Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

vendredi 12 décembre 2014

Les blagues à deux balles…

Collectées pour vous !

Tard en fin d'après-midi, un gynécologue attend une dernière patiente qui n'arrive pas.
Au bout de trois quarts d'heure, il conclut qu'elle ne viendra pas et se sert un gin tonic pour se détendre de sa journée avant de rentrer chez lui.
Il s'installe confortablement dans un fauteuil et commence à lire son journal lorsque la sonnette retentit.
Sa patiente arrive et se confond en excuses pour son retard.
« – Ce n'est pas très grave chère Madame ! Vous voyez, je vous attendais en dégustant un gin tonic.
Désirez-vous en prendre un également avant que je vous examine ?
– Volontiers », répond-elle.
Il lui sert un verre, s'assied en face d'elle et ils se mettent à discuter.
Soudain un bruit de clé se fait entendre à la porte d'entrée.
Le médecin sursaute, se lève brusquement et dit :
« Ciel ! Ma femme ! Vite, déshabillez-vous et écartez les jambes ! » 
 
Deux amies papotent…
« – Alors, ta soirée d'hier, bien ?
– Non c'était un désastre. Mon mari est arrivé à la maison, a avalé en quatre minutes le dîner que j'avais passé l'après-midi à préparer, a fait l'amour en trois minutes, s'est retourné sur le côté et est tombé endormi en deux minutes.
Et toi ?
– Oh c'était incroyable !
En arrivant à la maison, mon mari m'attendait, il m'a invitée pour un dîner très romantique. Après le dîner nous avons marché pendant une heure.
Rentrés chez nous, il a allumé toutes les bougies dans la maison et nos préliminaires ont duré une heure !
Après, nous avons fait l'amour pendant une heure !
Et après, on a discuté pendant une autre heure.
C'était merveilleux ! »
Au même moment, les deux maris discutent dans la pièce d’à-côté :
« – Alors, ta soirée d’hier, bien ?
– Ouais génial ! Quand je suis arrivé, la bouffe était prête.
J'ai mangé, on a baisé et je me suis endormi.
Et toi ?
– L'enfer ! J'étais rentré tôt pour fixer l'étagère de la cuisine, en démarrant la perceuse, le courant a sauté, impossible à remettre.
Quand elle est rentrée, la seule solution pour ne pas me faire engueuler, c'était de l'emmener au resto.
Le dîner a coûté tellement cher que je n'avais plus assez d'argent pour payer le taxi du retour.
Il a fallu marcher une heure pour rentrer !
Arrivés à la maison, forcément, toujours pas d'électricité, j'ai dû allumer des putains de bougies pour qu'on y voit quelque chose dans la baraque.
Cette histoire m'a foutu tellement en rogne que ça m'a pris une heure pour bander et après ça m'a pris une autre heure pour jouir.
Finalement, encore énervé ça m'a pris une heure pour réussir à m'endormir et pendant ce temps-là, l'autre n'a pas arrêté de parler… »
 
Deux jeunes hommes commencent à rénover le magasin qu'ils viennent d'acquérir.
Ils sont assis pour prendre leur café.
Tout est vide à l'intérieur, il n'y a que quelques tablettes sans aucune marchandise…
L’un dit alors à l’autre :
« Je te parie que d'ici quelques minutes un con va mettre le nez à la vitrine et demander ce qu'on vend ! »
Il n'a pas fini sa phrase que, comme prévu, une vielle dame met le nez à la vitrine et demande :
« – Que vendez-vous ici, jeunes gens ?
– Des trous du cul, madame… »
Et du tac au tac la vielle dame répond :
« Nom d'une pipe ! Ça a l'air de bien marcher : Il n'en reste plus que deux ! »
 
Un policier patrouille de nuit et aperçoit une voiture stationnée, éclairée par la lumière intérieure.
Il s'approche de l'auto et voit un couple tranquillement installé.
Un jeune homme, assis au volant du véhicule, feuillette un magazine d'informatique tandis qu'une jeune femme, assise sur la banquette arrière, tricote.
Curieux devant cette drôle de situation, le fonctionnaire s'approche et cogne à la vitre.
Le jeune homme baisse sa vitre…
« Que faites-vous là ? » demande le policier intrigué.
« Eh bien... Je lis un magazine ! »
Et pointant du doigt la jeune femme, le policier demande :
« – Et elle, que fait-elle ?
– Je crois qu'elle tricote un chandail. »
Le policier est totalement confus.
Un jeune couple seul dans une auto la nuit… et il ne se passe rien d'immoral !
Hallucinant.
Le policier demande :
« – Quel âge as-tu, jeune homme ?
– J'ai 22 ans, m'sieur...
– Et elle, quel âge a-t-elle ? »
Le jeune homme consulte sa montre et dit :
« Elle aura 18 ans dans 20 minutes ! » 
 
C'est un vieux monsieur qui va se confesser.
Il rentre dans le confessionnal et le curé commence :
« – Allez-y mon fils. Confessez vos péchés...
– Eh bien voilà mon Père. Ce que j'ai à vous avouer n'est pas joli, joli…
Pendant la guerre de 40-45 j'ai reçu la visite, dans la ferme, d'une jeune fille juive qui voulait se cacher des Allemands.
Alors je l'ai cachée dans mon grenier et comme ça, ils n'ont jamais pu la trouver.
– Mais c'est très bien ça ! C'est même un acte de résistance. Ce n'est pas un péché et ça pourrait même vous valoir une médaille...
– Mais je n'ai pas fini, mon Père… À l'époque, j'étais jeune et plutôt viril si voyez ce que je veux dire… 
Alors je lui ai dit qu'en échange de cette cachette que je lui offrais, elle devrait m'accorder ses faveurs… sexuellement parlant… »
Le curé réfléchit une minute puis reprend :
« – Eh bien, les temps étaient vraiment difficiles, et puis vous preniez vraiment un très gros risque en la cachant chez vous… Je suis sûr que Dieu dans son infinie sagesse et sa grande bonté saura reconnaître en vous l'âme charitable plutôt que le simple profiteur d'une situation dramatique…
– Oh merci mon Père. C'est un gros poids sur ma conscience que vous me retirez. 
Est-ce que je peux vous poser une autre question ?
– Mais bien sûr, mon fils.
– Est-ce que je dois lui dire aussi que maintenant la guerre est terminée ? » 
 
Un très vieil homme pleure tout seul sur le trottoir.
Un agent de police passe à côté de lui et le regarde pleurer.
Finalement il lui dit :
« – Mais qu'y a-t-il monsieur ? Pourquoi pleurez-vous comme ça ? Vous avez mal ? Vous êtes blessé ?
– Ben, non ! Voyez-vous, Monsieur l’agent, j'ai 71 ans et je suis marié à une jeune femme de 30 ans.
– Mais c'est très bien, ça ! Il n'y a aucune raison de pleurer.
– Mais ma femme est superbe, elle est si belle, si bien faite avec des formes splendides et un visage d'ange… »
Et le vieux monsieur pleure de plus belle. 
L'agent de police lui dit :
« – Arrêtez de pleurer voyons !
– Et quand je rentre chez moi elle me prépare des plats succulents. 
Elle cuisine tellement bien. »
Le flic commence à s'énerver :
« – Mais Bon Dieu ! Arrêtez de pleurer !
– Et au lit, » dit le vieil homme entre deux sanglots, « elle me fait des trucs, c'est fou…
– Ca suffit maintenant, » dit le flic sur un ton sévère. « Vous n'avez aucune raison de vous plaindre !
– Mais si ! Je ne sais plus où j’habite… » 
 
Bon week-end à toutes et à tous… 
 
I3

2 commentaires:

  1. Vraiment très bonnes !...
    Vous avez bien fait rire la "Baronne" !....

    RépondreSupprimer
  2. Notez que c'est aussi fait pour en rire, justement.

    Et j'ai un faible pour la première et la dernière, avoue-je !

    Bon week-end à la Baronne

    RépondreSupprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube