Bienvenue !

Oui, entrez, entrez, dans le « Blog » de « l’Incroyable Ignoble Infreequentable » ! Vous y découvrirez un univers parfaitement irréel, décrit par petites touches quotidiennes d’un nouvel art : le « pointillisme littéraire » sur Internet. Certes, pour être « I-Cube », il écrit dans un style vague, maîtrisant mal l’orthographe et les règles grammaticales. Son vocabulaire y est pauvre et ses pointes « d’esprit » parfaitement quelconques. Ses « convictions » y sont tout autant approximatives, changeantes… et sans intérêt : Il ne concoure à aucun prix littéraire, aucun éloge, aucune reconnaissance ! Soyez sûr que le monde qu’il évoque au fil des jours n’est que purement imaginaire. Les noms de lieu ou de bipède et autres « sobriquets éventuels » ne désignent absolument personne en particulier. Toute ressemblance avec des personnages, des lieux, des actions, des situations ayant existé ou existant par ailleurs dans la voie lactée (et autres galaxies) y est donc purement et totalement fortuite ! En guise d’avertissement à tous « les mauvais esprits » et autres grincheux, on peut affirmer, sans pouvoir se tromper aucunement, que tout rapprochement des personnages qui sont dépeints dans ce « blog », avec tel ou tel personnage réel ou ayant existé sur la planète « Terre », par exemple, ne peut qu’être hasardeux et ne saurait que dénoncer et démontrer la véritable intention de nuire de l’auteur de ce rapprochement ou mise en parallèle ! Ces « grincheux » là seront SEULS à en assumer l’éventuelle responsabilité devant leurs contemporains…

mardi 3 juin 2014

D’Allemagne…


Allo quoi ?

 

« Tu es « la Patrie des lumières » et tu votes FN ?

Allo quoi ? Tu as oublié ton nom ?

L’ignoble, qu’est-ce qui se passe à Paris ? »

 

En fait, mon « cousin de Berlin », il a surtout vu que le FN recueillait plus de suffrages, au dernier scrutin européens que les listes nationalistes-locales en « Corsica-Bella-Tchi-tchi » !

C’est dire…

Je ne savais pas et je n’ai même pas vérifié…

Pas trop le temps en ce moment.

 

Mais assez étonné pour vous en faire un « petit-billet » entre deux réunions.

Et me voilà à tenter d’expliquer n’inexplicable entre la poire et le fromage.

« Vote sanction », d’avertissement, élection sans enjeu, déconfiture-avancée des « soces », inexistence du centre, effondrement des écolos, disparition de la gôche de la gôche…

Et bien sûr, faillite de la droâte-républicaine, lourdement, largement, profondément handicapée par ses scandales à répétition, son absence de programme, de « vision »…

« Le nabot à talonnettes, il ne va pas revenir, tout de même… »

 

Vue d’Allemagne, la péripétie-frontiste du 25 mai dernier n’est qu’un avatar de l’Euro-bashing.

Ce qui est bien dommage, parce que pour Berlin, l’Europe, l’Allemagne même, sans l’euro, ce n’est que ruine et désolation assurée : D’une telle évidence, que ça ne se discute même plus !

« Et que vas-tu devenir avec tes 2.000 milliards de PIB dans le concert des nations qui se regroupent et comptent pour 64.000 milliards ?

Dékonne pas Infree, s’il te plaît ! »

Comme si j’y pouvais encore quoi que ce soit…

 

« Ce n’est pas deux douzaines d’eurodéputés sur plus de 700, là uniquement pour le salaire, les avantages entre coquins et l’immunité politique qui changera quoique ce soit à la construction de l’Europe, la Grande Europe, celle des nations et des peuples ! »

Il a la foi, le « cousin-berlinois »…

Parce que ce n’est pas vraiment comme ça que j’ai ressenti « la blessure », la fêlure, la déchirure : C’est plutôt le fait que plus d’un électeur sur deux n’a pas jugé bon de se déplacer.

Et quand il se déplace, un sur 4 (à peu près le même score habituel et déjà noté aux municipales) vote pour le FN.

 

« Certains disent qu’ils ont tout essayé : La droâte, ça ne marche pas, la « gôche », ça ne marche pas plus. Alors pourquoi ne pas essayer une « troisième voie », inédite ?

Et c’est là que c’est grave, parce que l’Europe cristallise toutes les critiques dans la mesure où on l’accuse de tous les échecs pour n’avoir pas à assumer ses propres incompétences, à droâte comme à gôche. »

Il suffit donc de « surfer la vague »…

Celles de toutes les promesses non-tenues, balayées dès le premier quart-d’heure …

 

Et ce discours, je l’ai entendu des dizaines de fois, avant et après les deux derniers scrutins.

Et pratiquement dans tous les milieux socio-professionnels, le BTP, les agriculteurs, l’industrie, la middle-finance, les juristes (les fiscalistes surtout), les transports, la santé, même la fonction publique, l’armée, la police, les « petits-juges », les « petits-chef » et cætera.

Échappent à cette épidémie, globalement les secteurs sociaux, associatifs et surtout de « politique-politicienne »…

Et pas seulement dans la bouche de « patron », de responsables, grands ou petits, forts ou faibles, mais également dans les milieux syndicaux de salariés (un sur trois chez FO, environ moitié moins à la CGT ou la CFDT, mais quand même…), depuis plusieurs mois.

 

« Mon cousin Mathéu, c’est plus grave que ça : Le sida a atteint le cerveau de tous « les déclassés » ou presque, contaminés par l’aigreur des corruptions actives et souterraines dont ils sont témoins. »

Et je lui dessine le « scénario du pire ».

J’y reviendrai, bien sûr, seulement si j’ai le temps, mais dans ma tête il est déjà clair.

 

1 – Toutes les élections intermédiaires vont être gagnées par l’abstention ET le FN ;

Toutes, il n’y en a que deux, des cantonales et les régionales de 2015, dont on parle de les regrouper voire de les repousser.

Les regrouper pour faire passer la pilule en une seule fois ;

Les repousser pour viser à un sursaut très hypothétique dû à une « usure » aux affaires.

Je ne sais pas encore.

 

2 – Et aborder avril 2017 en « sauveur » face à la « peste-blonde ».

« Mais c’est une posture qui va échouer. Nous avons déjà eu un coup de tonnerre dans un ciel dégagé le 21 avril 2002. Le Pen au second tour avec seulement 16,86 % des suffrages exprimés.

Là, sans prévenir, il n’y aura pas de second tour.

Si un candidat obtient la majorité absolue des suffrages exprimés (la moitié de ces suffrages plus une voix, pas du corps électoral) au premier tour, il est élu, c’est la loi électorale.

Seulement dans le cas contraire, un second tour a lieu deux semaines plus tard pour départager les deux candidats arrivés en tête au premier.

Là, le candidat qui obtient la majorité simple est élu. »

 

Et que l’on compte bien le chemin parcouru en seulement 2 ans à ce jeu-là… 17,90 % en 2012 contre 10,44 % en 2007.

25,1 % aux européennes de 2014, soit presqu’un doublement en deux ans dû aux abstentionnistes, pour partie seulement, contre 6,34 % en 2009 aux mêmes élections, en 6 ans (quatre fois plus…) !

« Combien crois-tu que « Marinella-tchi-tchi » peut encore gagner en 3 ans ? »

Elle peut doubler son score, une fois de plus…

Conclusion, « il n’y aura pas de second tour en 2017 ! »

Surtout si la droâte et le centre présentent un candidat par « tendance ou parti ».

 

Voilà où nous en sommes arrivés à force de lâchetés collectives et de compromissions à tous les étages.

C’est dire si je l’ai mis de mauvaise humeur, le « cousin-berlinois » !

 
I3

2 commentaires:

  1. Berlin a raison! Ce vote français est la manifestation non pas d'un quelconque euro-scepticisme mais d'une protestation globale qui ne coûte rien puisqu'il n'y avait pas de véritables enjeux de pouvoir ...
    Avertissement sans frais pour l'équipe dirigeante en France ... Message adressé : "Obtenez des résultats tangibles sinon, la prochaine fois, on sera encore plus nombreux pour vous dire que, décidément, ça ne va pas du tout!
    D'ailleurs, il est tout à fait surprenant de constater que l'affaire Bygmalion n'a éclaté que le lendemain du scrutin ... Sinon, cela aurait pu "donner" non pas 25% mais 30% ...
    A bon entendeur, salut! Voilà le message adressé par les Français à Hollande!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et comme il n'y aura pas plus de résultat après qu'avant, on est bien dans la logique de la croissance perpétuelle des électeurs-kons, y'a aucun doute là-dessus...

      Je le répète, à ce rythmes-là au premier tour de 2017, le Rubicon aura été franchi.
      C'est bien le scénario du pire qui se met en place.
      Et l'affaire Bygmalion n'y est pour rien, parce que je rappelle que les corrupteurs sont de tous les bords, y compris EELV quand on découvrait le magot planqué d'une élue du 13ème arrondissement parigot, ou les comptes Suisse du ministre de la fraude fiscale...

      Et il y en a plein d'autres, naturellement, qui restent dans les tuyaux, comme les tableaux de "Gué-an"... ou le CV de "faux-prolo" de "Menuet-Valse" !
      Tout un dictionnaire...

      Supprimer

Commentaires désormais "modérés" :

http://flibustier20260.blogspot.fr/2016/10/ce-pays-est-foutu.html

Le vôtre n'apparaîtra qu'une fois "validé".
Merci pour votre compréhension !

I-Cube