Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

mardi 9 août 2016

Laudato si… (XVII)


Dix-septième chapitre : Au fil des semaines

Avertissement : Vous l’aviez compris, ceci n’est qu’un roman, une fiction, une « pure construction intellectuelle », sortie tout droit de l’imaginaire de son auteur.
Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies), y compris sur la planète Terre, y est donc purement, totalement et parfaitement fortuite !

Du 10 au 16 août 1990 : l'ONU décrète un embargo contre l'Irak pendant que la coalition anti-irakienne se construit. Alors que les USA renforcent leurs troupes dans le Golfe, la Ligue Arabe s'oppose à l'Irak.
Le Canada envoie des navires de guerre dans le Golfe : le gouvernement de Brian Mulroney accepte que le Canada envoie 3 navires de guerre dans le golfe Persique afin d'appuyer l'effort international pour contenir l'agression irakienne au Koweït.
Les 3 navires, qui arriveront dans le Golfe en septembre, sont 2 destroyers et un navire de ravitaillement. Ils transportent à leur bord un millier de soldats. Le Premier ministre Mulroney déclare à cette occasion : « La communauté internationale doit tout faire pour s'assurer que les pays respectent le droit international. (...) Aucun pays civilisé ne peut se dérober à ses responsabilités à l'égard de la communauté mondiale pour ce qui est du maintien de la paix et de l'ordre international. »

Les 14 chefs d'État de la Ligue Arabe (l'Irak, la Jordanie, l'Arabie Saoudite, les E.A.U., la Syrie, la Libye, le Yémen, l'Oman, le Qatar...) ainsi que Yasser Arafat pour l'OLP, les représentants du gouvernement koweïtien en exil à Taëf en Arabie Saoudite et 5 délégations gouvernementales, se réunissent au Caire. Malgré la présence de Saddam Hussein en personne, ils condamnent l'invasion du Koweït et approuvent les résolutions de l'ONU.
De tous les pays arabes, seule la Tunisie est absente. Le président soviétique Mikhaïl Gorbatchev adresse un message au président Moubarak et aux chefs d’États arabes à qui la CEE a également proposé aide et assistance.

En France, le leader frontiste crée une polémique : il déclare publiquement soutenir l'invasion du Koweït par l'Irak. Il dénonce « l'engagement militaire français dans une aventure inconsidérée » lors d'une interview sur la chaîne TF1. Et il n'hésite pas à opposer l'Irak qui « puise ses sources historiques dans plusieurs millénaires » au Koweït, un État artificiel qui « ne puise son existence que dans les couloirs du Foreign Office »...

Un otage britannique est abattu par balles par des soldats irakiens. Douglas Croskery, homme d'affaires,  tentait de franchir la frontière saoudienne avec 2 autres Britanniques lorsqu'une patrouille irakienne l'a tué. L'ambassade de Grande-Bretagne au Koweït adresse une protestation officielle au gouvernement irakien après avoir tenté sans succès de récupérer le corps de la victime.
Les 16 pays membres de l'OTAN sont d'accord pour stopper Saddam Hussein par tous les moyens mais ils reconnaissent un « droit à la différence » au sein de l'organisation.
Chacun pourra donc agir à sa façon.
À Amman en Jordanie, des centaines de manifestants brûlent les drapeaux américain et israélien, tout en insultant le roi Fahd d'Arabie.
À Bruxelles, un groupe de travail est mis en place par la CEE pour déterminer une attitude commune face à l'injonction irakienne de fermer leurs ambassades au Koweït.
Les Douze vont également se concerter sur leurs politiques pétrolières.
À Damas, Syrie, un millier de personnes, notamment des Koweïtiens, manifestent contre l'invasion irakienne du Koweït.

Pour expliquer sa position dans la crise du Golfe, la France envoie 12 émissaires, de divers partis pour montrer le consensus politique du pays, dans 23 pays non alignés et en Turquie. Ainsi, Jean Lecanuet se rendra en Inde et en Turquie et Jean-François Poncet en Jordanie.
Les autorités saoudiennes empêchent un pétrolier irakien d'accoster au terminal saoudien de Yambu, sur la mer Rouge. Il venait prendre livraison de sa cargaison de pétrole.
Un Boeing 727 cargo de la compagnie nationale du Qatar décolle de Paris avec à son bord une cargaison de masques à gaz  de fabrication française.
La Belgique annonce l'envoi en Méditerranée de 2 dragueurs de mines l'Iris et le Myosotis, et d'un navire de soutien : le Zinnia. Départ prévu le 17 août depuis le port de Zeebruge.
Le Pakistan, les Pays-Bas et l'Australie annoncent également l’envoi de troupes et de navires de guerre dans le Golfe.

Les bateaux naviguant dans le Golfe sont prévenus de la présence possible de mines. La Lloyds Shipping Intelligence indique que l'alerte a été donnée par la marine américaine après qu'un de ses navires eut repéré un cargo irakien « engagé dans une action suspecte ».
Au Koweït, le Conseil de Commandement révolutionnaire irakien adopte une résolution introduisant la peine de mort pour le pillage.
Le gouvernement italien annonce l’envoi de 3 unités de la marine militaire en Méditerranée orientale.
Le Maroc décide l'envoi d'un contingent de 1.200 soldats en Arabie Saoudite.
La presse américaine s'interroge déjà sur le coût, exorbitant, de l'opération « Bouclier du Désert ».
Chaque jour que l'armée américaine passe en Arabie et dans les eaux du Golfe coûterait aux contribuables américains 22,5 millions de dollars. Le prix d'une armada de 40 bateaux, 470 avions et de 100.000 hommes.
Une entreprise de Georgie a également reçu une commande de l'armée américaine : plus de 25.000 articles, dont 5.000 crèmes solaires, 5.500 tubes de baume pour les lèvres, 2.400 bouteilles de produits contre les insectes. Une autre entreprise a vendu 660.000 litres d’eau en bouteille aux GI's. Mais le gouvernement des USA se refuse à préciser le coût de son « Bouclier du désert » et George Bush admet que le déploiement de 60.000 GI's en Arabie Saoudite déjà réalisé alourdit un déficit budgétaire, évalué à 168,8 milliards de dollars, qui « menace la santé économique » du pays. Selon les estimations concordantes du Centre d’information sur la Défense et du Financial Times britannique, 7.000 à 10.000 dollars à la minute partiraient actuellement dans les sables, soit 10 à 15 millions par jour et 3,6 à 5,4 milliards par an. Mais le robinet s’ouvre régulièrement et, à plein régime.
Le Pentagone devra, pour sa propre opération du Golfe, débourser 56,2 millions de dollars par jour, soit 20,5 milliards par an. Autrement dit, une augmentation de 12 % du déficit budgétaire est programmé, alors qu’aux termes de l’accord passé à la fin du mois de juillet entre le Congrès et la Maison-Blanche, il devait être réduit de 50 milliards durant l’année fiscale 1991 qui s’ouvre le 1er octobre prochain.
Bush souhaite que d’autres pays partagent le fardeau. « Je suis convaincu, après un bon entretien (...) avec le Premier ministre Kaïfu, que les Japonais sont plus que disposés à prendre en considération des propositions en ce sens », indique-t-il.
Tokyo n’a pas encore pris d’engagement ferme mais on souligne à Washington que 70 % de son pétrole provient du Golfe. Une façon d’indiquer que le bouclier américain n’est pas gratuit.
Le Japon apportera sa contribution financière et l’Allemagne aussi. Les conseillers de Bush font remarquer que son économie florissante dépend largement du pétrole arabe. L’insistance est moins forte à l’égard de la Grande-Bretagne, de la France, du Canada et de l’Australie qui, souligne Washington, ont envoyé navires et avions dans le Golfe.
Les USA attendent pourtant un versement de ces 4 pays, sans omettre celui de l’Arabie. N’est-ce pas Riyad qui a lancé un appel à l’aide ?

Moscou prépare, avec l'autorisation de Bagdad, l'évacuation par la route des femmes et enfants soviétiques toujours retenus en Irak. Le gouvernement irakien a refusé la libération de tous les hommes valides, soit plus de 5.000 personnes.
Près de 4.000 étrangers, anciens otages du Koweït occupé ou d'Irak, ont pu gagner la Jordanie. Parmi eux, seulement 10 Européens : des Polonais. Les otages occidentaux sont jugés beaucoup trop précieux par Bagdad...
Saddam Hussein retire une dizaine de divisions stationnées face à l'Iran pour les déployer sur le flanc sud face au Koweït.
Le grand rabbin d'Israël, Mordechai Aliyahu, autorise les Juifs orthodoxes à se raser la barbe pour porter des masques à gaz  en cas de guerre chimique. Il leur conseille également d'avoir toujours sur eux une paire de ciseaux pour se tailler la barbe. Au cas où...
Un premier groupe de 260 personnes, des femmes et des enfants pour la plupart, a quitté le Koweït pour Bagdad d’où ils gagneront Moscou par vol spécial. De son côté, Tarek Aziz, ministre irakien des Affaires étrangères, indique que les 3.000 citoyens des USA demeurant dans le pays vont bientôt être fixés sur leur sort.
Il ne leur sera fait aucun mal, a ajouté l'Irakien.

En Algérie, ont lieu 3 manifestations approuvant l’action de l’Irak et protestant contre l’intervention étrangère dans la région du Golfe, organisées une à Oran par le FLN, une autre à Annaba par le Mouvement pour la démocratie de l’ancien président Ben Bella, et la troisième à Sour-El-Ghozlane par le FIS. 

Le roi Fahd d'Arabie envoie son vice-ministre des Affaires étrangères à Djakarta (Indonésie), capitale du pays musulman le plus peuplé du monde, pour demander l’envoi d’un contingent de défense des lieux saints de l’islam. Mais le gouvernement du général Suharto n’a pas condamné l’invasion du Koweït et applique l’embargo contre l’Irak avec réticence.
George Bush reçoit dans sa résidence du Maine son homologue jordanien. Le roi Hussein hésite toujours entre la fermeté américaine et les provocations irakiennes...
Le gouvernement Bush a mis au point un programme pour réduire la consommation de 550.000 barils par jour. Les automobilistes sont invités à gonfler correctement leurs pneus afin d’économiser 90.000 barils par jour et à respecter les limitations de vitesse pour en soustraire 50.000 autres…

Le gouvernement koweïtien en exil en Arabie Saoudite invite tous les pays de l'OPEP à augmenter leur production de pétrole « s'ils le peuvent ». Une mesure qui pourrait aider à financer un éventuel conflit.
La séance à la bourse de Paris s’achève sur un recul de 3,39 % de l’indice CAC 40 qui, au plus bas de la séance, affichait une perte supérieure à 4,2 %, et à la fermeture enfonce le seuil des 1.700 points, qu’on considère comme critique. Cette baisse fait suite à une chute de 1,6 % de Wall Street à son ouverture. Depuis le début du mois, la chute atteint près de 17 %, soit la baisse la plus forte depuis le krach d’octobre 1987 (21,19 %). 

Le gouvernement des Pays-Bas se déclare favorable, dans un communiqué, à ce que la flotte multinationale envoyée dans le Golfe soit placée sous le commandement de l’ONU.
Le ministère norvégien de la Défense annonce que les USA ont décidé de retirer leurs forces de l’exercice Teamwork-90. Les 6.000 soldats américains qui devaient y participer aux côtés de l’armée norvégienne ont été envoyés en Arabie Saoudite. D’autre part 4.500 soldats américains ne prendront pas part à un exercice en RFA baptisé Bold Guard.
L’Inde appelle au retrait des troupes irakiennes du Koweït et au rétablissement du statu quo dans l’Émirat, déclare le Premier ministre Vishwanath Pratap Singh. Il se dit opposé à la force comme moyen de règlement des conflits.
Zhu Liang, responsable des relations internationales du Parti communiste chinois, exprime « l’espoir que l’Irak retirera ses troupes du Koweït aussi rapidement que possible, en réponse à l’appel de la communauté internationale ». Zhu Liang dénonce l’ampleur du dispositif militaire américain en Arabie Saoudite, et estime que « les querelles dans le Golfe devraient être réglées pacifiquement au sein de la communauté arabe. L’intervention militaire des grandes puissances compliquera encore plus la situation », conclut-il.

2 frégates américaines tirent des coups de semonce en direction de 2 pétroliers irakiens pour faire respecter l'embargo.
La Jordanie proteste auprès des USA après que la marine américaine eut empêché un bateau soudanais, vide, de se rendre au port d'Aqaba.

20 août : l’Irak adresse un ultimatum aux ambassades occidentales du Koweït. Le gouvernement irakien ordonne aux ambassades étrangères établies au Koweït de fermer leurs portes avant le 24 août. La plupart des pays obtempèrent, mais pas les USA, la Grande-Bretagne, la Belgique, l’Espagne, la Pologne, l'Italie et la France qui « déterminera sa position dans le cadre communautaire ». L'URSS fait partir son personnel diplomatique mais annonce que « l'ambassade n'est pas fermée ».

L’ambassadeur d’Irak en France confirme que 33 Français et 85 Britanniques emmenés de leurs hôtels par les militaires irakiens ont été « répartis dans des installations militaires et stratégiques en Irak ».
« Ce ne sont pas des otages », ajoute Abdel Razzak Al-Hashimi, interviewé par la télévision française La Cinq. « Ils remplissent une tâche noble en empêchant un désastre. Car si une guerre éclate, des milliers d’Irakiens, d’Américains, de Britanniques et d’autres étrangers mourront. Si les Américains et les Britanniques n’attaquent pas l’Irak, il n’y aura aucun danger pour leurs ressortissants. » 

Le secrétaire américain à la Défense, Dick Cheney, annonce que des troupes américaines ont été déployées dans les Émirats Arabes Unis.
Des files de centaines de voitures se forment dans plusieurs stations-services de Corse, à la suite de rumeurs infondées de pénurie. Cette psychose met néanmoins à sec les postes à essence concernés, pris d’assaut par les automobilistes souhaitant faire le plein des véhicules et des jerrycans.
Les ministres des Affaires étrangères et de la Défense des 9 pays de l’Union de l’Europe Occidentale (UEO) se réunissent à Paris, à l’initiative de la France, pour « examiner les conséquences pour les pays membres de la crise du Golfe, ainsi que les formes de coopération qu’ils pourront établir entre eux ». Ces ministres ont trouvé un point d’accord pour rejeter l’ultimatum lancé par l’Irak enjoignant aux ambassades étrangères au Koweït de fermer dans un délai de 5 jours.
L’Italien Gianni de Michelis, président en exercice du Conseil des ministres de la CEE, indique au cours d’une conférence de presse qu’il est demandé aux diplomates des Douze en poste au Koweït « de rester sur place en tant que représentants de nos gouvernements ». À propos des étrangers retenus à Bagdad et à Koweït, Michelis précise cependant : « Nous nous refusons toujours à employer le terme d’otages, car nous espérons toujours que l’action diplomatique et politique peut modifier la situation actuelle ».

Lors d'un discours radio-télévisé, le président français invite les milieux boursiers à « modérer leurs angoisses ». La Bourse de Paris a en effet chuté de 3,19 % hier. Ce soir, le CAC 40 s’achève sur une baisse de 4,06 %. Au plus noir de la journée, la chute a atteint 5,2 %. Les baisses sont générales : Tokyo – 0,73 %, Londres – 1,8 %, Francfort – 5,24 %.
Seule New York est en hausse, mais de 0,4 % seulement.
Depuis le début du mois d'août, la chute du CAC 40 atteint 18 %, contre 14 % à Tokyo, 10 % à Londres et 9 % à New York.
Pour protester contre la capture par les Irakiens de 220 de ses ressortissants, l'Espagne envoie à son tour des forces navales  dans le Golfe.
La Syrie annonce qu'elle enverra des soldats en Arabie Saoudite aux côtés de la coalition, sans en dire le nombre.
Les USA commencent le déploiement de leurs chasseurs bombardiers  F-117 Stealth.

22 août : Critiqué dans la presse nationale, le ministre de la défense français est accusé de manquer de solidarité gouvernementale au sujet de la crise du Golfe. « Ce n'est pas notre guerre contrairement aux États-Unis », aurait-il confié en privé.
« Nous n'avons pas signé d'accord de défense avec le Koweït et l'Arabie Saoudite (...). On voudrait que je fasse la guerre sans avoir de mort et que je participe au blocus sans couler – écologie oblige – un tanker ».
On lui reproche notamment de ne pas avoir écourté ses vacances pour cause de crise internationale. Pour sa défense, il parle de « rumeurs malveillantes ». Il se serait même fait « tirer les oreilles » par le chef de l'État lors du dernier conseil des ministres, qui aurait envisagé de le « démissionner ». Il est vrai que le ministre de la Défense n'a jamais caché ses opinions anti-belligérantes. « Chevènement voulait démissionner du gouvernement, » raconte un ministre, « car il craint que les militaires français ne prennent un mauvais coup et qu'il en porte le chapeau. Mais les prises d'otages de Saddam Hussein sont venues contrarier son plan. S'il quitte aujourd'hui le gouvernement, il traînera définitivement, comme Chirac, la casserole d'ami de Saddam Hussein ».
Le canard enchaîné a en effet révélé il y a une semaine que Chevènement était l'un des 12 fondateurs de l'association des Amitiés franco-iraquiennes en 1985...

George Bush lui, signe l'ordre rappelant 40.000 réservistes pour renforcer les troupes américaines déjà présentes dans le Golfe.
Radio-France Internationale (RFI) met en place aujourd’hui un service de messages à l’intention des familles des Français retenus en Irak et au Koweït. Accessible par « numéro vert » (gratuit), ce service sera ouvert « aussi longtemps que les événements l’exigeront », précise la radio.
Pour enrayer l'exode massif  de milliers de Koweïtiens et d'Irakiens, la Jordanie décide de fermer ses frontières avec l'Irak.
La compagnie aérienne britannique British Airways annonce une hausse de 6 % de ses tarifs à partir du 15 septembre, anticipant sur l’éventuelle décision de l’IATA (Association Internationale du Transport Aérien) d’une possible augmentation concertée des tarifs des compagnies du fait de la crise dans le Golfe. Certaines compagnies américaines ont déjà annoncé la même mesure.
Un porte-parole militaire irakien affirme que 2 avions venant d'Arabie Saoudite ont violé l'espace aérien irakien.

Le 23 août : le leader de l'extrême droite française est interviewé ce matin par la télévision française Antenne 2, puis par la radio France-Inter. Et les quotidiens Le Monde, L'Humanité  et Libération consacrent de longs articles à la « saddamania » qui s’est emparée de Le Pen. Sa prise de position à contre-emploi dans la crise au Moyen-Orient passe notoirement mal dans les rangs d’un Front national gavé de racisme anti-arabe. Mais elle lui permet de poursuivre sous un autre angle sa campagne contre « le puissant lobby israélien » qui animerait la croisade contre l’Irak.

Don Ramon Armengod, ambassadeur espagnol en Jordanie, confirme que Bagdad a donné 24 heures aux Occidentaux pour fermer leurs ambassades et consulats du Koweït. La CEE rejette cet ultimatum. Mais l'Inde, la Jordanie, le Brésil et les Philippines s'y soumettent.
La plupart des Israéliens ont maintenant leur propre masque à gaz, beaucoup réclament désormais la possibilité d'acheter pour leurs animaux domestiques une « tente » de protection comme celles mises au point pour les bébés et les jeunes enfants.
Lors d'une conférence à Genève sur le traité de non-prolifération des armes nucléaires, l'Irak accuse les Occidentaux d'avoir déployé des armes atomiques dans la région du Golfe.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube