Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

mercredi 5 octobre 2016

Début de semaine en fanfare !


Les primaires, ça les rend fous…

Ce qui était parfaitement prévisible. Mais à ce point-là, j’en reste encore sur le kul !
Pensez que pendant ce temps-là les Hongrois, oui les hongrois, ont repoussé le référendum anti-migration qui les aurait éjectés de l’UE, et ce résultat est présenté comme une grande victoire par les « anti-migrations ».
Fabuleux de déni de démocratie…
Il faut comprendre : Le référendum a obtenu un score-fleuve d’avis favorable, mais comme l’abstention a été plus forte, elle invalide le résultat.
Que pareillement, la Colombie repousse l’accord de paix d’avec les FRAC, pas sur une tocade, mais après 52 années de conflit armé !
Chapeau… la guerre civile peut continuer.

En revanche, plus proche de chez nous, le Premier ministre britannique a donné des précisions sur sa vision du « Brexit », respectueuse, elle, de la « vox populi ».
Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle n'a pas fait dans la dentelle. On aurait dit du « Maggy-Pas-cher » dans le texte tant elle a fait un discours intransigeant et sans concession.
Oui, il y aura « Brexit ». Oui, le compte à rebours des deux ans va bientôt démarrer puisqu’elle s'engage à déclencher l'article 50 avant mars. Oui, ce sera un vrai « Brexit », pas une demi-mesure.
Contrairement à ce qu'on pouvait imaginer, « Theresa Mais-n’en-peut-plus » indique ne vouloir faire aucune concession sur l'immigration !
La Grande-Bretagne veut retrouver une souveraineté totale.
Et elle prend donc le risque de ne plus avoir accès au marché unique européen pour l’avenir de toute la Perfide Albion.
Et le ne raconte pas non plus les tentations séparatistes écossaises ou de l’Ulster. 

On est au cœur du débat : Pour obtenir son passeport européen, la Grande-Bretagne doit accepter la libre circulation des Européens.
Et pour elle, il n'en est même pas question.
Vous me direz, c’est une posture de négociation !
Non, il y aura un « Brexit », un point c'est tout.
Ceci étant, elle va probablement inquiéter les entreprises internationales installées ou en voie de s'installer en Grande-Bretagne.
À partir d’aujourd'hui, aucune banque ni aucune multinationale ne pourra ignorer le scénario d'une sortie réelle et totale.
Résultat, ils iront tous (et toutes) à Dublin à la grande satisfaction d’Easy-Jet (parce qu’il n’y a pas encore de TGV avec Cherbourg…) et Monaco n'est pas équipé.

Et là encore, surprise, entre ça et les rumeurs sur une négociation moins défavorable à la Deutsche Bank, les marchés ont rebondi malgré tout.
Le CAC, les indices US également, idem pour les indices asiatiques. Et à part un décrochage du sterling, seule l’or a un peu chuté alors que le pétrole reste stable malgré l’accord de l’OPEP de la semaine dernière.
Je vous le dis, ça leur tord le système rachidien toutes ses primaires-là !

Notez au passage que même en « Gauloisie-gauloisienne », ils se mordent le nœud, on va y revenir : Aucune effort n’a été fait. Depuis la crise, les gouvernements ont refusé l’austérité et les réformes structurelles laissant déraper les déficits et la dette à un niveau record. Seule l’arme de la hausse des impôts a été utilisée.
On aurait pu s'attendre à un tournant avant les élections mais même les candidats de droâte considèrent que la réduction du déficit n'est pas une priorité.
« Bling-bling » annonçait avant-hier dans le Figaro-du-matin qu'il estimait que l'objectif des 3 % de déficit devait être décalé de 2017 à 2019 (une fois de plus depuis 2013).
Pour « un choc » de 100 milliards d’économies et pour une baisse d’impôt de 40 milliards… plus tard !
Comme dit l’autre, à force de chocs successifs, dont on ne voit toujours pas les effets bénéfiques, le « bâtiment France se lézarde ».

Et puis encore une mauvaise nouvelle en « Hispanie » au passage : Le pays risque de sortir de la crise politique et d'avoir enfin un gouvernement après 9 mois de crise. Le Parti Socialiste a viré son leader et pourrait accepter de ne pas s'opposer à un gouvernement Rajoy.
Quand même incroyable, alors que l’Hispanie ne s’est jamais aussi bien portée que quand elle était sans gouvernement.
Comme chez les belges d’antan…
Heureusement, la « Ritalie » va peut-être prendre le relais après le référendum de fin d'année.

En attendant « McDonald-Trompe » (qui peut), comme nous vous l’indiquions encore hier (un post écrit à la va-vite dimanche dernier) tire tous azimuts, alors que ses primaires sont terminées.
Jusque-là, il avait concentré ses interventions sur « Il-a-ri » et son propre message économique, qui rencontre un écho important dans les régions frappées par la désindustrialisation.
Cette stratégie lui avait permis de resserrer l'écart dans les sondages… Jusqu'au débat télévisé de lundi en huit, lors duquel le milliardaire a livré des réponses décousues et s'est montré agité et agacé, face à une rivale mieux préparée.

La publication d'une partie de la déclaration de ses revenus de 1995 a encore mis plus le candidat sur la défensive. En Pennsylvanie, il s’est lancé alors dans un torrent verbal qui n’était pas sans rappeler ses grands meetings houleux des primaires. Jusque-là, il utilisait des prompteurs, mais là il a improvisé pendant de longues minutes des attaques sur la démocrate, qualifiée d’« incompétente », de peut-être « folle »… et de toute façon en mauvaise santé.
Hilarant (et pas « Il-a-rit »), ce morceau de bravoure : « Cette femme qui est censée combattre Poutine (…) n'arrive même pas à marcher cinq mètres jusqu'à sa voiture », a-t-il lancé en mimant une personne chancelante.
Il l’a ensuite attaquée sur le scandale de sa messagerie privée, un argument que ses conseillers estiment efficace pour saper son image de femme d'État.
Faudrait-il qu’il en bâtisse une pour lui-même…
Mais le candidat est en plus revenu sur un sujet scabreux : Les infidélités passées de « Billy-la-quéquette-ruisselante » : « Hillary Clinton n’est loyale qu'à ses contributeurs financiers et à elle-même. Je ne pense même pas qu'elle soit loyale à Bill, en vérité », a-t-il lâché insinuant que la candidate de bientôt 69 ans trompait son mari.
Moi, je veux bien, mais alors avec un bandeau sur les yeux, question d'appétence et de bon-goût !
« Et après tout, pourquoi le serait-elle ? » (loyale).
De toute façon, il l'a souvent accusée d'être une « complice » en dénigrant les accusatrices de son mari (ces salopes…).
C’est vous dire jusqu’où ça peut les rendre dingue… 

Quant à ses impôts, ses lieutenants relèvent que profiter de niches fiscales n’a rien d’illégal et est au contraire la preuve de son « génie » qui a érigé son talent en affaires en gage de compétence pour réformer l'Amérique.
Le kon : Les électeurs contribuables approuveront ils leur « Caca-zut-hack » à eux ?
Ou se rappelleront-ils qu’en février 2012, il avait déploré sur Twitter que « la moitié des Américains ne paient pas d'impôt sur le revenu malgré l'énorme dette publique » ?
Voilà le résultat des primaires américaines : Un piteux spectacle final.

Et c’est presque pareil pour les primaires de « Gauloisie-gauloisienne », ce qui laisse mal augurer de la suite.
Quand je dis que c’est une vaste konnerie, je m’explique.
Non seulement sur le fond, tous les candidats sont issus de la même famille politique à l’exception des « faire-valoir » centristes désignés d’office, à «gôche comme à droâte, et portent donc les « même valeurs ».
En revanche, ils s’écharpent sur « la méthode », ce qui donne autant de munitions à leurs adversaires dont le FN.

C’est d’ailleurs la thèse que soutient notamment « Bébé-Roux » et avec lui, une grande partie des commentateurs : Ça favorise les extrêmes de toutes sortes.
En commençant par « Bling-bling » et son « hystérisation » des débats sur des thèmes identitaires proches de ceux du FN, la planche savonnée du « Buisson-ardent », les reportages à l’acide-sulfurique sur « Pig-Maillon », les casseroles judiciaires en cours, tout cela devrait détruire « Bling-bling ». Et pourtant il persiste à appliquer ses habituelles recettes de campagne jusqu’à l’outrance.
Faire ce constat, n’est-ce pas reconnaître qu’avec ou sans primaire, l’ancien Président ne changera donc jamais ?
Né menteur-tricheur, il le restera.
Quelle que soit la nature de la compétition, il recherche la transgression avec l’objectif d’imposer ses thèmes en obligeant ses adversaires à se positionner par rapport à eux.
Comment ne pas voir que, dans une compétition qui s’adresse aux sympathisants et non aux seuls militants, c’est une forme de modération rassembleuse et non de radicalité identitaire qui donne le sentiment d’être la martingale du succès ?
Eh bien non, il enfonce le clou du ridicule-absolu tel qu’il se déconsidère totalement pour tous ceux qui ont encore un brin de bon sens.
Incroyable.

Il y a pourtant une différence importante entre une primaire et une élection : Dans une élection, on mobilise un stock d’électeurs dont on connaît le nombre. Avec la primaire, l’inscrit est le votant. Ou, ce qui revient au même, voter, c’est s’inscrire. Dans ce système, la notion d’abstentionniste n’a plus aucun sens.
Qu’est-ce que ça change ? Eh bien tout ou presque ! La primaire crée elle-même son corps électoral. D’un côté, on sait d’expérience qu’elle intéresse un électorat spécifique qui est, à gôche comme à droâte, celui des inclus, plus âgés, plus aisés, plus cultivés que la moyenne.
Mais dans l’autre, on ignore dans des proportions inédites le nombre de ceux qui iront finalement voter.
Et les modélisations n’ont jamais été testées grandeur nature, à l’exception de 2011, où on attendait 1 million de participants alors qu’il y en eu, par l’effet « d’un prompt-renfort », près de 3 millions.
Et a-t-on jamais vu un candidat maîtriser à la baisse la participation alors que toute campagne est par nature un exercice de mobilisation maximale ?
D’ailleurs, en radicalisant le débat de la primaire, « Bling-bling » ne cherche-t-il à faire entrer dans le vote cette partie de l’opinion plus « populaire » qui jusqu’à présent est resté à l’écart de la compétition ? 

Dès lors, pour « Bling-bling », l’enjeu est sociologique. Pour « Al-un-Jupette », il est politique. C’est toute la question de ces électeurs dits de gôche qui passionne depuis peu les médias et dont ceux-ci prétendent qu’ils pourraient s’inviter dans la primaire de la droâte. Sont-ils des stratèges qui entendent seulement barrer la route à « Bling-bling » ?
Ou sont-ils de nouveaux convertis qui se reconnaissent dans la ligne modérée ou raisonnable défendue par le maire de Bordeaux ?
C’est dire le niveau du piège à kon qui fausse déjà l’issue du scrutin de mai 2017…
Car les premiers sont destinés à revenir dans leur camp d’origine lors de la présidentielle proprement dite, une fois obtenu ce qu’ils souhaitent s’agissant de « Bling-bling ». Les seconds, par contre, sont dans une logique qui doit les conduire à voter à droâte, en 2017, si le candidat de celle-ci est bien celui qu’ils espèrent.
Les autres feront comme moi : Voter « Che-minable » au second tour !

D’un point de vue politique et sociologique, tout cela indique la disponibilité d’un électorat flottant dont l’attachement à ce qui fut son camp est devenu trop faible pour ne pas être attiré par une offre alternative.
On peut penser aux électeurs de « Marinella-tchi-tchi » en disant cela, mais on peut aussi retrouver là essentiellement d’anciens supporters de feu-« François III » qui avaient pu être séduits un moment par « Bébé-Roux » et que « Manu-McRond » ne laissent pas indifférents, et correspondent à leurs aspirations constantes tout en étant capables de remporter la présidentielle. 

Car au lieu de s’occuper de pourfendre 5 ans de socialisme-gaulois et de tout faire pour un « front du refus » solide contre « Marinella-tchi-tchi », celle-ci continue à boire du petit-lait : Elle a jugé « extrêmement grave » que « Menuet-Valse » considère son parti comme un « ennemi ».
Dimanche, le Premier sinistre avait estimé que l'affaire d'Hayange révélait « le vrai visage » du FN. En cause, la décision du maire frontiste de la ville de fermer le local du Secours populaire.
Réplique : « Je crois (qu’il) a révélé le sien, de vrai visage (…). Il n'a pas dit un adversaire. Un ennemi ! Considérer que 25 à 30 % des Français sont des ennemis, quand on est Premier ministre, c'est extrêmement grave. »
Et de surfer sur l’idée : « Que les choses soient claires, nous n'avons rien contre le Secours populaire qui mène tous les jours des actions qui sont admirables sur le plan national. Mais il y a un vrai problème avec les sections locales », a-t-elle poursuivi. « Des sections locales qui souvent sont extrêmement politisées et qui, en réalité, ne font pas d'humanitaire, qui font de la politique. »
Elle a cité l’exemple de Hénin-Beaumont, municipalité FN, où, selon elle, « il y avait une affiche du Front de gauche » dans le local du Secours populaire.
« On ne peut pas tout mélanger, et à partir du moment où une association réclame un financement de la part d’une municipalité ou alors un logement gratuit, eh bien, il faut qu'elle s'applique la neutralité ».
« Les associations humanitaires doivent faire de l'humanitaire » et les politiques, de la politique. Mais on peut aussi être « associatif » et avoir une pluralité d'opinions, dans ce foutu pays, je sais, j'en étais et c'est marqué comme ça dans le préambule de la constitution mais personne ne lui a rappelé : Ils ont tous laissé passer ces propos, trop occupés par ailleurs.
Lamentable !
Quand je vous dis qu’elle peut passer dès le premier tour, il n’y a pas loin…

Le pire, c’est qu’on va remettre ça avec les « soces » au mois de janvier prochain.
À « droâte » comme à « gôche », ils sont tellement nuls sur le plan politique qu’ils sont incapables de faire une synthèse et de se mettre d’accord pour un porte-drapeau assez fou pour les représenter !
Fabuleuse, l’idée américaine des primaires…
Regardez donc dans quel état se retrouvent les Républicains d’outre-Atlantique !
Une machine à tuer qui va faire des dégâts dans l’opinion telle qu’il ne sera pas étonnant que le vote d’avril 2017 (premier tour), ne mobilise pas plus que ça…
Et qui profiterait d’une abstention importante, devinez un peu ?

Les « soces » de 2011 ont désigné le plus nul (gras-nul-laid), ils vont en faire autant en janvier (« Âme-mont » ou « Monte-et-bourre-la » ?).
Reste à espérer qu’à « droâte » ils désigneront « le meilleur » (d’entre nous) pour sauver ce pays (qui est aussi le mien, que j’aime tant et qui me le rend si mal…).
Et on finira par un pied-de-nez fantastique : Quel que soit le résultat des primaires de novembre, « Bling-bling » se présentera en avril !
Prêt à tout pour échapper à ses casseroles judiciaires…
Même « On-fraie-ensemble » le raconte à qui veut l’entendre !
D’où l’éparpillement des votes et une envie de laisser pisser en attendant le second tour…
Seulement s’il aura lieu.

Une vraie tarte-à-la-crème, un piège à kon, un hold-up qui joue le destin d’une communauté nationale de 66 millions d’âmes avec seulement 4 millions de présélecteurs.
Je vous demande un peu…

2 commentaires:

  1. Ca y est! Ca vous reprend! Marinella Tchi Tchi élue dès le premier tour ...
    Faut reconnaitre qu'elle n'est pas la seule à faire ce qu'il faut pour que ça arrive ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement : C'est de plus en plus d'actualité...

      Ceci dit "Tchi-tchi" avec un "t" majuscule, c'est réservé à la "Corsica-Bella-Tchi-Tchi".
      "Marinella-tchi-tchi" c'est un hommage à Tino Rossi qui chantait "O-catarinetta-tchi-tchi" et la très belle chanson "Marinella"...

      En bref, aujourd'hui sur le plan politique, il suffirait d'écœurer un peu plus d'un tiers du corps électoral au premier tour, tel qu'il se réserve pour le second tur et faire barrage à je ne sais qui, parce qu'il va faire beau ce jour-là, ou n'importe quel autre motif, et elle se retrouve avec une majorité absolue des bulletins "exprimés", donc élue directe.
      Alors qu'au second tour, il lui faudrait une voix de plus que son concurrent, ce qui n'est pas évident pour sa candidature.

      Mais je ne désespère pas : Le pire n'est jamais sûr.
      Et puis je me suis engagé à m'engager dans la campagne municipale de 2020 contre "Sœur-Âne" à Paris, si et seulement si elle n'est pas élue...
      Ca devrait motiver au moins les parigots qui comptent quand même pour 2 millions.
      On ne sait jamais !

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube