Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

vendredi 12 février 2016

Pas de panique…


Après-demain, c’est la Saint-Valentin !

Alors, 7 excuses pour un homme qui a oublié la Saint-Valentin :
« – Le fleuriste n’a pas réussi à rentrer dans l’immeuble. Ton code a changé ?
– Je t’ai envoyé un cœur en chocolat, quelqu’un a dû le manger.
– Je t'ai envoyé une carte par e-mail. Tu ne l’as pas reçue ?
Ils n’assurent pas chez Orange !
– Je t’ai laissé un message sur ton répondeur pour t’inviter à dîner.
C’est pour ça, je ne reconnaissais pas ta voix !
– Je ne savais pas que tu aimais les bijoux.
– Je croyais que la Saint Valentin était une fête seulement pour les catholiques pratiquants.
– Je ne supporte pas les fêtes obligatoires, je préfère t’offrir des fleurs le 14 mars. »

Une jeune femme dit à son médecin :
« – Docteur, je n'ai jamais osé vous en parler, mais je n'en peux plus.
Mon mari ne pense qu'à sa mère, parle d'elle sans arrêt, compare tout ce que je fais à ce qu'elle fait, en mieux bien sûr.
Je cuisine une blanquette ? « Celle de maman est plus légère ! »
J'achète une robe ? « Maman ne mettrait pas une couleur aussi criarde. »
Je lui offre une cravate ? « Quand j'étais célibataire, maman avait un goût très sûr pour les choisir ! »
Et maman ceci, et maman cela !
Écoutez », fait le toubib, « il y a un domaine où il ne peut pas faire de comparaisons, c'est le sexe. Alors vous allez acheter des sous-vêtements très affriolants, et quand ce soir votre mari rentrera du travail, vous l'attendrez étendue sur votre canapé, uniquement vêtue de dessous très sexy. Là, chère madame, plus question de la belle-mère ! »
C’est le soir de la Saint-Valentin et la jeune femme est allée dans une boutique de lingerie la veille, et quand le soir son mari rentre de sa partie de pétanque, il la trouve allongée nue sur le canapé vêtue seulement d'un string et d'un soutien-gorge de dentelle noire à balconnets, d'un porte-jarretelles noir et de bas noirs.
Et il s'écrie : « Mon Dieu ! Il est arrivé quelque chose à maman ? »

Robert et Bernard, deux vieux amis se rencontrent après plusieurs années sans s'être vus.
Ils discutent à la terrasse d'un café et dans la conversation, l'un dit à l'autre :
« – Ta femme est toujours aussi jolie ?
– Oh oui, ça lui prend juste un peu plus de temps. »

Un homme s'interroge sur le cadeau de Saint-Valentin qu'il achètera à sa femme.
Il décide de demander conseil à un ami :
– Je ne sais vraiment pas quoi lui acheter cette année », explique Bernard.
– Pourquoi ne lui remets-tu pas un certificat cadeau lui offrant deux heures de sexe intense pour réaliser tous ses fantasmes ?
Je suis certain qu'elle sera très excitée de ce cadeau ! », réplique Robert.
Ainsi, notre homme décide de donner son certificat cadeau très original.
Une semaine plus tard, les deux hommes se rencontrent à nouveau.
– Finalement, est-ce que tu as suivi ma suggestion du certificat cadeau ?
– Oui. Tu avais raison, ma femme était très emballée.
Elle m'a sauté dans les bras pour me remercier, m'a embrassé sur la bouche puis est partie en courant vers la porte en hurlant : « On se revoit dans deux heures ! » »

C'est une femme de 50 ans qui demande à son mari à l’occasion de la Saint-Valentin :
« – Tu ne trouves pas que suis mieux sans soutien-gorge ?
– Oh oui chérie, ça te rajeunit vraiment : Il y a toutes tes rides du visage qui disparaissent. »

Et rappelez-vous : La Saint-Valentin parfaite de Madame :

08 h 15 : Être réveillée avec des câlins et des bisous.
08 h 30 : Peser 2 Kilos de moins que la veille.
08 h 45 : Petit-déjeuner au lit avec jus d'oranges pressées et croissants.
Ouverture des cadeaux, par exemple : Bijoux très chers offerts par le partenaire.
09 h 15 : Prendre un bain très chaud avec des huiles senteur vanille.
10 h 00 : Légère gymnastique au club de fitness avec son entraîneur personnel, un mec magnifique et plein d'humour.
10 h 30 : Soin du visage, manucure et shampooing.
Laisser passer 10 minutes, puis rinçage et sèche-cheveux.
12 h 00 : Déjeuner à midi avec la meilleure copine dans un resto hyper en vogue.
12 h 45 : Espionner l'ex de son mec et découvrir qu'elle a pris 7 kilos.
13 h 00 : Faire du shopping avec des copines, crédit illimité.
15 h 00 : Sieste.
16 h 00 : Livraison de trois douzaines de roses accompagnées d'une carte signée par un admirateur secret.
16 h 15 : Légère gymnastique au club de fitness, suivie d'un massage fait par un mec très musclé et super sympa qui raconte qu'il a rarement massé un corps si parfait.
17 h 30 : Essayage de la nouvelle collection d'un créateur de haute-couture, faire un défilé de mode devant l'énorme miroir de sa boutique.
19 h 30 : Dîner aux chandelles pour 2 personnes, musique et compliments.
22 h 00 : Douche chaude (seule).
22 h 50 : Être portée jusqu'au lit (draps frais et repassés).
23 h 00 : Câlins avec son partenaire.
23 h 15 : S'endormir dans ses bras musclés.

Et la Saint-Valentin parfaite de Monsieur :

06 h 00 : Le réveil sonne.
06 h 15 : Se faire faire une gâterie au saut du lit.
06 h 30 : Gros caca qui soulage tout en lisant la partie « sports » du journal.
07 h 00 : Petit-déjeuner : Rumsteck et œufs frits, café et toasts préparés par la femme de ménage à poil, bien sûr…
07 h 30 : La limousine arrive.
07 h 45 : Quelques verres de whisky sur le chemin de l'aéroport.
09 h 15 : Vol en jet privé.
09 h 30 : Limousine avec chauffeur pour se rendre au club de golf (se faire faire une autre gâterie en route).
09 h 45 : Jouer au golf et gagner.
11 h 45 : Déjeuner : McDo, 3 Bières, une bouteille de Dom Pérignon.
12 h 15 : Se faire faire une autre gâterie.
12 h 30 : Rejouer au golf et regagner.
14 h 15 : Retour à l'aéroport en limousine (quelques verres de whisky en route).
14 h 30 : Vol vers Monte-Carlo.
15 h 30 : Après-midi : Pêche au gros, les accompagnatrices étant toutes dénudées.
17 h 00 : Retour en jet privé, massage de tout le corps par Pamela Anderson.
18 h 45 : Caca du soir, prendre sa douche, se raser.
19 h 00 : Regarder les informations : Michael Jackson est mort, Marijuana et Hardcore-Pornos sont légalisés.
19 h 30 : Dîner : Homard en entrée, Dom Pérignon (1953), gros steak juteux et en dessert, glace servie sur 2 gros seins rebondis.
21 h 00 : Cognac Napoléon et un cigare Cohuna ; regarder le foot devant un énorme écran de télé, la France bat l'Angleterre 11 à 0.
21 h 30 : Relations sexuelles avec 3 femmes à la fois (les 3 ayant aussi des tendances lesbiennes).
23 h 00 : Massage et bain-Whirlpool, avec une bonne Pizza et une bière blonde rafraîchissante.
23 h 30 : Se faire faire une autre gâterie pour bien dormir.
23 h 45 : Être couché au lit, seul.
23 h 50 : Faire un pet de 12 secondes qui change 4 fois de ton et qui oblige le chien à quitter la chambre…

Parole de mon « boss à moi » :
« Il ne faut pas juger une femme sur ce qu'elle dit, ce serait vraiment trop injuste pour elle… »

Robert : « Une femme sans formes c'est comme un jean sans poches !
On ne sait pas où mettre les mains ! »

Et puis une, hors sujet, tirée du récent rapport de la Cour des comptes :

Un maire décide de faire repeindre la façade de la mairie.
Il lance un appel d'offres selon la procédure légale.
On lui présente trois devis : Un anglais, un allemand et un gaulois.
Le devis de l'Anglais s'élève à 3 millions d'euros, celui de l'Allemand à 6 millions, et celui du Français à 9 millions.
Devant de telles différences, il convoque les trois entrepreneurs séparément, pour qu'ils détaillent leurs estimations.
– L'Anglais dit qu'il utilise de la peinture acrylique pour extérieur en deux couches pour 1 million, pour les échafaudages, les brosses, équipements divers et assurances : 1 million, et le million restant c'est la main-d'œuvre.
– L'Allemand justifie son devis en disant qu'il est meilleur peintre, qu'il utilise des peintures de polyuréthane en trois couches, dont le coût s'élève à 3 millions. Les échafaudages et autres matériels, équipements et assurances coûtent 2 millions, et le million restant c'est pour la main-d'œuvre.
– Le dernier est celui qui gagne finalement l'appel d'offres, le maire estimant qu'il présente le devis le mieux justifié.
En effet, le compatriote gaulois lui a présenté le devis comme suit :
« Monsieur le maire : 3 millions pour vous, 3 autres pour moi, et les 3 restants, nous les donnons à l'Anglais pour qu'il nous peigne la façade. »

Et pour finir, la blague feuj pour mon conseiller :

Histoire du Sentier (quartier de Paris où abondent les magasins de confection).
Isaac, représentant de commerce, profite de son passage à Paris pour acheter une belle pièce de tissus.
Il se rend dans le Sentier, voit une boutique au nom de « Levy, confection homme ».
« – Bonjour Monsieur. J'ai trouvé ce tissu. Pourriez-vous me faire un costume avec ?
(Il examine la pièce) Oui bien sûr. Mais il n'y a pas beaucoup de tissu, je ne pourrai faire qu'un Spencer et un short ».
Ils discutent des tarifs et Isaac ressort, en disant qu'il va réfléchir.
Il marche cinquante mètres et entre chez « Cohen, confection pour homme ».
« – Bonjour Monsieur. J'ai trouvé ce tissu. Pourriez-vous me faire un costume avec ?
(il examine la pièce) Oui bien sûr. Je vous prends les mesures, et dans une semaine vous revenez faire l'essayage. Je vous fais un trois pièces ».
Ils s'entendent sur les tarifs, le tailleur prend les mesures, et une semaine après, ils se retrouvent pour les essayages.
Le costume tombe pile-poil.
Isaac paye, va pour sortir, et voit entrer dans la boutique un petit garçon, marchant à peine, avec un gilet dans le même tissus que son costume.
Le tailleur est un peu gêné, et explique :
« – Il me restait une chute, alors…
– Bien sûr, vous avez bien fait. Au fait, avant de venir chez vous, je suis passé chez Levy, et il m'a dit qu'avec le tissu que j'avais, il ne pouvait faire qu'un Spencer et un short. Or vous, vous m'avez fait le trois pièces impeccable et il reste de quoi faire un gilet pour le gosse.
– Ah Monsieur Levy ? Oui je comprends : C'est que lui, son fils, c'est un géant, il mesure deux mètres et joue au rugby ».

Bon week-end à toutes et à tous !

I3

2 commentaires:

  1. À Vizzavona, en plein centre de la corse, un père parle à son fils qui se marie aujourd'hui :

    - Dis, mon fils, il faut que je te parle !

    -Oui, papa.

    - Ce soir, après la noce, tu vas rentrer dans ta maison avec ta femme. Il faut que je t'explique certaines choses,

    -Oui, papa.

    - Premièrement, tu vas prendre ta femme dans tes bras pour rentrer dans la maison, parce qu'un Corse c'est fort !

    -Bien, papa.

    - Ensuite, tu vas aller prendre une douche, parce qu'un Corse, c'est propre !

    Oui, papa.

    - Puis, tu reviens dans la chambre tout nu, parce qu'un Corse, c'est beau !

    -C'est vrai, papa.

    - Là, tu va regarder ta femme dans les yeux, parce qu'un Corse, c'est fier !

    - Oh oui, papa.

    - Enfin, tu t'occupes de ta femme toute la nuit, parce qu'un Corse, c'est amoureux ! Tu as compris ?

    -Oui oui, papa.

    Et la noce se passe joyeusement. Le lendemain, le Père rencontre son fils dans le village :

    - Alors, mon fils, comment c'est passé cette nuit ?

    - Oh très bien Papa. Tout d'abord j'ai pris ma femme dans mes bras pour rentrer dans la maison, parce qu'un Corse c'est fort ! Ensuite, je suis allé prendre une douche, parce qu'un Corse, c'est propre !

    - C'est bien, mon fils, et après ?

    - Après, je suis revenu dans la chambre tout nu, parce qu'un Corse, c'est beau, et j'ai regardé ma femme dans les yeux, parce qu'un Corse, c'est fier !

    - C'est bien, mon fils, et après ?

    - Après, j'ai embrassé ma femme partout, parce qu'un Corse, c'est amoureux, et je me suis masturbé parce qu'un Corse c'est autonome et indépendant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Vlad !
      C'est une "revenue" issue de mon ancien blog, ça !
      Et il y a longtemps en plus : Archi-connue.

      Dans le tas, (des "revenues") je préfère celle-là :
      "- Dis babu, qu'est-ce qu'il faut pour vivre heureux ?
      - Zidelluciu, un bon boulot et une bonne santé !
      - Et tu as eu tout ça, grand-père ?
      - Oui, on peut dire ça : J'ai toujours eu une bonne santé et ta grand-mère un bon boulot !"

      Bien à toi !

      I-Cube

      Supprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube