie politique intérieure à l’étranger…
Lui qui admire beaucoup « Vlad » lui rétorquera qu’on n'est pas sûr que ce soit les Russes qui cherchent à manipuler les élections. « Je ne connais pas Poutine. Il a dit des choses gentilles sur moi ».
« Eh bien, c’est parce qu’il préférerait avoir une marionnette comme président des États-Unis », lui aurait-elle balancé.
« Vous êtes la marionnette », lui aurait-il renvoyé.
Pas de doute, là.
– Politique étrangère : Il reprend son refrain. Les États-Unis se ruinent à défendre les alliés. « On se fait avoir. On dépense une fortune à soutenir le Japon, on n’a pas les moyens de défendre la Corée du Sud, l’Allemagne… » avant d’ajouter qu’il est « un grand fan de l’Otan, mais ils doivent payer ».
Elle, elle l’accuse de vouloir saboter les alliances et de laisser les pays se défendre avec leur propre arsenal nucléaire.
– Économie : Lui veut baisser massivement les impôts, renégocier les traités commerciaux et si on n’a « pas un bon deal », se retirer du Nafta (ou Aléna, Accord de libre-échange nord-américain avec le Canada et le Mexique).
Elle en dit qu’elle veut taxer les plus riches et affirme qu’elle est vraiment contre le traité Trans-pacifique alors qu’elle a longtemps été « pour ».
Et puis elle aurait balancé que son adversaire aurait construit ses hôtels avec de l’acier chinois moins cher…
Où ça va se nicher.

Bref, rien de nouveau quand lui quitte la scène l’air furibond sans lui serrer la main. Et c’est sur cette note courtoise que se serait achevé le dernier débat, au grand soulagement des « Ricains » épuisés par cette campagne sordide.
D’autant que finalement, ça ne changera rien aux résultats sortis des urnes le 8 novembre prochain qu’elle est désormais passée à autre chose : Le soutien aux candidats démocrates pour gagner Congrès.

Et pourquoi donc ? Parce qu’aucun débat n’a jamais fait changer d'avis qui que ce soit et que la moyenne des sondages laisse apparaître un écart de 7 points en faveur de la démocrate. Pour vous donner une petite idée, à la même date, lors de la dernière présidentielle US, l’avance « d’Haut-bas-Mât » sur son concurrent Mormon n’était que de 0,4 %… et le Président sortant battit le républicain de 4 points !
De toute façon, chaque téléspectateur, quel que soit son a priori, y aura trouvé matière à confirmer son opinion.
Et ce phénomène – le biais de confirmation – n’est pas limité aux opinions politiques. Quelle que soit la décision à prendre, nous cherchons l’information de manière sélective, et nous sommes tous plus réceptifs aux informations qui confirment nos opinions qu’à celles qui les contredisent.
L’exemple classique est celui de l’entretien de recrutement : Après 4 minutes 30 en moyenne, votre opinion est faite !
Alors si ce dernier débat ne va sans doute pas changer la donne, en revanche il confirme à nouveau la stratégie originelle de « Trompe » : Il est depuis toujours dans l’après élection.
Et il va répéter pendant 4 ans que l’élection était truquée, que les médias ont manipulé l’élection et qu’il faut donc un média indépendant … le sien !
C’est un obsédé de « sa marque » !
Un mégalo-né, vous dis-je…

Il n’a jamais voulu être président et le Financial Times vous aura révélé que son gendre négociait depuis plusieurs mois avec des groupes de médias pour la création ou l’acquisition d’une chaîne ou d’un ensemble de chaînes « Trompe ».
Soit en streaming avec abonnement sur Internet, soit sur le câble.
Il a contacté Lion Tree, la banque d’affaires spécialisée dans les médias, et « Trompe » serait également en discussion, là, selon le Wall Street Journal, avec Roger Ailes, l’ancien patron de la chaîne Fox News, une chaîne qui fait campagne pour lui.
Quelle serait donc la stratégie qu’il nous joue ? C’est simple. Et tous les spécialistes vous diront qu’il a tout fait pour flinguer sa campagne. Il ne cherche pas à modérer son discours pour attirer au-delà de sa base électorale, la stratégie classique d’un candidat qui veut gagner.
Au contraire il cherche à cliver et ne vise que son marché futur : La classe moyenne blanche !
Une classe moyenne blanche avec laquelle il ne peut pas gagner arithmétiquement les élections, mais qui constituera un formidable bassin d’audience et une formidable clientèle pour un média.

Il prétend qu’il a dépensé des centaines de millions de dollars dans sa campagne et que son business d’hôtels souffre de sa campagne (moins 59 % depuis un an). Mais en fait il a très peu dépensé d’argent à titre personnel. Et puis la couverture médiatique de ses frasques est telle qu’il n’en a pas eu besoin.
D’autant qu’il utilise largement les dons et l’argent du parti.
Si son business traditionnel souffre momentanément c’est aussi parce qu’il n’était plus porteur depuis longtemps. Alors il a choisi de faire la culbute dans les médias.
Imaginez donc la puissance d’un média d’opposition pendant le mandat d’une « Pine-tonne » qui démarrera déjà avec un taux-record d’impopularité !…
Pendant toute sa carrière, il n’a eu qu’un seul objectif : Valoriser de façon obsessionnelle sa propre marque.
Il l’a collée partout. Toujours. Et aujourd’hui il a pu l’afficher dans tout le pays pour un investissement minime avec un impact maximal.
Le rêve de toutes les entreprises qui se respectent.
Conclusion : Il n’a jamais voulu être président et il est en passe de réussir le plus beau coup de sa vie !

Mais je crois vous l’avoir déjà dit.
En tout cas, vous êtes désormais prévenus…

2 commentaires:

  1. Pas mal comme stratégie. Spectaculaire. Même si je ne suis pas d'accord avec lui sur beaucoup de choses, j'apprécie le panache. De lui ou de l'autre, je ne sais pas sui est le pire. Bien content de ne pas voter là bas, mais malheureusement ce n'est pas mieux ici.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bé oui : Chacun sa croix !

      Effectivement, le gars n'est pas mal : De toute façon il joue "gagnant-gagnant" !
      Et pour l'heure, il confirme, promettant même un choc au moins aussi important que le "Brexit"...
      Pour tout le monde, il en pense qu'il sera élu, mais "entre-les-lignes", il s'agit d'autre chose : Un parti de forte opposition appuyé par des médias puissants, qui va pourrir la mandature "d'Il-a-ri" !

      A suivre, Vlad !

      Bien à toi.

      I-Cube

      Supprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube