Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

mardi 17 mai 2016

Y’en a qui peuvent faire,


Et d’autres pour lesquels ça passera pour de l’agression

Entre « Giskard-A-la-barre » qui avouait que « le pouvoir » est un puissant aphrodisiaque pour le « beau-sexe », les escapades de « Le Chi », les élans déplacés et autres « parties fines » de « Déesse-khâ », les « va-nu-pieds » de « Tonton-Gorge-Tronc », l’élastique du string présenté aux doigts de « Pas-sain », v’là t’y pas que même « Beau-pain » s’y met aussi !
Même que ça a fait buzz jusqu’en « Ritalie », un bon bout de la semaine dernière.
Ils en rigolent bien, eux sur place, quand ils se remémorent leur « Cavaliere » qui n’en loupait pas une !

Notez que quand on regarde un peu la tronche de « sa moitié » (on devrait dire son « deux-tiers »), « l’Aima-nue-elle-Corse », on commence par lui trouver des excuses.
Mais en mirant sa propre tronche, on se dit que ce gars-là, il fantasme plus qu’il ne « réalise » : Pas bien dangereux pour les « vierges-effarouchées » qui désormais s’en plaignent !
Alors que d’autres n’en diront jamais rien, mais n’hésitent pas à troncher tout ce qui passe à proximité ou dans leur champ visuel : J’en connais !
Et elles aiment ça, en plus !

Perso, je ne suis pas né si kon que ça : Jamais d’écrit et aucun geste « déplacé » qui n’ait pas été sollicité au préalable.
Quant aux « suggestions », elles sont toujours à double-sens, discrètes et le moins ambiguës possibles. Pas fou !
Et puis, les « blagues-potaches », d’abord jamais rien sur « les blondes », ou presque, ensuite pour les « blagues de mek », je choisis mon public et de toute façon, je compense avec mes « Histoires d’en rire » au moins une fois par semaine depuis des années.
D’autant que je ne suis l’auteur que d’une très faible quotité.

Quant au reste, je suis aussi discret qu’un prête en confession, muet comme une tombe, d’autant que quand j’ai tenté de regrouper l’essentiel de mes « aventures » en entreprise dans un post exceptionnel, celles arrivées lors de mes missions de redressement par exemple, je me suis fait rembarré sèchement par ma « petite-sœur-à-moi » pour être « hors-sujet » et ces posts ont définitivement disparu de la toile.
Hors-sujet ? Pas tant que ça, parce que dans les « périodes de crises » en entreprise, on en vit souvent « des vertes et des pas mûres » : Tout un roman !

D’ailleurs, je parsemais mes « romans » d’apartés numérotés qui, dans ma mémoire, se référaient à des épisodes vécus : Je l’ai toujours affirmé, je n’ai aucune imagination et il me faut faire référence à « du vécu » pour avancer.
Que voulez-vous, un seul neurone en fonction, rien de plus et depuis toujours…

Ceci dit, le fait est confirmé par le dernier sondage « d’Opinion-Way » paru lundi en huit qui révèle que 75 % des 18-24 ans sont « prêts à tout » pour réussir en entreprise.
Et même vraiment prêts à tout pour près de 20 % d’entre eux, puisqu’ils envisagent de « coucher » pour avancer !
Sans s’en cacher…
Ah les « beaux-jours » en perspective de la « promotion-canapé » !

Au début de l’étude, on ne s’inquiète d'ailleurs pas trop.
Cela démarre même plutôt bien, avec un petit-côté boy-scout au garde-à-vous, toujours prêt, corvéable et taillable à merci !
Quand on démarre en bas de l’échelle, crise économique oblige, il faut effectivement être « prêt à tout », braves petits gars, même faire le café et compter les trombones et les agrafes.
Puis on lit la fin du rapport d’enquête. Et on la relit même pour être sûr : La promotion canapé assumée et décomplexée ?
Un jeune sur cinq partant pour ce genre d’heures supplémentaires sans même en faire mystère ?
Attendez donc : Est-ce donc là tout ce que notre école de la méritocratie républicaine a transmis ?
D’accord, parfois ils ont du mérite !
Et puis ils ne font rien de défendu. 

Non qu’on ne leur ait pas inculqué quelques interdits, une morale d’une rigueur et rigidité papale, résumée en seulement deux préceptes : Hygiénique « jamais sans le préservatif ». Et « éthique » : « Jamais avec le Front national » et plus globalement tout ce qui est un peu facho.
Entre ces deux barbelés électrifiés, fais ce qu’il te plaît !
Que voulez-vous, la sexualité est dédramatisée, désacralisée, banalisée dès l’école primaire et après on fait mine de s'étonner ! 
Les premiers de la classe, les besogneux, les boutonneux, les travailleurs timides gentiment ridiculisés. S’ils sont assez benêts pour croire que, dans la vraie vie, c’est comme ça que l’on réussit, tant pis pour eux s’ils vont au-devant de grandes déceptions et désillusions.
À l’instar de « Rachi-dada-Mimi », citée par Jacqueline Remy dans son livre « Du rimmel et des larmes », ils veulent « baiser utile » !
Comment leur en vouloir, d’autant que l’exemple vient d’ex-ministre, d’ex vice-Président de l’AN ou encore d’ailleurs ? 

« Âne-nie-l’Amère » ex-salariée des Verts et conseillère régionale d’Île-de-France, a ainsi rapporté les menaces qu’auraient proférées le député « écololo » et ci-devant devenu ex-vice-président de l’Assemblée nationale, lorsqu’elle l’a éconduit : « Eh bien Annie, tu n’auras jamais de poste dans le parti ! »
Voilà ce qui arrive, n’est-ce pas, lorsque l’on fait sa mijaurée.
Les 18-24 ans semblent l’avoir parfaitement intégré.

Que reprochent ces femmes au « vert-galant-écololo » « post-IIème-millénaire » ?
Plaquage contre le mur (ça ce n’est pas bien : C’est dans un lit qu’on plaque !), attouchements (là encore, il faut demander la permission au préalable).
« Il m’a plaquée contre le mur en me tenant par la poitrine et a tenté de m’embrasser dans le couloir, durant une pause alors que j’animais une réunion. J’en ai parlé à deux membres de la direction du parti. L’un m’a dit : « Ah il a recommencé ». L’autre : « Ce sont des choses qui arrivent très souvent » ».
Ouais, tu parles !
Vu les charmes apparents de la dame, soit il était vraiment en manque, soit il était « chargé ».
Et elle, elle ne s'est pas sentie très flattée, finalement…
Lui aussi, il aurait pu penser à palper l’intérieur des cuisses, une zone érogène puissante qui ouvre à des choses nettement plus… « intéressantes », voire « juteuses » à souhait, au lieu de maltraiter une paire de seins toujours délicats !

Perso, ça a dû m’arriver deux ou trois fois de me faire coincer de la sorte par une « mignonette », mais guère plus. Une époque où j’avais toujours en poche une ébauche de cLc (convention de libre coïtage, que je vais finir par reprendre ici, tellement ça s’impose) à faire signer préalablement : Ça refroidit sérieusement !
Et à défaut, je disais « oui bien sûr, j’en serai ravi » (ne jamais dire non à une dame, même en chaleur, ça peut devenir l’enfer) « pas ici, mais ce soir » quitte à préparer un beau lapin de première-classe avec pour excuse ultime les « devoirs de la fonction » qui ont inopportunément été un empêchement de « force-majeure ».
On peut passer utilement par la case « Vous allez être très déçue », ou tenter de lui faire croire, si elle est assez jeune pour ça, que ce serait un inceste : « J’ai très bien connu votre mère, il y a une paire de décennies de ça », mais ça peut ne pas prendre.
Évitez le « je suis gay », ça peut vraiment devenir galère à raser les murs en marchant en crabe dans les couloirs !

À lui, on lui reproche aussi des dizaines de textos plus salaces les uns que les autres, reçus « par salves », en 2013 pour la députée du Calvados.
Même chose pour l’adjointe écologiste à la mairie du Mans.
Encore un qui coure plusieurs lièvres à la fois et doit s’étonner de n’en choper aucun…
Règle majeure : Ne jamais laisser d’écrit (sauf la « cLc » qu’il va falloir que je vous reprenne, vous dis-je, parce que la leçon n’a pas été bien comprise)…
Mais, si je n’avais pas été solidement hétéro et kouillu, j’aurai été plutôt flatté si j’avais reçu un texto du type : « J’aimerais te sodomiser en cuissarde », ou encore, « j’ai envie de voir ton cul ».
Où carrément : « J’aime bien quand tu croises tes jambes comme ça », direct et devant témoins, sur le ton de la rigolade !
C’est très fleur-bleue, finalement !
Un vrai romantique, ce gaillard-là…
Notez que « toucher » plutôt que « voir » aurait été plus prometteur, à ce que j’en pense !
D’ailleurs, il ne s’interdit rien, jusqu’à une main au panier d’une secrétaire dans un ascenseur du Palais Bourbon, payée en retour d’une baffe bien sentie !

Insupportables et délictueux agissements « qui durent depuis au moins 1998 », c’est ce que préciserait « France-Intox ».
Mais qu’est-ce qui a motivé, parfois longtemps après, ses victimes présumées à porter l’affaire au grand jour ?
Ce serait le tweet du « trousseur-de-jupons » photographié, lèvres maquillées de rouge, avec plusieurs de ses collègues, le 8 mars dernier, à l’occasion de… la Journée « contre les violences faites aux femmes ».
Continuer de se taire après pareil culot ? Inenvisageable ! Quand on sait que le personnage, en 2012, se félicitait de la nouvelle loi votée sur le harcèlement… 

Mais enfin, comment une omerta de cet acabit a-t-elle pu prospérer, au sein d’un parti prétendument si féministe ?
C’est « Sicile-du-Flot-vert » qui se fait l’avocate de ses débordements-là et lâche le sempiternel morceau : C’est parce qu’il est « difficile d’agir sans savoir précisément », c’est à cause « des liens amicaux profonds qui compliquaient énormément la situation ».
Certains ne voulaient pas « l’accabler parce qu’il avait pris conscience de ses actes et se soignait » !
Et de conclure : « Mais comment imaginer la vérité ? »
Comment, en effet, quand les Verts ne savent pas trop « différencier le harceleur du séducteur », comme le dénonce « Âne-nie-l’Amère »…
Encore une qui est née kon : Et ça veut représenter le peuple des gaulois ?
Des fois, je me demande jusqu’où ça va se nicher, la fatuité de ces trisomiques-là !

La plupart des faits sont aujourd'hui prescrits du point de vue pénal et le soufflet médiatique va retomber. Mais pour justifier de ne pas avoir témoigné plus tôt, ces « écololos » là parlent notamment de la peur de nuire « aux intérêts du parti », ou encore, comme l'adjointe au maire du Mans, d’évoquer la culpabilité et l’isolement : « Comme on nous dit que ça va nous détruire, que ça abîmera le parti et que c’est un mec formidable qui combat le nucléaire, que les intérêts du parti doivent passer avant le reste, alors on se tait. En tout cas, moi, je me suis tue ».
C’est sûr, il y a des priorités bien plus urgentes, vu qu’on démantèle à tour de bras les centrales, voyons donc !

D’ailleurs « Noëlle-sa-mère » renchérit : « Ce que je constate c’est que toutes ces femmes qui ont été agressées sexuellement n’ont rien dit pendant longtemps. Peut-être parce que nous étions dans un parti relativement petit avec une forme d’entre soi où il n’était pas question de le fragiliser. Je suis fier que les femmes, toutes membres d’EELV, se soient enfin décidées à parler », a expliqué le maire de Bègles, le marieur-anticipé « pour tous ».
Comme délicate récupération, on ne peut guère faire mieux.
Mais il est dans la droite ligne de la ligne du parti : « Seules la dénonciation systématique de tels actes et la mise en œuvre d'une réponse collective permettront de faire reculer ces comportements et de protéger les femmes. Dans notre société, les femmes sont victimes d'une double peine d'abord en tant que victimes mais aussi quand certains minimisent ce qu'elles ont vécu, voire les en rendent responsables. »
Rires !
C'est exactement le texte des ex-ministres, tous bords confondus, qui font pétition…
Même si c’est une lapalissade, ou justement parce que c’est une lapalissade éculée !

« Yvon Kon-et-sot », conseiller « écololo » de Paris, explique que « quand il y a eu des allusions à ça, assez récemment lors d'un conseil fédéral, à la surprise générale, la personne qui est montée à la tribune pour demander qu'on arrête de discuter de ça, c'est sa compagne, c'est « Aima-nue-elle-Corse » qui a dit : « Stop j'ai interdit qu'on poursuive ce débat. On réglera ça ailleurs et dans d'autres conditions » ».
Dictatoriale, la gamine-démocratique !
Depuis, ils l’ont virée…

Bref, encore une bonne tranche de rigolade.
Non pas que l’affaire soit sérieuse, mais comme on s’en doutait, « écololos » ou non, ils sont tous et toutes montés sur les mêmes ressorts du pouvoir consenti par autrui.

Et tous en abusent et (presque) toutes s'en font les complices !
Même chez les « écololos ».
Lamentable, finalement.

4 commentaires:

  1. moi je connais une parade imparable contre le harcèlement : Tiré des bons principes du professeur Marcel Mouloudji ça s'appelle une bonne paire de claques dans la gueule,et basta....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la seule réponse valable !
      Et une bonne dose de mépris en plus...

      Avec une mention particulière, seulement quand c'est possible, d'un bon coup de genou aux "parties sensibles" : Radical !

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
  2. Question: pourquoi cela sort maintenant?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ça !?

      Pour avoir la peau de "Beau-pin" ?
      Pas sûr.
      Pour déstabiliser un allié électoral et réduire son influence néfaste dans les urnes ?
      Quel intérêt ? Mais pourquoi pas.

      Maintenant circule la théorie "complotiste" interne au parti des "écololos" : Le clan "Sicile-du-flot" contre ceux de "Aima-Nue-Elle-Corse" (une jalousie de femmes ?) qui tente de reprendre le parti en main, justement pour peser en 2017, aidée en cela par les "archéos" pro-trotskistes : Ca reste plus probable.
      D'ailleurs le timing plaide pour ça : On est suffisamment loin des élections majeures pour que le coup réussisse sans laisser de traces durables dans l'esprit de l'électeur.
      Il suffit de se souvenir de l'affaire du Sofitel de "Déesse-khâ", qui normalement succédait à "Bling-bling" surfant sur une vague qui emporterait tout, qui se fait placardiser en mai 2011...
      Un an avant les échéances.
      Ce qui n'a pas empêcher "François III" de virer le "maxi-fat" !
      Justement, on est à un an des prochaines...

      A suivre, Vlad !

      Bien à toi !

      I-Cube

      Supprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube