Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

lundi 2 novembre 2015

« Bling-bling » & « Poux-tine » : L’amnésie !

Là, il y a de quoi en rire …
 
Pas des deux « coyotes », non, ce sont des « amis » de longue date, paraît-il et je ne vois rien d’inconvenant à ce que des amis se retrouvent pour discuter des affaires du monde : J’en fais bien autant au « café du port » avec les miens.
Mais de la presse aux ordres dans ces commentaires à l’eau de rose.
 
C’est quand même marrant que tout le monde ait pu oublier que « l’amitié » bien ordonnée a pu commencer sur un « pacte-commercial » entre nos deux pays, avec vraisemblablement son cortège de commissions et rétro-commissions dont absolument personne n’a jamais parlé.
Car enfin quoi, souvenez-vous, dès octobre 2009, la flotte maritime militaire de Russie a exprimé le besoin saugrenue d'un ou deux bâtiments de type Mistral et de l'éventuelle construction d'autres sous transfert de technologie avec livraison d'un premier navire fin 2014 et d'un second fin 2015, deux ans après l’élection de « Bling-bling »… et un an après l’achèvement des deux mandats successifs de « Poux-tines ».
Relayé pour ce faire par son ex-premier-ministre « Mes-Dvedef » qui lui rendra son fauteuil à l’horizon 2012.
Tiens donc, 2012, comme pour « Bling-bling ».
 
Notez au passage que la Russie sait construire ce type de bâtiment pour en avoir déjà 3 à flot ou sur cale et de projeter d’en envoyer deux autres dans le Pacifique…
Aux normes « Otan » en plus, vous imaginez le cadeau à un milliard d’euros !
Oui car, une élection, ça coûte cher en petites-valises de billets, alors « entre amis », on peut aussi envisager de s’entre-aider dès lors qu'on a la main sur l'argent des autres…
C’est donc « Mes-Dvedef » qui s’en charge, sauf que même « Poux-tine » commence à voir rouge si par hasard il s’agit de financer la campagne de son « ex » avec du « rouble-natif » issu du budget des armées, non mais !
Bref, il y a eu un peu d’eau dans le gaz entre les deux hommes à cette époque-là, et après une franche explication en « quatre z’yeux », le deal a fini par fonctionner.
 
Le 24 décembre 2010, un communiqué commun des présidents popov et gaulois annonce que la Marine russe retient le type Mistral. Les deux bâtiments seront construits à Saint-Nazaire par STX France avec la participation des chantiers navals russes OSK (Chantiers de la Baltique), et de toute façon deux autres, mais en Russie.
Finalement, c’est le ministre de la Défense « Al-Un-Jupette » qui signe à Saint-Nazaire le 25 janvier 2011 avec le vice-premier ministre de la fédération de Russie, Igor Setchine, une lettre d'intention portant sur la construction de quatre navires.
Depuis l’arrivée de « François III » en capitaine de pédalo à la fraise des bois, dit aussi « gras-nul-laid », la kul coincé entre la belle « En-Gel-à-Mère-Qu’elle » et les faux-kons de Washington « d’Haut-bas-Mât », les choses se sont un peu gâtées et c’est finalement l’Arabie-Saoudite qui finance la reprise des beaux-bateaux pour aller faire des régates en mer Rouge au large du Yémen sous pavillon égyptien.
Tout le monde connaît l’histoire… puisqu’il y a la guerre là-bas, dont plus personne ne vous parle d’ailleurs.
 
Alors bon, quand on apprend que « Bling-bling » va en serrer 5 à son pote « Poux-tine », on vous cache aussi dans la presse « bien informée » qu’il n’y a pas que la guerre en Syrie, ni même celle de Géorgie (l’une est en cours et on en discute même à Vienne un peu après « entre amis », l’autre s’est soldée par une annexion pure et simple des territoires russophone, un peu comme pour une partie de l’Ukraine), qu’il a fait le voyage avec sa vieille poupée à galipettes, « Rachi-Dada-Mimi » avec laquelle il est paraît-il fâché, alors que « Karla » n'était pas sur les fotos pour s'être faite portée pâle, « Chrichri Yacob », « Gérard Longue-haie » et « Pierrot dit Le-Louche », que des amis sûrs.
Là non plus, pas pour un « gang-band » entre personnes averties pour le plaisir du « pruneau-desséché » mais, en tout cas pour ce qui est des meks, leur montrer comment ils vont financer les élections de 2017 pour l’un et de l’année prochaine pour l’autre…
 
Bon, je dois vous dire que tout ça, vous n’avez pas à savoir : Veuillez jeter un voile pudique sur ces affaires-là et vous contenter du discours officiel servi par la « presse aux ordres »…
C’est d’ailleurs là qu’on rigole le plus, je vous ai prévenu !
En commençant par la presse de province, celle qui ne relaye que les meilleurs « lignes » :
 
Pour l'Est républicain, cette intervention rend donc service à la diplomatie Gauloise et à « Fafa L’empoisonneur », tiens donc !
« Cette fois-ci, il effectue un quasi-sans-faute, rappelant à son ami Vladimir qu'il tutoie que jamais la réconciliation syrienne ne passera par Assad qui a 250.000 morts sur la conscience. La gauche criait à la diplomatie parallèle. Nicolas Sarkozy a plutôt amplifié la position de la France. » 
 
Ce que ne dément pas Libération qui rappelle que même si « officiellement, Sarkozy était en Russie à l'invitation du prestigieux Institut des relations internationales de Moscou », il en a profité pour rencontrer « son ami Vladimir Poutine » et lui faire passer un message : « L'ancien chef de l'État français a estimé que l'avenir de la Syrie devra se construire sans Bachar el-Assad ».
 
Mais pour La Dépêche du Midi, cet exercice a servi avant tout les intérêts de « Bling-bling » : « En s'affichant comme l'incarnation d'une diplomatie parallèle, il a tenté de suggérer à l'opinion publique française l'image d'un Sarkozy encore président ou bientôt président. »
Drolatique n’est-ce pas : Il n’a même pas passé le cap des primaires !
 
Pour le Midi libre, la présence de « Bling-bling » à Moscou « donne un sentiment de désordre aux yeux du monde. Comme si la France et son président ne contrôlaient plus le joystick de la politique étrangère de notre pays. »
Et l'éditorialiste de poursuivre : « Ne croyons pas un seul instant que le sourire aimable de l'ancien président était pour le maître du Kremlin. Il était pour la photo. La communication, qui domine toutes les relations désormais, fonctionne toujours. Il ne faut pas être dupe, c'est tout. »
 
Pour l'Alsace, qui minimise l'impact de cette rencontre, il termine son édito par une pointe d'ironie : « la voix de Nicolas Sarkozy au pays des chœurs de l'Armée rouge risque de porter aussi loin que celle de sa charmante épouse. »
 
De fait, pour le Journal de la Haute-Marne, ce qui se joue ce vendredi-là à Vienne – des pourparlers entre tous les protagonistes de la crise syrienne – est autrement plus important : « on sera très loin des répercussions du voyage d'un homme politique français en Russie, sur fond de galop d'essai électoral. »
Perso, ça me rappellerait plutôt le voyage du président des défunts UMPistes à Pékin, pour établir des relations de parti à parti avec le PCC lors de la fin de règne du « Chi »…
 
Encore plus comique, le journal satirique de Beaumarchais : « Le président russe a fait le meilleur accueil à Nicolas Sarkozy, en le conviant dans sa résidence officielle, à une heure de Moscou. Un traitement plus amical que l'accueil protocolaire au Kremlin. »
 
Je vous l’avais dit : Ils n’ont rien vu ou rien voulu voir !
 
Et pour mieux vous en convaincre, l’ex aurait mis en garde son « pote-vlad » contre « une nouvelle guerre froide ».
La paix du monde entre deux tournées de vodka…
 
C’est que le tête-à-tête aura duré près de deux heures, et « Bling-bling » n’aurait pas boudé son plaisir d’être reçu comme un chef d’État encore en exercice.
« On a parlé de la Syrie, de l’Ukraine, du rapport de la Russie avec l’Europe, de l’influence des États-Unis sur l’Union européenne, de certaines choses personnelles, et le temps a passé vite », s’est-il réjoui à l’issue de son entretien, jeudi 29 octobre dans la résidence de Novo-Ogarevo, près de Moscou. 
 
Ce déplacement a aussi permis à l’ex-dirigeant gaulois de décocher des flèches acerbes contre la diplomatie menée depuis Paris.
Contenu le matin devant les étudiants de l’Institut des relations internationales, le discours est en effet devenu nettement plus critique, dans la soirée devant la communauté gauloise rassemblée dans un grand hôtel, après sa visite à Novo-Ogarevo : « Je ne sais pas qui a inventé ce système des sanctions, mais ils ignorent l’histoire ! », prenant ainsi position en faveur de la levée des mesures restrictives européennes imposées à la Russie pour son rôle dans le conflit ukrainien.
« Je suis très attaché au lien transatlantique mais où est-il dit que nous devions suivre aveuglément nos alliés ? », a-t-il poursuivi. « J’aurais été président, jamais je n’aurais laissé sortir la Russie du G8, déjà que je le trouvais trop petit ! »
C’est sûr, que des minuscules dont au moins un monté sur talonnettes… 
 
Répondant à une question d’un sympathisant sur la vente des navires de guerre Mistral, le sujet qui fâche, conclue sous sa présidence puis dénoncée par son successeur à l’Élysée, sa mise au point a été des plus sèches : « Sans doute que nous n’avons pas la même notion géographique avec M. Hollande, lui pense qu’on peut envahir Donetsk avec ! »
Et puis il en a profité pour expliquer qu’il aime bien Platini, mais qu’il n’a aucun pouvoir pour priver les USA d’une coupe du monde de foot au profit du Qatar.
Lui, l’américain – où vivent encore son père et un de ses frères – c’est sûr !
 
Comme il était venu que pour sa future campagne, il n’a pas pu s’empêcher de faire de la politique intérieure. D’après lui d’ailleurs, des petits-bateaux sur l’eau il n’en a jamais été question avec le Président russe.
Un mois après le début de l’engagement militaire de la Russie au côté du régime de Damas, et à la veille d’un sommet à Vienne des intervenants extérieurs dans le conflit syrien, l’échange a surtout porté sur le sort de ce pays dévasté depuis plus de quatre ans par une guerre civile et de son dirigeant. « Bachar Al-Assad a sur la conscience la mort de 250.000 de ses compatriotes », a redit « Bling-bling ».
« Il a utilisé l’aviation et l’arme chimique contre sa population, ce n’est pas un détail (…) Il ne peut pas représenter l’avenir ».
Et là il se démarque de son successeur à l’Élysée : Le départ du dirigeant syrien ne constitue pas un « préalable » à ses yeux pour tenter de chercher une solution alternative « dans les rangs de sa famille, du parti Baas ou de la minorité alaouite ».
« Entre “Assad jusqu’à la fin” et Assad “départ demain matin”, il y a peut-être un équilibre à trouver ». 
 
Et de critiquer sans les nommer directement « ceux qui veulent intégrer à toute force l’Ukraine dans l’Union européenne, une politique insensée ».
« Si vous obligez l’Ukraine à choisir une rive, vous la coupez de l’autre, vous la faites exploser et c’est ce qui est en train de se passer. Je voudrais qu’on sorte de cette logique de sphères d’influence. »
Tu parles, ce n'est pas le sujet puisqu'il s'agit de sous !
Les frontières de l’Ukraine, a-t-il ajouté, doivent être « respectées » tout comme les accords de Minsk « des deux côtés », moyennant quoi la question de la Crimée, annexée par la Russie, a été refoulée.
« Personne de crédible, à ma connaissance, ne demande le retour de la Crimée à l’Ukraine. Sur le fond, personne ne conteste qu’à part peut-être les Tatars de Crimée, l’immense majorité de la population était pour le rattachement à la Russie. Sur la forme, il y aurait beaucoup à dire. Le droit international n’a pas été respecté, mais il y a besoin de quelques mois, peut-être quelques années pour apaiser les choses. Laissons vivre une situation pour qu’elle trouve sa place. »
Poux-tine a dû apprécier la promotion !
 
« Entre nous, il faut choisir le rapprochement et le dialogue. La France et la Russie ont besoin de travailler ensemble ».
Comme je vous le disais ci-avant…
« Isoler la Russie n’a aucun sens » et « la Russie est incontournable » dans le règlement du conflit syrien, a-t-il insisté, ajoutant que « l’action de Poutine au-delà de nos désaccords, a été plus positive que négative ».
Néanmoins, « les frappes aériennes ne peuvent suffire et ne suffiront pas » en Syrie, a précisé l'ancien président.
« On ne pourra continuer avec deux coalitions parallèles, comme si la situation n’était pas déjà assez compliquée, qu’il fallait deux coalitions internationales qui ne partagent qu’une partie de leurs objectifs et s’affrontent sur les autres », a-t-il dit en référence à la coalition menée par les États-Unis et aux frappes russes visant à appuyer une avancée de l’armée syrienne.
 
Bon alors, question : Comment vont-ils s’y prendre, l’un et l’autre pour financer leurs prochaines dépenses de campagnes ?
D’ailleurs, « Poux-tine » a-t-il vraiment besoin de la complicité de « Bling-bling » pour ça ?
Et l’autre, passera-t-il le cap des primaires ?
Ce sont les inconnues de l’équation posée l’autre semaine aux abords du Kremlin, sur les rives de la Moskova.
Vous suivrez ça plus tard, n’est-ce pas : Il peut se passer tellement de surprises d’ici-là…
Mais au moins, j’aurai bien rigolé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube