Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

vendredi 30 octobre 2015

Quelques brèves…

Garnements !

Une vieille dame demande à son fils :
«  – Comment s'appelle-t-il, déjà, ce bel allemand qui me rend folle ?
– Alzheimer maman, Alzheimer. »
 
C'est un professeur de sport qui dit à un élève :
« Lee fait moi dix pompes. »
Le petit élève chinois répond :
« D'accord ! Des Nike ou des Adidas ? »
 
Deux filles discutent :
« – Tu as reçu ton livret de note toi ?
– Oui, et il est comme un oignon !
– Quoi ?
– Tu l'ouvres et tu pleures ! »
 
Un gamin rentre dans la cuisine, en pleurant.
Sa mère lui demande :
« – Mais, qu'est-ce que tu as ?
– C'est papa ! Il s'est donné un coup de marteau sur un doigt.
– Il n'y a pas de quoi pleurer, au contraire tu aurais dû rire.
– Mais c'est ce que j'ai fait. »
 
Une petite fille rentre de l'école et demande à son père :
« – Tu connais la dernière ?
– Non ?
– Eh bien c'est moi. »
 
Un homme se rend chez le dentiste.
Ce dernier l'examine :
« – Mais toutes vos dents sont en or !
– Justement, j'aimerais que vous installiez une alarme. »
 
Un agent de police arrête une vielle dame qui conduit sa voiture :
« – Madame, vous avez dépassé les soixante !
– Vous croyez ? Alors, c'est mon chapeau qui me vieillit ! »
 
Une maman dit à sa fille :
« – Tu es assez grande maintenant, il faut que nous parlions de la manière de faire les bébés.
– D'accord maman, dis-moi ce que tu veux savoir… »
 
Dans le même genre :
C'est une maman qui veut apprendre les choses de la vie à sa fille.
Elle commence en lui disant :
« – Nini ma petite fille, il est temps que l'on parle de la façon dont on fait les bébés. Tu sais… ce qui se passe avant que le bébé ne pousse dans le ventre de la maman…
– Ça doit être très intéressant maman, mais ce que je voudrais plutôt que tu m'apprennes, c'est comment fait-on pour simuler un orgasme ? »
 
Une dame lit l'horoscope.
Brusquement, elle s'écrie :
« – Oh, que c'est bête !
– Quoi ? » demande son mari.
« Si tu étais né deux jours plus tard, tu serais intelligent, tendre et spirituel ! »
 
Une mère dit à son fils :
« – Tu es encore devant l'ordi !
– Ben oui, j'ai essayé derrière mais on voit moins bien ! »
 
« – Maman, comment cherche-t-on un mot dans le dictionnaire ?
– Eh bien, par exemple « Meringue » tu cherches à M.
– Ah bon ? Alors, épinard, je cherche à « aime pas » ? »
 
Deux gars sont au bord d'un pont haut de cent mètres.
Ils scrutent le ciel, froncent les sourcils, se regardent en hochant la tête, puis sautent dans le vide… avant de revenir sur le pont !
Un type les a vus de la berge.
Il s'approche des deux gars et leur demande :
« – Comment vous faites ça ?
– Bah on arrive à sentir les courants montants et ascendants de l'air… vous voulez essayer ?
– Oh oui ! » répond le gars.
« – Bon alors quand mon pote et moi on vous aura dit d'y aller, vous sauterez, okay ?
– D'accord ! »
Les deux gars scrutent à nouveau le ciel, froncent les sourcils, se regardent en hochant la tête, et crient à l'autre type :
« – Vous pouvez y aller !
– Okay ! »
Le type saute et au bout de 4 secondes s'écrase lamentablement en bas.
Les deux gars restés en haut pouffent de rire :
« Oh on est quand même vraiment salauds pour deux anges, hein ? »
 
« – J'ai finalement réussi à ce que mon copain, avec qui je sors depuis six ans, me parle de mariage.
– Ah oui ? Et qu'est-ce qu'il t'a dit ?
– Qu'elle s'appelle Ségolène et qu'ils ont eu trois enfants. »
 
Une femme dit un jour à sa copine :
« Mon mari me trompe tellement que je me demande si mes enfants sont de lui ? »
 
Aurélie est à l'âge où l'on pose beaucoup de questions :
« – Maman, est-ce qu'un cœur ça a des jambes ?
– Mais pas du tout ma chérie ! Pourquoi tu me poses cette question ?
– Parce que j'ai entendu papa dire à la bonne: "Mon cœur, écarte les jambes…" »
 
Un petit bonhomme fait un pari avec une femme corpulente, comme quoi il est capable de la faire jouir vingt fois par jour, à condition que ce soit dans le noir et que chaque demi-heure il sorte 2 minutes pour respirer.
La femme accepte, ils se couchent, et vers la 15ème fois la femme n'en peut plus et demande d'arrêter, suite de quoi elle allume la lumière.
Ce faisant, elle voit un type bien désagréable et mal rasé.
« – Mais qui êtes-vous ? » demande la femme, affolée. « Et où est le petit bonhomme avec des lunettes ?
– Celui qui vend les billets ? »
 
Une jeune fille présente son petit ami à ses parents.
Le père demande à ce dernier ce qu'il fait :
« Je suis poète, écoutez "Denise venez que je vous bise". »
Et la jeune fille dit :
« Papa ! Pourquoi ne m'as-tu pas appelée Thérèse ? »
 
À la demande générale de Jacques :
 
Une mère juive offre à son fils deux magnifiques cravates.
Quelques jours après le fils va manger chez sa mère et met l'une des deux cravates.
Quand sa mère ouvre la porte elle éclate en gros sanglots :
« – Maman, qu'est-ce qu'il y a ? Regarde, j'ai mis une de tes cravates !
– Oui, mais l'autre, tu l'aimes paaaaaaaaaaas ! »
 
Bon week-end à toutes et à tous quand même !
 
I3

2 commentaires:

  1. Merci pour la blague juive!
    J'ai beaucoup apprécié celle sur la femme trompée par son mari ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien !
      Moi c'est celle du petit-bonhomme qui vend les tickets ...
      Chacun ses goûts !

      Supprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube