Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

mardi 22 septembre 2015

Les grecs ont une nouvelle fois voté

Les leçons à en tirer…

De mon point de vue (on est dans le domaine de l’opinion, toujours discutable), le plus important à retenir, outre l’indiscutable constance du peuple grec qui reconduit l’alliance « Sissi-Riza »/« Âne-aile », ça reste le taux de participation de 40 % dans un pays où le vote est … obligatoire !
Passionnant.
 
Un fait qui en dit long quant au divorce entre peuple et « élites-élues » politiques.
Un peu comme chez nous pour les dernières et prochaines élections, finalement.
Un point de rapprochement avec notre « Gauloisie-politique » : L’abstention favorise les partis d’extrême, il n’y a plus à en douter et chez nous, la boîte de Pandore sera ouverte quand elle dépassera durablement les 50 %.
Et je vous rappelle, on n’en est pas loin et de façon répétitive.
Durable, presque : Une vaste démission populaire, finalement.
 
L’autre réalité, c’est l’effondrement du Pasok (Mouvement socialiste panhellénique), les « soces » de chez eux.
Porteurs de dogmes désuets, propres à provoquer l’autisme-politique quand ce n’est pas de la trisomie-appliquée aux affaires publiques.
 
C’est d’ailleurs assez curieux pour être noté : Songez que pendant un demi-siècle, ce parti s’est partagé le pouvoir avec les prédécesseurs de « Nouvelle Démocratie », leurs concurrents de « droâte ».
Les uns et les autres sont sans doute autant responsables les uns que les autres des conséquences de leurs politiques de gribouille ayant mené la Grèce à la faillite, ou presque…
Mais ce sont les « soces » qui payent les pots-cassés !
Si la « droâte » ne parvient pas à se hisser à la première place à la Vouli – le parlement grec – alors même que les sondages la donnaient au coude à coude avec « Sissi-riza », elle ressort avec 7,5 points de retard.
Impressionnant.
Et on en dit que le peuple de droâte est « constant » et « fort », chez eux.
« Has been », plutôt.
Quant au Pasok, il existe désormais à peine un peu plus que le PKK (les cocos).
 
Une fois de plus, les sondeurs se gourent monumentalement : Sur l’abstention et sur la constance du parti « plus à gôche que la gôche »…
Et alors ?
Est-ce transposable à la « Gauloisie-des-lumières » ?
« Mélangeons-mes-Luches » peut-il devenir une alternative aux « soces » dans l’hexagone ?
Peut-être, après tout, mais c’est fort peu probable car finalement, même s’ils n’existent plus, les « verts » auront été un exutoire attractif avant « Le Front de Gôche », et depuis « l’opposition-systémique » est portée chez nous par « Marinella-tchi-tchi ».
 
D’ailleurs, comme prévu, les derniers sondages du week-end la donnent gagnante dans la région Nord, devant « Xav’-Berre-Trans ». Si celui-ci échoue, de « Xav’ », il n’y a pas loin à ce qu’il devienne « Grave-Berre-en-Transe »…
Et comme les emmerdes volent en général en escadrille, on va apprendre dans les semaines qui viennent, que « Marion-la-nièce » est au « coude-à-coude » dans le sud-est avec la droâte-républicaine-démocrate.
Passons : Ils l’auront bien cherché.
 
Si la situation peut paraître similaire en Grèce, c’est que « Tsi-tsi-Prasse » fait l’union sur son programme anti-austérité avec les souvrainetistes-locaux (les « De-Villes-liées » et autre « Cheveu-m’aime-pas-les-tistes ») … Fort le gugusse ! Alors que chez nous, à gôche, ils sont encore incapables de faire la moindre union avec qui que ce soit et que « l’anti-austérité » est désormais incarnée par « Marinella-tchi-tchi » qui surfe sur ce thème-là.
D’autant qu’elle surfe sur un autre thème : La « migration » qui embrouille tout le monde.
 
Et c’est là la troisième surprise : Alors que la Grèce est en première ligne avec sa frontière-passoire d’avec la Turquie sur le sujet, le thème n’a pas été abordé dans cette campagne !
Enfin si, mais un peu et presqu’à peine : La « droâte-locale » a bien tenté de reprocher au gouvernement sortant son incapacité à garder les frontières, ne refoulant pas les « migrants-de-guerre », mais facilitant presque leur départ pour l’Allemagne (c’est de « bonne guerre » avec « En-gel-La-Mère-Qu’elle » : À elle de gérer le foutoir !), car il faut aussi bien se rendre compte que les dites frontières sont de toute façon « liquides » : Bien une vaste passoire-trouée.
La mer Égée, c’est globalement une grande piscine dans laquelle tout le monde patauge à volonté.
Même les Grecs.
 
Et puis justement, les Allemands et les Européens d’une façon générale, veulent que la Grèce réduise ses dépenses militaires pour faire des économies.
Malgré l’appartenance de la Grèce à l’Otan, qui oblige tout le monde à « consacrer » 2 % du budget national d’un membre dans sa défense nationale : Moins de sous, c’est moins de présence, c’est plus de migrants, y’a pas à dire !
 
Et pendant ce temps-là, tout le monde se couvre de ridicule derrière l’espace-Schengen : J’avoue que c’en est presque trop drôle.
Même la Turquie, tout autant membre de l’Otan, est incapable d’arrêter les « passeurs » et de nettoyer les « mafias-locales » qui s’enrichissent de cette nouvelle « traite humaine » inespérée, alimentée par tous les désespoirs nés de n’avoir pas su enrayer Daesh et contrôler la dictature syrienne qui gaze en toute bonne conscience sa propre population…
 
Notez qu’en Italie, mon pays d’accueil et d’exil, c’est un peu la même chose, mais au large de la Libye…
Dans le temps, souvenez-vous, on faisait le même reproche aux Espagnols avec leurs îlots situés à quelques encablures des côtes marocaines…
Alors bon, la critique est facile, mais l’art est difficile, n’est-ce pas !
 
Je ne vais pas vous en mettre de pleines-pages sur le sujet : Il y a plus important dans la vie que de voir des cocus en redemander, tellement ils ont aimé l’épisode des trois dernières élections.
Faut plutôt prendre le parti d’en rire, finalement : Face à l’incurie répétitive des alternances successives, les grecs se jettent tête baissée en décembre dernier pour le plus démago.
Après tout, ce sont les grecs-antiques qui ont inventé la démagogie, une des tares congénitales de la démocratie.
Bras de fer avec les « donneurs de leçon-budgétaire », qui affole toutes les places financières.
Un référendum plus tard, confirmation : Le peuple dit massivement « non » à l’austérité européenne et on peut les comprendre.
Vous-mêmes vous la redoutez…
Et huit jours plus tard, le même dirigeant politique se couvre de ridicule en signant l’accord contre lequel il avait appelé à voter !
Je vous jure.
Il donne sa dem’ et provoque des élections anticipées.
Pas du tout rancunier, il est obligé (et ravi) de revenir dans son fauteuil – volonté populaire obligeant – toute honte bue : J’admire, j’admire.
 
Et je vous passe les commentaires politiques du moment, sauf celui de notre « capitaine de pédalo à la fraise des bois » national, qui félicite le vainqueur.
(Solidarité démocratique oblige, je suppose).
Il devrait être triste : C’est le contre-exemple de lui-même qui n’arrête pas de changer d’avis sur tout et même le reste depuis son arrivée à l’Élysée !
Bon, certains vanteront quand même le « message d’homme de gôche », sûr de ses convictions, mais faisant le grand-écart à force de pragmatisme.
Chez nous, c’est presque pareil, sauf que de « synthèse en synthèse », on ne slalome même plus, on fait des ronds à force de volte-face récurrentes.
 
S’il y avait une leçon à tirer de ces épisodes-là, puisqu’entre-temps tout le monde conjure tout le monde de tenir parole sur les engagements préalablement pris, c’est que décidément, les « politiques » restent totalement impuissants à changer le sort des « pôvres-gens-heureux » et le cours des choses.
Depuis toujours et quel que soit le régime politique et les dogmes sous-jacents.
 
Ah si : La seule chose qu’ils peuvent faire, c’est d’en piquer toujours plus dans la poche d’un plus grand nombre.
Mais rien de plus : Il y aura bien des privatisations massives en Grèce, quelques remontées de taux d’imposition – comme prévu – des diminutions de prestations sociales et autres, ce qui ne réduira ni la montagne de dette, ni ralentira les déficits et le chômage.
Et certains en disent déjà que les grecs en ont pour au moins « jusqu’à la fin de la décennie », peut-être même pour une bonne moitié de la suivante, à boire la ciguë jusqu’à la lie…
 
Bon courage à toutes et tous, même en Grèce !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube