Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

vendredi 13 mars 2015

Ah, nos femmes !

On les aime tant…
 
Une très belle femme frappe à la porte de son voisin.
Quand Marcel ouvre elle lui dit :
« – J'ai une très folle envie de m'amuser ce soir, de boire, danser et faire l'amour toute le nuit. Vous êtes libre ce soir ?
– Oui, oui, oui ! Bien sûr que je suis libre.
– Super ! Vous pourrez me garder mon chien ? »
 
Deux amies complétement bourrées rentrent de soirée.
Et elles ont une envie de faire pipi tout ce qu'elles ont picolé.
L’une dit à l'autre :
« On est à côté du cimetière, on a qu’à pisser derrière une pierre tombale. »
La première fait ce qu’elle a à faire et comme elle n’a rien pour s’essuyer, elle prend son string, s’essuie et le jette.
La seconde prend le ruban d’une couronne mortuaire et s’essuie avec.
Le lendemain leurs deux maris se rencontrent...
« Dis-donc, faudrait commencer à les surveiller nos gonzesses. La mienne est rentrée complétement bourrée et sans culotte. »
Et Marcel de reprendre :
« Eh bien moi c’est pire ! La mienne est rentrée avec une carte entre les fesses avec marqué dessus « De la part de tous le commissariat de Créteil, on ne t’oubliera jamais » ! »
 
Deux copines rentrent en ville après l'enterrement d'une amie.
Elles discutent en roulant sur l'autoroute du retour :
« – En tous cas, moi je ne veux pas de fleurs à ma mort. Je veux qu'on envoie de l'argent à une association qui s'occupe de la maladie qui m'aura emportée.
– Dans ton cas, compte tenu de la façon dont tu conduis, j'ai l'impression qu'on va envoyer nos chèques chez BMW ! »
 
Marcel rentre dans un bar avec un fusil à pompe, furieux et hurle :
« QUI A BAISÉ MA FEMME ? »
Un gars au fond lui répond en rigolant :
« Tu n'auras jamais assez de balles ! »
 
Un petit garçon rentre de l’école et dit à son père :
« – Aujourd’hui on a appris la différence entre la théorie et la pratique et j’ai pas bien compris.
– Ce n’est pas compliqué », lui répond Marcel. « Je vais t’expliquer. Appelle ta sœur. »
La sœur arrive et Marcel lui demande :
« – Dis-moi, si on te propose 1 million € pour coucher avec un homme le fais-tu ?
– Bien sûr », répond la fille. « Je pourrais arrêter mes études et voyager.
– Bien retourne dans ta chambre et appelle ta mère. »
La mère arrive et le père lui pose la même question qu’à sa fille.
« – Oh non mon chéri je t’aime trop, » dit la mère, « mais d’un autre coté on aurait plus de dettes et l’avenir des enfants serait assuré.
– Très bien » répond Marcel.
Il regarde son fils et lui dit : 
« Tu vois mon fils, en théorie on a 2 millions € en pratique on a 2 putes à la maison. » 
 
Une femme plutôt grosse va voir son médecin :
« – Docteur, je voudrais perdre du poids.
– D'accord vous allez commencer par me raconter vos habitudes alimentaires.
– Oh ! Je ne mange pas beaucoup, je ne bois jamais d'alcool et je fais de l'exercice tous les jours. 
– Avez-vous d'autres choses à ajouter ? 
– Oui, je mens souvent. » 
 
Une femme obèse, moche, monstrueuse, enfin hideuse, va chez le médecin et lui dit :
« – Docteur j'ai mal à la gorge.
– Ouvrez la bouche et dites meuhhhhhhh ! » 
 
Une dame visite une exposition :
« – Mais quelle est cette horreur ?
– C'est un Van Gogh ! »
Plus loin :
« – Mais quelle est cette horreur ?
– C'est un Picasso, Madame ! »
Quelques instants plus tard :
« – Mais quelle est cette horreur ?
– C'est un miroir, Madame. »
 
Deux femmes discutent et l'une demande à l'autre :
« – Quel est ton auteur préféré ?
– Mon amant !
– Ahhh bon ! Et qu'est-ce qu'il a écrit ?
– Des chèques ! » 
 
Une femme monte dans un autobus bondé, s'approche de Marcel, assis et lui dit :
« – Pourriez-vous me laisser votre place, s'il vous plaît ? Je suis enceinte.
– Oui, bien sûr. »
Marcel se lève et lui laisse sa place, puis demande :
« – Mais ça ne se voit pas du tout. Ça fait combien de temps ?
– Dix minutes. Mais ça m'a coupé les jambes ! » 
 
Selon Marcel :
« Une femme de 20 ans, c'est comme un ballon de rugby, trente hommes lui courent après.
Une femme de 30 ans, c'est comme un ballon de foot, 22 hommes lui courent après.
Une femme de 40 ans, c'est comme un ballon de basket, 10 hommes lui courent après.
Une femme de 50 ans, c'est comme une balle de tennis, 2 hommes se la renvoient.
Une femme de 60 ans, c'est comme une balle de golf, on essaye de l'envoyer le plus loin possible ! » 
 
En rentrant chez lui plus tôt que d'habitude, Marcel trouve sa femme au lit avec un homme et se met à hurler :
« Qui est ce type ? »
Sa femme se tourne alors vers son amant et dit :
« Mais au fait, c'est vrai… Comment vous appelez-vous ? » 
 
Persuadé que sa femme le trompe, Marcel en voyage d'affaire, décide de rentrer un jour plus tôt. 
Il prend un taxi et demande au chauffeur d’être témoin du flagrant délit car il est sûr qu'il surprendra sa femme avec son amant.
Ils entrent sans bruit, ouvrent doucement la porte de la chambre.
Marcel allume la lumière, enlève la couverture du lit et tombe sur sa femme et son amant.
Hors de lui, il sort son pistolet et le braque sur l'amant.
Sa femme se met à hurler :
« Arrête, ne tire pas ! Je t'ai menti pour l'héritage de ma tante ! C'est lui qui a acheté la Ferrari que je t'ai offerte, le yacht, la chalet à Aspen et la villa à Saint-Barth, même les impôts c'est lui ! »
Marcel, désemparé, baisse son arme, se tourne vers le chauffeur de taxi et lui demande :
« – Vous auriez fait quoi à ma place ?
– Moi ? Je remettrai la couverture pour qu'il ne prenne pas froid … » 
 
Une femme se confie à une de ses amies à propos du manque de flamme de son mari et cette dernière lui dit :
« Essaye les chaussettes magiques du docteur Schlumplouf ! Ça faisait des mois que mon mari ne m’avait touchée. Je lui ai offert les chaussettes magiques du docteur Schlumplouf et en rentrant à la maison le soir même, il a jeté ses vêtements dans l'entrée et c'est jeté sur moi. »
Quelques jours plus tard elle demande à son amie :
« – Alors, qu'ont données les chaussettes ?
– Une catastrophe ! Je lui ai offert les chaussettes magiques du docteur Schlumplouf et en rentrant à la maison le soir même, il a jeté ses vêtements dans l'entrée et s'est jeté sur le frigo. Il a pris un concombre et se l'est enfoncé dans le derrière !
– Dans le derrière ?! Ne cherche pas : Il a mis les chaussettes à l'envers ! » 
 
Marcel urine dans les toilettes pour femmes et se fait surprendre par une bonne femme qui lui dit :
« – Vous n'avez pas le droit d'être ici c'est réservé aux femmes !
– C’est réservé aux femmes ? C’est réservé aux femmes ! Et le truc que je j'utilise pour pisser, il est réservé à qui à votre avis ? » 
 
Un jour, le petit Marcel voit sa mère nue.
Il l’examine et lui demande :
« Maman ! Maman ! C'est quoi ça ? » dit le jeune enfant en désignant son sexe.
La mère, un peu gênée répond :
« – C'est le coup de hache du bon dieu.
– Ouh la, la ! Pas de bol ! En plein dans ta chatte ! » 
 
Une vieille femme de 90 ans avait décidé qu'elle en avait vu assez et fait assez dans ce monde. Il était temps pour elle de partir.
Mais sa santé était encore bonne, et il ne fallait pas compter sur le destin. Aussi, elle s'était résolue à mettre elle-même fin à ses jours. Parmi toutes les méthodes envisagées, elle avait retenu l'arme à feu.
Le pistolet de son défunt mari pourrait enfin servir à quelque chose.
À ce stade de ses résolutions, elle se dit :
« Je n'oserais jamais me tirer une balle dans la tête. Je vais plutôt me tirer une balle dans le cœur. »
Mais problème, où était exactement le cœur ?
Comment être certaine de ne pas se rater ?
Alors, innocemment, elle appelle son médecin par téléphone pour lui demander quel était l'emplacement exact de l'organe.
« Votre cœur est situé environ 5 centimètres sous votre sein gauche » lui dit-il.
Le lendemain, la pauvre veille était admise à l'hôpital Grâce de Monaco pour plaie par balle dans le genou gauche… 
 
C'est l'histoire de 3 femmes, 2 brunes et 1 blonde, qui meurent le même jour. Arrivées aux portes du paradis, Saint Pierre apparaît et dit à la première femme brune :
« – Alors qu'as-tu fait de ta vie ?
– J'ai eu trois enfants et un mari.
– Tiens voilà les clefs du paradis. »
Il dit à la deuxième brune :
« – Et toi tu as fait quoi de ta vie ?
– J'ai eu deux amants, deux enfants et un mari.
– Tiens voilà les clefs de l'enfer ! »
Et à la dernière femme il lui dit :
« – Alors, et toi ? 
– Et bien j'ai eu plein d'amants et pas d'enfant ni de mari.
– Tiens, toi, voilà les clefs de ma chambre ! » 
 
Et puis dans la série des « revenues » :
 
Un petit garçon va voir son professeur et lui dit :
« – Hé m'sieur ! Tu savais qu'on peut avoir des enfants dans une éprouvette ?
– Non je ne savais pas, fiston ! En tous cas moi je me suis marié deux fois et j'en ai eu deux, un dans une gourde et un dans une cruche ! » 
 
(Une « revenue » c’est une histoire d’en rire qui a été publiée une première fois par Jean-Marc sur « l’autre blog », dans la même rubrique, parfois bien des années auparavant. Elle fait souvent plusieurs fois le tour de la blogosphère et de la planète, et revient telle qu’elle ou légèrement modifiée. Alors, dans ce cas, quand elles sont améliorées, je vous les repasse… ) 
 
Une jeune fille va à la première fête de sa vie et a peur des avances des garçons, elle demande conseil à sa mère :
« Si les garçons insistent trop, tu leur demandes tout de suite quel prénom vont avoir vos enfants. Comme ça ils abandonneront immédiatement. »
Elle s’en va donc à la fête.
En plein milieu d’une danse, un parisien, lui dit :
« – Tu viens on va aller dans le jardin derrière la piscine ça te dit ?
– Quel prénom allons-nous donner à notre enfant ? »
Le parisien la regarde surpris et lui dit avoir oublié son porte-monnaie dans le bar et ne revient plus.
Une heure plus tard, la scène se répète avec un jeune marseillais… Exactement pareil, elle lui demande quel prénom ils donneront à l’enfant à naître et il prend ses jambes à son cou et disparaît.
Arrive un Martiniquais… il l’emmène directement dans le jardin.
Il commence par un bisou par ci un bisou par-là, et lui touche les seins…
Et elle lui demande :
« Quel prénom va-t-on donner à l’enfant ? »
Il continue sans répondre, lui déboutonne sa robe…
Elle demande à nouveau.
« Quel prénom donner à l’enfant ? »
Il lui prend les seins…
« Quel prénom va-t-on donner à l’enfant ? »
Il lui enlève sa robe, la culotte et pan !…
« Quel prénom… aaaaah va-t-on aaaaah huuuummm donner aaaaah l’enfant… Aaaaah Aaaaahuuuuuummmmm. Quel prénom… aaaaaah vazy ne t’arrête paaas va-t-on dooonner aaaaaah l’enfant ? »
Après avoir terminé, elle lui redemande…
« Et maintenant, quel prénom va-t-on donner à notre enfant ? »
Le Martiniquais fier de lui, enlève le préservatif, se lève, la regarde de haut, fait un triple nœud et lui dit :
« S’il arrive à sortir de là-dedans il s’appellera MacGyver ! » 
 
Marcel demande à une prostituée :
« – C'est combien ?
– 30 € la passe, 150 € la nuit.
– D'accord pour la nuit ! »
Et il lui donne 150 €. 
Deux jours après, il revient la voir et repaie 150 €. 
Trois jours après il revient la voir pour le même tarif.
Le matin, elle lui dit :
« – Eh bien, à la prochaine...
– Ah non, là je rentre à Monaco.
– Tu es de Monaco ? Moi aussi ! T'habites où ?
– Rue Sainte-Dévote…
– Moi aussi, tu connais peut être ma mère, Germaine Lemichu...
– Oui, et elle m'a dit « vous allez à Paris ? Ça vous ennuierait pas de remettre 450 € à ma fille ? » »
(Dans l’originale, c’est Jean-Marc qui rembourse sa dette de la sorte à la femme de Jean-Paul : « À propos, Jean-Marc m’a dit qu’il passerait te remettre les 500 € que je lui ai prêté ce midi ! L’a-t-il fait au moins ? ») 
 
Bon week-end à toutes et à tous ! 
 
I3

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube