Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

mercredi 22 juillet 2015

60.000 embauches de fonctionnaires en plus… à effectif constant

Ou l’histoire des 50.000 postes de l’État soi-disant vacants…

De qui se moque-t-on au juste ?
Chacun se souvient de « l’Amiral de pédalo » à la fraise des bois nous racontant, droit dans les yeux pendant sa campagne électorale de 2012, qu’il créerait 60.000 postes dans « Les-duc-à-Sion » nationale, mais à effectif constant.
Plus 10.000 dans les effectifs de la justice et de la police.
 
Alarme chez la rapporteuse du Budget, « Valy-Ra-beau », une élue du peuple, entre deux réunions de crise de l’euro-groupe, la semaine en huit : En 2014, près de 50.000 postes  sur les plafonds d’emplois votés par le Parlement n’auraient pas été pourvus !
On n’en a pas fait trop de bruit trop longtemps, mais elle en fait, dans son rapport pour le débat d’orientation budgétaire, un sujet important à ses yeux.
« Tais-toi donc ! Le niveau des impétrants est si faible, qu’on ne va pas non plus embaucher des bras-cassés et des acéphales… »
 
D’autant qu’elle ne sait pas compter (c’est dire le niveau des post-bacs qui nous gouvernent), car c’est un non-sujet et le rapport le dit seulement entre les lignes.
Il y a tous les ans des postes vacants : 46.000 en 2013 et 38.131 en 2012. 
 
Pendant ce temps-là, le nombre d’emplois créés « hors plafond d’emplois », c’est-à-dire les emplois dans les agences de l’État et les opérateurs assumés par ces derniers (sans compensation dans les subventions pour charge de service public qui leur sont allouées) ne cesse d’augmenter : Ils étaient 49.000 en 2012, ils sont 53.000 en 2014 et ceux-là ne sont pas comptabilisés dans la masse salariale de l’État, nous fait savoir l’Ifrap.
Chut ! Cachez donc cette misère de la fonction publique, SVP…
 
C’est d’ailleurs cette mécanique de « délégation à soi-même », qui contribue à faire déraper la masse salariale globale qui tourne officiellement autour des 81 milliards pour l’État mais qui est en réalité quasiment à 90 si on réintègre les satellites de l’État (en y incluant cependant également les agents sous plafond d’emplois au sein des opérateurs, qui sont rémunérés également hors dépenses de personnel – titre 2 – sur les dépenses de fonctionnement de titre 3).
 
On peut faire un parallèle amusant entre les – 17.406 postes non pourvus dans l’enseignement supérieur et la recherche et les 39.043 effectifs « hors plafonds « qui ont été embauchés ces dernières années dans ce même ministère…
Curieux jeu de vases communicants.
La fonction publique ne ferait-elle plus bander ni même mouiller ?
 
Mais alors, déplorer que 48.000 postes soient vacants est un peu étonnant quand il faudrait surtout demander que la masse salariale de l’État et des opérateurs soit dument documentée de manière beaucoup plus fine (ces dernières années, le budget de l’État est le plus vague possible sur le sujet) et a minima contenue.
La cafeteuse rapporteuse devrait surtout insister pour un meilleur suivi de la masse salariale consolidée de l’État et des opérateurs en pense-je.
Et, je dirais « même plus », d’avoir un réel contrôle de gestion des tâches accomplies, quantifiées, afin d’imaginer en réduire le coût général : Ce serait toujours un peu d’argent de plus dans la poche du « kon-tribu-able », ou un peu moins de dette à assumer pour les générations futures…
 
Il est d’ailleurs assez sot-grenu saugrenu que cette information arrive au moment où on comprend que la promesse de maintien des effectifs de l’État ne sera pas tenue par le gouvernement.
Et où l'annonce tombe de 8.300 créations de postes pour l'État en 2016.
Il est clair qu’il aurait fallu gager l’augmentation des effectifs de défense qui est nécessaire (les effectifs de défenses sont passés de 320.612 en 2008 à 265.846 en 2015, soit plus de 50.000 postes en moins) sur une réduction du nombre d’agents dans les autres ministères, notamment en réduisant les effectifs au ministère des Finances.
Opportunité générée par l’arrivée de la retenue à la source (qui ne fait pas l’unanimité alors que c’est si simple à mettre en œuvre)…
 
Le gouvernement ne prévoit la suppression que de 2.548 postes aux Finances pour 2016 alors même que les prévisions de départs en retraites pour ce ministère sont de plus de 13.000 par an : La différence, ce sont des embauches…
La retenue à source de l’impôt sur le revenu doit forcément se traduire aussi des réductions de postes.
Mais là, grand silence qui entourent les maladies-honteuses.
Les 8.300 postes de plus annoncés pour 2016 pourraient être entièrement gagés de la sorte, sans dérapage de la masse salariale.
 
Parce que par ailleurs, il faut aussi souligner que le nombre d’agents publics, y compris les emplois aidés, n’a jamais été aussi important : En 2013 il était de 5,6 millions (y compris environ 180.000 emplois aidés) avec 2,4 millions dans la fonction publique d’État, 1,9 million dans la fonction publique territoriale et 1,1 million dans la fonction publique hospitalière.
À titre de comparaison, fin 2010, le nombre total d’agents y compris emplois aidés était de 5,37 millions.
Soit environ … 230.000 agents au total de plus en 3 ans…
À « effectif constant », qu’il avait dit, la « fraise des bois » en chef ?
 
Faut-il vraiment s’inquiéter pour les 50.000 emplois non-pourvus ou pour les plus de 200.000 postes crées ces dernières années qui portent le coût de la masse salariale publique à 23 % du total de la dépense publique annuelle (l’équivalent de la totalité des dépenses de retraites) ?
Comprenez-vous mieux pourquoi ces dernières (les retraites) sont et seront sacrifiées à l’autel du « toujours plus » de dépenses publiques ?
 
Ne pourrait-on pas commencer par appliquer les 35 heures de travail effectives dans nos collectivités et nos hôpitaux qui pour la plupart, entre les régimes dérogatoires aux 35 heures et l’absentéisme qui sévit, sont des en sous-productivité chronique ?
Rien que pour la région Nord-Pas-de-Calais, passer aux 35 heures effectives permettrait plus de 5 millions d’euros d’économies par an.
À l’échelle de l’ensemble de la fonction publique territoriale, cela représenterait 1,5 milliard  d'euros d’économies par an…
À l’échelle de la nation, mécaniquement 4,24 milliards !
Si on voulait vraiment être sérieux avec l'argent « pas à soi », il y a de quoi faire avec de pareilles « petites-rivières » qui forment le grand fleuve de nos déficits !
 
Mais non, on persiste à jouer les « comptables d’épicerie » plutôt que d’imaginer une vrai politique des ressources humaines dans les tâches régaliennes (et autres) de l’État.
En soi, c’est assez fabuleux alors qu’on demande des efforts inouïs au grec !
Pensez donc à ce mot rapporté de « Tsi-tsi-passe » pendant la longue nuit de négociation avec « Schlag-à-aux-bœufs » : « Vous me demandez de faire en 48 heures ce qu’aucun (de mes prédécesseurs) n’a pu faire en un siècle ! »
 
Bé nous, on ne fait pas mieux et en plus y’en a qui s’inquiète de ne pas pouvoir faire pire !
Fastueux !
Et là encore, ça méritait bien un « petit-post », juste pour ce souvenir que l’immense fatuité de nos gouvernants et autres « sachants » est décidément sans limite !
 
Bonne journée quand même !
 
I3

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube