Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

vendredi 9 janvier 2015

Suites de réveillon…

Malgré l'actualité ...
Les portables 
 
Après une longue et fatigante journée au travail, une jeune femme se cale dans son siège et ferme les yeux pendant que le train part.
Dès que le train sort de la gare, l'homme assis en face d'elle sort son portable et commence à parler fort :
« Salut mon cœur, c'est Marcel, je suis dans le train. »
« Oui, chérie, celui de 18 h 30 et pas celui de 16 h 30, parce que j'ai eu une longue réunion. »
« Non Chérie, pas avec le nul de la compta, mais avec le patron. »
« Non, mon cœur, tu es la seule femme de ma vie. »
« Oui, j'en suis sûr, promis-juré ! »
Et patati, et patata, et que je te nous raconte ma vie et celle des collègues et tout et tout.
Un quart d'heure plus tard, le gars continue à parler haut et fort, lorsque la jeune femme assise en face, visiblement exaspérée par ce bavardage continu et bruyant, se met à hurler :
« Ho ! Marcel, éteint ce satané téléphone et reviens au lit ! » 
 
Celle-là se passe dans un hammam…
Quelques hommes en tenue légère discutent, quand tout à coup, un portable se met à sonner.
Marcel s’en saisit, décroche et il écoute : « Chéri, tu ne vas pas me croire, je suis devant un magasin de fourrures, aie, aie, aie, le magasiiiin…, chéri, ils ont un vison… maaaaagnifique, de toute beauté, a un priiiiiix…incroyable… »
« Donné, mon amour, donné… 5.000 euros… tu te rends compte ? »
« S'il te plait, chéri, il est vraiment… supeeeeeerbe ! »
« Oh, merci mon amour, dis, je ne veux pas t'embêter, mais tu sais, en passant devant le concessionnaire Mercedes tout à l'heure, j'ai vu le dernier coupé… il est booooooo ! Magnifiiiique… En plus, j'ai parlé au vendeur, celui en exposition est tout neeeeuf, intérieur cuiiir, peinture dorée… Je ne veux pas abuser de ta gentillesse, mais qu'en penses tuuuu ? »
« Tu ne vas pas me croire, mon chéri, ils nous la laissent à 95.000 €, avec toutes les options ! »
Marcel de répondre enfin, comptant de pouvoir en placer une : « Bon, OK, OK, on a de l'argent, vas-y… prend la, ta voiture ! »
Et la voix de femme reprend à peine son souffle : « Mon amour, je t'aime, c'est merveilleux la vie avec toi ! Dis, j'abuse, mais tu te souviens de notre petit voyage sur la côte d'azuuuur ? Tu te rappelles la maison des Cohen avec la piscine, le tennis, tu sais qu'elle est en vente ? Je l'ai vue en passant devant l'agence ! Et si on l'achetait  pour avoir un pied-à-terre dans le suuuud ? »
« C'est vrai, chéri, tu y as pensé ? Je peux vraiment aller à l'agence ? Tu sais, elle n'est vraiment pas très chère, et quelle claaaasse ! Combien elle vaut ?
Ils l'ont affichée à 4 millions deux cent mille, mon amour. »
Marcel de répondre : « Bon, tu y vas, de toute façon, j'ai de l'argent, autant le dépenser… mais pas plus de 4 millions ».
« Mon amour, c'est le plus beau jour de ma vie ! Tu es merveilleux, je t'aime, vivement ce soir ! »
Marcel raccroche, lève la main et crie :
« IL EST A QUI, CE PORTABLE ? »
 
Marcel boit paisiblement un Pepsi lorsqu'il voit arriver sa femme avec une nouvelle robe. Il proteste :
« – Enfin, voyons tu en as déjà acheté trois ce mois-ci… ça commence à me coûter beaucoup trop cher ! 
– C'est le diable qui m'a tentée. 
– Tu n'avais qu'à lui dire : « Arrière, Satan. »
– C'est ce que j'ai fait.
– Et alors ? 
– Alors, il est passé derrière moi et m'a dit : « De dos, elle vous va encore mieux… ». »
 
Jésus est en train de marcher sur l'eau, comme parfois.
Saint Pierre s'approche de lui en nageant et lui dit :
« Tu as tort, elle est vachement bonne ! »
 
L'homme qui a eu le moins de chance dans sa vie, c'est Youri Gagarine : Il est parti d'URSS, il a fait dix-sept fois le tour de la terre … et il est retombé en URSS.
 
C'est le directeur d'une grande entreprise qui demande à son employé de réserver un billet d'avion.
Marcel, l'employé revient au bout d'un moment et dit à son patron :
« Monsieur, à Air-France, ils m'ont répondu que c'était complet.
À Air Corsica, complet également.
À Air Liberté, complet aussi.
À Air Liquide, ils m'ont répondu que j'étais un con. »
 
Un homme complétement saoul entre dans une église, se dirige en titubant vers le confessionnal et y pénètre.
Une minute plus tard, le curé ouvre le judas et lui demande :
« – Je peux vous aider, mon fils ?
– C'est pas de refus ! Y a du papier de votre côté ? »
 
Marcel emménage dans un building où tous les appartements sont identiques.
Il décide de refaire tout son appartement, descend à l'étage du dessous, se présente à son voisin et lui demande combien de rouleaux de papier peint il avait utilisé pour tapisser.
« Je me souviens très bien ! Dix-sept ! »
Marcel remercie, achète donc dix-sept rouleaux de papier et commence son travail.
À sa grande surprise il constate qu'à la fin il lui reste 5 rouleaux.
Étonné, il descend interroger son voisin :
« – C'est incroyable, il me reste cinq rouleaux !
– Ah vous aussi ? »
 
Le condamné s'exclame :
« – Cinq ans de prison … Mais, Monsieur le juge, j'ai quatre-vingt-huit ans !
– Le tribunal ne vous demande pas l'impossible : Vous ferez ce que vous pourrez ! » 
 
Un professeur de géographie montre à ses élèves une mappemonde.
Après avoir expliqué la latitude, longitude, degrés et minutes, l'enseignant demande à un élève :
« Si je vous donne rendez-vous pour déjeuner à 23 degrés 4 minutes de latitude Nord, 15 degrés 18 minutes de longitude Est…
L'élève, visiblement embarrassé répond :
« Je crois que vous allez déjeuner tout seul ! »
 
Un informaticien meurt et on l'envoie d'office au paradis.
Là-haut, il se met à rechercher ses anciens collègues déjà partis au ciel, mais pas moyen d'en trouver un seul !
Il va voir Dieu et lui demande où ils sont passés…
Dieu consulte les anges qui l'informent qu'il n'y a pas trace d'informaticien ici…
Le pauvre Marcel s'ennuyant vraiment trop, décide d'aller trouver ses collègues en enfer, mais Ô surprise, le Diable lui apprend qu'il n'y a pas d'informaticien là non plus !
Marcel ne sachant vraiment plus où aller va voir Saint Pierre en espérant obtenir une information et lui demande :
« – Saint Pierre, désolé de vous déranger mais vraiment c'est très étrange… Je cherche mes ex-collègues et ils ne sont ni au paradis ni en enfer !
« – Hum… c'est très étrange en effet… », lui répond Saint Pierre, « mais que faisais-tu comme métier ?
– Informaticien » répond Marcel.
Haaaahhh…! » s'esclaffe Saint Pierre !… « Mais il fallait le dire tout de suite !
 Ils sont à la machine à café ! »
 
Le conférencier essaie de convaincre la salle des méfaits de l'alcool et n'hésite pas à employer des exemples très terre à terre :
« Prenons un exemple : Mettons deux seaux, un seau d'eau et un seau d'alcool, devant un âne ; d'après vous, vers quel seau se dirigera l'âne ? »
Dans la salle, un alcoolique répond :
« Vers le seau d'eau ! »
Le conférencier, visiblement satisfait :
« Et pourquoi d'après vous ? »
L'alcoolique, maintenant hilare :
« Parce que c'est un âne ! »
 
L'Éternel vient de donner à Moïse les dix commandements.
« Quoi ? Dix, c'est tout ? » demande Moïse.
« Écoute » lui dit l'Éternel, « prends toujours ces dix. Si ça marche tu reviens et je t'en donne d'autres ! » 
 
C'est un ivrogne, complétement saoul, qui sort du bar. Il parcourt à peine cinq mètres qu'il se cogne à un poteau et tombe par terre. Il se relève, se cogne au même poteau, retombe par terre et cela, six fois de suite…
L'ivrogne, agacé, reste allongé et se dit :
« Bon, je vais attendre que tout le monde soit parti. »
 
Marcel va et vient dans la salle d'attente de la maternité.
Il est inquiet car sa femme doit accoucher d'une seconde à l'autre.
Après deux heures d'attente, l'infirmière lui annonce :
« – Monsieur, j’ai le privilège de vous féliciter : Vous êtes l'heureux papa de cinq beaux bébés.
– Hein ? Mais comment est-il possible d'avoir cinq bébés d'un coup ? » demande-t-il, ahuri.
« Dans votre cas, Monsieur, je vais vous expliquer : Il y a eu plusieurs facteurs… »
Alors Marcel, toujours hébété mais l'œil mauvais :
« Ah les salauds !… Les salauds ! » 
 
C'est une dame qui est sur le point d'accoucher et le médecin arrive dans la maison.
Il s'enferme dans la pièce avec la femme et, au bout de dix minutes, il dit au mari :
« Vous n'avez pas un tournevis ? »
Le mari le regarde en tremblant et dit :
« Un tournevis ? » Il lui en donne un et, dix minutes après, le docteur ressort en disant :
« Vous n'auriez pas un marteau ? » Le mari lui donne un marteau.
Il est blême.
Dix minutes passent, le docteur sort à nouveau et lui fait :
« Et une pince, vous auriez ça ? » Alors le Marcel lui donne une pince, il tremble de partout…
Et encore une fois, au bout de dix minutes, le docteur ressort et lui dit :
« Écoutez ! Le mieux, c'est que vous appeliez un autre médecin, je n'arrive pas à ouvrir ma trousse ! »
 
Bon week-end à toutes et à tous !!!
 
I-Cube

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube