Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

jeudi 21 janvier 2016

Vraiment le début de la fin ?


On taille dans les dépenses sociales dans l’Essonne !

Ce n’est pas une blague, je l’ai lu la semaine dernière dans un numéro du Monde (que d’habitude j’évite) à l’occasion de mon passage à Monaco.
Mon boss est sympa avec moi : Au lieu de se payer plusieurs abonnements à la presse quotidienne à chacun de ses collaborateurs « qui comptent », il n’en paye qu’un et il nous réunit dans ses locaux pour qu’on puisse s’informer et même en causer…
Et de toute façon, à Venise, la poste, parfois ça passe, parfois ça ne passe pas, donc pas la peine d’espérer être à jour quotidiennement.
Mais avantage local, quand on trouve les hebdomadaires gaulois en kiosque, ils sont « allégés » des publicités et imprimés sur papier-pelure : Ça prend moins de place et c’est bon pour la planète…

Passons donc pour en revenir à notre sujet du moment : « Le département de l’Essonne assure être dans l’impossibilité de procéder au paiement de l’aide sociale légale pour une partie de l’année 2015. Dans un courrier, adressé fin décembre aux associations de protection de l’enfance et aux établissements médico-sociaux pour les personnes âgées ou les adultes handicapés, François Durovray (LR), le président du conseil départemental, annonce que sa collectivité ne sera pas en mesure de régler ses factures et propose d’étaler les versements sur les six prochaines années, avec les intérêts. »
Et d’après les informations du Monde, ces coupes concerneraient également le secteur des services à domicile, l’allocation personnalisée d’autonomie et la prestation de compensation du handicap et d'autres départements.
Bref, coupes sombres dans les dépenses des plus nécessiteux, figurez-vous.
Et encore, on n’est pas comme dans le « neuf-trois » de « Barre-to-alone » où ses services et lui-même recevaient la manne financière étatique pour aller la placer en « subprime »… Les kons !
Non, là, il s’agit bien d’un « défaut de paiement » pur et simple.
Aux fournisseurs d’aller se gratter le neurone pour faire du « crédit-vendeur » à la puissance publique démembrée… et désargentée !
Fort !

Ça me fait immanquablement penser à « Da-Vide-Camé-Rhône » de chez les brillants et royaux sujets de sa très gracieuse majesté d’outre-Manche qui a un plan fabuleux contre la « pôvreté » : Lors de son discours de lundi 11 janvier 2016, à l'occasion du lancement du nouveau programme du parti Conservateur britannique pour lutter contre la pauvreté, il a été merveilleux.
Sa solution pour sortir les pôvres de la pauvreté serait de leur apprendre à mettre de l'argent de côté.
« Économiser est une habitude qui doit commencer tôt… Nous allons voir ce qu'il est possible de faire dans ce domaine » a-t-il déclaré.
Le but du jeu serait de permettre aux « personnes ayant de faibles revenus de se créer une réserve pour les jours (encore) plus difficiles ».
C’est-y pas si simple et sympa comme plan de lutte contre « l’extrême-pôvreté » ?
Lumineux, dois-je admettre !
Comment ce fait-ce que personne n’y ai pensé plus tôt ?
Même chez nos « sachants » d’élite, on ne sait pas encore ça, semble-t-il.

Notez que les gaulois ont tout compris depuis longtemps comme le souligne une récente étude de « Lyne-sait-tout ».
Fin 1995, le patrimoine net de dette des gaulois s'élevait à 3.400 milliards d'euros, soit en moyenne 147.000 euros pour chaque ménage.
Là, je n’étais pas encore trop inquiet : Les dettes publiques représentaient 663,5 milliards d'euros à la fin de la même année 1995, soit 55,5 % du PIB.
D’autant que le patrimoine public était évalué au même montant, avec quelques 430 millions d’euros d’excédent : On pouvait encore tout rembourser en vendant tout et si ça ne suffisait pas, on pouvait toujours aller piocher dans la poche garnie des électeurs fortunés.
D’ailleurs, ils ne s’en sont pas privés, ni les uns ni les autres depuis « Bling-bling », et même l’épisode « Bat-la-mou ».
Parce que désormais, le montant des dettes publiques avoisine les 2.000 milliards, soit une progression de l’ordre de 5,8 % en moyenne annuelle, et on en rajoute tous les jours (comme le signale le CG de l’Essonne : Cf. le post d'hier), à dépasser ce niveau rapidement.

Je ne le suis pas plus vingt plus tard, le patrimoine des gaulois atteint… 10.300 milliards, soit 352.000 euros environ par foyer. Bien sûr, il faut tenir compte de l'inflation : On cause en euro courant.
Mais en 20 ans, la valeur réelle de la richesse nette a tout de même progressé de 4,5 % par an.
Alors que l’endettement public a progressé en moyenne de 5,8 %.
Il y aurait de la « perte en ligne », comme dirait l’autre, parce que la valorisation du patrimoine public ne grimpe pas aussi vite.
Et c'est 2,5 fois plus rapide que le pouvoir d'achat, qui lui, n'a gagné que 1,8 %.
Alors quid ?
Qui a donc intérêt à la dépense publique sans limite ?
Les « riches » ou les « pôvres » ?
Vous ne voyez donc pas l’effet de « vase-communicant » ?
Plus l’un s’effondre, plus l’autre s’en met plein les poches, non ?

In fine, leur patrimoine correspond aujourd'hui à plus de 6 années de revenu disponible net : Il faut dire qu’on leur en pique tellement que le « rendement » des « travailleurs-prolos » souffre.
Alors que la dette publique vaut 100 % du PIB voire, pour être plus exacte et comparer des choses comparables, 6,62 ans de recettes fiscales putatives.
Confirmation : Il y a bien de la perte en ligne !
Et puis finalement, il y a de quoi s’inquiéter, parce qu’on sait mieux comment est constitué le patrimoine des Gaulois.

Le gros de l'enrichissement se concentre entre 1995 et 2007 (les années « Chi »), avec un bond annuel moyen de quasiment 9 %. Et, c'est la hausse de l'immobilier qui est au cœur de cette flambée, le logement étant l'enfant chéri de leur patrimoine. Mais si l'immobilier donne la tendance de fond, les actifs financiers impulsent les changements de rythmes. Quand la bourse monte, la courbe de hausse est amplifiée.
Mais pas de vrai drame quand le CAC est à la baisse : L'éclatement de la bulle internet en 2000 n'a fait qu'adoucir la pente pendant 2 petites années.

Et dès 2003, c'est reparti, le rythme s'accélère à nouveau. Les ménages consacrent alors une part encore plus importante de leur revenu à leur épargne financière pour préparer leur retraite.
Mais avec 2008 survient la pire récession de l'après-guerre.
Et que se passe-t-il ? Eh bien rien, ou presque !
Le patrimoine net est à peine écorné : Il perd 5 % de sa valeur entre 2007 et 2009 alors qu'il en avait gagné 175 % pendant les 12 années précédentes !
Eh oui, c'est encore l'exceptionnelle résistance des prix immobiliers qui a joué.

Lorsque les bourses chutent, la baisse des taux oxygène le marché de l'immobilier.
À quoi il faut ajouter l'impact de la fameuse loi TEPA qui a facilité les transmissions de patrimoine avec une fiscalité notoirement plus light. Dès 2011, la remontée de l'immobilier ainsi que le rebond du marché des actions inaugurent une nouvelle phase de hausse.
La légère correction des prix de la pierre dû à « Sicile-Du-Flot-vert » et sa loi ALUR n'aura ensuite qu'à peine écorné les patrimoines.
D'autant que les prix seraient repartis à la hausse fin 2015.

Cette période 1995-2015, c'est donc 20 ans d'enrichissement exceptionnel pour les gaulois, sans que le poids de leur endettement n'ait augmenté : Les dettes des ménages pèsent structurellement moins de 10 % de leur actif total.
Et il faut y regarder de plus près. Cet enrichissement reste concentré entre les mains de quelques « happy few » : Car 48 % de la richesse est détenue par les 10 % les plus fortunés ; et la moitié des Gaulois possède 93 % du patrimoine, l'autre moitié 7 % seulement.
Et sur le plan-là, rien n'a changé en 20 ans.
Comme quoi, il n’y a pas assez de « pôvres » qui économisent…

Mais bon, le problème des « riches », il est aussi ailleurs.
Parce qu’un patrimoine, c’est bien, mais la plupart du temps ce n’est pas « liquide » et même les riches n’ont pas appris à se nourrir de briques ou de parpaings.
Globalement, d’où vient le pognon ? De 3 endroits possibles et pas un de plus.
Les impôts, la création de monnaie (par la banque centrale) et les emprunts (ce qui veut dire qu’un fou doit accepter de vous prêter).
C’est tout.
Car on a beau être « pôvre » et économiser quand même, l’argent ne tombe pas du ciel.
Avant on pouvait le faire tomber de notre banque centrale, la Banque de « Gauloisie impécunieuse ». Elle pouvait imprimer autant de billets que nécessaire.
Cela avait quelques conséquences néfastes, comme la baisse de la valeur de notre monnaie nationale et donc cela rendait plus cher les produits importés et il y avait même de l’inflation.
Aujourd’hui on n’a plus de banque centrale à nous et l’inflation est nulle !
Alors, inutile d’attendre une pluie de billets à la demande.
Et quand les impôts sont très ou trop hauts, difficiles de les augmenter encore. 

Il ne vous reste plus qu’à emprunter. Mais à qui ?
Pour le moment une grosse partie, par des mécanismes indirects, ni plus ni moins qu’aux épargnants gaulois qui persistent à souscrire des fonds euros dans les contrats d’assurance-vie ce qui n’est rien d’autre que des obligations d’État.
D’un État en faillite.
Et comme on vient de le voir, pour l’essentiel qui sont ces épargnants ?
Les retraités, jeunes et moins jeunes qui détiennent globalement le patrimoine immobilier et financier dans notre pays ce qui est normal puisque plus on est jeune plus on est pôvre et on apprend seulement à économiser à outrance (régime patate à l’eau et « pâte-beurre » sans beurre), et plus on est « vieux », plus l’on a pris le temps de constituer un patrimoine à force d’économiser.
Nos seniors n’ont rien volé, c’est un processus parfaitement logique qui existe depuis des générations et des générations (Cf. Karl, pas Groucho mais Marx, quant à la constitution de « Daβ groβ Kapital », quoiqu’en dise « Pique-et-T’y »).

Et c’est là que c’est fort drôle !
Nos retraités, et bien ils encaissent des… retraites, versées par un État qui en réalité n’a pas d’argent et emprunte des sous tous les mois.
Pour être encore plus clair, les retraités ne se rendent pas compte qu’ils se payent eux-mêmes leur retraite en prêtant à l’État via leurs placements d’argent nécessaire pour qu’il leur verse leur pension !
Elle n’est pas magnifique la vie ?

D’autant que pour la vie des « pôvres-bêtes », figurez-vous qu’ils sont abreuvés de subventions, pas trop, juste ce qu’il faut pour pouvoir becqueter, se chauffer, payer leurs impôts locaux et la redevance électrique, les assurances, la carte Navigo pour aller se soigner dans des vêtements pas trop décatis et pour payer la TVA qui va avec.
TVA, CSG-Crds et autres, même sur les bas salaires et autres « indemnités » de survie qui financent justement les « redistributions » à caractère social, entre-autres !
Globalement, ils sont donc déjà tous fonctionnaires sans le savoir, même quand ils ne bossent pas…

Je viens de vous résumer la « socialie-gauloise » : Et figurez-vous que vous tâcherez d’être obligeamment reconnaissant aux prochaines élections, parce que même un président « Républicain-démocrate » de département de la grande couronne de la capitale « Paris-sur-la-Seine », il avertit qu’il ne peut pas faire les échéances : C’est dire !
Alors quand ce sera un président de la « res-publica » toute entière qui se sera installé dans le fauteuil de votre valeureux « capitaine de pédalo à la fraise des bois » préféré, je ne vous raconte pas le délire des foules ruinées…

Bien à vous toutes et tous, tout de même !

I3

1 commentaire:

  1. ... et rappelons au passage que 4 autres départements se sentent obligés d'augmenter les taux d'imposition à la taxe foncière cette année pour faire face, malgré les promesses électorales de 2014 !...

    Et ce n'est pas fini.
    Bref, quand ce n'est pas la banque centrale qui avance les fonds, c'est le contribuable qui paye la politique sociale : Rien de plus logique.
    Demain l'épargnant (cf. post d'hier).

    Quoique là, même en Italie, il commence déjà à passer à la caisse.
    Tondus, nous finiront tous tendus !

    RépondreSupprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube