Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

mercredi 6 janvier 2016

Grand guignolesque


Déchéance de nationalité

Voilà bien une idée aussi sotte que grenue saugrenue : Vouloir déchoir de la précieuse nationalité Gauloise, que le monde entier s’arracherait bien, puisque selon le mot de ma Grand-mère (la « Corsa », celle qui avait des principes et gît dans « mon cimetière » personnel), ignominieusement plagiée par Thomas Jefferson, « Chaque homme a deux pays. Le sien et la France » !
Et la preuve de cet universalisme restauré, 2015 nous l’a confirmée : Ils étaient tous « Charlie » en janvier et encore plus tricolores en novembre dernier.
Partout dans le monde !
Une monstrueuse erreur « politique » du Califat de l’EI…
Passons.

Parce que du côté « rive-droâte » de Paris-sur-la-Seine, le « capitaine-de-pédalo-à-la-fraise-des-bois », le locataire précaire du palais de l’Élysée, il en a sorti une « pas mal » devant le congrès de Versailles : Projet de déchéance de nationalité pour les terroristes binationaux !
Dingue ça : Exactement la même idée qu’un amendement des « Républicains-Démocrates » qui venait d’être repoussée par le Parlement durant l’été avec les félicitations des députés « soces » !
Sans causer du plagiat des propositions de « Marinella-tchi-tchi » sur le sujet !

Et d’ailleurs, pourquoi les seuls « binationaux », que je vous demande un peu ?
Et pas tout le monde qui terrorise ?
Tue des flics et des petites-filles, vole ou viole, bref se met « hors-la-loi » gauloise ?
Là encore, passons : Parce que diverses conventions internationales interdisent de fabriquer des apatrides…
Sauf qu’il y en a plusieurs millions qui se promènent déjà depuis des décennies et qu’ils ont droit au « passeport Nansen » qui est un document d'identité reconnu par de nombreux États permettant aux réfugiés apatrides de voyager alors que le système international des passeports, qui a émergé à la faveur de la Première Guerre mondiale, a dû faire face à l’arrivée d’apatrides russes, mais aussi arméniens en Grèce et bien d’autres encore.
Certes, ce n’est pas la panacée, même si de nombreux pays encadrent la déchéance de leur propre nationalité, y compris aux USA et que ledit document vous permet de passer les frontières en toute légalité et pratiquement sans entrave.

Le Conseil d’État, consulté et saisi dans ses fonctions de « conseiller juridique » de l’État, émet des doutes sur la constitutionnalité de la future mesure.
Tiens donc, ça tombe bien, on va changer la constitution pour y inclure « l’état d’urgence permanent », alors d’une pierre deux coups, ne serait-ce que pour avoir les voix de la « droâte » et faire une majorité des 3/5ème au Congrès – parce que bien sûr, pas question de consulter la populace par voie de référendum, chez « ces gens-là », nés « démocrates-soces » – ce qui est une façon de « piéger » les opposants de tous les bords !

Tollé sur les bancs de la « gôche-soce », les intellos qui savent tout, et même au-delà : Les « frondeurs » se réveillent et n’y vont pas avec le dos de la cuillère, jusqu’aux ex-lambertistes comme l’actuel secrétaire du « P-Soce », « Quand-bat-des-Lys »…
Donc machine arrière-toute sous la pluie des quolibets et c’est « Menuet-Valse » et ses coups de menton, confirmé par « T’oubliera » la « gardes-des-sots », qui sont chargés d’expliquer que voici-voilà, c’est pas sûr, même que pas du tout, finalement !
Pan sur le nasaux du Catalan et de l’indépendantiste guyanaise (ça date de 1978, vous n’étiez pas nés, vous ne pouvez pas vous rappeler), finalement, « au nom de la parole » présidentielle, on maintient le cap !
Grosse rigolade.

Ce n’est plus un pédalo, mais une girouette, d’autant que presque neuf gaulois sur dix sont pour la mesure.
République de « Ripoux », mafieuse et totalitaire qui s’incline devant les diktats des sondages : Où va-t-on au juste ?
Donc rendre la mesure constitutionnelle (en plus de « l’état d’urgence » permanent), devient tout d’un coup une urgence … constitutionnelle, pour être jusque-là probablement anticonstitutionnelle !
Ceux-là, ils nous auront tout fait : Entre le ministre de la fraude fiscale, celui qui écrase d’impôt pour mieux en redonner une partie seulement ensuite, le ministre de la « phobie administrative », les galipettes en scooter, les lois scélérates sur le renseignement, celles sur l’anti-terrorisme qui n’a rien permis d’empêcher quoique ce soit, puis enfin, summum, l’état d’urgence qui permet d’entôler quelques barbus juste sur leur sale mine, c’est décidément Grand-Guignol à chaque détour de la vie politique de ce pays que j’aime tant (et qui est le mien, mais que j’ai finalement bien fait de quitter rapidement) !

Attend, Dukonno, il y a quand même plus simple : On nous dit sur tous les tons et octaves que le pays est en guerre (et ce n’est pas fini : On manquerait même de bombes tellement ça canarde).
Or, si je ne m’abuse, et ça a été le cas durant toutes les guerres, un « national », natif ou naturalisé, quand il se bat contre son pays et/ou ses citoyens, c’est un traite.
Or, un traite, toujours en temps de guerre, on le passe devant le poteau et on lui colle 12 balles dans la peau.
Du temps de Vichy, qui maniait la déchéance de nationalité avec passion, un simple décret suffisait.
Mon « cousin » (celui qui a réussi et dort dans son septuple cercueil situé sous le dôme des Invalides), il faisait d’abord procès, avec un respect minutieux des procédures pénales, mais ça se terminait quand même dans les « kuls-de-basse-fosse », alors que l’occupant nazi prenait des otages au hasard et pratiquait de la même façon, vous rappelle-je.
(Vous n’étiez pas nés, vous ne pouvez pas savoir. Moi non plus je n’étais pas né, mais je me souviens très bien quand même).
Un « binational » déchu, on ne peut plus en faire autant figurez-vous : C’est interdit par les « lois de la guerre » et autres conventions genevoises.
Ce sont des « prisonniers politiques » qui ne peuvent même pas recevoir de traitement dégradant !
Comme « mes cousins-natios-Corsi » qui se revendiquent de ce statut-là…

Par conséquent, la mesure est totalement absurde : Il faut « dégager » les terroristes comme d’une peste contagieuse et létale, quelle que soit leur nationalité et la façon dont elle leur a été attribuée, ici dans l’hexagone, au même titre qu’ailleurs en Irak ou en Syrie, en Afrique ou par ailleurs encore.
C’est une question de sécurité des citoyens, le premier devoir d’un État qui se respecte.
Sans ça, on n’en a plus besoin et il dégage à son tour.
D’autant que nous en avons les moyens et qu’ils sont actuellement en cours d’utilisation opérationnelle.
Simple non ?

État de guerre = Peine de mort immédiate pour l’ennemi et le traite qui nous l’inflige bien, lui et même de façon aléatoire et sans jugement préalable !
État d’urgence ou de droit-commun = Peine de vie.
Pour tous les crimes.
Vie d’incarcération absolue pour les terroristes et les rebelles armés à l’autorité, sans remise de peine, à l’isolement total hors l’avocat commis d’office.
Vie sans espoir de réhabilitation ni de réinsertion : Et les JAP et personnels pénitentiaires en seraient personnellement et pénalement responsables devant la justice du pays, rendue au nom de son peuple de citoyens-nationaux !
À vie vous dis-je !
La plus longue possible, comme pour les parias de tous les horizons.

Alors quoi, qu’est-ce que cette initiative hasardeuse de « politique-politicienne » du « Capitaine-de-pédalo-à-la-fraise-des-bois » ?
Un dément ce mek !
Vous avez élu un dément.
D’autant mieux qu’il n’ouvre pas le dossier sous-jacent qui est celui de la nationalité.
Trop les foins sur les sujets qui fâchent, pas assez kouillu malgré le bonheur de « Juju-Gale-haie », trop « Flanby » quoi.

Là encore, c’est pourtant assez simple : Droits du sol et du sang mélangés, comme depuis la plus haute antiquité romaine.
Mais assorti de deux obligations impératives : À l’âge de la majorité (ou plus tard, au choix de l’impétrant), un engagement solennel envers sa patrie d’accueil, qu’on soit natif ou expatrié de sang, comme pour les « naturalisés » – plus fort peut-être, l’engagement personnel – ; et renoncement définitif et officiel à toute autre nationalité.
Le mek (ou la fille) qui triche, y compris sur le plan de ses obligations fiscales, qui va voter ailleurs, j’irai jusqu’aux mariages mixtes, là, il peut et doit être déchu automatiquement et très logiquement de sa nationalité gauloise.
Et pour tout vous dire, sur ce point, je reste « constant » depuis de nombreuses années déjà.

Même si ça me fait caguer de devoir choisir un jour entre nationalité Gauloise et Corse : Je passerai par l’italienne, s’ils veulent bien de moi, pour bénéficier de l’exonération fiscale qui va avec mes revenus monégasques.
Un jour, un jour peut-être, si je vis assez longtemps pour ça.
Ce qui est moins sûr…

Bon je sais, ça fait un très « Front Bleu-blanc-rouge », mais j’ai l’antériorité historique de l'idée et comme c’est dans « l’air du temps », même sous le casque du scooter de chez « François III », autant rester logique avec soi-même et on y verra plus clair.
Pour l’heure, c’est le boxon.

Notez que pendant ce temps-là, on ne cause pas d’autre chose.
C’est d’ailleurs assez drôle cette tactique-politicienne devenue quotidienne : Le pouvoir se prend un coup de sang en janvier qu’il n’avait pas vu venir malgré lois et règlements nouveaux appliqués avec ferveur par des fonctionnaires zélés z'et assidus.
La réplique se retrouve dans les résultats des élections départementales de mars.
Il persiste à donner toujours plus de moyens à une police politique de plus en plus omniprésente, omnisciente et omnipotente qui mobilise même les services de l’armée, normalement chargée seulement de la sécurité extérieure, et il se reprend un coup de sang juste avant les élections régionales de novembre.
Re-résultat, un vaste coup de balai qui fleurait bon la déroute, mais dont les dégâts sont restés heureusement limités.
Quoique… il y a à dire.
Et bien re-pan, il persiste dans l’attitude des autistes-bornés !
En revanche, les vrais problèmes, la chape de plomb fiscale qui empêche la vraie reprise que d’autres pays voisins connaissent, la décrue du chômage – priorité nationale du quinquennat paraît-il – en échec constant, plus personne n’en parle aveuglé par les délires humoristiques de nos « sachants ».

Vous savez quoi ?
Du coup, il y a vraiment des révolutions qui se perdent : Une façon de maintenir un semblant d'ordre.
Et encore, personne ne voit venir les défis de demain matin. Alors, la mise en place des solutions idoines et réfléchies, voire débattues comme partout ailleurs, elles attendront.
Fabuleux de trisomie-appliquée, finalement.

16 commentaires:

  1. Alors, là, j'en reste sur le cul! Je crois que vous pourriez au moins être cohérent ...
    Tout ce que vous préconisez et à quoi je souscris à au moins 90% pour ne pas dire 99% nécessite que la Constitution soit modifiée afin que des lois nouvelles votées allant dans le sens que vous préconisez ne soient pas déclarées anticonstitutionnelles par le Conseil Constitutionnel!
    Vous devez donc, tout comme moi, APPROUVER le projet présidentielo-gouvernemental même si ça fait mal à votre conscience anti-socialiste! C'est l'évidence même ...
    C'est quoi, au juste, votre logique?
    Bonne année et, surtout, bonne santé!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous, vous êtes vraiment "trop fort" dans les confusions gratuites des béotiens !
      Qui vous de l'incohérence même là où il n'y en a pas.

      Allez donc voir du côté du code civil, les articles 21 et suivants (avec un passage de lecture basique sur le 21-27 par exemple) et au-delà jusqu'aux articles 23 et suivants, qui traitent tous des personnes et notamment de la nationalité française...
      Vous y apprendrez des choses fort utiles et m'en ferez un joli-billet de synthèse SVP !

      Parce que bon, si c'est la loi (le Code civil n'a pas valeur de constitution en droit positif, loin de là !), il n'y a pas besoin de modifier la constitution pour changer la loi, bien évidemment !
      Est-ce assez clair, même pour vous ?
      On change la loi et puis c'est tout.

      De même en ce qui concerne "l'état d'urgence", qui n'est jamais qu'un décret de 1955, donc avant la constitution de 1958, d'une valeur juridique inférieure à une loi, qu'on est capable de s'en contenter comme actuellement, un simple décret peut donc modifier le périmètre des interventions dans le cadre dudit "état d'urgence", tout le monde sait cela.
      Alors à quoi bon une réforme de la constitution, finalement ?

      Permettez-moi d'être dubitatif et de considérer que tout cela est surfait et fleure bon la manipulation de l'opinion, mais alors dans les grandes largeurs.
      D'ailleurs, en bon pigeon, vous plongez dedans tête baissée et vous n'êtes pas le seul, puisque personne, même pas "Jupette", n'a semble-t-il assez de connaissance du droit (alors que nul n'est censé ignorer la loi dès le lendemain de son affichage en préfecture de département) pour relever l'incongruité.

      Que cela vous fasse plaisir ou non d'ailleurs : Il faut juste dire les choses telles qu'elles sont en réalité, c'est tout !

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
    2. Taratata! Si la loi actuellement en vigueur est conforme à la Constitution, c'est parce que, à ce jour, personne n'a introduit de recours en inconstitutionnalité soit par le moyen d'un recours de 60 députés ou 60 sénateurs (vote de la loi sur la prolongation de trois mois de l'état d'urgence) soit par le moyen d'une question prioritaire de constitutionnalité (extension de la déchéance de nationalité) qui nécessite que soit préalablement engagée une action judiciaire tendant au prononcé de ladite déchéance contre telle ou telle personne nommément désignée. Actuellement, aucune action de cette nature n'est engagée et, donc, le Conseil Constitutionnel ne pourra pas se prononcer sur le sujet attendu qu'il n'est pas autorisé à l'auto-saisine ...
      Toute tentative de modification de la loi relative à la déchéance de nationalité serait, après son vote par le Parlement, à coup sûr attaquée devant le Conseil Constitutionnel lequel n'aurait pas d'autre possibilité que d'invalider ladite loi au vue de la Constitution actuellement en vigueur ET DE LA JURISPRUDENCE ANTERIEURE DUDIT CONSEIL!

      Supprimer
    3. Détrompez-vous totalement, SVP !

      Des QPC et des arrêts de la Cour de Cassation et du Conseil d'Etat, il y en a eu, jusqu'en 2015.
      Toutes ces décisions valident les articles du Code civil sur le sujet.

      Je vous programme deux posts sur le sujet, programmés les 13 et 18 janvier prochains, ne serait-ce que pour éclairer votre lanterne obscurcie par les "coups de menton" des uns et la désinformation des autres.
      Les autres "créneaux" sont déjà occupés.

      Et puis ça vous évitera de dire des bêtises, comme beaucoup, sur un sujet que plus personne ne maîtrise, semble-t-il !

      Bien à vous quand même !

      I-Cube

      Supprimer
    4. Je vous prie de bien vouloir m'excuser mais je MAINTIENS l'intégralité de mon commentaire!
      1. Vous faites référence à des articles ACTUELLEMENT en vigueur. Moi, je vous parle des articles que la loi pourrait insérer (au demeurant des modifications aux articles 25 et suivants (Déchéance) et non 21 et suivants (Acquisition) auxquels vous faites explicitement référence!
      2. En l'état actuel de la CONSTITUTION, si une loi était votée tendant à déchoir de la nationalité des personnes condamnées etc., elle risquerait d'être déclarée non conforme à la Constitution ...
      3. En matière de bêtises, les rédacteurs du projet de loi constitutionnelle sont, de toute façon, champions toutes catégories! En effet, il est fait référence à un troisième alinéa qui doit être modifié alors qu'en réalité, il s'agit d'un complément au deuxième alinéa qui aura été scindé dans sa deuxième partie, ce qui oblige à insérer un "troisième alinéa" entrainant le décalage des deux suivants ... (source : Légifrance!).

      Merci d'en tenir compte dans la rédaction de vos deux posts que je lirai avec grand pour y trouver certaines bêtises ...

      Et toc!

      Supprimer
    5. Pas de problème : On refera le tour, historique, parce que les racines sont lointaines et parfois encore applicables, et techniques dans les deux posts annoncés !

      En tout cas, je vous affirme d'ores et déjà que l'ensemble de ces questions relatives à la nationalité gauloise issues du code civil ont déjà été validées, qui par le conseil constitutionnel, qui par la conseil d'Etat ou par la Cour de cassation.
      Il semble que tout cela a été oublié par des "simili-juristes" qui s'abritent derrière leur petit-doigt pour laisser le pouvoir en place amuser la galerie.

      Quant à l'autre partie de la révision constitutionnelle, sur l'état d'urgence et le futur article 36-1, il ne s'agit que de "constitutionnaliser" un décret préexistant de 1955.
      Figurez-vous que si les constitutionnalistes de 1958 avaient jugé que cette démarche n'était pas nécessaire à l'époque, c'est que rien n'indique qu'il le soit d'un point vue juridique en 2016.

      Là encore, on amuse la galerie et rien de plus.

      Au moins, on parle moins du chômage, de la crise financière qui va nous tomber sur le râble (crise des bourses asiatiques, remontées des taux d'intérêt, risques de déflation, conflits au Moyen-Orient qui vont dégénérer autour du golfe persique, risque autour de la sécurité des routes maritimes du commerce international, contraction de celui-ci, crise Ukrainienne, guerre en Syrie, risques d'attentat en Europe et je vous en passe des palanquées) : On est loin, très loin de vivre dans un monde stable et sûr et de ça, plus personne n'en cause autour de la "Gauloisie-autiste"...
      Quand même curieux, non ?

      J'en suis presque à regretter "Bling-bling" : Lui au moins, il n'avait pas froid aux yeux, il jetait en pâture ses affaires de kul à l'opinion dans ces circonstances : ca amusait plus la populace, mais ça avait les même effets d'aveuglement !

      Bon sang, réveillez-vous, SVP : On va droit à la dictature encore plus "sévère" et personne ne bouge !

      Supprimer
    6. Je vous concède vos remarques! Tout ça, c'est fait pour amuser la galerie ...
      L'Histoire nous enseigne que ce genre de subterfuge de fonctionne pas très longtemps ... Le plus souvent, ça se retourne puissamment contre ceux qui l'on initié.
      Les scénari (vous êtes bien à Venise, donc, je fais un effort sur mon italien) que vous évoquez sont tout à fait possibles voire probables (mais pas tous en même temps!). le pire, c'est la remontée des taux d'intérêt ET la déflation EN MÊME TEMPS! Tout bénef pour les puissants ... Une déflation va se traduire par une augmentation très forte du chômage. Une remontée des taux d'intérêt par un accroissement des déficits publics et l'inévitable plan de redressement qui, comparativement, placera ceux que l'on a déjà connu au rang d'amuse-gueules ...

      Supprimer
    7. Effectivement, il faudrait que je me fasse un "petit-post" sur ces sujets.
      Mais c'est tellement complexe (comme je l'aime), que ça demande du temps.
      Et en ce moment, le temps m'est compté, justement à cause de tous ces risques-là qui montent en puissance.

      Tous en même temps, oui et non : Les menaces, oui, leurs déferlements seulement tout du long du premier semestre.
      N'oubliez pas de suivre les anticipations du Caca40. à l'approche des 4.200 points : Là Soros pourrait avoir raison.

      Et notez que pour l'heure, les taux sont sages : La Gauloisie et l'Italie ont pu placer leurs emprunts de début d'année sans envolée gigantesque : Juste un petit frémissement.
      De toute façon, entre le MES, le FESF et le "Bail-in", la crise systémique, si elle n'est pas trop forte, peut passer sans déstabiliser le système bancaire.
      En revanche, sur le plan social et donc économique, ce n'est pas joué, loin de là !

      Pour les "amuseurs de galerie", ils savent que ça ne dure que le temps d'un feu de paille.
      Alors, ils en remettent, soit directement sur le sujet (c'est ce qui est en train de se passer avec la réforme constitutionnelle qui va durer jusqu'en février) ou ils allume un nouveau foyer.
      Ca a toujours marché comme ça et ils ne manquent pas d'imagination...

      Mais bon, c'est un "ticket-gagnant" pour "Jupette" : On en recausera bientôt !

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
    8. Ainsi que je vous l'ai dit, je compte fermement participer à la "primaire" de droite en novembre prochain et faire tout ce qui sera en mon pouvoir pour obtenir la défaite de Sarkozy!

      Supprimer
    9. Là, ça ne devrait pas être trop difficile !

      Lui, il est "cuit". Rappelez-vous, il y a 10 ans, ministre de l'intérieur, il nous faisait déjà caguer avec ses haussements d'épaules et ses talonnettes !
      Mais il était crédible.

      Il y a 5 ans déjà, il faisait un volte-face politique et nous massacrait d'impôt : TSS : Tout sauf Sarko !
      Dehors le fat.

      "Fifi-le-déchu" n'a aucune chance. Ca fait plus de 10 ans qu'il a été ministre de la République : Il avait tout en main jusqu'à il y a 5 ans et n'a rien glandé.
      Et aujourd'hui il voudrait nous faire croire qu'il était "bridé" sous "Bling-bling", mais que lui sait mieux que quiconque le quoi et le comment à venir, appris depuis son poste d'observation ?
      Non mais, laissez-moi rigoler : C'est peut-être vrai et il y a sans doute pas mal de choses intéressantes dans ses intentions, mais il n'est même pas crédible pour un strapontin...

      Bon, de mon côté, j'essaye d'être présent en Gauloisie, à moins que l'Ambassade ou mon consulat organise sur place un consultation.
      Faut que je me renseigne, mais il faut que je vous épaule à ce jeu-là, car vous avez besoin de mon soutien, naturellement, pour réussir dans votre entreprise !

      lol

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
    10. A n'en pas douter, j'ai besoin de votre soutien!

      Supprimer
    11. Ok !
      On va essayer, alors...

      Bien à vous !!

      I-Cube

      Supprimer
  2. Complètement débile et qui va à l’encontre de l’effet recherché si on passe en « état de guerre » !...

    Malheureusement, c’est dans la continuité de l'action de l’équipe au pouvoir…

    Bien à vous !...

    Haddock

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je finis par penser que c'est encore pire que ça : La démocratie, même élective, est entrain de mourir sous nos yeux.
      Par incompétence démente ou pour obéir à un "plan" plus large ?
      Je ne sais pas encore, mais on y va...
      Sauf sursaut, celui de la grenouille qu'on ébouillante lentement...

      On entre doucement en dictature, qui se passe même de juges et de justice.
      Et pas seulement sur le plan des libertés fondamentales que l'Etat est censé protéger, mais aussi sur le plan économique et social.

      Nos gamins n'ont décidément pas de chance, finalement.
      Faut que je mette mes idées au clair sur ses sujets avant de vous en faire un post à venir.

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
    2. Cher Monsieur,
      L'état de guerre auquel vous faites référence n'existe pas ni ne peut exister sauf à modifier la Constitution.
      Cette dernière fait référence à l'état de SIEGE! La loi définit précisément les limites de celui-ci. En particulier il ne peut être prononcé sur la totalité du territoire ... C'est précisément pour cette raison qu'il est projeté d'introduire l'état d'urgence (sur tout le territoire) dans la Constitution!

      Supprimer
  3. @ Jacques : Effectivement, d'un point de vue constitutionnel, seul existe l'état de siège.

    Il n'empêche deux choses : Le texte prévoit la procédure de déclaration de guerre, prononcée par le pouvoir exécutif présidentiel et approuvée par le Parlement ;
    Et les même "paroles" de "François III" devant le Congrès de novembre dernier.
    Propos qu'il a ensuite réitéré à plusieurs reprises.

    D'ailleurs on n'en voie pas des troupes armées et munitionnées à l'étranger, en Afrique, sur la péninsule arabique, une task-force aéronavale dans le golfe persique, pour compter fleurette aux cibles désignées, que je sache !

    Soyons sérieux et évitons de jouer sur les mots, il y aura moins de confusion dans les esprits qui n'ont pas besoin de ça actuellement, tellement le pouvoir actuel s'y emploie à merveille !

    Bien à vous !

    I-Cube

    RépondreSupprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube