Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

mercredi 25 mai 2016

Autriche : Vous avez aimé ?


Exercice de politique-fiction… 

C’est finalement « l'ékolologiste » Van der Bellen qui remporte la présidentielle autrichienne avec 50,3 % des voix, à peine 31.026 voix d’avance sur son concurrent d’extrême drôate, issus tous les deux du premier tour qui a vu tous les « candidats des partis traditionnels » se faire éliminer…

Super-sympa, comme scénario, non ?
Imaginez donc, juste deux secondes, une transposition similaire en « Gauloisie-trisomique », ruinée et frondeuse !
« Marinella-tchi-tchi » contre « Nico-Hulle-haut » (dit « la Manivelle »), éliminant au premier tour les « glandeurs » de gôche et de droâte, les « Mes-Luches », les « Modem », les « Shiva-hardi », les « Fifi-le-déchu », « Bling-bling », « Jupette », « Coopé », « La-Maire », « Haine-qu’à-Aime », « Bachelotte » & Cie de chez les « Républicains-démocrates » ainsi que les impétrants « soces », style « McRond », « François III », « Titine-Eau-brie », « Menuet-Valse », « Deux-noix-Âme-mont », mais aussi ses concurrents « EELV » (« Placez », « Beau-Pin », « Sicile-du-flot-vert », « Konne-benne-dites ») et je ne sais qui d’autres…
Auriez-vous fait le même choix, je veux dire si serré ?

Bon d’accord, c’est de la « politique-fiction », puisque si tout le monde, désormais, s’accorde sur le fait que « Marinella-tchi-tchi » sera présente au second tour, espérant que son opposant, quel qu’il soit, réunira un énième « front-républicain », emportant mathématiquement, les doigts dans le nez, et une bite dans le kul pour signifier la facilité de cette élection-là, la palme pour présider les destinées de ce pays qui reste le mien, ça pourrait ne pas se passer comme ça…
Normalement, à la faveur d’une abstention « massive », presqu’aussi importante que d’habitude une fois de plus, fondée sur le rejet global de toute la classe-politique par les électeurs, « Marinella-tchi-tchi » fait « carton-plein » dès le premier tour et sera élue à une poignée de voix près, ce qui ne s'est encore jamais vu : Il n’y aura pas de session de repêchage !
La présidente, la première-historique, de plus, la mieux élue depuis et pour une éternité…

Mais bon, soyons optimistes et imaginons un « ékololo » appelant au fameux « front-Républicain », arrivé jusque-là un peu par hasard (comme on dit, qui ne risque rien, même pas le ridicule, n’a rien, puisque l’important, comme aux JO, c’est de participer !) et que notre « ambassadeur » de la nature se retrouve dans le fauteuil de votre « Capitaine-de-pédalo-à-la-fraise-des-bois », à se passer les codes de la dissuasion nucléaire !
Tu vous imaginez le traumatisme du gars qui se retrouve avec le doigt au-dessus de l’arme nucléaire, lui l’anti-nucléaire dogmatique en moins de cinq minutes ?
Grosse rigolade à prévoir…
Et pharmacopée intense pour le soulager de son stress insoutenable !

D’ailleurs, est-ce si « utopiste » que ça ?
Il faut se rappeler qu’Alexander Van der Bellen, parti de rien devient le premier candidat issu du camp ékolologiste à être élu à la tête d’un l'État européen. Il était crédité de 21,3 % seulement des voix au premier tour, loin derrière Norbert Hofer, qui en avait obtenu 35 %, mais a bénéficié d’une sorte de « front-Républicain » local avec une participation électorale en hausse et d'importants reports de voix notamment des partis traditionnels, qui avaient subi un revers historique.

Et dans notre hypothèse, dès le lendemain, « La manivelle » s’engage d’emblée dans la fermeture de toute la filière nucléaire, privant 66 millions de kouillons d’éclairage public et privé, de gazinière, de télé (retour aux « délestages-d’office »).
Déjà qu’on n'y a plus de pétrole, la faute à la CGT, et qu’on n’a jamais eu d’idées (la faute à « Giskard-A-la-Barre »), il en profite pour fermer d’autorité les centrales au fioul-lourd, au gaz et autres tourbières archi-polluantes, voire carrément interdire vos bagnoles et camions carburant aux « énergies-fossiles »…
Tous en pousse-pousse, la planète respirera mieux et vous seriez bien obligés de dire « merci », parce que les bagnoles électriques, les RER, les trains, les métros, ça marche à l’électricité qu’on ne sait pas stocker sans polluer un maximum les ressources de la planète, ni même fabriquer sans une once d’émission-carbone, hors les barrages alpins.
Et comme les avions et hélicoptères fonctionnent aussi aux dérivés de pétrole raffiné, bé même vos « militareux », votre flicaille, vos pompiers ils seront obligés de pousser « a la mano » leurs matériels d’intervention…
Et pour aller voter pour vos « députacrouiles » le mois suivant, histoire de corriger « le tir », vous irez à vélo : C’est bon pour votre santé !
Heureusement, les Autrichiens ont un régime institutionnel proche de celui de notre IVème République : Le Président ne s’occupe que des inaugurations et a seulement le pouvoir de dissoudre l’assemblée et de provoquer des élections anticipées.

Et puis comme le nouveau chef d'État autrichien, notre « héros des terres antarctiques et jusqu’à Ushuaia », s’engagera à « être un président au-dessus des partis », tiens donc.
Et, d’ajouter qu’il « travaillera », pour « gagner la confiance des électeurs » de son opposante dans la dernière ligne-droâte.
Notre « Hulle-haut » reprendra à son compte les analyses autrichiennes : « On a beaucoup parlé des lignes de fracture de ce pays, entre hommes et femmes, villes et campagnes, riches et pauvres, nous pouvons aussi considérer ça comme le fait que nous sommes les deux moitiés qui constituent (le pays) et que chaque moitié est aussi importante que l'autre ».
Et il rajoutera qu’« il nous faut maintenant nous occuper du pays dans toute sa diversité », tout « BBR » mélangés, zoukés…

De son côté, « Menuet-Valse » (ou un autre), comme le chancelier social-démocrate Christian Kern, entré en fonction il y a peine une semaine (c’était le patron de leur SNCF-locale), Premier-ministre en exercice, se félicitera d'avoir en la personne du nouveau président « un partenaire pour une politique pro-européenne et ouverte sur le monde » : Une façon comme une autre de faire de la récupération éhontée, en rappelant que c’est lui qui a fait nommer des « ékololos » dans son gouvernement et qu’il en est très fier.

C’est qu’en Autriche, comme chez vous d’ailleurs, « le principal fossé est d'ordre politique, autour de questions comme l'Union européenne, les réfugiés, la confiance dans le système », estime un politologue assermenté.
Outre quelques propos outranciers passés et assez similaires au géniteur de « Marinella-tchi-tchi », le leader du FPÖ avait principalement axé son discours sur l'emploi et le niveau de vie des Autrichiens, assurant toutefois qu’il n'entendait pas voir son pays quitter l'UE, à moins que la Turquie n'y adhère.

« Marinella-tchi-tchi » fera-t-elle comme lui, qui déclare : « Je vous remercie pour votre soutien. Bien sûr, je suis triste aujourd'hui. Les efforts déployés pour cette campagne ne sont pas perdus, mais sont un investissement pour l'avenir ».
Je vous rappelle qu’il était lui aussi arrivé largement en tête au premier tour, avec 35 % des voix et une avance de 144.006 voix dimanche à l'issue du décompte des urnes du second tour.
Mais le vote par correspondance dépouillé lundi dernier, traditionnellement défavorable au FPÖ, a finalement fait pencher la balance en faveur du candidat « ékolologiste », de sensibilité libérale et centriste, près de 900.000 personnes, soit 14 % du corps électoral, avaient demandé à voter par correspondance pour ce scrutin suivi de très près en Europe dans un contexte de montée des populismes.
Avec cette courte défaite, le FPÖ réalise son meilleur score à un scrutin national, surfant sur la vague des migrants qui a vu 90.000 personnes demander l'asile dans le pays en 2015, soit plus de 1 % de la population…

Tout comme « Marinella-tchi-tchi », il s'est bien gardé ses dérapages ouvertement xénophobes qui avaient fait la marque de son parti par le passé, axant son discours sur le pouvoir d'achat, pour recueillir les suffrages de quasiment un électeur sur deux et s'est imposé dans la majorité des zones rurales. Il a séduit la majorité des électeurs masculins (54 %) et sans diplôme du second degré (58 %).
Le vote ouvrier lui a été très majoritairement favorables (71 %).

Rappelons aussi que l’Autriche a été le point de passage des migrants venus de Grèce. Heureusement qu’aucun ne veut vraiment migrer dans l’hexagone et son « modèle-social » du chômage…
Pour vous rassurer totalement, sachez que le point n° 1 du programme du FPÖ est l’arrêt de l’immigration. Il est aussi partisan, selon l’exemple suisse, de la démocratie directe et propose notamment d’interdire par référendum les minarets et le voile islamique dans l’espace public. Le FPÖ est aussi farouchement hostile à l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne. Ces positions expliquent son succès dans les couches populaires.
C’est ensuite un parti conservateur, défenseur de la famille traditionnelle. Il se montre très critique sur les évolutions sociétales prônant le mariage homosexuel ou la théorie du genre. Comme héritier assumé des révolutions « bourgeoises & démocratiques » de 1848, il adhère aux valeurs morales du petit peuple d’artisans, de commerçants et de petits entrepreneurs qui ont constitué sa base électorale d’origine. Et il est lui plutôt attaché à la liberté d’entreprendre, plus ou moins contrairement à « Marinella-tchi-tchi ».
Enfin, sur les questions européennes, c’est un parti eurosceptique mais pas europhobe. Il en tient pour une autre Europe : Ses principes sont « l’Autriche d’abord » et la subsidiarité. Très critique à l’égard de la Commission européenne, le FPÖ ne prône pas pour autant ni sortie de l’Union ni de l’euro. Il est pour une « Europe des peuples », un peu comme « Mes-Luches ».

Voilà : Définitivement rassurés ?
Eh bien pas moi, parce que les mêmes schémas appliqués chez vous, et voyez donc dans quelle cagade vous allez vous retrouver…
Que je ne sais même pas si m’amuse, finalement.

Bonne journée tout de même à toutes et à tous !

I3

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube