Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

jeudi 22 octobre 2015

MH17, on y revient enfin !

Le rapport d’expertise a été rendu…
 
Et il ne nous apprend hélas rien de plus que ce que l’on savait déjà.
 
Confirmation donc, le vol 17 de la Malaysia Airlines est un Boeing 777-200ER immatriculé 9M-MRD a été abattu le 17 juillet 2014 à 13 h 19 (16 h 19 heure locale d'Ukraine), près de la ville de Chakhtarsk (Oblast de Donetsk, Ukraine), coordonnées 48° 08′ 18″ Nord 38° 38′ 20″ Est, dans une région alors en proie à des combats opposants des « séparatistes-rebelles », pro-russes, à l’armée régulière ukrainienne, capitale Kiev.
 
L'avion, qui transportait 283 passagers, dont 77 enfants et 3 bébés, accompagnés de 15 membres d'équipage, s'écrase à côté du village de Hrabove (à l'est de la région de Donetsk), proche de la frontière séparant les deux oblasts sécessionnistes de Donetsk et de Louhansk.
Des photographies du site de l'accident montrent des morceaux épars de fuselage, ainsi que des dizaines de corps carbonisés et des passeports.
Une partie de l'épave a été retrouvée à proximité des maisons dans le village de Hrabove.
Les décombres s'étalent sur un périmètre de plus de 10 kilomètres, autour de la commune de Hrabove.
Le fait que les débris se soient dispersés sur une telle surface, suggèrent que l'avion s'est disloqué à haute altitude.
Personne ne conteste plus ces points historiques.
 
Ce pouvait-il être le fait d’un « accident » ou d’un attentat terroriste ?
Hélas non : L’avion avait été révisé et les contrôles de police à Schiphol interdisent un acte terroriste, même si la sécurité à 100 % n’est jamais une certitude.
De toute façon, très vite on a la confirmation par les belligérants au sol eux-mêmes, qu’un missile a été tiré sur l’avion.
 
L’Oblast de Donetsk est situé à l’orient de l’Ukraine, longeant la frontière avec la Russie qui tente ainsi d’ouvrir une voie terrestre vers la Crimée « annexée » quelques semaines auparavant.
C’est une région où se concentrent à la fois des industries lourdes et surtout l’accès à l’eau dont a besoin la Crimée qui est dépourvue de nappe aquifère.
Or, la principale ville de Crimée est aussi un port militaire : Sébastopol ouvert sur la mer noire.
L’Ukraine possède un second port militaire, à l’ouest du pays : Odessa, également une zone « russophone ».
La ville de Chakhtarsk est située « en profondeur orientale » de l’Oblast, proche de la frontière russe, mais pas hors de portée de missile ukrainien.
 
La route du vol MH17 le 17 juillet diffère de celles prises les jours précédents qui visaient à éviter le survol des zones de conflits où s'affrontent les combattants de la république populaire de Donetsk et l'armée ukrainienne.
 
Tout au plus, ce rapport confirme ce qu’on savait dès les premières heures mais en laissant quelques zones d’ombre, notamment, pour quelle raison l’avion est passé plus au sud de sa route habituelle (une vingtaine de kilomètres) visant à éviter les zones de combat : Un mystère qui restera dans le cerveau du commandant de bord.
Sans doute était-il pressé d’arriver…
Quoique là encore, l’orthodromie passe encore plus au nord, presque à la frontière de l’espace aérien russe : Les pilotes voulaient-ils éviter les basculements-radio incessants de zones de contrôle en zone de contrôle ?
Pas plus nous ne saurons qui, précisément, a appuyé sur le bouton de mise à feu du missile qui l’a abattu.
En revanche, on a des précisions sur le déroulé de la séquence de tir, qui confirment les premières données, notamment quant à la trajectoire dudit missile.
 
Du coup, ce rapport élimine toutes les hypothèses qu’avaient pu nous servir les autorités russes et séparatistes (unifiées) dans leurs outrecuidantes tentatives de désinformation, dont on rappelle le veto-onusien des russes à une enquête diligentée par l’ONU, tout comme les difficultés des enquêteurs néerlandais et malaisiens à accéder aux décombres.
Et c’est là le principal point.
Et vous pourrez vous interroger utilement sur les raisons de ces « manipulations d’opinion » : Elles ont forcément au moins une cause, au moins en matière de politique interne poursuivie par « Poux-tine » et qui a trait, avec ce conflit qui n’en est pas vraiment un, hors des questions d’hégémonie russe.
 
1 – C’est un « Buk », missile sol-air, qui a abattu le Boeing et non un missile air-air.
Les traces de l’explosion relevées sur le cockpit de l’appareil abattu ne laissent aucun doute.
 
On nous a honteusement menti quand ont circulé des photomontages montrant un supposé Mig 29 (un « chasseur ») d’après sa silhouette, venu de l’ouest (Ukraine), arrivé par derrière sa cible et précédé de ce qui aurait pu être un sillage de missile.
Photos qui montraient d’autre part un ciel vide, sans nuage et sans aucun autre appareil, même civil alors qu’on sait que deux autres se situaient dans un rayon de 30 km.
Ni même le Su 25 (avion d’attaque au sol, forcément ukrainien celui-là) qui opérait à proximité.
 
2 – Le missile a frappé l’avant de l’appareil. Plus exactement, il est passé à côté en le dépassant, mais son détonateur a fonctionné en détectant une masse de métal à proximité.
 
Pour ce faire, il lui fallait venir à la rencontre de sa cible dans un cône de trajectoire venant de l’avant et du bas (le sol est en principe plus bas que l’avion lui-même).
Il serait venu de l’arrière, il aurait haché la queue.
Il serait venu de travers, il aurait arraché les moteurs, ailes ou carlingue, pas le seul cockpit.
Or, l’avion venait de l’ouest pour aller vers l’est.
En conséquence de quoi, le missile venait de l’est pour voler vers le nord-ouest.
 
Ce qui désigne le territoire séparatiste, compte tenu notamment de la portée de l’engin.
Mais on sait que des radars situés plus au nord ont éclairé « la cible » avant la catastrophe.
Même s’il est plus probable que ce soit la station située près du village de Styla (30 km au sud de Donetsk), comme l’a annoncé un communiqué du ministère de la Défense russe des premières heures. « Les caractéristiques techniques des Buk-M1 permettent de procéder à un échange d'informations sur les cibles aériennes entre toutes les batteries d'une même division. Cela signifie que le missile aurait pu être tiré par chacune des batteries déployées à Avdeïevka (8 km au nord de Donetsk) ou à Grouzsko-Zorianskoïe (25 km à l'est de Donetsk) ».
En bref, pas des territoires loyalistes, mais bien de ceux des séparatistes.
 
Là encore, on nous a honteusement menti quant à la situation géographique du tir, en nous annonçant que les troupes de Kiev aient pu se déplacer en profondeur en territoire séparatiste, user des radars mis à disposition par la Russie, tirer et rentrer en toute tranquillité de l’autre côté de la ligne de front…
Absurde, naturellement, et pourtant ils ont été nombreux à prendre l’hypothèse pour argent comptant.
 
3 – Dans tous les cas, missile et radar d’acquisition, il s’agit d’un matériel d’origine russe.
Les Ukrainiens en sont dotés pour leur défense anti-aérienne.
Ce qui est nouveau, c’est que les séparatistes aussi.
Volé sur place comme prise de guerre ou fourni par les Russes ?
Vous savez la fable que les russes ne fournissent que des armes légères, des jouets, presque, aux séparatistes.
D’ailleurs, ceux-là n’ont pas vraiment d’armée, c’est bien connu, pas de blindé, pas d’artillerie, juste des fusils et quelques véhicules… des maquisards, quoi !
Mais parviennent à tenir tête à l’armée professionnelle ukrainienne depuis des mois et des mois, rien « qu’aux tripes ».
 
4 – On nous a également versé une hallucination délirante : Le pouvoir Ukrainien aurait tenté d’abattre l’avion de « Poux-tine ».
La preuve, les couleurs d’habillage des deux avions restent similaires !
Fort les ukrainiens de voir les couleurs d’un engin volant à 10 km d’altitude et à 800 Km/h.
 
Ça ne trompe que les aveugles : L’avion russe était rentré plusieurs heures avant et sa trajectoire passait par la Pologne, pas au-dessus de l’Ukraine !
Les tenants de ce délire ne sont que des arracheurs de dents acéphales !
 
5 – L’hypothèse la plus probable reste quand même celle d’une erreur de tir : Il y avait un Su 25 (attaque au sol et bombardier-léger) dans les parages qui s’en prenait aux positions des troupes séparatistes.
Les artilleurs auraient voulu « nettoyer » le ciel.
L’avion ukrainien aurait réussi à leurrer la tête de guidage du missile.
Celle-ci aurait alors accroché le Boeing dans le prolongement de sa trajectoire primitive…
Aussi kon que ça.
 
En effet, qui aurait eu intérêt à abattre délibérément un avion civil dans cette région ?
Ni les uns, ni les autres et encore moins les russes.
 
Ce qui pose alors la question de la « qualité » des servants de la batterie et des officiers qui ont laissé faire ou ordonner le tir.
Un équipage bien entrainé aurait commandé l’autodestruction du missile : Il a plusieurs dizaines de secondes pour ce faire, presqu’une minute.
Et il ne l’a pas fait.
 
Il s’agit d’une erreur de débutant pas assez entrainé. Ce qui désigne plutôt les séparatistes.
D’ailleurs, les batteries de Buk ont été retirées prestement du territoire séparatiste.
 
6 – Bien sûr, dans la folie de « mon exil », alors dans les gorges de Bonifacio sur mon « petit-voilier » et en route pour la Sicile, j’imaginais une « suite » totalement imprévue à l’origine dans le roman de cet été-là « Mains invisibles », premier de la série du même nom
Une sombre manipulation visant un homme, un passager seulement du MH 17, tombé dans un piège malgré lui.
 
On cherchait à abattre Rene Van Molenbeek, au lieu et place d’un pseudo d’emprunt de « Charlotte », « Julius Van Molenbeek »…
Ce dernier l’avait utilisé pour diverses opérations de rapatriement et de gestion de fonds volés à la République dans les années 90.
Une histoire qui tourne encore en boucle dans le silence des maladies honteuses dans l’actualité d’en ce moment, notamment à travers le conflit « Air-Transe » : Je laisse le soin à « l’Ami-râle » vous expliquer tout ça, tellement c’est invraisemblable et pourtant si juste et si cohérent…
 
Et puis je ne vais pas vous raconter tout ça aujourd’hui, puisque c’est déjà en ligne : Je prépare plutôt la suite, parce qu’hélas, il y en a au moins une…
Si j’ai le temps et la force de le faire.
 
Bien à toutes et tous !
 
I3

11 commentaires:

  1. Je rajoute qu'on ne dispose toujours pas des photos satellites dont les américains disent disposer pour situer l'origine du tir.
    A mon sens il s'agit plutôt des signaux électroniques - incompréhensibles pour les manants - issus d'un AWACS cerclant probablement et illégalement au-dessus de l'Ukraine.
    Ceci expliquant cela...
    Mais il aurait pu être au-dessus de la Pologne ou de la mer noire...

    RépondreSupprimer
  2. Vos explications semblent cohérentes. Attendons la suite ...
    Comment se fait-il que je ne trouve nulle par ailleurs un condensé du rapport aussi pertinent que le vôtre?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y aura pas vraiment de suite puisque la messe est dite et dès les premiers jours...

      Quant l'ostracisme de la presse, elle peut s'expliquer par le fait que la pensée-unique change de cap.
      Il y a un an encore, la Russie était un ours mal-léché qu'il fallait punir.
      D'ailleurs les sanctions sont toujours d'actualité et mettent le boxon dans l'économie russe (et nos comptes publics avec l'affaire des Mistral).
      Depuis que les russes s'occupent d'accélérer les migrations de migrants vers l'Europe, pas la Russie, interdisent le ciel libanais aux avions israéliens, l'ours s'est réveillé : Il s'agit de ne pas le fâcher trop fort !
      Et le laisser s'emmêler les patoches dans le bourbier syrien...
      Lui même bien monté en mayonnaise par l'Arabie Saoudite, le Qatar et les EUA d'un côté, les iraniens de l'autre...
      Tout ça derrière une "guerre de religion" (sunnite/chiite et consorts) qui perturbe la reconstruction irakienne et empêche la Qatar de fournir du gaz à "Mère-Qu'elle" en provenance du Golfe, afin que "Poux-tine" puisse lui vendre le sien contre quelques avantages...

      Une belle partie d'échecs en cours, qui se déroule sous vos yeux et qui tétanise jusqu'à la puissante Amérique qui compte les coups et s'impatiente de voir le porte-avions chinois à l'œuvre...
      Attendez, pourquoi donc un dispositif aérien si important aux portes de la Turquie, alors que Daesh n'a aucun avion et pas le moindre hélicoptère, SVP ?

      La "pensée unique" n'a plus de boussole, alors elle nous parle des difficultés budgétaires, du dialogue social, de la COP21, que des trucs secondaires alors que l'avenir de la zone euro se joue ailleurs...

      Bien à vous et merci d'être passé !

      I-Cube

      Supprimer
  3. Mis à part l’hypothèse de "moujiks bourrés" qui tirent des missiles dans n’importe quelles conditions, sans les surveiller ni les détruire en cas de besoin, on peut aussi retenir l’hypothèse de la défaillance du système d’autodestruction.

    Une affaire horrible dont n’avait vraiment pas besoin Malaysian Airlines.

    Le pseudo d’emprunt de « Charlotte », « Julius Van Molenbeek », était vraiment bien choisi !... Celui d’un trafiquant d’armes international qui s’est fait descendre, d’ailleurs, par une des machines à tuer qu’il achetait puis revendait à bon prix.
    Pris à son propre piège.

    Une horrible affaire qui montre que des « vermines » sont capables d’abattre un individu, et même un avion de ligne, pour satisfaire la vengeance d’un mafieux.

    J’ai repris ces chapitres de « Mains invisibles » sur mon blog Alerte éthique » et ce sera une bonne occasion de dire un certain nombre de choses sur « Déesse-Khâ ». C’est en cours et ce sera pour la semaine prochaine.

    Pour l’instant, j’ai rédigé une post intitulé « Air France et les pilotes : lettre ouverte à Michel SAPIN » où je rappelle le détournement des milliards de la Division Daguet par les crapules qui nous gouvernent :
    http://euroclippers.typepad.fr/alerte_ethique/2015/10/air-france-et-les-pilotes-de-ligne-lettre-ouverte-%C3%A0-michel-sapin-i.html

    L’information a été faite aux syndicats pilotes, et à la presse, dans des commentaires, notamment sur le Figaro, et même à la CGT « Air Transe » qui n’en demandait pas tant !...
    Surpris qu’ils ont été les "camarades" !... Mais c’est toujours bon d’avoir un petit missile sous le coude quand on va négocier… C’est plus calme…

    L’information était déjà bien connue des pilotes, mais là la diffusion va se faire rapidement dans les cockpits, y compris dans l’encadrement pilotes, car nous sommes très bavards pendant les croisières et les escales.
    Les rumeurs se répandent naturellement très rapidement chez les navigants mais aussi dans le PS, surtout dans des périodes de crises comme celle que nous connaissons actuellement à Air Transe.

    A suivre !...

    Bien à vous !...

    « L’Ami-râle »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La défaillance du système d'autodestruction ?
      Il a bien fonctionné à proximité du Boeing, non ?
      Invraisemblable là !

      En revanche, je constate qu'effectivement, quelques-uns, en dehors du cercle des "initiés", commencent à comprendre.
      Pour les autres, la presse, ils ont tellement l'habitude de se taire et de vous couper la parole, qu'il est de toute façon impossible de les bouger.

      De toute façon, "ils" savent que le pouvoir sait "tuer"...
      J'ai d'ailleurs un post en attente sur le bouquin des tueurs de la République, que j'ai lu cet été...
      "François III" a sur lui une liste de personne à liquider. Pour la plupart, des terroristes nous dit-on.
      Il faut que je demande à "Juju Lesgalets" de vérifier si vous n'êtes pas dessus...

      Bien à vous !

      Et merci d'expliquer aux lecteurs de ce blog-ci le "pourquoi et le comment" !
      Je recommande d'ailleurs à ceux-là de se précipiter sur le lien que vous avez laisser.
      (Copier/coller sur la fenêtre de recherche de n'importe quel navigateur...

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
    2. Hein? Des missiles qui s'autodétruisent en atteignant leurs cibles? Si je comprends bien, ils ne servent donc qu'une seule fois! Quelle bande de cons, ces ingénieurs!

      Supprimer
    3. Serais-je terroriste dans la classification du « grand méchant mou ?... ».
      Il tiendrait ça des « étoilés » ou des « mafieux roses »?...

      Effectivement, la meilleure solution est de demander à "Juju Lesgalets" !...
      Les confidences sur l’oreiller sont souvent surprenantes…

      D’ailleurs, j’ai déjà abordé les menaces de mort reçues par les dirigeants du SNPL en juin 1998 pendant la grève des pilotes. J’ai appris ça, lors d’un voyage à Oslo, par un captain qui avait ses entrées à l’Elysée, du temps du « Chi ».
      Et puis, on connait aussi les menaces proférés par les vétérans de la Division Daguet, enfin ceux qui avaient touché leur prime de risque en 1992…

      Par contre, je ne suis pas sûr que le capitaine de frégate Paul de Bréveuil apprécierait beaucoup ce genre de menaces envers le « capitaine Haddock » qui le suis partout dans ses aventures, y compris en tour du monde par les pôles à Mach 4 et même en vol suborbital !...
      Et la WIB, la « Women in Black », avec qui il a eu des aventures très chaudes, avec plusieurs voyages dans le passé pour libérer son épouse capturée par des terroristes, pourrait aussi prendre très mal ce genre de menaces…

      Après tout ce n’est quand même pas moi le voleur des « milliards de la Division Daguet » !...

      Aussi, je pense que le capitaine de pédalo devrait se méfier avant de décider n’importe quoi.
      Parce qu’un « capitaine Haddock » qui ferait un voyage temporel, bien équipé, pourrait faire beaucoup de dégâts…

      Evidemment, c’est une blague.

      Supprimer
    4. @ Jacques : C'est un peu l'objectif rechercher : Se détruire à proximité de l'objectif à atteindre et lui infliger assez de dégâts pour qu'il soit à sont tour détruit, notez bien.

      Mais contrairement à un obus, une balle voir même une bombe "intelligente", un missile peut se détruire en vol sur commande.
      C'est ce à quoi sert la dissuasion : On tire et on ne décide qu'au dernier moment de faire péter la charge sur son objectif ou avant.
      Notez qu'après, ça ne sert plus à rien... L'engin suicidaire est déjà détruit !

      Bien à vous !

      I-Cube

      Supprimer
  4. @ "l'Ami-râle" : Evidemment ! Ce ne peut qu'être une blague.

    Pour tout vous dire "Charlotte" serait vraiment désolé...
    Et puis même si lui va faire un voyage dans son passé cette année, vraisemblablement début 2016, il faut surtout ne rien modifier du passé qui ne soit déjà avéré.
    C'est d'ailleurs comme ça que ça va se passer : Il est prévu qu'il rencontre un journaliste du WP à l'occasion de l'opération de reconstruction de la jambe de Florence, en Californie.

    Et le mek se souvient très bien, un peu surpris de ne relever aucune trace de vieillissement en septembre 2015, de ce type soi-disant analyste de l'AFP, débarquant de nulle part à Koweït-City fin juillet 1990. C'est Paul, bien sûr... !
    Ce qui impose un détour vers le passé.

    Bon, pour le reste, ce n'est pas encore fixé.

    En revanche, rappelez-vous que vous, comme Basanix, avaient plusieurs fois eu l'occasion de vous faire "éliminer".
    Idem pour quelques vétérans.
    Et même moi, parce que l'épisode "Ricardo/Roberto" relaté dans "Mains-invisibles" (I), les fameuses conversations surréalistes, il a réellement eu lieu...
    C'est même la raison de ce roman-là plus quelques autres qu'il fallait remettre en cohérence pour que "ça" reste logique.

    Et ça ne s'est pas fait pour des raisons qu'on ignore.
    Et qu'on ne saura jamais si c'est "l'effet du futur" qui se protège à son tour en intervenant discrètement pour "consolider" son passé...

    Bon, c'est une hypothèse, mais pas bien plus farfelue que d'autres, au contraire, puisque celle-là est logique !

    Bref, on se calme et on laisse faire...

    Bon week-end à vous !

    I-Cube.

    PS : Pour moi, en plus c'est l'heure de la première tournée : J'ai quantité de glaçons à épuiser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ I-Cube

      J’aime bien vos romans qui me permettent de m’identifier aux héros et de sortir un peu d’une réalité qui peut être franchement triste.

      Alors, le saut dans le passé pour que le « capitaine Haddock » assure lui-même sa protection, ouvre tellement de possibilités qu’il y a de quoi envisager des situations de science-fiction !...

      Et puis comme c’est passé, c’est déjà fait...
      Une seule question : faut-il laisser la vie aux Slaves ou autres Roumains qui seraient en chemin pour descendre « Haddock » ?...

      Mis à part une urgence ou une incapacité à faire « léger », il y a quand même de quoi les mettre hors d’état de nuire temporairement comme l’a été « Kim-tout-fou » dans votre roman de cet été.
      De quoi dégoûter des missions criminelles…

      Mais comme vous le dites « on ne saura jamais si c'est "l'effet du futur" qui se protège à son tour en intervenant discrètement pour "consolider" son passé... ».

      Bref, je suis calmé, mais j’ai quand même été voir le fonctionnement d’un FAMAS !...

      Arf !...

      Bien à vous !...

      « L’Ami-râle »

      Supprimer
  5. ... J'avais loupé ce commentaire et n'ai donc pas pu vous répondre utilement !
    J'espère que vous m'en pardonnerez...

    Au moins, voilà un "admirateur" de ma prose.
    Vous semblez pourtant être plusieurs milliers, à suivre les audiences comptabilisées par "Blogspot", mais assez peu commente ou me le font savoir.

    Un jour peut-être, j'arriverai à convaincre un éditeur de faire l'effort de transformer le tout en "vrai" bouquin, au moins pour en offrir un exemplaire à ma "Môman", auteuse de mes jours, qui a du mal à lire sur un écran.

    Probablement que le "futur" intervient tous les jours dans son passé pour se protéger : On ne saura jamais finalement.
    Peut-être il n'intervient jamais, finalement, puisque "l'évolution" a pu se faire tous les jours, au moins une fois, du passé vers le futur (qui voit générer in fine ces technologies indispensables-là), à moins qu'elles soient d'origine "aliènes".

    Je vous rappelle qu'elles sont "mécaniquement", géométriquement en quelle que sorte, indispensables pour les voyages dans l'espace interstellaire.
    Et je ne cause même pas de distances transes-galactiques, ou intergalactiques...
    Or, nous sommes "visités" en permanence par des technologies inaccessibles en terme de temps et de distance : Il faut bien une explication...

    Quant aux "criminels", il en restera toujours tant qu'on n'aura pas maîtrisé le "génie génétique".
    Même à la tête des Etats et des nations : Regardez donc cette histoire tout neuve des "tueurs de la République" qui œuvrent sur le sol Libyen actuellement.
    Commandés depuis l'Elysée et personne d'autre.

    Notez que je ne vois pas "François III" dans la peau d'un tueur : C'est un mek trop mou pour dire "non", même au joli sourire de "Juju-Galle-haie" (qui n'a pourtant rien de mieux ou d'extraordinaire à proposer qu'une autre, comme toutes ces dames...).
    Et qu'il ne sait pas dire non à son entourage de "militareux", né "va-t'en-guerre" : C'est pour la sécurité des victimes du Bataclan, bien sûr !

    Quant au Famas, c'est un bon outil, mais "en campagne", fiable, solide, multi-usages et assez puissant pour ce qu'on lui demande : Juste un peu lourd avec ses munitions.
    Je préfère le bon-vieux 11,43 : Au moins on peut le porter à bout de bras avec une seule main, et il fait des trous énormes alors que les munitions sont plus légères qu'un 9mm magnum ou parabellum, voir même celles de la kalachnikov...
    Le bon compris "Puissance/maniabilité", ça reste toutefois le Uzi.

    Et pour le tir longue distance, une 22 LR reste assez dissuasive, mais manque de puissance : Pas question d'arracher le bras à qui que ce soit avec ses "petits-pétards", en revanche "posé", bien calé, c'est très précis, bien plus qu'une arme de poing.

    A bon entendeur.

    Bien à vous !

    I-Cube

    RépondreSupprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube