Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

dimanche 22 février 2015

Deux posts de septembre 2008 (II)…

Cette fois-ci, à l’adresse de « ma môman à moi »

Avertissement important : Doit-on vous rappeler que toute ressemblance avec des personnages existants, ayant existé ou à exister n'est que pure coïncidence.
Tout rapprochement avec des lieux, des dates, des faits réels ou supposés ne peut être que l'œuvre de personnages qui chercheraient à nuire à l'auteur de ce délire : Ils seront seuls à en être responsables devant la justice de leur pays ! 
 
« À Washington, « Fr. W. Jr. » a pris la succession de « Paul W. » comme responsable de la planification politique au département de la Défense. Personne ne remarque les liens qui l'unissent au porte-parole du gouvernement.
C'est alors que reprend au sein du parti du Général la tension que l'on avait connu trente ans plus tôt entre les « historiques » et la droite financière, incarnée par « Ed. B ».
La nouveauté, c'est que « Ch. P. » et avec lui le jeune « N. S. », trahissent « Jacques Ch. » pour se rapprocher du « courant Rothschild ».
Tout dérape ! Le conflit atteindra son apogée en 1995 lorsque « Ed. B. » se présentera contre son ex-ami de trente ans, « Jacques Ch. » à l'élection présidentielle suivante, et sera battu dès le premier tour.
Surtout, suivant les instructions de Londres et de Washington, le gouvernement « Ed. B. » ouvre les négociations d'adhésion à l'Union européenne et à l'OTAN des États d'Europe centrale et orientale, affranchis de la tutelle soviétique.
 
Rien ne va plus dans le parti du Général où les amis d'hier sont près de s'entre-tuer. Pour financer sa campagne électorale, « Ed. B. » tente de faire main basse sur la caisse noire du parti du Général, qui serait cachée dans la double comptabilité d'un pétrolier national (aujourd'hui disparu). À peine le vieux « Étienne L. » mort (l'ancêtre par qui beaucoup transitait), les juges perquisitionnent la société et ses dirigeants sont incarcérés.
Mais « Ed. B. », « Ch. P. et « N. S. » ne parviendront jamais à récupérer le magot.
La longue traversée du désert commence. 
 
Tout au long de son premier mandat, « Jacques Ch. » tient « N. S. » à distance.
L'homme se fait discret durant tout ce temps. Discrètement tout autant, il continue pourtant à nouer des relations dans les cercles financiers, hors « la bande à F. P. », milliardaire aussi, mais ami de longue date de « Jacques Ch. ». 
 
En 1996, « N. S. » ayant enfin réussi à clore une procédure de divorce qui n'en finissait pas, se marie avec « C. ». Ils ont pour témoins les deux milliardaires « Martin B. » et « Bernard A. » (l'homme le plus riche du pays).
 
On peut imaginer que par ailleurs, bien avant la crise irakienne, « Frank W. Jr. » et ses collègues de la CIA planifient la destruction du courant du Général et la montée en puissance de « N. S. ».
Ils agissent en trois temps :
1 – D'abord, l'élimination de la direction du parti du Général et la prise de contrôle de cet appareil.
2 – Puis, l'élimination du principal rival de droite et l'investiture du parti Général à l'élection présidentielle.
3 – Enfin, l'élimination de tout challenger sérieux dans l'opposition de manière à être certain d'emporter la prochaine élection présidentielle programmée pour 2007.
 
Pendant des années, les médias sont tenus en haleine par les révélations posthumes d'un promoteur immobilier.
Avant de décéder d'une grave maladie, il a enregistré, pour une raison encore jamais élucidée, une confession vidéo. Pour une raison encore plus obscure, la « cassette » échoue dans les mains d'un hiérarque du Parti d'opposition, « D. S-K » (devenu depuis directeur d'une banque mondiale… pour services rendus ?), qui la fait parvenir indirectement à la presse.
 
Si les aveux du promoteur ne débouchent sur aucune sanction judiciaire pour être « abracadabrantesque », ils ouvrent une boîte de Pandore qui n'épargne personne, même pas le « cousin J. T. » successeur de « Jacques Ch. » à la mairie de la Capitale (encore un Corsu… mais de Corti).
La principale victime des affaires successives sera le Premier ministre d'alors, « Alain J. ». Pour protéger « Jacques Ch », il assume seul toutes les infractions pénales. La mise à l'écart « d'Alain J. » laisse la voie libre à « N. S. » pour prendre la direction du parti du Général. 
 
« N.S. » exploite alors sa position pour contraindre « Jacques Ch. » à le reprendre au gouvernement, malgré leur haine réciproque. Il exige soit l'intérieur, soit les finances, deux postes clés : Dans l'un, il contrôle les préfets et de le renseignement intérieur qu'il utilise pour noyauter les grandes administrations. Dans l'autre, il voit « passer les sous ».
Il sera ministre de l'intérieur. 
 
Il s'occupe aussi des « affaires corses ». Le préfet « Cl. É. » a été assassiné. Bien qu'il n'ait pas été revendiqué, le meurtre a immédiatement été interprété comme un défi lancé par les indépendantistes à la République.
Après une longue traque, la police parvient à arrêter un suspect en fuite, « Yvan C. », fils d'un député de gauche. Piétinant allègrement la présomption d'innocence, « N. S. » annonce cette interpellation en accusant le suspect d'être l'assassin. C'est que la nouvelle est « trop belle » à deux jours du référendum que le ministre de l'Intérieur organise en Corse pour modifier le statut de l'île.
Quoi qu'il en soit, les électeurs rejettent le projet de « N.S. » qui, selon certains, favorise les intérêts mafieux locaux.
Bien qu'« Yvan C. » ait ultérieurement été reconnu coupable, il a toujours clamé son innocence et aucune preuve matérielle n'a encore été trouvée contre lui.
Étrangement, l'homme s'est muré dans le silence, préférant être condamné que de révéler ce qu'il sait.
La thèse qui circule entre les murs d'Ajacciu (et même au-delà) est que le préfet « Cl. É. » n'a pas été tué par des nationalistes, qui ne faisaient qu'apporter un « concours » logistique et un « plastron » à l'auteur des coups de feu mortels, mais abattu par un tueur à gage, immédiatement exfiltré vers l'Angola où il émargeait dans la sécurité du groupe pétrolier disparu. Le mobile du crime serait précisément lié aux fonctions antérieures de « Cl. É », responsable des réseaux africains de « Ch. P. » au ministère de la Coopération.
Quant à « Yvan C. », il serait un ami personnel de « N. S. » depuis bien des décennies. D'ailleurs, leurs enfants se sont fréquentés dans la cité Napoléonienne, dans la même école.  
 
Puis une nouvelle affaire éclate, destinée à déstabiliser un autre concurrent potentiellement dangereux : De faux listings circulent qui accusent mensongèrement plusieurs personnalités de cacher des comptes bancaires au Luxembourg, chez « Clearstream », la banque des banques.
Parmi les personnalités ainsi diffamées : « N. S. ».
Cette affaire est ridicule : « Clearstream » est un établissement de compensation entre Banques. Rien à voir avec une banque d'affaire ou de dépôt : Il n'y a pas de compte courant de personnes physiques extérieures à la banque elle-même !
Et pourtant la justice du pays mord à l'hameçon et les médias s'emballent…
« N. S. » dépose plainte et sous-entend que son rival de droite à l'élection présidentielle, le Premier ministre « D. de V. », a organisé cette machination du temps où il était ministre des affaires étrangères. Et il ne cache pas son intention de le faire jeter en prison.
En réalité, les faux listings auraient été mis en circulation par des membres de la Fondation franco-américaine, dont « John N. » était président et dont « Frank W. Jr. » est administrateur.
Ce que les juges voudraient encore ignorer, c'est que les listings ont été fabriqués à Londres par une officine commune de la CIA et du MI6, « H. & Co », dont « Frank W. Jr. » est également administrateur.
« D. de V. » se défend de ce dont on l'accuse, mais il est mis en examen, assigné à résidence et, de facto, écarté provisoirement de la vie politique.
La voie est donc libre pour « N. S. ». 
 
Reste à neutraliser les candidatures d'opposition. Les cotisations d'adhésion au parti socialistes sont réduites à un niveau symbolique pour attirer de nouveaux militants grâce à « J. L. » (ancien ministre de la culture qui se défend encore d'être un « ami » objectif de « N. S. »… alors pressenti comme « ministre d’ouverture » en 2008/2009. D'autres avant lui, et non les moindres, ayant bien franchi le pas...).
Des milliers de jeunes prennent leur carte. Parmi eux, des milliers de nouveaux adhérents sont en réalité des militants du Parti trotskiste « lambertiste » (du nom de son fondateur Pierre Lambert, desquels seraient issu un ancien Premier ministre, qui ne l'a jamais démenti).
Cette petite formation d'extrême gauche s'est historiquement mise au service de la CIA contre les communistes staliniens durant la Guerre froide.
Elle est l'équivalent du « SD/USA » de « Max Sh. », qui a formé les néo-conservateurs aux USA.
Ce n'est pas la première fois que les « lambertistes » infiltrent le Parti de gauche : « L. J. » et « J-Ch. C. », le principal conseiller de « D. S-K » cité plus haut en sont. 
 
Des primaires sont organisées au sein du Parti pour désigner son candidat à l'élection présidentielle. Deux personnalités sont en concurrence : « L. F. » et « S. R ».
Seul le premier représente un danger pour « N.S. ». « D. S-K » entre dans la course avec pour mission d'éliminer « L. F. » au dernier moment. Ce qu'il sera en mesure de faire grâce aux votes des militants « lambertistes » infiltrés, qui portent leurs suffrages non pas sur son nom, mais sur celui de « S.R. ».
L'opération est possible parce que « D. S-K » est depuis longtemps sur les « payrolls » des États-Unis. En Europe, tout le monde ignore qu'il donne des cours à Stanford, où il a été embauché par le prévôt de l'université d'alors, « C. Rice » soi-même, devenue ministre des affaires étrangères de l'administration US en place.
D'ailleurs, dès sa prise de fonction, « N. S. » et cette dernière remercieront « D. S-K » en le faisant élire à la tête de la Banque du Monde. 
 
Le soir du second tour de l'élection présidentielle, lorsque les instituts de sondages annoncent sa victoire probable, « N. S » prononce un bref discours à la Nation depuis son QG de campagne.
Puis, contrairement à tous les usages, il ne va pas faire la fête avec les militants de son parti, mais il se rend au Fouquet's.
La célèbre brasserie des Champs-Élysées, qui était jadis le rendez-vous de « l'Union corse » est aujourd'hui la propriété du casinotier « D. D. ». Il a été mis à disposition du nouveau Président élu pour y recevoir ses amis et les principaux donateurs de sa campagne.
Une centaine d'invités s'y bousculent, les hommes les plus riches de France y côtoient les patrons de casinos.
Il s'efforce ensuite de passer place de la Concorde, puis s'offre quelques jours de repos bien mérités. Conduit en Falcon-900 privé à Malte, il s'y repose sur le « P », le yacht de 65 mètres de son ami « V. B. », un milliardaire formé à la Banque Rothschild. 
 
Enfin, « N. S. » est investi Président de la République. Le premier décret qu'il signe n'est pas pour proclamer une amnistie, mais pour autoriser les casinos de ses amis « D. D. » et compagnie à multiplier les machines à sous.
 
Il forme son équipe de travail et son gouvernement. Sans surprise, on y retrouve un bien trouble propriétaire de casinos et le lobbyiste des casinos de l'ami « D. D. ».
« N. S. » s'appuie avant tout sur quatre hommes :
- « Cl. G », secrétaire général du palais de l'Élysée. C'est l'ancien bras droit de « Ch. P. ».
- « F. P. », secrétaire général adjoint de l'Élysée. C'est un associé-gérant de la Banque Rothschild.
- « J-D L. », conseiller diplomatique. Mais aussi fils de l'ancien directeur de l'Agence juive. Ambassadeur de France à l'ONU, il fut relevé de ses fonctions par « Jacques Ch. » qui le jugeait trop proche de « G.W.B ».
- « A. B. », l'homme de l'ombre. Son nom n'apparaît pas dans les annuaires. Il est chargé des services de renseignement. Ancien Grand-Maître du Grand Orient de France (la principale obédience maçonnique du pays), il serait aussi l'ancien n° 2 de la National Security Agency états-unienne en Europe.
 
Entre-temps « Frank W. Jr. », a été nommé envoyé spécial du président « G.W.B » pour l'indépendance du Kosovo. Ce dernier insiste pour que « B. K. » soit nommé ministre des Affaires étrangères avec une double mission prioritaire : L'indépendance du Kosovo et la liquidation de la politique arabe des prédécesseurs. 
 
« B. K. » a débuté sa carrière en participant à la création d'une ONG humanitaire. Grâce aux financements de la National Endowment for Democracy, il a participé aux opérations de « Zbigniew B. » en Afghanistan, aux côtés d'Oussama Ben Laden et des frères Karzaï contre les Soviétiques.
On le retrouve dans les années 90 auprès d'Alija Izetbegoviç en Bosnie-Herzégovine.
De 1999 à 2001, il a été Haut représentant de l'ONU au Kosovo.
Sous le contrôle du frère cadet du président Hamid Karzaï, l'Afghanistan est devenu le premier producteur mondial de pavot.
Le suc est transformé sur place en héroïne et serait transporté par l'US Air Force à Camp Bondsteed (Kosovo). Là, la drogue serait prise en charge par les hommes d'Haçim Thaçi qui l'écouleraient principalement en Europe et accessoirement aux États-Unis.
Les bénéfices seraient notamment utilisés pour financer les opérations illégales de la CIA.  Karzaï et Thaçi sont des amis personnels de longue date de « B. K », qui certainement ignore leurs activités criminelles malgré les rapports internationaux qui y ont été consacrés.
 
Pour compléter son gouvernement, « N. S. » nomme « Ch. L. », ministre de l'Économie et des Finances. Elle a fait toute sa carrière aux États-Unis où elle a dirigé le prestigieux cabinet de juristes Baker & McKenzie.
Au sein du Center for International & Strategic Studies de « Dick Ch. », elle a co-présidé avec « Zbigniew B. » un groupe de travail qui a supervisé les privatisations en Pologne.
Elle aurait aussi organisé un intense lobbying pour le compte de Lockheed Martin contre les intérêts de l'avionneur français Dassault.
 
Nouvelle escapade durant l'été. « N.S. » et « C. », la maîtresse supposée de l'un ou de l'autre ou des deux selon d'horribles rumeurs et leurs enfants se font offrir des vacances états-uniennes à Wolfenboroo, non loin de la propriété du président en exercice « G.W.B. ».
La facture, cette fois, serait payée par « Robert F. A », un banquier d'affaires italo-new-yorkais, sioniste et néo-conservateur pur sucre qui s'exprime dans Commentary, la revue de l'American Jewish Committee.
 
La réussite de « N.S. » rejaillit sur son demi-frère « P-O ». Sous le nom américanisé « d'Oliver », il est nommé par « Frank C. », qui fut le n° 2 de la CIA après avoir été recruté par « Frank W. Sr. », directeur d'un nouveau fonds de placement du Carlyle Group, la société commune de gestion de portefeuille des familles de « G.W.B. » et des Ben Laden.
Sans qualité personnelle particulière, il est devenu le 5ème « noueur de deals » dans le monde et gère les principaux avoirs des fonds souverains du Koweït et de Singapour. 
Enfin, « N.S. » entraîne le pays dans une adhésion sans condition à l'OTAN et soutient l'envoi de soldats en Afghanistan aux côtés des GI US… 
 
La cote de popularité du président est alors en chute libre dans les sondages.
L'un de ses conseillers en communication, « Jacques S. », préconise de détourner l'attention du public avec de nouvelles « people stories ».
L'annonce du divorce avec « C. » est publiée par Libération, le journal de son ami « Ed. de Rothschild », pour couvrir les slogans des manifestants un jour de grève générale.
Plus fort encore, le communiquant organise une rencontre avec l'artiste et ex-mannequin, « Carla B. ».
Quelques jours plus tard, sa liaison avec le président est officialisée et le battage médiatique couvre à nouveau les critiques politiques. Quelques semaines encore et c'est le troisième mariage de « N.S. ». Cette fois, il choisit comme témoins « Mathilde A. » (l'épouse de « Robert F. A » cité plus haut) et « Nicolas B. », ancien directeur de cabinet « d'Édouard B. » devenu associé-gérant chez Rothschild.
Depuis, celui-ci tombé en disgrâce pour avoir eu le malheur de déplaire au fils de « N.S. », il est recasé au Consulat de la côte ouest des USA. 
 
Marrantes toutes ces petites « affaires de famille », devenues « secrets de polichinelle » ! »
 
D'autant que restait et reste encore le mystère de l'enfant de la Garde des Sceaux du moment, devenue députée européenne et maire d’arrondissement à la kapitale … pas encore élucidée, où on a pu faire porter les cornes à l’épouse du frère de « N.S. », devenu patron de l’assureur prévoyance collective des salariés, Malakoff, au cas où un test ADN aurait été pratiqué à l’insu de « Zaza ». 
 
Parce que oui, de toute façon, la Vérité triomphe un jour ou l’autre, notamment quand les acteurs sont décédés et que ça n’intéresse plus que les historiens. Et pourtant, nous n’étions pas dupes, même si désormais Philippe Massoni (celui dont le décès suscite ce post et le précédent), n'en parlera plus jamais.
De toute façon, quand il s'est mis à écrire ses secrets, il n'y en avait aucun… 
 
« Et la « démocratie triomphante » d'un peuple d'électeurs libres, dans tout ça ?
Bé, dans les livres d'histoires et d'aventures, dans les textes des différentes déclarations des droits de l'homme, des constitutions, des traités, dans les têtes même, bien sûr que ça existe !
Et heureusement.
Dans la « vie vraie »… c'est manifestement une autre affaire ! » 
 
Bonne lecture à toutes et à tous du « Roman de la vie », pas par hasard installé dans la rubrique, « Humeurs, ragots & manipulations »…
 
I3

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube