Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

jeudi 12 mai 2016

Ça va se passer en début d’après-midi :


La censure !

Pas besoin de vous rappeler l’enchaînement des événements de « politique politicienne » qui a conduit le gouvernement de « Menuet-Valse » à poser la question de confiance au Parlement autour de la loi « El-Konnerie » qui va être tranchée dans les heures qui viennent.
Après avoir tant affirmé, haut & fort et par ailleurs, qu’il ne le ferait pas, pour des raisons, notamment, de « débat-démocratique », c’est dire qu’ils sont vraiment capables de tout (et de n’importe quoi) !
Depuis il affirme ne pas craindre ce vote…
Et il sait de quoi il cause, d’autant que les « frondeurs » ne parviennent pas à réunir les 58 signatures indispensables dans les délais pour déposer la leur !

Passons, car l’enjeu n’est pas là !
Les « coalitions » hétérogènes pour ne pas dire hétéroclites, voire antagonistes ont déjà eu la peau de plus d’un gouvernement dans le passé de la République et de ses régimes « des chambres » dépassés : Rien n’est impossible, mais c’est « gagnant » à tous les coups !

Pensez donc : Première hypothèse, aucune des motions déposées ne recueille les 289 voix indispensables pour destituer le gouvernement.
La loi passe telle qu’elle, mal ficelée, inepte à bien des égards, parfois incohérente, et il faudra bien plusieurs mois pour élaborer les décrets qui vont avec, publier les circulaires d’application, générant son fatras d’incertitudes juridiques et quelques 6 mois pour la détricoter ou … l’améliorer.
Et on se retrouve aux alentours de Noël à finir d’en débattre, en plus du budget 2017.
Mais au moins, le gouvernement retrouvera une « légitimité » perdue depuis des mois et des mois, arc-bouté en rempart du déficit d’image et de popularité du « Président des sans-dents ».
Alors même que la rue sera congestionnée par des manifestations de protestations dès la semaine prochaine, accompagnées par des grèves qui se veulent générales.

Autrement dit, « gagnant » pour passer outre l’opinion publique qui rejette ce texte aux motifs éhontés qu’on a bien voulu lui enfoncer dans le crâne, sur les côtés intolérables de certaines dispositions du nouveau dispositif.
Pour ma part – mais je ferai le tri une autre fois si nécessaire – je note en vrac le recul de la « médecine du travail », le chamboulement de la hiérarchie des textes applicables faisant passer l’accord d’entreprise au-dessus de la loi et des règlements eux-mêmes, et quelques autres « bizarreries » incroyables du même acabit autour des « représentativités » et financement syndicaux (formation, tout-ça, tout-ça…).
Passons également.

L’objectif reste de redonner une légitimité perdue par l’exécutif, puisque son opposition resterait encore dans l’incapacité de réunir une majorité parlementaire, même « tous azimuts ».
Et puis soyons sérieux : Qui parmi les « députacrouilles » a intérêt à se retrouver devant ses électeurs de façon anticipée, sans presqu’aucune préparation, renonçant de fait à tous les avantages que procure la fonction, une année en avance sur le calendrier prévisionnel ?
Aucun !
C’est donc gagnant : « Menuet Valse » n’aurait rien à craindre.

Mais je peux me tromper (vous saurez ça cet après-midi) et on en vient à la seconde hypothèse : Démission du gouvernement censuré !
Et là encore, curieusement, c’est du « gagnant » pour le pouvoir « soce » aux abois.
Qu’on  y réfléchisse bien.

Deux possibilités s’ouvrent alors : « Menuet Valse » remet sa démission et celle de tous ses ministres au « Capitaine-de-pédalo-à-la-fraise-des-bois ».
Celui-ci peut très bien le reconduire, en se donnant le temps de la réflexion, éventuellement et en donnant des « signes forts » en évinçant quelques trublions et erreurs de casting, ou nommer un nouveau « patron » de combat sorti de son chapeau.
On pense tout de suite que « El Konnerie » en fera les frais en premier lieu, au même titre que « MacRond » et quelques autres comme « Aima-Nue-Aile-Corse » et son boulet de « Beau-pain », « Passé-par-ici », l’ex-sénateur « écololo », qui n’ont de toute façon pas leur place dans un gouvernement de combat devant se préparer et conduire la reconquête du pouvoir et de l’opinion, des élections d’avril, mai et juin 2017.
Ceux-là seront vraisemblablement éconduits et ce sera l’occasion de refiler à quelques « fidèles » un part du gâteau pour les laisser montrer de quoi ils auraient été capables depuis 4 ans…

Pas plus mal, d’autant que là, il y a du boulot pour la fin du quinquennat.
Mais au « nouveau-chef » de bâtir dans l’urgence une politique « conforme » à la fois « au cap » de « Gras-nul-laid » et compatible avec « l’aile gôche » de l’opinion.
Et de repasser par la case « discours de politique générale », vote de confiance, et enfin de s’atteler à la tâche.
Bon, pour des « piliers » tels que « Pas-sain », « Casa-nova », « Le Riant », « Air-Eau », « Hurle-Et-Va » et quelques autres, pas trop de souci.
Alors qu’on rappelle que « Le Riant », par exemple, ne devrait plus faire partie dudit gouvernement en raison du cumul de ses fonctions…

Deuxième possibilité : Dissolution de l’Assemblée Nationale qui remet tout le monde devant le peuple appelé aux urnes pour trancher le dilemme d’ici début/mi-juin !
D’une pierre deux coups, voire plein de ricochets, qui en plus laisse du temps pour recaser les « copains » et boucler discrètement quelques dossiers urgents encore en instance !

Attendez, ce coup-là a déjà été fait par De Gaulle en juin 1968 et a éteint durablement la contestation de la rue !
Un génie ce De Gaulle, sauf que lui s’est tiré un an plus tard, presque à la sauvette !
Notez que justement, c’est le sort présumé de « François III »…
Il n’y a donc pas de hasard…

Parce que, deuxième coup avec la même pierre, vu le rejet de l’opinion en général, à droâte comme à gôche, il est peu probable que soit reconduit une AN « soce », même à « majorité-plurielle ».
Grand ménage à prévoir du paysage politique et élimination probable des frondeurs, du PCF/Front de Gôche, en même temps que des « écololos » empêtrés dans leurs affaires de « mains aux fesses » (sur lesquelles nous reviendrons rapidement) ; montée confirmée du « front de Marinella-tchi-tchi » ; même pas sûr que l’UDI, Modem et Républicains-démocrates parviennent à faire une majorité.
Imbroglio superbe où seul un « expert en synthèse » tirera probablement, peu ou prou, la quintessence de la situation et la couverture à lui.

Premier ricochet : « Bling-bling » (devenu entre-temps « Cling-cling ») tout à sa joie de piloter le « premier-parti » d’opposition parlementaire sera naturellement pressenti pour être nommé premier ministre et conduire l’action du nouveau gouvernement !
Là, il devrait se méfier et se souvenir de son mentor, celui de la seconde cohabitation, « Bat-la-mou » et surtout ne pas saisir cette opportunité : Personne n’a jamais réussi à traverser la « Seine-sur-la-Plage » sans faire une traversée du désert préalable.
Mais ça manque tellement à « Karlita » et à « belle-maman » qu’il ne résistera pas à la tentation.

Le piège est pourtant grossier : « Cling-cling » est devenu tellement indigeste depuis 2007/2008, que s’il se présente (et il le fera malgré tout : On n’est pas à Matignon sans rêver de franchir la Seine-sur-la-plage avec les honneurs qu’il a déjà connus – mais là, il s’agissait seulement de changer de trottoir – pour investir « le Château ») que c’est du « gagnant » pour « François III » qui sollicitera son renouvellement en 2017 (et une nouvelle dissolution de l’AN).
Qui d’autre, d’ailleurs, dans une opposition de « gôche » en état de décomposition avancée après la claque prise en mai/juin 2016 (en cas de vote de la censure aujourd’hui) ?
Même pas un « MacRond » ou un « Monte-et-bourre-la » !
Peut-être un « Déesse-khâ » s’il s’en sent la force, mais ce n’est pas sûr à son grand-âge avancé…
Lui, c’était 2012 ou rien d’autre et il a loupé « sa fenêtre de tir » pour un « coup raté » tiré sur la moquette d’un hôtel New-yorkais…

Autre ricochet : Ça coupe l’herbe sous les pieds au concurrent le plus sérieux du président sortant, à savoir « Juppette », un gars qui surfe dans les sondages et dont il faudra qu’on revienne tôt ou tard sur les grandes lignes de son programme.
Lui, il n’a qu’une seule et unique fenêtre : Les primaires de novembre, puis l’échéance de mai 2017.
Il est prêt et se démène pour y réussir, car 2022, ce ne sera plus de son âge : Il le dit et affirme déjà qu’il ne fera pas deux mandats !
Là, plus de primaire à « droâte », elle ne se justifie plus et au pire, se transformera en un plébiscite du « premier ministre » du moment en la personne de « Cling-cling » revenu « aux affaires », soufflant au passage la politesse à tout le monde…
De même, la primaire à « gôche » devient improbable : Le peuple des crétins (trisomiques, autistes et tout ce que vous voulez) de « gôche » n’aura plus qu’un seul rempart pour défendre « ses » valeurs-républicaines contre la « droâte-repoussante » et haïe par dogmatisme-aveugle, alors à la barre du pédalo … « Gras-Nul-Laid » soi-même !
Fort le gars…

C’est d’ailleurs à se demander si, puisqu’il n’y aurait pas de part laissée au hasard, tout cela n’a pas été « programmé » plus tôt : Attendez, dès le début et la nomination « d’El Konnerie » au ministère du chômage avec pour tâche qui en a rebuté plus d’un, et pas les moins costauds, de dépoussiérer le Code du travail, là, il fallait être culotté !
La « gamine », elle n’a aucune compétence particulière dans le domaine, loin de là, n’est pas épaulée par son propre « carnet d’adresses » et de compétences, qui est plutôt maigrichon, mais a sans doute dû montrer sa capacité à faire ce qu’on lui disait de faire sans trop poser de question quand elle a été pendant un an secrétaire d'État à la Politique de la Ville, après avoir été le factotum docile de « Vaille-an » dans le XVIIIème parigot, puis en qualité d’adjointe de « Sœur-âne » à l’action sociale de la Kapitale.
Le parfait fusible !
Je sais, j’ai déjà joué ce rôle plusieurs fois dans mon parcours professionnel, dans une « autre vie », parfois sciemment, mais au moins une fois en me faisant rouler : Je n’avais pas vu venir !
Des retors particulièrement roublards, mais moins pires que ceux qui logent à leur tour sous les « ors des palais de la République »…

En bref, c’est parfaitement « jouable », à la fois pour « Menuet-Valse » qui s’épuise et surtout pour « François III » qui ne sait plus comment rebondir, même si tout « va bien ».
Sauf que, sauf que, il reste une inconnue : La portée de la poussée du FN de « Marinella-tchi-tchi » !
Là encore, c’est un pari qui peut être « gagnant ».
Pas tout-à-fait prêt à en découdre dans l’arène électoral (ils en sont à se chamailler pour désigner et attribuer les circonscriptions à gagner), soit la formation morfle une « demi-victoire » et embarrasse la « droâte-républicaine », ce qui reste un schéma « gagnant » pour la « socialie »…
De toute façon, ça purgera le problème de la présidentielle de 2017.
Soit, malgré l’impréparation, c’est un raz-de-marée frontiste, avec un an d’avance.

Cette dernière hypothèse du « coup à trois bandes » est pour l’heure improbable, mais qui sait ?
Et là, avec la poussée des nationalismes aigüe constatée un peu partout (les votes récents néerlandais, autrichien et demain le Brexit), sans compter les poussées passées des Podemos, de « Tsi-tsi-passe », voire les « Nuit debout » après les zadistes, les anti-Notre-Dame-des-landes, les bonnets rouges, les pigeons, les Manif’ pour tous, on rebat totalement les cartes l’année prochaine à l’échéance de mai, second tour.

Et devinez qui se retrouve à jouer son « va-tout » en ultime rempart légitime d’une AN « Bleu-Blanc-Rouge » ?
Bé voyons : Il n’y en aura qu’un seul !
Notre « Capitaine-de-pédalo-à-la-fraise-des-bois » qui en acquerra la posture enviée de « Vénéré-Président » qu’a pu avoir « Bling-bling » à un moment donné (quand il a pu tailler un string à la « Cruchitude » sans même y toucher).

Et alors, vous croyez encore aux hasards, vous ?
Tiens donc, cette blague : Tout a été pesé et décortiqué depuis des mois et des mois, je veux !
Et il n’y a que les clowns qui se laissent bercer par les « dires de tous ces fats-là » pour persister à croire aux contes de fée…
On n’est pourtant pas dans de la science-fiction, mais bien dans la réalité.
Quotidienne, en plus.

En bref, un épisode assez drôle de la vie politique de mon pays à « moi-même » (celui que j’aime tant et qui ne mérite pas tout ça…) à vivre en direct ce jour même !
Pensez bien que je serai devant ma « télé-ritale » et mon écran sur « Transe-24 » à ouïr de la démence trisomique qui conduit à des « stratégies » à peine imaginables, dès ce soir.
En attendant, bonne journée à toutes et à tous : Votre sort n’est décidément pas entre vos mains !

I3

1 commentaire:

  1. Eh bien, la censure n'est pas passée, finalement !
    Comme la mathématique pouvait le laisser présager.

    On en reste donc dans la première hypothèse, avec ses propres "branches" et ricochets...
    Mais justement, le pouvoir saura-t-il faire place nette pour récupérer un semblant d'autorité, ou au contraire se laissera-t-il enliser par l'inaction, dans les émeutes de rue comme il y en a eu hier à Paris et différentes villes ?

    A suivre, donc !

    I-Cube

    RépondreSupprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube