Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

lundi 21 juillet 2014

Chapitre VIII.2

Avertissement : Ceci est un roman, une fiction, une « pure construction intellectuelle », sortie tout droit de l’imaginaire de son auteur. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies), y compris sur la planète Terre, y est purement, totalement et parfaitement fortuite !
 
Paul à Paris (2/2)
 
La petite troupe s’organise donc dans les jours qui suivent, Paul et Barbara se réservant l’X, Centrale, Pont, Mine et sup-aéro, HEC et l’ESSEC, le commando en quintet s’occupant de tout le reste, école d’ingénieurs comme écoles de commerce : un gros boulot !
Une bonne année : 2,5 millions euros de ventes hors-taxes, hors-droits, hors vignette de sécurité sociale, juste pour les fêtes de fin d’année, les cuvées « spéciales », royales et impériales ayant fait leur effet, écrasant et de très loin « la concurrence » qui était apparue l’année dernière.
Claire et Loïc, la baraquée et le minet des beaux-quartiers rempileront d’ailleurs dès le mois suivant. Pour le blé, bien sûr.
Une occasion pour Loïc de déménager définitivement en région parisienne du côté de la vallée de l’Yvette avec « sa fiancée » et pour Claire de s’enraciner à Paris-13 chez celle qui sera devenue sa « partenaire » de sensualité, pas encore pacsée, pour au moins un temps : joindre l’utile à l’agréable, n’est-ce pas…
Ils ne sont pas si fous que ça, les jeunots de l’époque.
 
Et comme en plus ils ont de l’ambition, Loïc aura plus tard carte blanche pour embaucher à Londres et Berlin, décliner le concept partout en Europe du nord, jusqu’à devenir directeur commercial et faire grimper ainsi le chiffre d’affaires avec des progressions moyennes de l’ordre de 50 % d’une saison sur une autre pendant plusieurs années.
Parce que plus tard, il sillonnera également l’Europe du sud du neurone ainsi que l’Europe de l’Est des cellules grises et avec des produits-nouveaux, genre « parfum pour les dames » et autres gadgets luxueux, stylos, montres-uniques, bijoux, etc.
Sans manquer de balayer encore toute espèce de concurrence dans l’œuf avec tout ça dans les cadenciers, à chaque fois qu’il en trouve sur sa route, même parmi les « majors » du secteur des spiritueux qui s’y essayent, jusqu'à inventer une liqueur Rhum/café qu'on trouvera plus tard dans les rayons des hypermarchés, et qui en deviennent les fournisseurs occasionnels de Jean-Charles.
Démarche plus facile…
Loïc, devenu un « incontournable » sur tous les campus en quelques années, que Paul n’aurait jamais pu en faire autant tout seul.
 
C’est d’ailleurs Loïc qui lui suggère de monter une société spécifique et dédiée à cette activité-là, début 2013 pour une mise en application pour la dernière saison de 2014, en « délocaliser » le siège en Irlande mais en gardant l’informatique en banlieue-sud de Paris, se gardant la possibilité de quelques entrepôts loués au mois dans les banlieues des grandes-villes pour préparer les commandes.
Il en devient même l’associé minoritaire et le dirigeant effectif et opérationnel dès l’automne 2014.
Ce qui libérera Paul de bien des contraintes à ce moment-là tout en lui gardant quand même la direction de droit et une carte de visite opportune depuis que celle de VIP-Dassault devient vide de sens.
Ce qui sera aussi l’occasion de « tester » de « l’optimisation fiscale » in vivo après les menaces de fin 2012.
   
Parce que l’usine d’Aubenas doit aussi monter en puissance. Mais curieusement, le ministère qui prépare l’opération Serval début janvier, sans rien n’en dire à personne, prend des options mais ne commande rien.
Et quand il commande du matériel et des munitions, de tout façon il paye avec retard : priorités aux soldes alors que le nouveau programme de paye, Louvois, explose justement en vol à peu près à ce moment-là.
Ces andouilles ne l’avaient même pas fait « tourner en doublon » avec l’ancien système, tel que c’est un boxon pas croyable qui rajoute à la « mauvaise humeur » des biffins et des états-majors. De haut en bas et de bas en haut.
Il aura fallu l’abandonner rapidement avant la fin 2013 et l’opération « Sangaris » pour en revenir au « crayon et à la gomme », au « stylo et blanc-couvrant », comme chez les modernes.
Alors payer les cartouches…
Ça devient infernal pour la trésorerie de la MAPEA qui épuise vite fait les ressources du Dailly et les autorisations de dépassement de découverts, les reports d’échéances URSSAF et d’acomptes TVA et IS… Parce que ses propres clients ont du mal à faire rentrer l’argent.
Sombre fin d’année pour tout le monde.
Pour tout dire, le premier Conseil d’administration de 2013, celui qui arrête les comptes 2012 et convoque l’assemblée générale des actionnaires, constate un bénéfice dans les comptes, et sans « triche » des opérations de césure d’exercice, mais une trésorerie négative.
Et encore en plus un paquet de « hors-bilan » assez mal équilibré.
Il faut que ça se « décoince » rapidement.
 
C’est d’ailleurs à cette occasion, après en avoir parlé à Isabelle Nivelle, que Paul prend sur lui d’annoncer la création d’une branche d’activité nouvelle à valider par l’AG à suivre. Ce qui laissera béats les membres du comité d’entreprise : le patron décoiffe une nouvelle fois !
En effet, vu que Dassault s’apprête à sortir son premier prototype de drone, le « Neuron », alors que ceux de la MAPEA, hors le « 001 » qui n’en est d’ailleurs pas un, restent sur les planches à dessin, il faut penser l’avenir autrement.
Puisqu’on sait broyer finement toute sorte d’ingrédients dans les murs et ateliers du site, il serait temps d’avoir une activité contra-cyclique qui dépendrait non plus du bon vouloir des « guerroyants », mais de l’activité civile des maisons-mères.
Qui font dans l’aéronautique et le spatial, de leur côté, comme chacun le sait.
À savoir des matières premières de revêtements de surface haute-performance.
Autrement dit des « peintures » et enduits spéciaux…
Et ce jour-là, pendant qu’ils discutent de ça, ils ne causent pas de la trésorerie, qui aurait pu aussi être mise très à mal par le contrôle fiscal qui n’a heureusement pas abouti de son côté, mais qui n’inquiète plus personne depuis le début janvier 2013.
Et pour cause.
 
Le secteur « revêtement », ce sont quelques fournisseurs qui se comptent sur les doigts d’une main, des produits et pigments d’excellente qualité, mais particulièrement chers… comme tout le monde sur ce marché, d’ailleurs.
Et la maison « grand-mère » se verrait bien de rajouter cette corde à son arc, quitte à aller piétiner la concurrence jusque dans l’industrie automobile et le BTP !
Ils ont des capitaux à investir intelligemment, ce qui calme le comité d’entreprise qui commence à s’inquiéter sérieusement des plans de charge en pointillés… qui jouent au yo-yo et les laisse « béats » de leur patron… qui « décoiffe ».
Encore du boulot en perspective pour l’équipe dirigeante et les équipes « recherche & développement ».
Les premières livraisons sortiront en septembre 2013, après des tests préindustriels tout le long du second trimestre 2013.
C’est que les spécifications demandées par les avionneurs, c’est quand même assez coton à réaliser.
Mais ça mettra à l’abri des errements des politiques la boutique de la famille Nivelle pour quelques années.
Et puis vendre de la peinture à travers l’Europe et la planète, c’est plus présentable que de se dire « marchand de canon » (même si ce ne sont que les obus et missiles…)
 
De son côté, Paul essaye aussi de résoudre l’énigme des « comptes-fantômes » de Miss Gabrielle. Un sacré casse-tête au démarrage quand il a reçu les listings des 9.288 noms et plus de 4.600 adresses, en format PDF.
Et il ne peut pas se faire aider par Joëlle Lidoire, la « hackeuse » de la Cour des comptes, qui a divorcé depuis longtemps d’avec le père de ses enfants de l’époque de la mission « Isidore », après leurs folles étreintes du moment.
Elle essaye de « se recaser » avec bien du mal auprès d’un radiologue encore marié et il n’est pas question pour elle de mettre en danger cette nouvelle liaison…
Mais si. Même pour le plaisir !
Lady Joan qui a fait le déplacement à l’occasion de la naissance d’Annabelle ne sait rien du tout des dossiers de feu-Sir Thornner son époux. Son clerc est par monts et par vaux depuis qu’il a pris sa retraite. Et elle, à l’époque originelle du « trust SJ », elle portait encore des couettes-tressées, avec jupette à plis et chaussettes-montantes à pompons, en Suisse, pour être écolière à peine délurée.
Tout ce qu’elle veut bien faire, comme d’une grande faveur, c’est de transférer les archives, qui l’encombre, au Kremlin-Bicêtre et les quelques dossiers informatiques traitant des comptes et dividendes versés.
Mais rien de plus.

Tout juste joindra-t-elle le numéro de portable du clerc, obstinément silencieux pendant un temps, mais qui parlera plus tard de son unique contact : un certain Monsieur Robert, banquier à Londres mais vraisemblablement d’origine française d’après son accent. Un homme assez discret, paraît-il, pour ne s’être jamais montré : il ne connaît de lui que la signature en bas des mandats de gestion.
Jusqu’à ce que Paul ouvre enfin le fichier de Bercy !
Là, il se fait très vite une idée claire de l’entourloupe réalisée par ce « Monsieur Robert », sans doute aux ordres d’une cellule « opaque » de l’Élysée de l’époque.
Où Paul ne manque pas de se remémorer les « suicides » d’un ancien premier ministre de « Thiersmirant » et de son homme de confiance, « Grasse-œuvre », quelques mois plus tard, sis au « château » lui-même…

Dans les 9.288 noms « exotiques », très rapidement il repère celui de l’épouse du Président Rackchi et une adresse à Tokyo. Puis encore plein d’autres de la sorte.
C’est un véritable jeu de piste où il retrouvera début janvier tous les 580 noms d’emprunt des conjoints des ministres de la Vème Républiques dont certains sont déjà morts depuis longtemps, ceux de quelques 2.500 sénateurs et 3.800 députés, le reste étant à mettre sur le dos de quelques conseillers régionaux, en général maire de ville de plus de 100.000 habitants et souvent conseillers généraux en bon cumulards de la République qu’il n’a pas le temps ni le courage d’identifier.
Car début décembre, ce n’est seulement qu’une hypothèse à consolider et valider : tous ont « croqué » de cet argent-sale et détourné !
Au moins pour les « fruits » des placements effectués par ce « Monsieur Robert », banquier à Londres.
Ce qui reste invraisemblable, totalement incohérent, à moins de disposer ainsi d’une arme à scandale inimaginable sur tout le personnel politique du pays, tous partis confondus.
Une vraie bombe nucléaire à effet multiple si c’était le cas, prête à exploser en fragmentations létales d’où personne ne sortira indemne si elle venait à exploser.
Mais pour l’heure, ce n’est qu’une hypothèse qui se dessine dans la tête de Paul, qui resterait logique dans l’objectif de « Thiersmirant » de détruire les institutions à la tête desquelles il a été porté par le suffrage universel il y a bien des années.
 
Il ne reste plus, pour l’heure, à Paul que de remettre la main sur les fichiers remis par la CIA et feu le directeur Almont, via Emily Lison un soir d’assomption dans un restaurant sur la plage de Calvi.
Il y a une éternité de ça. Et où sont-ils donc, ces DVD ?
Puis à croiser les « noms » avec les conjoints, adresses, numéros de compte et d’en tirer des soldes, s’il en a le temps.


Accéder au sommaire : Cliquez ici !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube